Télécharger le fichier GPX de cet article
35.90336136.16920Map mag.png

Eurasie > Asie > Asie de l'Est > Japon > Honshū > Chūbu > Fukui (préfecture) > Echizen

Echizen

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Echizen
​((ja) 越前)
Echizen City Hall.jpg
Informations
Pays
Région
Superficie
Population
Densité
Fuseau
Localisation
Site officiel

Echizen est une ville de la préfecture de Fukui, dans le centre de l'île de Honshū, la plus grande du Japon.

Comprendre[modifier]

Son nom japonais fait référence à une ancienne province du Japon, Koshi, qui couvrait la région connue de nos jours sous le nom de Hokuriku. Echizen veut dire « le début de Koshi ». La région a longtemps été une importante base militaire et une ville de château, même si il ne reste plus rien de ce dernier. La ville se présente comme la ville de Murasaki Shikibu (dame de cour du 10e et 11e siècle et auteur du « Dit du Genji »), qui resta ici pendant un an et aurait été fortement influencée par ce séjour. Echizen héberge également de nombreux temples et sanctuaires.

En 2005, les villes de Takefu et Imadate ont fusionné pour former la ville d'Echizen. Cependant, elle est encore souvent appelée « Takefu », y compris pour les noms de l'échangeur routier et de la gare. Cela, ainsi que le fait que la ville ait comme municipalités voisines le bourg d'Echizen et celui de Minami-echizen, peut porter à confusion.

Aller[modifier]

En avion[modifier]

  • 1 Aéroport de Komatsu (小松飛行場 komatsu hikōjō, IATA: KMQ) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – C'est l'aéroport le plus proche. Des bus le relient à la gare de Komatsu (260 JPY), à partir d'où vous pouvez prendre un train local de la ligne Hokuriku prenant 45 min pour rejoindre la gare de Takefu à Echizen (2 640 JPY pour un train limited express).
  • 2 Aéroport international du Kansai (関西空港, IATA: KIX) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Si vous venez de l'étranger, c'est le meilleur aéroport où arriver. Depuis celui-ci, vous pouvez rejoindre Fukui en train en environ h 30 avec le train limited express Haruka jusqu'à Shin-Osaka, puis en changeant pour un Thunderbird (décrit au dessous) sur l'autre voie de la plate-forme.

En train[modifier]

  • 3 Gare de Takefu (武生駅, takefu-eki) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – C'est la plus importante des deux gares JR d'Echizen. Elle se trouve sur la ligne principale JR Hokuriku reliant Kanazawa à Maibara. Une liaison avec la ligne Kosei à Tsuruga permet de rejoindre directement Kyoto et Osaka.
Echizen est directement reliée à Kyoto (h 15) et Osaka (h 50) 1 fois par heure environ par le service limited express Thunderbird. D'autres trains Thunderbird ne s'y arrêtent pas.
Le limited express Shirasagi relie la gare de Takefu à Nagoya (h, toutes les h) en passant Maibara (50 h).
Si vous venez de Tokyo, prenez le Shinkansen Tokaidō Hikari partant chaque heure et s'arrêtant à la gare de Maibara. De là, prenez le Shirasagi pour la gare de Takefu (h 20 en tout).
Tous les trajets ci-dessus sont couverts par le Japan Rail Pass.
  • 4 Gare d'Ōshio (王子保駅, ōshio-eki) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Une gare plus petite sur la ligne principale JR Hokuriku n'accueillant que des trains locaux.

En voiture[modifier]

Echizen est accessible par l'autoroute Hokuriku à l'échangeur de Takefu et aussi par la route 8 qui traverse la ville.

Circuler[modifier]

En plus de la ligne JR Hokuriku et de ses deux gares (voir ci-dessus), Echizen est desservie par des bus et des trains gérés par Fukui Railway. La voiture est de loin le meilleur moyen de se déplacer dans la ville.

Voir[modifier]

  • 1 Parc Murasaki Shikibu (紫式部公園) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ce parc fut construit en l'honneur de Murasaki Shikibu, auteure du « Dit du Genji », qui vécu pendant un an à Echizen avec son père, Tametoki Fukuwara, gouverneur de la région. Le parc fut modelé d'après la résidence d'un noble de l'ère Heian et évoque un jardin très ancien, riche et élégant. On y trouve une statue de Murasaki Shikibu, regardant dans la direction de Kyoto.
  • 2 Sanctuaire Ōshio Hachiman (大塩八幡宮, ōshio hachima-gū) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ce sanctuaire fut construit en 887 par Kino Tomonaka, qui fut exilé dans la région d'Echizen à cause de fausses accusations contre le gouvernement. Il pria pendant des années pour laver son nom des accusions et fut finalement autorisé à retourner à la capitale, Nara. Pour montrer sa gratitude, il construisit ce sanctuaire qui est maintenant un « Bien culturel important ».
  • 3 Sanctuaire Ōmushi (大虫神社, ōmushi-jinja) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Le sanctuaire aurait été fondé il y a plus de 1000 ans. Il a été reconstruit en 1996. Les deux statues de dieux mâles ont été nommés « Biens culturels importants ». Un grand rocher dieu, Oiwasama, y est abrité. L'eau pure appelée « Ishigami-no-mizu » est utilisé par de nombreuses personnes pour laver leurs mains ou rincer leur bouche. Cette eau fut autrefois utilisée pour la consommation de la ville.
  • Temple Gekkō-ji (月光寺) – Durant la famine de 1833 à 1844, de nombreuses personnes moururent de faim. Pour que leur souvenir demeure, ce temple fut construit en 1847 et des services commémoratifs y furent mis en place. Un attrait important de ce temple est le magnifique Bouddha géant de cuivre du hall principal. 500 pierres sur lesquels les noms des ancêtres ont été écrits se trouvent dans le corps du Bouddha.
  • Temple Hoyama-ji (帆山寺) – Le temple est dédié à Senjū Kannon, un Bouddha transformé aux 1000 mains. Il fut construit par un prêtre nommé Taicho pendant l'ère Nara. On y trouve aussi d'autres statues de Bouddha. Par exemple, vous pouvez voir le Nehan Buddha, une statue du Bouddha mourrant, avec une image des pupilles en pleurs de Bouddha sur le mur au derrière. Un Bouddha souriant, appelé Obinzurusan, se tient au devant du portail du temple. Il est dit que l'on guérira de toute maladie en frottant la partie correspondante sur la statue.
  • 4 Sanctuaire Hino (日野神社, hino-jinja) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ce sanctuaire shinto se trouve à l'entrée du mont Hino, connu comme le mont Fuji d'Echizen. Ce sanctuaire et toute la montagne sont considérés comme un lieu sacré. Au sommet de la montagne se trouve un autre sanctuaire. Le festival du mont Hino y a lieu pendant l'été. Des danses y sont faites pour honorer le dieu de cette montagne. La nuit, les participants la grimpe avec des torches pour voir le lever du soleil depuis le sommet. Il y a aussi une maison d'ema (plaque de bois volitives) où vous pouvez voir celle écrites en 1665 avec des images de la moisson saisonnière.
  • Kura-no-Tsuji (蔵の辻) (dans le centre-ville de Takefu) – Le partie historique d'Echizen est remplie de vieux entrepôts aux murs peints en blanc. Cette zone a prospéré pendant l'ère Edo comme une étape du transport des approvisionnements entre la région du Kansai et le district de Hokuriku. La ligne des entrepôts appartenait à des commerçants anciens.De nos jours, ils sont entretenus par le programme de dynamisation de la ville et sont un endroit incontournable du centre-ville. Des concerts en plein air et des festivals ont souvent lieu sur la place ouverte dans le centre de ce quartier.
  • Temple Injō-ji (引接寺) – Construit en 1488, Injō-ji était l'une des branches principales de l'école Shinsei-shū (真盛宗) du bouddhisme Tendai. Le temple se compose de 9 bâtiments et est un des plus célèbres de la ville. Il est remarquable pour son portail de devant entièrement fait de zelkova (un arbre). Ce portail comprend d'excellentes sculptures, entre autres 18 saints bouddhistes, un lion digne et une carpe remontant les rapides. Le Bouddha énorme fait de roches Shakudani est également un immanquable.
  • Sanctuaire Sōja (総社大神宮, sōja-jingū) – Le principal sanctuaire de la ville d'Echizen. On y vénère des divinités de sanctuaires de tout Echizen y sont vénérés. Les habitants l'appelle « Osanja-san ». De nombreux croyant y viennent pendant des événèments de printemps, d'été et d'automne.
  • Temple Ryūsenji (龍泉寺) – Ce temple fut construit en 1367 par Tsugen-jakurei. Il fait partie de l'école Soto-shū du bouddhisme zen. Le temple fut favorisé par la famille Honda qui étaient à l'époque de riches propriétaires terriens. Il a protégé et entretenu les tombes de la famille Honda depuis sa fondation.
  • Musée de la mairie de Takefu (武生公会堂記念館, takefu kōkaidō kinenkan) – Cette mairie fut construite en 1929. Elle fut réparée pour maintenir son ancienne apparence et réouvrit en 1995 en tant que musée. Aujourd'hui, de nombreux projets y ont lieu comme la compilation de matériaux historiques de la région relatant l'histoire de la ville, des concerts et des séminaires culturels.
  • Rue Teramachi (寺町通り, teramachi dōri) (dans le centre-ville de Takefu) – Cette rue historique est célèbre pour ses chemins pavés et ses bâtiments d'aspect ancien.
  • Temple Ryūmon-ji (龍門寺, ryūmon-ji) – Ce temple a longtemps gardé une architecture simple de temple zen. Il a ouvert en 1299 et a ensuite été converti en fort. Celui-ci est devenu la base locale des affaires politiques et militaires. Oda Nobunaga, qui avait le contrôle de l'armée, y établit son camp pour préparer la guerre contre Asakura Yoshikage et les révoltes bouddhistes. De nos jours, on peut voir les ruines des douves et du fort à l'intérieur du terrain du temple.
  • Temple Kongō-in (金剛院) – Ce temple appartient à l'école Sōtō du bouddhisme zen et ressemble à un vieux temple de montagne. Il fut construit en 1433 et fut déplacé à son emplacement actuel par Tomimasa Honda en 1610. Le festival Mitama se tient ici chaque année le 15 juillet ; l'enceinte silencieuse de ce temple est éclairée de 6 000 bougies et un groupe de prêtres y marche en lisant des sutras.
  • Maison natale de Chihiro Iwasaki (いわさきちひろの生家 isawaki chihiro no seika) Logo indiquant un lien vers le site web  – Chihiro Iwasaki était une artiste bien connue, née sous l'ère Taishō (début du XXe siècle). Les gens ayant vécu dans cette maison l'ont restaurée afin que l'on puisse la voir et apprendre sur la culture et le style de vie de cette époque. On peut y voir des images de Chihiro.
  • Parc Ajimano (味真野苑, ajimano-kōen) – Ce parc est profondément lié au Man'yōshū (un recueil de poème de l'ère Nara, VIIIe siècle). Il comprend 63 poèmes d'amour tragiques écrits par Nakatomino Yakamori, qui fut exilé dans cette région, et Sanono Otogamino Otome qui dut vivre à Nara loin de Yakamore. On trouve dans ce parc un monument en pierre sur lequel sont gravés 15 célèbres poèmes waka (un genre de poèmes japonais).
  • Man'yō-kan (万葉館) – Un musée exposant des poèmes du recueil Man'yōshū.
  • Man'yō-kan kikka-en (万葉菊花園) – C'est un hall d'exposition de chrysanthèmes. Vous pouvez y voir des poupées grandeur nature couvertes de chrysanthèmes qui sont exposées pendant le festival Kikuningyō dans le parc central de Takefu. On y cultive et expose toute l'année des fleurs. Vous pouvez y voir la manière traditionnelles de cultiver des chrysanthèmes. Parmi les fleurs singulières: le « nanahon-date », une fleur qui se ramifie dans sept directions, le « kengai », une fleur dont les pétales s'étalent comme un tapis de fleurs et le « senrin-giku », une sorte d'arrangement en bouquet.
  • 5 Ruines du château de Komaru (小丸城跡, komaru-jō-ato) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Il fut bâti par un subalterne d'Oda Nobunaga, Sassa Narimasa, de 1575 à 1581. On peut encore voir les fondations, une partie du portail et quelques tuiles sur lesquelles sont narrées des histoires des révoltes bouddhistes contre la répression d'Oda.
  • Temple Reisen-ji (霊泉寺) – Ce temple a été construit par Shiba Yoshitoshi durant l'ère Muromachi (1336-1573). Il y a une rare statue d'un Bouddha debout, en bois noir laqué et haute de 8 m.
  • Sanctuaire Ajimano (味真野神社, ajimano-jinja) – Ce sanctuaire vénère l'empereur Keitai. Kuratani Tsugutoshi, le petit-fils du général Ashikaga Yoshimitsu, y emménagea pendant l'ère Mumomachi (1336-1573). À l'intérieur du sanctuaire se trouve un petit mur qui entourait le fort de Kuratani.
  • Takefu knife village (タケフナイフヴィレッジ, takefu naifu birejji) Logo indiquant un lien vers le site web  – C'est un atelier où des couteaux sont fabriqués à la main par des artisans locaux. Vous pouvez y voir cette fabrication dans la tradition d'Echizen. Vous pouvez même rejoindre une leçon apprenant à faire un ouvre-lettres, un couteau de cuisine ou la façon de polir et aiguiser les couteaux.
  • 6 Temple Gōshō-ji (毫摂寺) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ce fut un des quartiers généraux de l'école Shinshū du bouddhisme. Le temple a été fondé par Shinran en 1223 et a été déplacé dans la ville d'Echizen en 1615. Son portail décoré est fait de bois de zelkova. Le temple comprend le hall Shinran, le hall Amida, un entrepôt de sutras et un clocher. Inspirés après avoir visité le temple en 1933, les poètes Tekkan Yosano et Akiko Yosano écrivirent 14 tankas (courts poèmes) exprimant comment le temple est admirablement embelli par les feuilles tombées et comme on est béni par Bouddha.
  • Jardin du temple Jōfuku-ji (浄福寺庭園, jōfuku-ji teien) – C'est un jardin japonais avec des rochers, du sable et de la mousse. Le temple fut fondé par Tairano Yorimori dont le frère ainé était Tairano Kiyomori, un chef de file de samouraï de l'ère Kamakura (12e au 14e siècle). De là, on peut voir le beau mont Hino. Il y a un grand arbre sacré sur un monticule évoquant une montagne, et la mousse autour de lui ressemble à une vague dans la mer. Le jardin à plusieurs fleurs saisonnières: les camélias au printemps, des azalées en début d'été, les feuilles d'érables en automne et les fleurs blanches de houx en hiver.
  • Parc Kakyō (花匡公園, kakyō-kōen) – Un parc lié à l'empereur Keitai (VIe siècle). Il abrite une centaine de cerisiers dont on peut apprécier la floraison au printemps. En automne, les couleurs des feuilles sont également très belles. Agréable en toutes saisons.
  • Cerisier Usuzumi (薄墨桜) – Il y a de nombreux vieux cerisiers sur le mont Sanri et l'un d'entre eux, appelé « Usizumi », est vieux d'environ 600 ans et commémore le couronnement de l'empereur Keitai (VIe siècle).
  • Étang Ōgiga (皇子ケ池, ōgiga-ike) – Il fut autrefois utilisé pour baigner les fils de l'empereur Keitai alors bébés, qui devinrent par la suite l'empereur Ankan et l'empereur Senge. L'eau y est propre comme celle d'une fontaine. De nos jours il a la force d'un hexagone.
  • Place du papier japonais (和紙の広場, washi no hiroba) – Cette place est longue d'environ 230m. Elle est bordée de magasins de papier et de cafés. Il y a un pavage aux motifs de notes de musiques, une fontaine avec des carpes et de nombreux arbres. C'est un super endroit où se relaxer ou marcher.
  • Centre du papyrus (パピルス館, papirusu-kan) – Le bâtiment contient des informations et un atelier sur l'art du papier traditionnel d'Echizen. Les visiteurs peuvent faire leur propre morceau de papier d'Echizen en 20 min.
  • Musée culturel du papier (紙の文化博物館, kami no bunka hakubutsukan) – Ce musée expose des informations sur le papier d'Echizen et d'autres papiers japonais traditionnels. Les expositions comprennent les techniques de broyage et l'origine du papier d'Echizen.
  • Atelier d'artisanat à Udatsu (卯立の工芸館, udatsu no kōgeikan) – Ce bâtiment est une reconstruction de la papeterie d'origine de la période Edo. Vous pouvez y voir le processus de fabrication du papier traditionnel. Ichibei Iwano, le propriétaire actuel, suit les traces de son père, un célèbre papetier. Il est la 9e génération de fabriquant de papier traditionnel à Imadate. Lui et son père ont reçu le titre de « Trésor national vivant » par le ministre de la culture japonais.
  • 7 Sanctuaires Okafuto et Ōtaki (岡太神社, okafuto-jinja; 大瀧神社, ōtaki-jinja) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ces sanctuaires se tiennent côte à côte au somment du mont Gongen et un sanctuaire combiné, qui fut reconstruit dans la 2e moitié de l'ère Edo, se trouve au pied de la montagne. La déesse du papier, la seule au Japon, « maîtresse Kawakami », y est vénérée. La légende dit qu'elle apprit aux gens comment fabriquer du papier il y a 1 500 ans. En 1985, ces sanctuaires furent désignés « Biens culturels importants ».
  • Parc Kojirō (小次郎公園, kojirō-kōen) – Une statue de Kojirō Sasaki, un célèbre escrimeurs de la ville de Fukui, veille sur le parc. Dans le jardin voisin au parc sont plantés de nombreux cerisiers ce qui le rend agréable en toutes saisons.
  • Chutes de Yanagi (柳の滝, yanagi no taki) – Le village de Yanagi est célèbre pour ses chutes, petites et grandes. En particulier, la chute de Nuno a une belle coulée ressemblant à un fin tissu blanc. La randonnée aux alentours des chutes y est populaire.

Faire[modifier]

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Acheter[modifier]

  • Echizen Washi (越前和紙) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Dans l'est de la ville d'Echizen, au village d'Imadate) – Du papier japonais (washi) et l'artisanat du papier produits localement.
  • Couteau d'Echizen – Vous pouvez achetez des couteaux de fabrication locale ou fabriquer le vôtre.

Manger[modifier]

La route 8, un axe important reliant la préfecture de préfecture de Fukui à Kanazawa et traversant la ville d'Echizen, comprend de nombreux restaurants de chaînes locales et nationales.

  • Katsudon – Si la plupart des japonais préfère manger leur katsudon (escalope de porc panée sur du riz) recouverte d'une omelette douce, Fukui est célèbre pour avoir vu la création d'un katsudon recouvert d'une sauce sucrée-salée de type Worcester. Il est omniprésent à travers la préfecture.
  • Oroshi Soba – Des nouilles de sarrasin froides avec du radis rappé.
  • Echizen Kani (crabe) – Attrapé en hiver dans les eaux profondes au large de la côte d'Echizen, ce sont les spécialités locales les plus prisées. Le crabe mâle est énorme et il n'est pas rare de voir un crabe de 40 cm (pattes comprises). Les crabes de grosse taille peuvent coûter plus de 12 000 JPY alors que les femelles plus petites sont bien moins chères.

Bon marché[modifier]

Prix moyen[modifier]

Luxe[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Bon marché[modifier]

Prix moyen[modifier]

Luxe[modifier]

Communiquer[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Sécurité[modifier]

Aux environs[modifier]

Routes via Echizen
FukuiSabae N JR Hokuriku icon.png S  NagahamaMaibara
FukuiSabae N Hokuriku Expwy Route Sign.svg S  TsurugaNagahama
Sabae O Japanese National Route Sign 0417.svg E  Ogaki


Stars305.svg
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Cet article reprend du contenu de l'article 越前市 de Wikipédia (ja). Voir l'historique de cette page pour la liste des auteurs.
Liste complète des autres articles de la région : Fukui (préfecture)