Discussion:Polynésie française

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Contenu inadapté[modifier]

fat dar in tal cul déplace le contenu ci-dessous, qui à mon avis n'a guère sa place dans un guide de voyage. En particulier les propos politiques sont assez déplacés ici (bien qu'ils ne manquent pas de vérité - avis personnel). Si on autorise ce genre de dérives, on n'a pas finit, avec l'Iran, les États-Unis et que sais-je encore... (WT-fr) Maere 5 mars 2006 à 15:37 (EST)


Quelques soient les difficultés politiques actuelles locales, la Polynésie Française est toujours un endroit magique par bien des cotés.

Le pays connaît de nombreuses difficultés, principalement économiques, qui en entraînent de nombreuses autres. Le Polynésien de base, non métissé, a presque toujours été peu et mal considéré par les gouvernements pendant les années Flosse (surtout les 20 dernières années) et très inéquitablement traité. Beaucoup de familles ont un mal fou à joindre les deux bouts, quand ils y arrivent. Cette situation, qui perdure, a crée un malaise permanent qui ne va pas en s'arrangeant. De nombreux espoirs du peuple Tahitien ont été mis dans le "taui" et ils sont tout aussi nombreux à être déçus de voir que bien peu de choses sont prêtes à changer. Le nouveau gouvernement à vite pris les mauvaises habitudes de tous ceux qui ont voulu devenir "vizir" à la place du "vizir".


L'argent a fait son entrée avec fracas sur le Territoire et la population locale a, aujourd'hui encore, bien du mal à intégrer ce concept de "payer" quelque chose. Dans les temps, pas si anciens, tout appartenait plus ou moins à tout le monde et on "s'empruntait" facilement du matériel ou des outils d'une famille à l'autre. Prévenir n'était pas une obligation et, pour retrouver son couteau ou son échelle, il fallait souvent faire le tour des fare (maisons) du district (village) pour récupérer son bien et, peut être , profiter du déplacement pour "emprunter", a son tour, quelque chose d'utile.


  • "Taui", le "changement". Un site qui a du mal à suivre l'activité générée par son propre créateur, le nouveau gouvernement.
  • Tahiti Presse qui était la voix de l'ancien gouvernement et qui a un peu de mal à réaliser que les temps ont changé.
  • Magazine Tahiti Pacifique qui est le seul organe de presse qui a toujours su garder son indépendance et ne jamais plier devant l'autoritarisme et la pression permanente de l'ancien gouvernement Flosse.