Patrimoine mondial de l'UNESCO > Patrimoine mondial au Kenya

Patrimoine mondial au Kenya

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial au Kenya.

Comprendre[modifier]

Le Kenya accepte la convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel le .

Le Kenya compte 7 biens (répartis sur 11 sites) inscrits au patrimoine mondial, 4 culturels et 3 naturels.

Le pays a également soumis 17 sites à la liste indicative.

Liste[modifier]

Les sites suivants sont inscrits au patrimoine mondial.

Site Type Critère Description Illustration
1 Forêts sacrées de kayas des Mijikenda Culturel (iii), (v), (vi) Les forêts sacrées de kaya des Mijikenda consistent en 11 sites forestiers distincts qui s'étendent sur près de 200 km le long de la côte. Ils recèlent les vestiges de nombreux villages fortifiés ( kayas) du peuple Mijikenda. Les kayas, créés à partir du XVIe siècle ont été abandonnés dans les années 1940. Ils sont considérés aujourd'hui comme les demeures des ancêtres, révérés comme des sites sacrés et entretenus par les conseils d'anciens. Le site est inscrit en tant que témoignage unique dune tradition culturelle et pour ses liens directs avec une tradition vivante. Kaya-skog.jpg
Fiche UNESCO


2 Fort Jesus Culturel (ii), (v) Le fort, édifié par les Portugais en 1593-1596 selon les plans de Giovanni Battista Cairati pour protéger le port de Mombasa, est l'un des exemples les plus remarquables et les mieux préservés de fortification militaire portugaise du XVIe siècle et une référence dans l'histoire de ce type de construction. Le schéma et la structure du Fort reflètent l'idéal de la Renaissance selon lequel la perfection des proportions et l'harmonie géométrique doivent s'inspirer du corps humain. Le bien s'étend sur 2,36 hectares et comprend les douves du fort et la zone immédiatement avoisinante. Fort JesusMombasa.jpg
Fiche UNESCO


3 Vieille ville de Lamu Culturel (ii), (iv), (vi) La vieille ville de Lamu, qui est le plus ancien et le mieux préservé des lieux de peuplement swahilis en Afrique de l'Est, conserve ses fonctions traditionnelles. Construite en roches coralliennes et de bois de palétuvier, la ville se caractérise par la simplicité de ses formes structurelles, enrichies d'éléments comme des cours intérieures, des vérandas et des portes de bois sculptées avec soin. Siège depuis le XIXe siècle de grandes célébrations religieuses, Lamu est devenue un centre important pour l'étude des cultures islamique et swahilie. Lamu coast.jpg
Fiche UNESCO


4 Parc national/Forêt naturelle du mont Kenya Naturel (vii), (ix) Culminant à 5 199 m, le mont Kenya est le deuxième plus haut sommet d'Afrique. C'est un ancien volcan éteint qui, durant sa période d’activité (il y a 3,1-2,6 millions d’années), aurait atteint 6 500 m. Il reste une douzaine de glaciers sur la montagne, tous en retrait rapide, et l’on trouve quatre sommets secondaires situés à la tête de vallées glaciaires en forme de « U ». Avec ses sommets rugueux, couronnés de glaciers, et ses pentes moyennes boisées, le mont Kenya est un des paysages les plus impressionnants de l'Afrique de l'Est. L’évolution et l'écologie de la flore afro-alpine du mont Kenya fournissent un exemple exceptionnel de processus écologiques et biologiques. Avec le Conservatoire de faune sauvage de Lewa et la Réserve forestière du Ngare Ndare, le site comprend des vallées profondes de pentes basses et des habitats arides riches en biodiversité, situés dans une zone écologique de transition entre un écosystème montagneux et des prairies de savanes semi-arides. Le lieu se trouve également sur la voie traditionnelle de migration des populations d'éléphants d’Afrique. Mount Kenya 2010.jpg
Fiche UNESCO


Parcs nationaux du lac Turkana
5 Parc national de Sibiloi
6 Parc national de l'île centrale
7 Parc national de l'île australe
Naturel (viii), (x) Le plus salé des grands lacs d'Afrique, le Turkana, est un laboratoire exceptionnel pour l'étude des communautés végétales et animales. Les trois parcs nationaux servent d'étapes aux oiseaux d'eau migrateurs et constituent d'importantes zones de reproduction pour le crocodile du Nil, l'hippopotame et différents serpents venimeux. Les gisements fossilifères de Koobi Fora, où l'on trouve de nombreux restes de mammifères, de mollusques et d'autres espèces, ont davantage contribué à la compréhension des paléo-environnements que tout autre site sur ce continent. LakeTurkanaSouthIsland.jpg
Fiche UNESCO


Réseau des lacs du Kenya dans la vallée du Grand Rift
8 Parc national du lac Nakuru
9 Lac Elmenteita
10 Lac Bogoria
Naturel (vii), (ix), (x) Le Réseau des lacs du Kenya dans la vallée du Grand Rift comprend trois lacs interconnectés et peu profonds (Lac Bogoria, lac Nakuru et Lac Elementaita) qui se trouvent dans la Vallée du grand rift Sud. Sa superficie est de 32 034 hectares. Le bien héberge 13 espèces d'oiseaux menacées au plan mondial et la diversité des espèces d'oiseaux est une des plus élevées au monde. C'est le plus important site de nourrissage de la planète pour les flamants nains et un important site de nidification et de nourrissage pour les pélicans blancs. On y trouve aussi des populations de bonne taille de mammifères, dont le rhinocéros noir, la girafe de Rothschild, le grand koudou, le lion, le guépard et le lycaon. Le site se prête particulièrement bien à des études sur des processus écologiques particulièrement importants. Lake-Nakuru-Baboon-Hill-View.JPG
Fiche UNESCO


11 Site Archéologique de Thimlich Ohinga Culturel (iii)(iv)(v) Situé au nord-ouest de la ville de Migori, dans la région du lac Victoria, cet établissement fortifié en pierre sèche a probablement été construit au XVIe siècle de notre ère. L’Ohinga, (forme d’établissement ou d’enceinte), semble avoir servi à assurer la sécurité des communautés et du bétail, mais définissait aussi des unités et relations sociales associées à des systèmes fondés sur la lignée. Thimlich Ohinga est l’enceinte traditionnelle existante la plus vaste et la mieux préservée. Il s’agit d’un exemple exceptionnel de cette tradition de construction massive en pierre sèche, caractéristique des premières communautés pastorales du bassin du lac Victoria, qui se perpétua du XVIe siècle au milieu du XXe siècle. Thimlich Ohinga Cultural Landscape- Kenya.JPG
Fiche UNESCO


Légende des critères
(i) Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.
(ii) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.
(iii) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
(iv) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine.
(v) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.
(vi) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle.
(vii) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles.
(viii) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre.
(ix) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes.
(x) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique.


Stars310.svg
Ces conseils de voyage sont utilisable. Ils présentent les principaux aspects du sujet. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Patrimoine mondial de l'UNESCO