Télécharger le fichier GPX de cet article
47.8153.7969444444444Map mag.png

Eurasie > Europe > France > Nord-Est de la France > Bourgogne-Franche-Comté > Bourgogne > Yonne > Chablis

Chablis

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chablis
Chablis sign.jpg
Informations
Pays
Superficie
Population
Densité
Code postal
Fuseau
Localisation
Site officiel

Chablis est une ville de Bourgogne.

Comprendre[modifier]

Chablis est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Chablisiens.

Géographie[modifier]

La commune est traversée par la RD965 (ancienne RN65), axe reliant Auxerre18 km à l'ouest) et Chaumont120 km à l'est). Sur le même axe à l'est, la commune est distante de 16 km de Tonnerre.

La commune est traversée par la rivière nommée le Serein.

Histoire[modifier]

Avec ses misères et ses bonheurs, l’histoire de Chablis ressemble à celle de la France. Dans l’état des connaissances archéologiques actuelles, il est certain qu’existaient des établissements ruraux gallo-romains au confluent du ru de Vaucharmes et du Serein. Mais les premiers écrits citant Chablis remontent à l’an 867, lorsque le roi Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne, fit don de la “cellam Capleiam (monastère de Chablis), ses églises, ses maisons, ses vignes et les serfs des deux sexes y habitant aux chanoines de Tours“. Ceux-ci fuyant les Normands, s’y réfugièrent avec les reliques de Saint-Martin, de 872 à 877. Dès lors, les religieux s’installèrent à Chablis, plantèrent de la vigne et mirent en valeur celle qui existait déjà. Dès le Moyen Âge, on exportait le vin de Chablis vers l’Angleterre par Rouen, vers la Picardie et les Flandres par Compiègne. En 1455, les registres des “Compagnies Françaises“ relèvent le passage de 67 barriques de vin de Chablis acquises par “un marchand de Maubeuge ou du pays de Hénault“. Le vin de Chablis était donc déjà renommé. Dès lors, le village de Chablis se développa, sur la “ville haute“ avec l’église Saint-Pierre, l’Hôtel-Dieu, le prieuré Saint-Cosme et dans la “ville basse“, autour de la collégiale Saint-Martin. C’est la guerre de Cent Ans qui explique, qu’au début du XVe siècle, on éleva les remparts de la “ville basse“, dotés de 29 tours, 3 portes, et 3 poternes, dites “Saint-Laurent“, “Au Maître“ et “Chenneton“. En 1478, Pierre Le Rouge obtint le privilège royal d’établir à Chablis la cinquième imprimerie de France. 1568 : février noir pour Chablis : les Guerres de Religion embrasent la ville, Chablis fut pillée par les Huguenots, mais la “ville basse“ évita l’incendie qui avait déjà ravagé le faubourg Saint-Pierre (“ville haute“) par le versement d’une rançon. Il fallut attendre longtemps pour que Chablis s’en remette. Malheureusement, tout le vignoble fut détruit par le phylloxera au XIXe siècle. La Grande Guerre de 14-18 laissa le pays exsangue. Après plusieurs dizaines d’années de travail acharné, la vigne fleurissait à nouveau. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, le bombardement du détruisit le cœur historique de Chablis. 1949 marque la renaissance de la ville et de son vignoble : les vins pouvaient retrouver la route qui les avait conduits sur les tables du monde entier. C’est à partir des années 1960 que le vignoble connaît, grâce à la mécanisation (tracteurs) et au dispositif de protection contre les gelées de printemps, l’essor qui le lance définitivement sur le chemin de sa renommée actuelle. Voici plusieurs désignations rencontrées sur les documents historiques

    • "Capleia", 867 (cart. gén. de L'Yonne, I, 96)
    • "Chableys", 1116 (ibid)
    • "Chableia" et "Chableiœ", 1118 (ibid., 234)
    • "Cableiacum", 1138 (ibid., 327)
    • "Chableium", 1172 (ibid., II, 237)
    • "Caplegiœ", 1198 (ibid., 489)
    • "Chablies", 1187 (ibid. 379)
    • "Chablis", 1308 (arch. de l'Empire, J415, n⁰ 97)
  • 867 : Charles II le Chauve donne le monastère Saint-Loup aux moines de Saint-Martin de Tours qui fuyaient les Normands.
  • 1116 : l'église de Chablis est confirmée dans son rattachement à l'abbaye de Saint-Michel de Tonnerre par Godefroy, évêque de Langres.
  • 1274 : le rattachement de la Champagne à France fait rentrer l'avouerie de Chablis sous suzeraineté royale. À partir de cette époque, deux justices sont exercées tour à tour (celle du prévôt de Saint-Martin de Tours et celle des officiers des sires de Noyers
  • 1403 : Le bourg est entouré d'une enceinte (trois portes et vingt-neuf tours). Les faubourgs (incluant l'église Saint-Pierre et le prieuré de Saint-Cosme) sont eux aussi protégés par une muraille.
  • 1478 : les Lerouge établissent à Chablis la cinquième imprimerie de France
    • 1er avril 1478 : Pierre Lerouge imprime le Livre des bonnes mœurs fait et composé par frère Jacques Legrand.
    • 1483 : Pierre Lerouge imprime le Bréviaire d'Auxerre.
    • 1489 : Guillaume Lerouge imprime Les Expositions des euangilles en francoys.
  • 1568 : les huguenots prirent et incendièrent Chablis.
  • De 1887 à 1951, Chablis accueille une station de chemin de fer départemental "Tacot Du Serein (Yonne)|Le Tacot".
  •  : Chablis est bombardée par l'aviation allemande.

Aller[modifier]

En venant de Paris prendre sortie n°20 Auxerre En venant de Dijon prendre sortie n°21 Tonnerre En venant de Reims prendre sortie n°21 Tonnerre

Circuler[modifier]

Parking bus Place Saint-Martin, quai Paul Louis Courier

Voir[modifier]

Cadre de vie[modifier]

  • Ville fleurie : trois fleurs.

Patrimoine religieux[modifier]

  • Collégiale Saint-Martin de Chablis

Construite au début du XIIIe siècle, l’église s’inspire en grande partie de la cathédrale de Sens. Les restaurations successives n’ont guère modifié son aspect général, à l’exception du clocher, édifié en 1852, et dont la flèche s’élève à 50 mètres. La porte sud, de style roman, possède un tympan orné d’une croix fleurdelisée entourée de deux animaux fantastiques. Les pentures mutilées sont du XIIIe siècle. Les vantaux sont recouverts de 111 fers à cheval posés par des pèlerins implorant la guérison de leurs montures (certains de ces fers ont appartenu à des animaux infirmes). Ceux-ci demandaient ainsi la protection de saint Martin qui était à l’époque le saint patron des cavaliers.

  • Église Saint-Pierre de Chablis.

Primitivement paroissiale, elle fut construite à la fin du XIIe siècle. Lors de la Révolution française, elle fut sauvée d’une destruction totale grâce à la résistance des habitants du faubourg Saint-Pierre, puis rachetée par un groupe de 17 vignerons et bourgeois locaux qui abandonnèrent leur acquisition au profit de la ville de Chablis en 1808. L’église, réduite à sa nef, est aujourd’hui fermée.

  • Immeuble appelé synagogue de Chablis, classé au titre des monuments historiques.

Rue des Juifs, existe une maison qui n’a apparemment aucun caractère d’habitation ; sa facture laisserait supposer qu’elle a été construite après les destructions de 1568 avec les pierres récupérées dans les maisons en ruine. Réputée localement comme étant peut-être une ancienne synagogue, elle a été restaurée récemment avec l’aménagement intérieur d’une véritable synagogue. Elle est classée Monument Historique.

  • Prieuré Saint-Côme.

Construit au XIIe siècle par les chanoines Prémontrés, il était à l’origine fortifié et protégé par des fossés.

Patrimoine civil[modifier]

  • Obédiencerie

Au chevet de la collégiale Saint-Martin, ce bâtiment des XVe- XVIIe siècles était propriété du Chapitre des moines de Tours qui recevaient « obédience » (obéissance) des chanoines résidents à Chablis. Un très vieux pressoir en bois dit à «double abattage», y subsiste.

  • Porte-Noël

Elle se compose de deux tours rondes construites en 1778 et qui ont remplacé d’anciennes tours carrées, beaucoup plus puissantes, qui protégeaient cette porte dite autrefois « Saint-Pierre ». Leur nom actuel est celui du maçon Jehan Noël qui construisit les tours carrées au XVe siècle.

Patrimoine culinaire[modifier]

Le département de l'Yonne produit des spécialités nombreuses et variées et s'il n'y a pas un plat caractéristique comme dans d'autres régions, la cuisine traditionnelle chablisienne se distingue particulièrement par l'utilisation du vin de Chablis : Escargots au chablis, soles glacées au chablis, poulet au chablis, jambon chaud à la chablisienne, lapereau sauté au chablis notamment.

Notons que des vins AOC autres que Chablis peuvent être produits sur cette commune, comme: le Bourgogne mousseux, le Crémant de Bourgogne, le Bourgogne aligoté... Seul un vin IGP peut y être produit: l'IGP départementale Yonne

Faire[modifier]

De nombreux sentiers de randonnée sont à votre disposition pour découvrir le vignoble. Autre moyen de découvrir les quatre appellations chablisiennes : se faire accompagner d’un guide qui saura vous faire découvrir avec passion les différents terroirs locaux. Liste sur demande à l’Office de Tourisme.

Acheter[modifier]

De nombreux viticulteurs vous proposent la dégustation/vente de vins de Chablis. Liste sur demande à l’Office de Tourisme.

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Communiquer[modifier]

Page Facebook de l'Office de Tourisme de Chablis Site Internet de l'Office de Tourisme de Chablis

Aux environs[modifier]

Pontigny et son abbatiale cistercienne, Noyers-sur-Serein, classé parmi les plus beaux villages de France, Auxerre et sa vieille ville médiévale, Tonnerre et son hôtel-Dieu et sa Fosse Dionne, Ancy-le-Franc et Tanlay, sièges de châteaux renaissance, Vézelay, village classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Yonne