De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Lune est le seul satellite naturel permanent de la Terre, situé à environ 382 000 km de celle-ci, mais s'en éloignant ou se rapprochant d'au maximum environ 25 000 km. Cette destination est la plus chère du "monde", c'est-à-dire l'infime yoctofraction de l'Univers accessible à l'être humain.

Photo prise lors de la mission Apollo 17.

Comprendre[modifier]

Il faut déjà comprendre que sur la Lune il vous faudra une combinaison spatiale. Et que l'oxygène n'est pas fourni à volonté, ni la nourriture ou l'eau ; prévoyez d'apporter vos réserves.

Histoire[modifier]

Le premier vaisseau à atterrir sur la Lune fut le Luna 2 soviétique, en 1959, sans passagers. Le premier être humain à y poser le pied fut Neil Armstrong, un astronaute américain, via le programme Apollo, en 1969. Jusqu'à maintenant (2018), seulement 24 bienheureux ont survolé la Lune, et ce au cours des 9 missions américaines entre 1968 et 1972 (ayez toutefois la lucide réserve de ne pas mentionner en certains lieux l'équipage de la malheureuse mission Apollo 13, et en particulier le commandant Jim Lovell, avec deux survols et aucun atterrissage). De ces 24, seulement 12 d'entre eux ont atterri et marché sur la Lune. Aucun d'entre eux n'était une femme, aussi l'étiquette de « première femme sur la Lune » est encore disponible, si vous en avez l'envie, les finances et le transport.

Régions[modifier]

Plutôt qu'une bipartition en hémisphères nord et sud, la Lune est géographiquement divisée en une face dite visible et une face dite cachée. La première correspond en gros à ce que l'on peut voir depuis la Terre, en oubliant qu'on n'en voit pas toujours la même partie, la faute à la libration, et au final au cours des diverses lunaisons, beaucoup plus que la moitié, les 6 dixièmes pour être moins imprécis et les fans de nombres qui font chientifique… de sa surface. La seconde n'est plus guère cachée qu'au regard direct des rares rampants terriens encore assez curieux pour lever la tête la nuit et s'en interroger, plutôt que de consulter tête baissée, Wikipédia, par exemple ici, ou via tous autres atlas sélènes (AVL, Google Moon, etc.). D'ailleurs, les anglo-saxons, plus prosaïques, les appellent respectivement la face proche et la face lointain : rien de secret pour eux !

Côté visible, deux grands types de régions s'offrent à nos regards : les surfaces sombres, appelées mers, du grec "mare", "maria" au pluriel, parce qu'elles furemt prises par les premiers observateurs pour des surfaces maritimes ; et… le reste, y compris toute la face cachée, à l'œil entre gris moyen et gris clair. De fait, ces mers n'ont donc rien de maritime : elles sont des surfaces de laves de type basaltiques, qui est une roche noire à sombre. Il n'est pas inutile de connaître les noms des principales mers lunaires, au nombre de 8, avec en premier la dénomination anglo-saxone (sissi, pour une fois !) et aussi internationale, suivie de la dénomination française :

En outre, toujours vu depuis la Terre, mais cette fois équipé d'une paire de jumelles, celles du genre optiques, ou alors astronomes, vous pourrez apprendre facilement à reconnaître quelques unes de ces cicatrices circulaires que l'on appelle cratères d'impact, parfois étalant loin de leurs cercles, de claires et fines balafres linéaires rayonnant telles des épines d'oursins. Ainsi le bien visible cratère Tycho (localisation), ou encore, un chouia moins évidents, les deux cratères voisins, Copernic (localisation) et Képler (localisation).


Paysages[modifier]

Les paysages lunaires sont variés.

Climat[modifier]

Comme la Lune n'a pas d'atmosphère et tourne très lentement, elle subit des variations de température extrêmes selon que le soleil est sorti ou non. Les températures varient de 127 ° C (261 ° F) dans les jours lunaires à -173 ° C (-279 ° F) dans les nuits lunaires. Il n'y a pas de saisons sur la Lune, car l'axe de rotation de la Lune ne s'incline que d'environ 1,5 degré, par rapport à l'inclinaison de la Terre d'environ 23,5 degrés. Les vaisseaux et les combinaisons spatiales des astronautes d'Apollo étaient bien isolés et avaient des systèmes de régulation de température internes, tout comme les navires et les combinaisons spatiales de votre mission.

Aller[modifier]

Rover lunaire

En fusée[modifier]

En fusée, le voyage dure moins de trois jours en l'absence de tout problème.

A pied[modifier]

La gravité à la surface de la Lune ne représente qu'un sixième de celle de la Terre, ce qui compense en partie le port d'une combinaison spatiale pressurisée volumineuse. La plupart des astronautes d'Apollo ont «marché» d'une manière plutôt particulière en demi-saut qui n'est possible qu'en raison de la gravité plus faible et semble être la meilleure forme de locomotion en raison de la nature quelque peu motrice d'une combinaison spatiale. Vous devrez apprendre une nouvelle façon de marcher, car lorsque les astronautes d'Apollo ont essayé de marcher comme ils le font sur Terre, ils ont volé dans les airs et sont tombés.

En rover[modifier]

La principale méthode de transport a été les «rovers lunaires» alimentés par batterie, communément appelés «buggies lunaires», formellement sous le nom de véhicules mobiles lunaires (LRV). Certains rovers lunaires peuvent avoir des passagers, comme ceux utilisés par les trois dernières missions Apollo. Ils ont été portés par le module lunaire et ne sont jamais allés à plus de 10 km/h (6 mph).

Faire[modifier]

  • Jouer au golf. Il n'y a pas de terrains de golf établis disponibles, mais la Lune vous offre une excellente occasion de pratiquer vos coups de piège de sable. Les astronautes d'Apollo avaient vraiment joué au golf sur la Lune. Une autre chose intéressante est que les balles de golf volent 6 fois plus loin que sur Terre, en raison de la gravité plus faible.
  • La marche lunaire. Cela pourrait être délicat dans une combinaison spatiale, mais il n'y a pas de meilleur endroit pour le faire.
  • Sauter avec la faible gravité. Vous pouvez sauter à 2 m (6,6 pieds) de haut!

Manger[modifier]

Il n'y a rien à manger sur la Lune. Les astronautes doivent apporter leur casse-croûte.

Se loger[modifier]

La prochaine phase d'exploration lunaire impliquera probablement la construction de bases habitées permanentes dans les régions polaires de la Lune. En attendant, l'hébergement est limité à ce que vous apportez. Les atterrisseurs lunaires du programme Apollo ont tous été équipés pour être utilisés pour dormir, il y a donc de fortes chances que vous dormiez dans ce que vous avez atterri.

En raison de la lumière du soleil, il peut y avoir des difficultés à se coucher. Les astronautes d'Apollo ont dormi et se sont réveillés sur commande, en utilisant le fuseau horaire de leur lieu de départ.

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette région est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Espace