Patrimoine mondial de l'UNESCO > Patrimoine mondial en Inde

Patrimoine mondial en Inde

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial en Inde.

Comprendre[modifier]

L'Inde ratifie la convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel le 14 novembre 1977. Les premiers sites protégés sont inscrits en 1983.

L'Inde est parmi les pays qui comptent le plus de sites classés au patrimoine mondial, au total 37 sites sont répertoriés dans la liste, dont 29 culturels, 7 naturels et 1 mixte.

Le pays a également soumis 46 sites à la liste indicative, 37 culturels, 8 naturels et 1 mixte.

Liste[modifier]

Les sites suivants sont inscrits au patrimoine mondial.

Site Type Critère Description Illustration
1 Abris sous-roche de Bhimbetka Culturel (iii), (v) Les abris sous roche du Bhimbetka se trouvent au pied des monts Vindhyan, au sud du plateau de l’Inde centrale. Cinq groupes d’abris sous roche naturels sont situés au sein d’énormes affleurements de grès, au-dessus d’une forêt relativement dense, et contiennent des peintures qui paraissent commencer au mésolithique et se poursuivre sans interruption jusqu’à l’époque historique. Dans les vingt et un villages qui entourent le site, vivent des populations dont les traditions culturelles contemporaines rappellent celles dépeintes dans les peintures rupestres. Rock Shelter 8, Bhimbetka 03.jpg


Chemins de fer de montagne en Inde
  • 2 Darjeeling Himalayan Railway
  • 3 Nilgiri Mountain Railway
  • 4 Kalka Shimla Railway
Culturel (ii), (iv) Ce site comprend trois liaisons ferroviaires. Le premier, et jusqu’à présent le plus exceptionnel exemple de chemin de fer de montagne pour passagers, est le Darjeeling Himalayan Railway. Inauguré en 1881, sa construction a nécessité des solutions ingénieuses et audacieuses pour résoudre les problèmes liés à l’établissement d’une ligne ferroviaire à travers un terrain montagneux d’une grande beauté. La construction du Chemin de fer des montagnes Nilgiri, une ligne à voie unique d’un mètre d’écartement et de 46 km de long dans l’État du Tamil Nadu, fut d’abord proposée en 1854 ; mais face aux difficultés présentées par ce site montagneux, les travaux ne démarrèrent qu’en 1891 pour s’achever en 1908. Ce chemin de fer, qui part d’une altitude de 326 m pour atteindre 2 203 m, représentait la technologie de pointe de son époque. Enfin, le Chemin de fer de Kalka à Shimla, une ligne à voie unique longue de 96 km, fut construit au milieu du XIXe siècle pour desservir la ville de Shimla. Il illustre les prouesses techniques et matérielles réalisées pour désenclaver les populations montagnardes grâce au chemin de fer. Ces trois chemins de fer sont toujours parfaitement opérationnels. DHR 780 on Batasia Loop 05-02-21 08.jpeg


5 Églises et couvents de Goa Culturel (ii)(iv)(vi) Ancienne capitale des Indes portugaises, Goa a conservé un ensemble d'églises et de couvents qui illustrent l'activité des missionnaires en Asie, en particulier l'église du Bom Jesus où se trouve le tombeau de saint François Xavier. Ces monuments ont exercé une influence dans tous les pays de mission d'Asie, diffusant à la fois les modèles de l'art manuélin, du maniérisme et du baroque. St. Francis Church at Velha Goa.jpg


6 Ensemble de monuments de Mahabalipuram Culturel (i), (ii), (iii), (vi) Cet ensemble de sanctuaires, dû aux souverains Pallava, fut creusé dans le roc et construit aux VIIe et VIIIe siècles sur la côte de Coromandel. Il comprend notamment des rathas (temples en forme de chars), des mandapas (sanctuaires rupestres), de gigantesques reliefs en plein air, comme la célèbre « Descente du Gange », et le temple du Rivage, aux milliers de sculptures à la gloire de Shiva. Shore Temple at Mahapallipuram.JPG


7 Ensemble de monuments de Pattadakal Culturel (iii), (iv) Pattadakal, dans l'État du Karnâtaka, illustre l'apogée d'un art éclectique qui, aux VIIe et VIIIe siècles, sous l'égide de la dynastie des Châlukya, sut réaliser une heureuse synthèse des formes architecturales du nord et du sud de l'Inde. On y trouve une imposante série de neuf temples hindouistes, ainsi qu'un sanctuaire jaïn. Dans ce groupe se détache un pur chef-d'œuvre, le temple de Virûpâksha, élevé vers 740 par la reine Lokamahadevi pour commémorer la victoire de son époux sur les souverains du Sud. Pattadkal Group of Temlpes.jpg


8 Ensemble du Fort rouge de Delhi Culturel (ii), (iii), (vi) Palais-fort de Shahjahanabad – la nouvelle capitale de Shah Jahan (1628-1658), 5e empereur moghol d’Inde –, le Fort Rouge doit son nom à ses murs d’enceinte imposants en grès rouge. Il est voisin d’un autre fort, le fort Salimgarh, construit par Islam Shah Suri en 1546. À eux deux, ils forment l’ensemble du Fort Rouge. Les appartements privés consistent en une rangée de pavillons reliés par un canal que l’on appelle le Nahr-i-Bihisht, ou Fleuve du Paradis. On considère que le Fort Rouge représente l’apogée de la créativité moghole qui, sous l’empereur Shah Jahan, atteint un nouveau degré de raffinement. La disposition du palais est d’inspiration islamique, mais chaque pavillon dévoile des éléments architecturaux typiques des bâtiments moghols, reflétant une fusion des traditions perses, timourides et hindoues. La conception novatrice et le style architectural du Fort Rouge, notamment l’aménagement de ses jardins, ont fortement influencé les constructions et les jardins ultérieurs au Rajasthan, à Delhi, à Agra et dans les régions avoisinantes. India-0037 - Flickr - archer10 (Dennis).jpg


9 Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya Culturel (i), (ii), (iii), (iv), (vi) L'ensemble du temple de la Mahabodhi constitue l'un des quatre lieux saints associés à la vie du Bouddha et notamment à son Éveil. Le premier temple a été érigé par l'empereur Asoka au IIIe siècle av. J.C., alors que le temple actuel date du Ve ou VIe siècle. C'est l'un des plus anciens temples bouddhistes en Inde qui soit toujours debout, et l'un des rares temples de la fin de la période Gupta construits entièrement en briques. Mahabodhi in Bodhgaya.jpg


10 Ensemble monumental de Hampi Culturel (i), (iii), (iv) Hampi est le site, austère et grandiose, de la dernière capitale du dernier grand royaume hindou de Vijayanagar, dont les princes extrêmement riches firent édifier des temples dravidiens et des palais qui firent l'admiration des voyageurs entre le XIVe et le XVIe siècle. Conquise par la Confédération islamique du Deccan en 1565, la ville fut livrée au pillage pendant six mois, puis abandonnée. Vitthala Temple Chariot, Hampi, Karnataka.jpg


11 Ensemble monumental de Khajuraho Culturel (i), (iii) Œuvre de la dynastie des Chandella, qui connut son apogée entre 950 et 1050, les temples de Khajuraho dont il ne subsiste plus qu'une vingtaine se répartissent en trois groupes distincts. Ils appartiennent à deux religions différentes, l'hindouisme et le jaïnisme et réalisent une synthèse exemplaire entre l'architecture et la sculpture. C'est ainsi que le temple de Kandariya est décoré d'une profusion de sculptures qui comptent parmi les plus grands chefs-d'œuvre de la plastique indienne. Devi Jagdambi Temple Khajuraho 05.jpg


12 Ensemble néo-gothique victorien et Art déco de Mumbai Culturel (ii), (iv) Devenue un centre de commerce d’envergure mondiale, la ville de Mumbai a connu un ambitieux projet d’urbanisme durant la deuxième moitié du XIXe siècle. Il s’est traduit par l’édification d’ensembles de bâtiments publics construits dans le style néo-gothique victorien, puis, au début du XXe siècle, par un groupe d’édifices Art déco autour de l’espace vert de l’Oval Maidan. L’ensemble victorien intègre des éléments indiens destinés à répondre au climat local, comme des balcons et des vérandas. Les bâtiments Art déco, avec leurs salles de cinéma et leurs immeubles d’habitation, mélangent la conception indienne et l’imagerie Art déco, créant un style unique appelé plus tard Indo-Deco. Ces deux ensembles témoignent des phases de modernisation que Mumbai a traversées au cours des XIXe et XXe siècles. Lascar An example of the Victorian architecture found in Mumbai (4558366397).jpg


13 Fatehpur-Sikri Culturel (i), (iii), (iv) La « ville de la victoire », construite dans la seconde moitié du XVIe siècle par l'empereur Akbar, ne fut la capitale de l'Empire moghol que pendant une dizaine d'années. C'est un ensemble architectural homogène avec de nombreux monuments et temples, dont une des plus grandes mosquées de l'Inde, Jama Masjid. Fatehpur Sikri 175.JPG
14 Fort d'Agra Culturel (iii) À proximité immédiate des jardins du Taj Mahal, le Fort rouge d'Agra, monument significatif du XVIIe siècle moghol, est une puissante citadelle de grès rouge enserrant dans son enceinte de 2,5 km de périmètre la ville impériale, avec un grand nombre de palais féeriques, comme le palais de Jahangir ou le Khas Mahal, bâti par Shah Jahan, des salles d'audience, comme le Diwan-i-Khas, et deux très belles mosquées. Agra Fort 20.jpg


Forts de colline du Rajasthan
  • 15 Chittorgarh
  • 16 Kumbhalgarh
  • 17 Ranthambore
  • 18 Gagron
  • 19 Amber
  • 20 Jaisalmer
Culturel (ii), (iii) Ce bien en série, situé dans l’Etat du Rajasthan, comprend six forts majestueux à Chittorgarh, Kumbhalgarh; Sawai Madhopur; Jhalawar; Jaipur et Jaisalmer. L’architecture éclectique des fortifications, dont certaines font jusqu’à vingt kilomètres de circonférence, témoigne du pouvoir des Etats princiers rajput qui se sont épanouis entre le 8e et le 19e siècle. A l’intérieur des murs d’enceinte, se trouvent des établissements urbains, des palais, des centres marchands et autres édifices comme des temples dont certains sont antérieurs aux fortifications au sein desquelles s’est développée une culture de cour qui a favorisé les arts et de la musique. Certains des établissements urbains se trouvant à l’intérieur des fortifications ont survécu, de même que de nombreux temples et édifices sacrés. Les fortifications, qui suivent les propriétés défensives naturelles du paysage –collines, rivière, forêts, et désert-, sont équipées de structures de collecte de l’eau, dont beaucoup sont encore utilisées aujourd’hui. Amber Fort & Palace.JPG


21 Gare Chhatrapati Shivaji (anciennement gare Victoria) Culturel (ii), (iv) La gare Chhatrapati Shivaji, autrefois appelée gare Victoria, à Mumbai, est un remarquable exemple d’architecture néogothique victorienne en Inde, mêlée à des éléments issus de l’architecture traditionnelle indienne. Le bâtiment, conçu par l’architecte britannique F.W. Stevens, allait devenir le symbole de Bombay, la « ville gothique » et le plus important port marchand d’Inde. Le terminal, dont la construction, commencée en 1878, dura dix ans, obéit à une conception du gothique victorien s’inspirant des modèles de la fin du Moyen Âge en Italie. Certains éléments remarquables comme le dôme de pierre, les tourelles, les arcs brisés et le plan excentré rappellent l’architecture des palais indiens traditionnels. C’est un exemple exceptionnel de la rencontre de deux cultures, les architectes britanniques ayant fait appel à des artisans indiens pour intégrer la tradition architecturale indienne afin de créer un style nouveau, propre à Bombay. Central Railway Headquarters.jpg


22 Grottes d'Ajanta Culturel (i), (ii), (iii) (vi) À un groupe de monuments rupestres bouddhiques des IIe et Ier siècles av. J.-C. sont venues s'ajouter, à l'époque gupta (Ve et VIe siècles), des grottes ornées encore plus vastes et plus riches. Les peintures et les sculptures d'Ajanta sont des chefs-d'œuvre de l'art religieux bouddhique qui ont exercé un rayonnement considérable. Ajanta Padmapani.jpg
23 Grottes d'Elephanta Culturel (i), (iii) Sur une île de la mer d'Oman au large de Bombay, la « cité des grottes » constitue un ensemble rupestre typique du culte de Shiva où l'art de l'Inde a trouvé l'une de ses expressions les plus parfaites, notamment dans les gigantesques hauts-reliefs de la grotte principale. Trimurti Elephanta Caves.jpg


24 Grottes d'Ellora Culturel (i), (iii), (vi) Trente-quatre monastères et temples ont été creusés en succession serrée dans la paroi d'une haute falaise basaltique, non loin d'Aurangabad, contribuant à faire revivre une brillante civilisation ancienne dans une séquence ininterrompue de monuments datables de 600 à 1000. L'ensemble d'Ellora est une réalisation artistique unique et un tour de force technique. Avec ses sanctuaires consacrés respectivement au bouddhisme, au brahmanisme et au jaïnisme, il illustre l'esprit de tolérance caractéristique de l'Inde ancienne. Ellora-Kailasanatha-5.jpg
25 Jantar Mantar, Jaipur Culturel (iii), (iv) Le Jantar Mantar de Jaipur est un site d'observation astronomique construit au début du XVIIIe siècle. Il comprend un ensemble d'une vingtaine d'instruments fixes. Édifiés en maçonnerie, ce sont des exemplaires monumentaux d'instruments connus mais souvent aux caractéristiques particulières. Destinés à des observations d'astronomie à l'œil nu, ils comportent plusieurs innovations architecturales et instrumentales. C'est l'ensemble le plus significatif, le plus complet et le mieux conservé des observatoires anciens de l'Inde. Il exprime les compétences astronomiques et les conceptions cosmologiques acquises dans l'entourage d'un prince savant à la fin de l'époque moghole. Jaipur-Jantar Mantar-Disha Yantra-20131016.jpg
26 Taj Mahal Culturel (i) Immense mausolée funéraire de marbre blanc édifiée entre 1631 et 1648 à Agra sur l'ordre de l'empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite, le Taj Mahal, joyau le plus parfait de l'art musulman en Inde, est l'un des chefs-d'œuvre universellement admirés du patrimoine de l'humanité. TajMahalbyAmalMongia.jpg


Les grands temples vivants Chola
  • 27 Temple de Brihadisvara
  • 28 Temple de Airavatesvara
  • 29 Temple de Brihadisvara (Gangaikondacholapuram)
Culturel (ii), (iii) Les grands temples vivants de Chola ont été construits par les rois de l’Empire de Chola qui s’étendait sur l’ensemble de l’Inde méridionale et sur les îles voisines. Le site comprend trois grands temples de Chola des XIe et XIIe siècles : le temple de Brihadisvara de Thanjavur, le temple de Brihadisvara de Gangaikondacholisvaram et le temple d’Airavatesvara de Darasuram. Le temple de Gangaikondacholisvaram, érigé par Rajendra Ier, a été achevé en 1035. Son vimana (tour sanctuaire) de 53 m est caractérisé par des angles disposés en retrait élégamment incurvés vers le haut, contrairement à la stricte et droite tour du temple de Tanjore. Le temple d’Airavatesvara, érigé par Rajaraja II à Darasuram, comporte un vimana de 24 m et une image en pierre de Shiva. Ces temples témoignent des brillantes réalisations de l’ère chola en architecture, peinture, sculpture et statuaire en bronze. Dancing Shiva, Gangaikondacholapuram.jpg


L'œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne
  • 30 Complexe du Capitole de Chandigarh
Culturel (ii), (vi) Choisis parmi l’œuvre de Le Corbusier, les 17 sites qui composent ce bien en série transnational, réparti sur sept pays, témoignent de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé. Ils ont été réalisés sur un demi-siècle, tout au long de ce que Le Corbusier a nommé une « recherche patiente ». Le Complexe du Capitole à Chandigarh (Inde), le Musée national des Beaux-arts de l’Occident à Tokyo (Japon), la Maison du Docteur Curutchet à La Plata (Argentine) ou encore l’Unité d’habitation de Marseille (France) reflètent les solutions que le Mouvement Moderne a cherché à apporter, au cours du XXe siècle, aux enjeux de renouvellement des techniques architecturales, afin de répondre aux besoins de la société. Ces chefs-d'œuvre du génie humain attestent également de l’internationalisation de la pratique architecturale à l’échelle de la planète. Chandigarh High Court.jpg


31 Monuments bouddhiques de Sânchî Culturel (i), (ii), (iii), (iv), (vi) Sur une colline dominant la plaine, à une quarantaine de kilomètres de Bhopal, le site de Sânchî regroupe des monuments bouddhiques (piliers monolithes, palais, temples et monastères), inégalement conservés, remontant pour l'essentiel aux Ier et IIe siècle av. J.-C. C'est le plus ancien sanctuaire bouddhique existant et il est resté un centre essentiel du bouddhisme en Inde jusqu'au XIIe siècle. Sanchi portique sud.jpg


32 Parc archéologique de Champaner-Pavagadh Culturel (iii), (iv), (v), (vi) Cet ensemble conjugue des sites archéologiques, en grande partie encore enfouis, et un patrimoine culturel vivant s’inscrivant dans un paysage spectaculaire qui comprend des sites préhistoriques (chalcolithique), la forteresse perchée sur une hauteur d’une ancienne capitale hindoue, et les vestiges de la ville qui fut au XVIe siècle la capitale de l’État du Gujarat. L’ensemble comprend également d’autres vestiges, dont des fortifications, des palais, des édifices religieux, des villas résidentielles, des structures agricoles et des installations hydrauliques, construits entre le VIIIe et le XIVe siècle. Le temple de Kalikamata, au sommet de la colline du Pavagadh, considéré comme un sanctuaire important, attire tout au long de l’année de nombreux pèlerins. C’est l’unique ville islamique prémoghole complète existante. Panch Mahuda Ki Masjid.jpg


33 Qutb Minar et ses monuments, Delhi Culturel (iv) Construit au début du XIIIe siècles à quelques kilomètres au sud de Delhi, le minaret de Qutb Minar est une tour de grès rouge haute de 72,5 m, d'un diamètre de 14,32 m à la base et de 2,75 m au sommet, avec des cannelures et des encorbellements de stalactites. La zone archéologique avoisinante comprend des tombeaux, le magnifique portail d'Alai-Darwaza, chef-d'œuvre de l'art indo-musulman bâti en 1311, et deux mosquées, dont celle de Quwwat-ul-Islam, la plus ancienne de l'Inde du Nord, faite de matériaux provenant d'une vingtaine de temples brahmaniques. Qminar.jpg


34 Rani-ki-Vav (le puits à degrés de la Reine) à Patan, Gujarat Culturel (i), (iv) Situé sur les rives de la Sarasvati, à Patan, le Rani-ki-Vav a été construit au départ comme un mémorial pour un roi du XIe siècle. Les puits à degrés sont une typologie architecturale propre au sous-continent indien. Apparus dès le IIIe millénaire av. J.-C., ils ont évolué au fil du temps : depuis ce qui était simplement une fosse accessible dans un sol sablonneux jusqu’à des ouvrages artistiques et architecturaux à plusieurs étages et très élaborés. Rani-ki-Vav a été construit à l’apogée de la maîtrise des artisans aussi bien de la construction de puits à degrés que du style Maru-Gurjara, d’où sa technique complexe et sa grande beauté dans les détails comme dans les proportions. Conçu comme un temple inversé soulignant le caractère sacré de l’eau, il comporte sept niveaux d’escaliers et de panneaux sculptés d’une haute qualité artistique. Plus de 500 sculptures principales et un millier d’autres mineures composent une imagerie religieuse, mythologique et séculaire, avec de fréquentes références à des œuvres littéraires. Le quatrième niveau est le plus profond et il mène à une citerne de 9,5 sur 9,4 m à 23 m de profondeur. Le puits se situe à l’extrémité ouest du site ; profond de 30 m, il s’agit d’une cavité circulaire de 10 m de diamètre. Rani ki Vav sculptures 02.jpg


35 Site archéologique Nalanda Mahavihara (université de Nalanda) à Nalanda, Bihar Culturel (i), (iv) Le site de Nalanda Mahavihara est situé dans l’état du Bihar, au nord-est de l’Inde. Il s'agit des vestiges archéologiques d’une institution monastique et scolastique en activité du IIIe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle de notre ère. Il comprend des stupas, des sanctuaires, des viharas (bâtiments résidentiels et éducatifs) et d’importantes œuvres d’art en stuc, en pierre et en métal. Nalanda se distingue comme la plus ancienne université du sous-continent indien, une institution qui a transmis le savoir de façon organisée sur une période ininterrompue de 800 ans. Le développement historique du site témoigne de l’évolution du bouddhisme en une religion, et de l’épanouissement des traditions monastiques et éducatives. Sariputta - Nalanda University.jpg


36 Temple du Soleil à Konarak Culturel (i), (iii), (vi) Au bord du golfe du Bengale, dans le prolongement des rayons du soleil levant, le temple de Konarak est une représentation monumentale du char du dieu-soleil Surya, aux vingt-quatre roues abondamment sculptées de motifs symboliques, et de son attelage de six chevaux. Construit au XIIIe siècle, c'est l'un des plus célèbres sanctuaires brahmaniques de l'Inde. Konark Wheel.jpg


37 Tombe de Humayun, Delhi Culturel (ii), (iii), (iv) Cette sépulture, construite en 1570, a une signification culturelle exceptionnelle car c'est le premier exemple de tombe-jardin sur le sous-continent indien. Elle a inspiré d'importantes innovations architecturales qui virent leur apogée avec la construction du Taj Mahal. India-0147 - Flickr - archer10 (Dennis).jpg


38 Ville historique d'Ahmedabad Culturel (ii), (v) La ville fortifiée d’Ahmedabad fut fondée par le sultan Ahmad Shah au XVe siècle, sur la rive orientale du fleuve Sabarmati. Elle présente un riche patrimoine architectural de l’époque du sultanat, notamment la citadelle de Badhra, les murs et les portes de la ville fortifiée et de nombreuses mosquées et sépultures ainsi que d’importants temples hindous et jaïns d’époques ultérieures. Le tissu urbain est formé de maisons traditionnelles (pols) densément regroupées le long de rues traditionnelles fermées (puras) par des portes qui se caractérisent notamment par des mangeoires à oiseaux ou des puits publics. La ville a continué de prospérer en tant que capitale de l’Etat du Gujarat pendant six siècles jusqu’à nos jours. WOODEN HAVELI.jpg


39 Ghâts occidentaux Naturel (ix), (x) Plus ancienne que les montagnes de l’Himalaya, la chaîne de montagne des Ghâts occidentaux présente des caractéristiques géomorphiques d’une immense importance avec un processus biophysique et écologique unique. Les écosystèmes forestiers de haute montagne influencent les conditions météorologiques de la mousson indienne. Jouant un rôle de modération du climat tropical de la région, le site présente un des meilleurs exemples de systèmes de mousson de la planète. Le site a également un niveau exceptionnellement élevé de diversité biologique et d’endémisme. Il est reconnu comme l’un des huit points chauds de la biodiversité au monde. Les forêts se composent des meilleurs exemples de forêts sempervirentes tropicales non équatoriales au monde. Elles abritent au moins 325 espèces, globalement menacées, de flore, de faune, d’oiseaux, d’amphibiens et de reptiles. Western Ghats Tea Plantations Kerala India 2014.jpg


40 Parc national du Grand Himalaya Naturel (vii), (x) Ce parc national se trouve dans le secteur occidental de l’Himalaya, dans l’État indien septentrional de l’Himachal Pradesh. Il se caractérise par de hauts sommets alpins, des prairies alpines et des forêts riveraines. Les 90 540 ha du bien englobent les sources, nées des hautes montagnes glacées et de la fonte des neiges, de plusieurs fleuves et les bassins-versants des eaux qui alimentent de façon vitale des millions de personnes vivant en aval. Le site protège les forêts touchées par la mousson et les prairies alpines des chaînes frontales de l’Himalaya. Le bien, qui protège aussi une partie du « haut lieu de biodiversité » de l’Himalaya, comprend 25 types de forêts et un riche assemblage associé d’espèces de la faune, dont plusieurs sont menacées. Cela lui confère une importance exceptionnelle pour la conservation de la biodiversité. Great Himalayan National Park, Kullu, Himachal.jpg


41 Parc national de Kaziranga Naturel (ix), (x) En plein cœur de l'Assam, le parc de Kaziranga, l'une des dernières zones de l'Inde du Nord qui n'aient pas été modifiées par l'homme, abrite la plus importante population de rhinocéros unicornes du monde, ainsi que de nombreux autres mammifères – tigres, éléphants, panthères, ours – et des milliers d'oiseaux. Rhino in the grassland.jpg


42 Parc national de Keoladeo Naturel (x) Ancienne réserve princière de chasse au canard, le parc national de Keoladeo reste un lieu d'hivernage majeur pour des myriades d'oiseaux d'eau venus d'Afghanistan, du Turkménistan, de Chine et de Sibérie. On y a dénombré 364 espèces d'oiseaux, dont la rare grue sibérienne. Great Egret at Keoladeo Ghana National Park, Bharatpur, India.jpg


43 Parc national des Sundarbans Naturel (ix), (x) Les Sundarbans couvrent 10 000 km2 de terre et d'eau (dont plus de la moitié en Inde, le reste au Bangladesh) dans le delta du Gange. On y trouve la plus grande région de forêts de mangroves du monde. Plusieurs espèces rares ou menacées vivent dans le parc, dont des tigres, des mammifères aquatiques, des oiseaux et des reptiles. Tiger Sundarbans Tiger Reserve 22.07.2015.jpg


44 Parc nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs Naturel (vii), (x) Niché très haut dans l’Himalaya occidental, le parc national de la Vallée des fleurs, en Inde, est célèbre pour ses prairies de fleurs alpines endémiques et sa beauté naturelle exceptionnelle. Cette région extrêmement diverse abrite également des animaux rares et en danger tels que l’ours noir d’Asie, le léopard des neiges, l’ours brun et le bharal. Le paysage vallonné du parc national de la Vallée des fleurs complète les montagnes sauvages et escarpées du parc national de Nanda Devi. Ensemble, ils forment une zone de transition unique entre les chaînes de montagnes iconiques du Zanskar et du Grand Himalaya, appréciée des alpinistes et des botanistes depuis plus d’un siècle, et présente dans la mythologie hindoue depuis bien plus longtemps. (A) Valley of flowers, Garhwal Uttarakhand India.jpg


45 Sanctuaire de faune de Manas Naturel (vii), (ix), (x) Dans une zone des contreforts de l'Himalaya où alternent collines boisées, prairies alluviales et forêts tropicales, le sanctuaire de Manas abrite une faune d'une extrême richesse qui comprend de nombreuses espèces menacées, comme le tigre, le sanglier nain, ainsi que le rhinocéros et l'éléphant indiens. A Capped Langur, Manas National Park.jpg


46 Parc national de Khangchendzonga Mixte (iii), (vi), (vii), (x) Situé au cœur de la chaîne himalayenne dans le nord de l’Inde (État du Sikkim), le parc national de Khangchendzonga comprend une diversité unique de plaines, de vallées, de lacs, de glaciers et de montagnes spectaculaires couvertes de forêts anciennes et couronnées de neige, parmi lesquelles se trouve le troisième plus haut sommet du monde, le mont Khangchendzonga. Des récits mythologiques sont associés à cette montagne et à un grand nombre d’éléments naturels (grottes, rivières, lacs…) qui sont l’objet de vénération de la part des peuples autochtones du Sikkim. Les significations sacrées de ces récits et pratiques ont été intégrées dans les croyances bouddhistes et constituent la base de l’identité sikkimaise. A scene from Kanchendzonga National Park, Sikkim (3).jpg



Légende des critères
(i) Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.
(ii) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.
(iii) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
(iv) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine.
(v) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.
(vi) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle.
(vii) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles.
(viii) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre.
(ix) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes.
(x) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique.


Stars305.svg
Ces conseils de voyage sont une esquisse et ont besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information pour être réellement utile. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Patrimoine mondial de l'UNESCO