« Patrimoine culturel immatériel au Honduras » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
Aucun résumé des modifications
=== Liste représentative ===
{{Tableau PCI|
{{Site PCI | pratique={{Marqueur |nom= La langue, la danse et la musique des Garifuna |lien nom= |latitude= |longitude= |image= }} {{Cadre|titre=Note|couleur=1|Le Honduras partage cette pratique avec le [[Patrimoine culturel immatériel au Guatemala|Guatemala]], le [[Patrimoine culturel immatériel au Belize|Belize]] et le [[Patrimoine culturel immatériel au Nicaragua|Nicaragua]].}}| domaine= | id= 00001 | description= Les GarifunasGarifuna sont issus dude métissagemétissages entre des esclavesgroupes africainsoriginaires évadésd’[[Afrique]] (leset nègresdes marrons[[Caraïbes]] dont ils ont intégré des éléments culturels. Ils se sont établis au dix-huitième siècle le long de la côte atlantique de l’[[Amérique centrale]] après avoir été obligés de fuir Saint-Vincent. Aujourd’hui, ils vivent principalement au Honduras, au Guatemala, au Nicaragua et au Belize. La langue garifuna, qui appartient au groupe de langues arawak, a survécu à des siècles de discrimination et de domination linguistique. Elle est riche en récits (úraga) à l’origine racontés lors des veillées ou de grands rassemblements. Les mélodies mêlent des éléments africains et amérindiens et les autochtonestextes (Caraïbesconstituent un véritable creuset de l’histoire et Arawaks)des savoirs traditionnels des Garifuna, métissanttels la culture du manioc, la fabrication de canoës ou la construction de maisons en terre cuite. Il y a également une veine satirique très importante dans ces chansons rythmées par des tambours et accompagnées de danses auxquelles se mêlent les spectateurs. certainesCes traditions africainesrestent avecessentielles dans la culturevie des caraïbeGarifuna. LeurCe nomsont signifieles «anciens mangeurqui perpétuent la plupart des cérémonies, fêtes et traditions orales. La transmission pâtit pourtant des migrations économiques, de maniocla »discrimination enet arawakde l’absence de la langue garifuna dans le système scolaire. Bien qu’elle ait encore de nombreux locuteurs, elle n’est plus enseignée que dans un seul village. | illustration= Garifuna dancers in Dangriga, Belize.jpg}}
}}
 

Menu de navigation