Télécharger le fichier GPX de cet article
45.7166666666677.3666666666667Map mag.png

De Wikivoyage
Aller à la navigation Aller à la recherche

Vallée d'Aoste
​((it)Valle d'Aosta)
Aosta.jpg
Information
Pays
Superficie
Population
Densité
Code postal
Fuseau
Localisation
Site officiel

La Vallée d'Aoste (ou Val d'Aoste) est une région montagneuse italienne du nord-ouest.

Comprendre[modifier]

C'est une région autonome à statut spécial, la plus petite d'Italie.

Histoire

Les premiers établissements humains, trouvés dans la région de Saint-Pierre, remontent au quatrième millénaire avant notre ère. La zone mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans à Aoste et le Cromlech du Piccolo San Bernardo sont deux autres sites archéologiques préhistoriques importants de la région.

Habitée à l'origine par les Salassi, la Vallée d'Aoste a été conquise par les troupes romaines. En 25 avant JC Augusta Prætoria Salassorum, l'actuelle Aoste, a été fondée. L'Arc d'Auguste, la Porta Praetoria et les autres portes romaines, le forum et le théâtre romains, les remparts et les tours sont quelques-uns des nombreux vestiges romains qui font d'Aoste le titre de "Rome des Alpes". Avec l'avènement du christianisme à la fin du IVe siècle, Aoste devint un évêché, appartenant d'abord à l'archidiocèse de Vercelli, puis, jusqu'au VIIIe siècle, à l'église métropolitaine de Milan.

Après la chute de l'Empire romain d'Occident, la Vallée d'Aoste était initialement sous la domination d'Odoacre, puis est devenue une partie du royaume ostrogoth sous le roi Théodoric. Après la guerre gothique, la Vallée d'Aoste a été annexée à la Préfecture du Prétoire d'Italie, et a finalement été conquise par les troupes d'Alboino en 568, devenant une partie du Royaume Lombard. Profitant de la période d'anarchie qui suit la mort de Clefi, le mérovingien Gontrano, roi des Francs d'Orléans, bat les Lombards, annexant Aoste et Suse en 575. Suite à la conquête du royaume lombard par Charlemagne en 774, Aoste et Suse suivit le sort du royaume d'Italie. Sous l'empire carolingien s'est développée la Via Francigena, une route de pèlerinage du nord de l'Europe à Rome, complétée par la traversée de la colline du Gran San Bernardo. Saint-Rhémy-en-Bosses, Aoste, Pontey et Pont-Saint-Martin sont des étapes mentionnées par Sigeric de Cantorbéry en 990.

Par la volonté d'Otton Ier de Saxe, qui entendait assurer le libre accès au royaume d'Italie, Aoste fut cédée en 972 à son beau-frère Conrad III de Bourgogne et resta dans le royaume de Bourgogne jusqu'en 1032. En tant que En conséquence, les relations politiques, économiques et commerciales se consolidèrent avec l'autre côté des Alpes.À la longue, des dialectes franco-provençaux similaires à ceux parlés en Savoie, Dauphiné et Suisse romande actuelle se répandirent et se développèrent dans le Val d' Aoste.

À partir de 1032, la famille de Savoie entre en possession de la Vallée d'Aoste, l'incorporant ensuite au duché de Savoie puis au royaume de Sardaigne, conservant son contrôle sans interruption, à l'exception de brèves parenthèses françaises. La première invasion remonte à 1691 par Louis XIV, mais la vallée reste sous le contrôle des Savoie. La seconde invasion française eut lieu en 1704, pendant la guerre de Succession d'Espagne, et dura jusqu'en 1706 avec la victoire de la Savoie à la bataille de Turin. La troisième invasion a eu lieu par Napoléon. Suite à la bataille de Marengo en 1800, la Vallée fut annexée à la France puis incorporée au premier Empire français, où elle formait l'Arrondissement d'Aoste, une partie du Département de la Doire (avec Ivrée comme capitale). Après la défaite définitive de Napoléon, la Vallée d'Aoste revient à la Savoie en 1814.

Le 24 mars 1860, le traité de Turin cède le comté de Nice et le duché de Savoie à la France, tandis que la Vallée d'Aoste reste sous le royaume de Sardaigne, seule région de langue franco-provençale et de culture francophone dans l'unité italienne à naître. Etat. Le 17 mars 1861, l'unification de l'Italie est proclamée.

Le Val d'Aoste a participé à la Première Guerre mondiale. Des centaines de réfugiés, en particulier des enfants, de Trente et de Trieste, ont été accueillis dans la vallée. Les morts dans la guerre déterminés sur la base des données ministérielles étaient de 776, des estimations ultérieures ont parlé d'un nombre beaucoup plus élevé de victimes, jusqu'au chiffre de 1 557.

Le 30 décembre 1920 le premier Fascio de combat fut constitué à Aoste, en présence de Cesare Maria De Vecchi. Suite à l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini, la politique d'italianisation est engagée. Le Conseil provincial scolaire de Turin a ordonné la suppression de 268 écoles de village (en français, écoles de hameau), dans le but de centraliser et d'italianiser l'enseignement val d'Aoste (après de longues négociations, 53 écoles de village ont été rouvertes). Parallèlement, une industrialisation massive est promue, avec l'inauguration du tunnel ferroviaire entre Cogne et Acque Fredde pour le transport du minerai de fer des mines, la fondation d'Ansaldo-Cogne et d'Industrie Lamiere Speciali SpA à Pont-Saint-Martin. Grâce à l'immigration du reste de l'Italie, la population résidente de la Vallée d'Aoste au recensement de 1931 s'élevait à 83 479 habitants, dont plus de 50 % étaient nés hors de la vallée (principalement du Piémont et de la Vénétie).

En 1937, la révision de la toponymie des villes d'Aoste a commencé, en changeant le nom des rues et des places et en 1939, une proposition a été élaborée pour réduire le toponyme des 74 communes de la Vallée d'Aoste à la forme italienne ; l'initiative a été prise dans une polémique contre la France, accusée de mener une campagne anti-italienne.

La déclaration de guerre à la France du 10 juin 1940, qui marqua le début de la Seconde Guerre mondiale pour l'Italie, fut accueillie par les habitants de la Vallée d'Aoste « avec peu d'enthousiasme, voire froidement », selon les termes du commissaire d'Aoste, Vittorio Labbro.

Quelques jours après l'armistice de 1943, le premier meeting clandestin est organisé au cours duquel sont posés les fondements de la résistance armée. Émile Chanoux, revenu à Aoste de Chambéry, où il s'était enfui, reprend contact avec les antifascistes pour établir les méthodes et les objectifs de la Résistance valdôtaine. Entre-temps, les institutions de la République sociale italienne ont été établies.

Le 18 mai 1944, Émile Chanoux et Lino Binel, un autre membre de la Résistance Vallée d'Aoste, sont arrêtés. Chanoux est mort dans la nuit, suite aux tortures qu'il a subies (il existe aussi d'autres versions, mais celle indiquée est la plus accréditée). Binel est déporté en Allemagne. Plusieurs affrontements s'ensuivirent entre la Résistance et les nazi-fascistes. C'était la période d'expansion maximale de la Résistance valdôtaine qui, selon les estimations les plus fiables, rassemblait près de trois mille partisans. Le 2 mai 1945, le chef d'état-major du commandement général du 75e corps d'armée allemand signe la reddition des troupes allemandes et fascistes présentes dans les régions de Biella, Ivrea et Aoste à Biella. La Vallée d'Aoste a été entièrement libérée par le travail exclusif du mouvement partisan.

Dans le mémorandum d'Alger de 1943, la France avait fait valoir ses prétentions contre l'Italie, proposant le « rattachement total à la France » pour la Vallée d'Aoste. Certains membres de la Résistance Vallée d'Aoste ont été approchés par les services secrets français pour sonder les aspirations concernant une éventuelle annexion à la France. Pour les tenants de la Résistance pro-italiens, majoritaires (dont Federico Chabod), ce fut l'occasion de rappeler l'extranéité de la Vallée d'Aoste à l'histoire de France et le danger politique et économique d'une annexion à la nation la plus « L'Europe et d'élaborer le projet d'une implantation institutionnelle originale de la Vallée d'Aoste au sein du nouvel État italien qui naîtrait à la fin de la guerre.

En janvier 1946, le décret législatif du lieutenant royal du 7 septembre 1945, n. 545, qui établit le district de la Vallée d'Aoste et supprime la province d'Aoste. La Vallée d'Aoste a été rendue par le gouvernement militaire allié à l'administration du gouvernement italien.

Le 1er janvier 1946, le district de la Vallée d'Aoste a été créé et la province d'Aoste supprimée. Les 30-31 janvier 1948, l'Assemblée constituante a discuté et approuvé le projet de loi constitutionnelle concernant le Statut spécial de la Vallée d'Aoste, qui a été promulgué le 26 février.

En 1981, le nouveau « système financier de la Vallée d'Aoste » a été approuvé. La disposition prévoyait à l'origine d'attribuer à la Région autonome 7/10 des impôts perçus par l'État dans la Vallée d'Aoste, mais un amendement a porté la part due à la Région à 9/10.

Climat[modifier]

En raison de l'orographie de la Vallée d'Aoste, il existe des microclimats locaux très différents, même entre les vallées ou les pentes proches.

Les températures varient selon l'altitude du territoire. À haute altitude, il y a un climat alpin, donc les étés sont courts et frais, puis de longs hivers froids se produisent avec des températures qui descendent même jusqu'à -20°C et culminent même en dessous de -30°C à des altitudes supérieures à 2000 m. Les fonds de vallée, en revanche, ont une tendance typique des climats continentaux : en hiver les températures descendent en dessous de 0°C même d'une dizaine de degrés, en été elles montent également à des valeurs supérieures à 30°C avec une mauvaise ventilation qui accentue la sensation d'étouffement.

Les pluies dans la Vallée d'Aoste sont rares, surtout par rapport aux autres régions du secteur alpin, car les vents qui soufflent le plus fréquemment sont d'origine occidentale et déchargent leur teneur en eau sur les pentes occidentales des Alpes. Les vallées les plus intimes encaissées entre d'imposants reliefs paraissent très sèches ; les précipitations augmentent avec l'altitude, dépassant généralement légèrement les 1000 mm même sur les plus hauts reliefs. Ces faibles précipitations sont dues précisément à l'effet barrière que les reliefs exercent contre les dépressions atlantiques.

Cependant, il existe des zones à pluviométrie plus importante, à la frontière avec le Piémont, ouvertes aux influences méridionales et à la frontière avec la France et la Suisse en raison d'une exposition favorable aux courants atlantiques du nord et de l'ouest.

Les précipitations deviennent neigeuses à des altitudes supérieures à 2400 m en toute saison de l'année. L'hiver est généralement la saison la plus sèche, à l'exception des versants ouest, où les précipitations sont souvent plus importantes, souvent sous forme neigeuse pendant les mois d'hiver. Pendant les mois d'hiver, l'intensité du vent est parfois telle que la descente abrupte des pentes des Alpes génère des épisodes de Foehn importants. Dans ce cas également, les pentes occidentales de la Vallée d'Aoste sont une exception, car l'effet Stau est prédominant avec des chutes de neige hivernales importantes.

Régions[modifier]

On y trouve 11 vallées principales:

  • Vallée du Lys (ou de Gressoney)
  • Val d'Ayas
  • Valtournenche
  • Vallée du Grand-Saint-Bernard
  • Valpelline
  • Val Vény
  • Val Ferret
  • Vallon de La Thuile
  • Valgrisenche
  • Val de Rhêmes
  • Valsavarenche
  • Val de Cogne

Villes[modifier]

  • Aoste, capitale de la région autonome : musée archéologique régional, musée du trésor de la cathédrale Notre-Dame, arc romain de triomphe d'Auguste, aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, basilique paléo-chrétienne de Saint-Laurent, mur d'enceinte et tours, ensemble monumental de la cathédrale Notre-Dame, collégiale de Saint-Ours, forum romain et cryptoportique, pont romain sur le Buthier, porte prétorienne, théâtre romain
  • Châtillon : château d'Ussel, musée paroissial
  • Saint-Vincent : église Saint-Vincent, musée de minéralogie et de paléontologie, musée paroissial, thermes, Casino de la Vallée
  • Breuil-Cervinia : station de sports d'hiver et d'été internationale, musée de la Société des guides du Cervin
  • Cogne : station de sports d'hiver et d'été, maison des dentelles
  • Courmayeur  – église Saint-Pantaléon, musée alpin Duc des Abruzzes (Société des guides de Courmayeur), station de sports d'hiver et d'été internationale, téléphérique du Mont-Blanc
  • Pré-Saint-Didier : thermes
  • La Thuile : station de ski internationale, jardin alpin Chanousia

Autres destinations[modifier]

  • Parc national du Grand-Paradis  – Le plus ancien parc national d'italie
  • Les châteaux et forteresses valdôtains : Fénis, Bard (musée des Alpes), Issogne, Sarre, Saint-Pierre (musée régional des sciences naturelles), Verrès, Châtillon, Aymavilles, Gressonney-Saint-Jean, Sarriod de la Tour.
  • La Route des Vins, plusieurs vins AOC, à Morgex poussent les vignobles les plus hauts d'Europe.
  • Les 4 plus beaux sommets des Alpes: le Mont-Blanc, le Grand-Paradis, le Cervin et le Mont-Rose.
  • Les nombreuses moyennes et petites stations de sports d'hiver et d'été de La Thuile, de Gressonney-la-Trinité, de Champoluc, de Pila, de Torgnon, de Brusson, de Gressonney-Saint-Jean, de Chamois, de Champorcher, de La Magdeleine, de Rhêmes-Notre-Dame, de Saint-Rhémy-en-Bosses, du col de Joux, de Valgrisenche, de Valpelline et de Valtournenche.
  • Valgrisenche : église Saint-Grat, lac de Beauregard, musée paroissial
  • Vallée du Lys : Gressoney-Saint-Jean (église Saint-Jean, musée régional de faune alpine "Alpenfaunamuseum", musée paroissial), Gressonney-la-Trinité, Écomusée Walser
  • Valsavarenche : musée paroissial, centre visiteurs du parc du Grand-Paradis
  • Valtournenche : musée paroissial
  • Pont-Saint-Martin : pont romain (pont Saint-Martin)
  • Issime : église Saint-Jacques, musée paroissial
  • Arnad : église Saint-Martin, pont d'Échallod
  • Perloz : église Saint-Sauveur
  • Gignod : église Saint-Hilaire, musée paroissial
  • Gressan : église de la Madeleine
  • Villeneuve : Châtel-Argent
  • Morgex : église Sainte-Marie
  • Donnas : route romaine des Gaules
  • Runaz : arc de Pierre-Taillée, Maison de Mosse
  • Saint-Rhémy-en-Bosses : musée du jambon
  • La Thuile : jardin alpin Chanousia au col du Petit-Saint-Bernard
  • Pont d'Aël (Aymavilles) : pont-aqueduc romain
  • Champdepraz : musée communal du parc naturel du Mont-Avic
  • Introd : maison-musée Jean-Paul II, parc animalier
  • Rhêmes-Notre-Dame : centre visiteurs du parc national du Grand-Paradis
  • Saint-Nicolas : centre d'études francoprovençales "René Willien", musée Cerlogne
  • Champorcher : musée du chanvre
  • Challand-Saint-Victor : musée paroissial
  • Réserves naturelles régionales: Les Îles, Côte de Gargantua, Tsatelet, lac de Lozon, lac de Ville

Aller[modifier]

En voiture[modifier]

Le territoire régional est entièrement montagneux ; les principaux axes routiers se situent évidemment dans la vallée : il s'agit de la nationale 26 du Val d'Aoste et de l'autoroute A5 (Turin - Aoste - Tunnel du Mont Blanc). Toutes les autres routes partent de la route nationale, reliant toutes les petites villes et les différentes vallées de la région. Quant à la signalisation routière, dans toute la Vallée d'Aoste, les panneaux sont bilingues italien - français ; les toponymes des centres habités sont inscrits sur les panneaux de localisation et de destination dans la seule forme officielle française à l'exception de la commune d'Aoste uniquement (Aoste en français).

La Vallée d'Aoste est traversée par l'A5 ; le tronçon de 59,5 km de la frontière piémontaise à Aoste est géré par SAV S.p.A. avec 5 sorties d'autoroute (Pont-Saint-Martin, Verrès, Châtillon / Saint-Vincent, Nus et Aoste Est). Le dernier tronçon d'Aoste Est à la frontière de l'État est sous la responsabilité du RAV - Raccordo Autostradale Valle d'Aosta S.p.A., une entreprise appartenant au groupe Autostrade per l'Italia. L'autoroute A5 est la plus chère d'Italie.

La Vallée d'Aoste est facilement accessible et praticable en voitures, motos et camping-cars, car elle dispose d'un important réseau routier. La plupart des flux touristiques qui intéressent la région proviennent des régions voisines. Turin est directement reliée à l'autoroute A5 et n'est qu'à 55 km de Pont-Saint-Martin, la porte "Est" de la Vallée et la première ville que l'on rencontre en entrant dans la Vallée d'Aoste ; À 98 km de la capitale régionale Aoste (sortie Aoste Est) et 136 de Courmayeur.

En venant de Milan (164 km), par l'autoroute A4, prendre la bretelle à Santhià, en direction d'Aoste. Le temps de trajet est également limité pour ceux venant de Gênes (226 km). Le réseau autoroutier de la Vallée d'Aoste est en bon état et est affecté par un trafic régulier, qui s'intensifie au cours du week-end. Le réseau routier interne est également bien développé, les routes dans les vallées latérales sont praticables toute l'année, à l'exception de certains cols (Piccolo et Gran San Bernardo - généralement praticables uniquement entre mai et octobre). La vallée est également accessible du côté français ou suisse par les deux tunnels du Mont Blanc et du Grand San Bernardo, en suivant respectivement les routes nationales n°26 et n°27. Les distances maximales pour les déplacements internes sont toutefois inférieures à 130 km et depuis la capitale, tout point de la région peut être atteint en 1h30' au maximum, sauf en cas de trafic intense.

La ligne ferroviaire Chivasso - Ivrée - Aoste - Pré-Saint-Didier relie la région au réseau national. Les principales gares sont Aoste, Pré-Saint-Didier, Verrès, Pont-Saint-Martin et Châtillon - Saint-Vincent.

En train[modifier]

Dans la Vallée d'Aoste, il y a 161 km de voies ferrées ; la ligne ferroviaire principale est la ligne Aoste - Ivrée - Chivasso - Turin, de 129 km, avec sept stations. L'autre ligne est la ligne Aoste - Pré-Saint-Didier, 32 km, avec onze stations. Le service ferroviaire a été suspendu le 24 décembre 2015. Il était géré par Trenitalia s.p.a qui, dans le but d'améliorer la qualité du service, avait renouvelé en 2009 une partie de la flotte de matériel roulant avec la mise en service de 7 nouveaux Minuetto Diesel.

Les guichets Aoste, Châtillon, Verrès, Pont-Saint-Martin appartiennent à la Direction Régionale du Val d'Aoste.

La Région a entamé le processus par lequel l'Administration régionale se substituera à l'État dans les relations avec Trenitalia, par le transfert de la propriété du service à l'Administration elle-même, comme le permet la législation en vigueur ; à l'issue de ce processus, le service régional de transport ferroviaire peut également faire l'objet d'un appel d'offres, de sorte que l'attribution se fait sur la base de paramètres établis par la Région, tels que le coût et la qualité du service au regard de la ponctualité, confort, fiabilité, et que la Région puisse se doter des bons outils pour sanctionner efficacement les retards et carences.

Il existe également une ligne de chemin de fer abandonnée, le chemin de fer Cogne-Acque Fredde, en service de 1921 à 1979.

En bus[modifier]

Les compagnies locales d'autocars sont la SAVDA et la VITA. Taxis à Aoste, Cogne, Châtillon et Courmayeur. Dans presque toutes les localités de la vallée on trouve un service de location de voitures avec chauffeur.

Circuler[modifier]

Parler[modifier]

Même si la plupart des Valdôtains sont de langue maternelle franco-provençale (ou arpitane), le français y est également répandu en tant que langue officielle sur un pied d'égalité avec l'italien, et enseigné dans les écoles. La Vallée d'Aoste représente aujourd'hui le seul territoire où le franco-provençal est encore parlé activement comme langue maternelle et quotidienne. Les habitants de haute vallée du Lys ont une autre langue minoritaire, le walser.

Acheter[modifier]

  • Produits d'artisanat en bois, en fer, en tissus, dentelle au fuseau de Cogne, drap de Valgrisenche, chanvre de Champorcher, mobilier rustique
  • Fromages (Fontine, Fromadzo, Tomme de Gressoney, Reblec, Salignon, Seras)
  • Charcuterie : lard d'Arnad, jambon des Bosses
  • Motsetta (viande de chamois séchée découpée en fines tranches)
  • Pain noir de seigle artisanal
  • Fruits des bois et de culture, et leurs dérivés (framboises, myrtilles, châtaignes, pommes, poires)
  • Herbes aromatiques de montagne
  • Miels de rhododendron, de châtaignier et multifleurs
  • Tuiles d'Aoste et torcets de Saint-Vincent
  • Vins blancs, rouges, de dessert "AOC Vallée d'Aoste", et spiritueux (génépy des Alpes)
  • Eaux minérales locales (Courmayeur).

Manger[modifier]

La cuisine traditionnelle de la Vallée d'Aoste présente des recettes à haute teneur en calories à base de gibier et de fromage fontina, fromage AOP.

La tradition culinaire de la Vallée d'Aoste montre une grande affinité avec les régions transalpines voisines : Savoie, Haute-Savoie et Valais.

Par rapport au reste de l'Italie, l'absence de blé est soulignée, remplacée par le maïs et le seigle, utilisés pour la polenta et le pain.

Un autre élément rare dans les plats traditionnels est l'huile, remplacée par le beurre et d'autres graisses végétales et animales. La présence de riz est localisée dans la région du Val di Cogne et est due à l'origine piémontaise des habitants.

Une marque baptisée Saveurs du Val d'Aoste a été créée pour sauvegarder localement les produits traditionnels.

Les plats typiques de la Vallée d'Aoste sont :

  • Carbonade : ragoût de viande maigre mijoté, cuit avec de l'oignon haché et du vin, servi avec de la polente
  • Bifteck "à la valdôtaine", côtelette passée dans l'œuf et dans la chapelure, frite et recouverte de fontine et de jambon, puis passée au four sur une tranche de polente
  • Saucisses et boudins, servis avec des pommes de terre bouillies en petits morceaux
  • Lard d'Arnad
  • Jambon de Bosses
  • Teteun, élaboré à partir de pis de vaches mis en saumure, pressés et cuits à l'eau, servi avec une sauce à base d'huile, de persil et d'ail
  • Speck bouilli avec de la choucroute, des pommes de terre et des carottes dans la haute vallée de Gressoney
  • Chamois et lièvre en civet
  • Fromages : Fontine, Fromadzo, Tomme de Gressoney, Reblec, Salignon, Seras
  • Tuiles aostoises
  • Torcets de Saint-Vincent
  • Soupe à la valpellinoise (en patois valdôtain : Seupa à la Vâpelenentse)
  • Knolle (ou Chnolle), gnocchi ronds à base de farine dans la haute vallée de Gressoney
  • Favò
  • Truites et corégones
  • Miels
  • Fruits des bois et de culture
  • Pain de seigle
  • Polente
  • Gâteaux, crèmes, tartes à base de fruits des bois, tartes aux pommes enrichies avec de la crème fraiche
  • Vin blanc de Morgex et de La Salle
  • Eaux de vie et génépy
  • Eaux minérales locales (Courmayeur).

Boire un verre / Sortir[modifier]

  • Vins : Arnad-Montjovet, Blanc de Morgex et de La Salle, Muscat de Chambave flétry, Chardonnay, Müller Thurgau,

Caves de Donnas, Chambave rouge, Enfer d'Arvier, Fumin, Gamay, Nouveau, Nus Malvoisie flétry, Petit Rouge, Petite Arvine, Pinot noir et Pinot gris, Torrette, Premetta

  • Café à la valdôtaine
  • Génépy des Alpes
  • Eau minérale de Courmayeur.

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

Communiquer[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Santé[modifier]

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Pompier : 115
Carabiniers : 112
Police secours : 113
Assistance routière : 116
Urgences médicales : 118

Respecter[modifier]

Aux environs[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette région est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Italie du Nord-Ouest
Destinations situées dans la région