Télécharger le fichier GPX de cet article
13.43821103.88329Map mag.png
Eurasie > Asie > Asie du Sud-Est > Cambodge > Angkor

Angkor

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Angkor
Angkor Wat
Angkor Wat
Informations
Pays
Localisation

Angkor est un des sites archéologiques les plus importants de l'Asie du Sud-Est. Il est situé au Cambodge, près de la ville de Siem Reap.

Comprendre[modifier]

S'étendant sur plus de 400 km2 (en incluant la forêt), le site archéologique d'Angkor abrite les restes des différentes capitales de l'empire Khmer, du IXe au XVe siècle. Cela comprend le fameux Temple d'Angkor Wat et, à Angkor Thom, le Temple Bayon avec ses innombrables sculptures.

Le site d'Angkor a été classé patrimoine mondial de l'UNESCO en 1992 et a été mis sur la liste des sites en danger la même année. Après d'énormes travaux de rénovation, le site d'Angkor fait désormais parti des "success stories de l'UNESCO" et a été officiellement retiré de la liste des sites en danger en 2004.

Histoire[modifier]

Si l'histoire retient le IXe siècle pour la fondation d'Angkor, les ruines de ce site cambodgien ne seraient que la partie monumentale connue d'une présence remontant à l'âge du bronze et révélée la nécropole de Koh Ta Méas, datée d'au moins 1800 avant notre ère. L'empire khmer est fondé au début du IXe siècle par Jayavarman II. L'un de ses successeurs, Indravarman I, entreprend des travaux d'aménagement hydraulique qui seront la base de la prospérité de la région. Il est aussi à l'origine du premier édifice encore visible, le Preah Kô, consacré en 879 et construit en brique comme tous les monuments antérieurs, inaugurant plus de trois siècles d'apogée de l'architecture khmère.

Le premier temple-montagne, configuration caractéristique de la cosmologie hindouiste, est édifié par ses soins en 881 au Bakong. Ces temples-montagnes adoptent une symbolique du mont Meru, axe du monde et séjour mythique des dieux en 5 niveaux concentriques hérissés de 109 tours.

Les successeurs d'Indravarman, notamment son fils Yaśovarman crédité du titre de « créateur d'Angkor », entreprennent des aménagements gigantesques, plus au nord-ouest, avec construction des digues du bārāy oriental (le Yaśodhatatāka) et l'édification de monuments, désormais en pierre : le Phnom Bakheng (vers 900), le Mebon oriental au centre du bārāy oriental, et le Prè Rup (vers 960). Les temples-montagnes utilisent des collines naturelles : Phnom Dei, Phnom Bok, Phnom Krom.

Après une période de troubles pendant laquelle la capitale du royaume khmer est transférée à Koh Ker, Sūryavarman Ier réinstalle un pouvoir fort à Angkor. Son successeur Udayādityavarman II fait établir le bārāy occidental et construit le Baphuon vers 1060. Quelques autres querelles de succession plus tard, c'est Sūryavarman II qui édifie Angkor Vat vers 1130.

Les grands rivaux des Khmers, les Chams occuperont Angkor quelques années avant que Jayavarman VII en reprenne possession (1181) et établisse le bouddhisme mahāyāna comme religion officielle. Les constructions prennent de l'ampleur avec l'enceinte d'Angkor Thom et le Bayon, puis le Ta Prohm, le Preah Khan et leurs tours ornées de gigantesques visages du Bouddha souriant sont construits successivement pendant le XIIe siècle. À cette époque, la capitale khmère s'étendait sur 200 km2 et comptait près d'une centaine de temples. Mais l'un de ses successeurs, Jayavarman VIII, dès son avènement (1243), impose le retour à l'hindouisme et détruit de nombreuses sculptures du Bouddha.

Puis le bouddhisme reprendra le dessus au milieu du XIVe siècle, sous sa forme theravāda. Cette nouvelle voie religieuse, beaucoup plus simple dans son approche du sacré, généralisera les constructions légères dont seules subsistent quelques terrasses bouddhiques, réemployant souvent les blocs de pierre des édifices antérieurs.

Le déclin du royaume Khmer sera rapide, son territoire rétréci par la sécession des Thaïs du royaume de Sukhothaï et ravagé par des guerres incessantes avec ceux-ci et les Chams.

Angkor sera définitivement abandonnée comme capitale vers 1431, après sa prise par les thaïs du royaume d'Ayutthaya. Au cours des XVe et XVIe siècles, des moines bouddhistes s'approprient le site et détournent des constructions vers des représentations du Bouddha telle l'énorme Bouddha couché au Baphuon. Ce site sera laissé à l'abandon et, pour la plus grande part, enseveli sous la végétation foisonnante de la jungle tropicale.

La période sinistre des Khmers rouges avait rendu le site inaccessible aux visiteurs, mais, malheureusement pas aux pillards. Par précaution, de nombreuses pièces sont aujourd'hui à l'abri au musée de Phnom Penh.

Re-découverte[modifier]

La première relation sur l'empire khmer en Europe date de 1570 par des voyageurs espagnols et portugais. Il fallut attendre la publication en 1819 par Jean-Pierre Abel-Rémusat de Description du royaume de Cambodge par un voyageur chinois qui a visité cette contrée à la fin du XIIIe siècle, traduction d'un récit de voyage d'un officier chinois pour réapparaître du néant. C'est en 1861, début de la conquête de la Cochinchine par la France, que le naturaliste Henri Mouhot explorant la région avec l'abbé Sylvestre permet la re-découverte d'Angkor Vat puis d'Angkor Thom. Son récit sera publié dans le Tour du Monde en 1863. Une seconde exploration, de 1863 à 1866, menée par Ernest Doudart de Lagrée sera beaucoup plus exhaustive et fera l'objet d'un compte-rendu dans Voyage d'Exploration en Indo-Chine, publié en 1873.

De nombreuses missions d'exploration se succèdent alors jusqu'à la longue présence d'Étienne Aymonier, nommé représentant au Cambodge en 1879. Celui-ci organisa la traduction des nombreuses inscriptions, reconstitua l'histoire du royaume khmer. Rentré en France à l'issue de sa mission (vers 1886) il publia de nombreuses études, un dictionnaire et de multiples articles qu'il rassemble à partir de 1900 dans son grand ouvrage Le Cambodge.

Depuis le début du XXe siècle, le site d'Angkor est patiemment réhabilité par des archéologues, notamment par ceux de l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), comme Henri Marchal et Bernard-Philippe Groslier. (Aujourd'hui, l'EFEO est toujours représentée sur place.) Un programme de préservation du site d'Angkor est lancé par l'UNESCO en 1993. Le bon avancement de ce programme a permis de retirer Angkor de la Liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO.

Les travaux sur place sont coordonnés par l'APSARA (Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d’Angkor / Siem Reap). Ce programme est actuellement financé en grande partie par le Japon.

En 2001-2012, une étude archéologique à grande échelle, le Greater Angkor Project a rassemblé l'Université de Sydney, l'École française d'Extrême-Orient, et l'APSARA avec le support de l'Australian Nuclear Science and Technology Organisation. Elle a étudié les raisons du déclin d'Angkor et de son abandon en 1431, avec l'intention d'en tirer des enseignements sur l'exploitation durable des ressources naturelles pour l'agriculture. Les premiers résultats de ces recherches — s'appuyant notamment sur des photos satellite de la NASA révélant le moindre édifice alentour, ainsi qu'une vision précise du réseau hydraulique — ont permis l'établissement d'une nouvelle cartographie du site.

Ils confirment qu'Angkor était bien l'un des plus vastes complexes urbains de l'ère pré-industrielle, bien plus étendu que ce que l'on croyait jusqu'alors. Le centre urbain s'étendait sur 400 km2 et la surface totale atteignait 3 000 km2, soit dix fois plus que ce que l'on imaginait. On évalue la population à 700 000 habitants. Les experts en tirent la conclusion que cette extension de la capitale de l'empire khmer n'a vraisemblablement pas été sans conséquences pour l'environnement et que les problèmes écologiques (déforestation, dégradation des sols, érosion) liés à ce développement ont sans doute contribué à la chute de l'empire. En 2012, une étude par topométrie laser a confirmé la très grande extension du site

Aller[modifier]

On arrive principalement par la ville de Siem Reap, située à 6 km de l'entrée du complexe. Le plus simple est de rejoindre Angkor depuis cette ville en utilisant le même moyen de transport que celui choisi pour visiter le site (voir Circuler).

Siem Reap se trouve à 6-h de bus de Phnom Penh et à h 30 - h de Battambang (toujours en bus). L'aéroport Siem Reap International Airport dessert la ville. Voir l'article Siem Reap pour plus de détails sur l'accès à cette ville.

  • Le ticket d'entrée: 3 possibilités, le pass 1 jour (20 $) / le pass 3 jours (40 $) / le pass 7 jours (60 $). Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et les citoyens cambodgiens. Si vous achetez le pass la veille au soir, vous avez la possibilité d'entrer dans le site à partir de 17 h pour y voir le coucher de soleil. Le pass 1 jour risque d'être court si l'on veut profiter vraiment du site. Le pass 3 jours semble être un bon compromis si l'on veut avoir le temps de voir les temples principaux ainsi que découvrir des temples plus reculés. Le pass 7 jours vous permettra de tout voir de façon approfondie et de revenir sur les temples que vous avez préférés.
  • Visites guidées: Des guides dans toutes les langues sont disponibles à la journée. Comptez environ 20 $ par jour.

Circuler[modifier]

Les seuls véhicules motorisés admis au sein du complexe de temples sont ceux de tuk tuk ou de mototaxis disposant d'une licence. Inutile donc d'espérer louer une mobylette pour se promener librement dans les temples. Par contre, les vélos sont autorisés, et permettent des promenades très agréables... mais gare aux distances : les temples s'étendent sur une grande surface.

  • Tuk Tuk: il est possible de louer un tuk tuk avec chauffeur à la journée, voir même pour plusieurs jours. Prévoir 10 à 15 $ la journée pour un tuk tuk avec un maximum de 5 personnes. Un extra sera demandé pour les temples un peu plus éloignés (compter 30-35 $ pour l'aller-retour jusqu'à Beng Mealea à 45 km et environ h de trajet de Siem Reap) et il est possible que votre chauffeur vous demande de lui offrir le repas le midi.
  • Moto Taxi: de même, il est possible de louer un moto-taxi à la journée, pour 1 ou 2 personnes. Le prix, bien négocié, tourne autour de 6 US$ la journée, plus d'éventuels suppléments pour des temples éloignés.
  • Vélo : Environ $ la journée. Pas de loueur directement sur le site d'Angkor. Il faut donc louer son vélo à Siem Reap (à 6-7 km de l'entrée du site d'Angkor). Attention aux objets transportés dans les paniers des vélos : toujours fermer le panier (si c'est possible) ou enrouler la lanière de votre sac autours de la selle ou du guidon quand vous roulez car des vols à l'arraché sont régulièrement commis par des motards.

Voir[modifier]

Carte du site archéologique de Angkor. En rouge le petit circuit et en vert le grand circuit

La visite des temples se fait généralement en suivant le ‘’petit circuit’’(en rouge sur la carte), le ‘’grand circuit’’(en vert sur la carte), ou en visitant des temples plus éloignés comme le groupe Roluos ou Beng Mealea. Le petit et le grand circuit passent tous les deux par les célèbres temples de Angkor Wat et de Angkor Thom. Il est donc possible d’associer la visite de ces temples à un des circuits tout en sachant que visiter un de ces grands temples avant (ou après) de suivre un circuit est possible mais visiter les deux en plus d’un circuit demande une journée longue et chargée.

Angkor Wat[modifier]

  • 1 Angkor Wat Logo indiquant un lien wikipédia – est le temple le plus grand, le plus connu des temples du site d'Angkor. Ses cinq tours sont célèbres dans le monde entier, notamment grâce au cinéma : elles servirent de décor à Lord Jim et à Apocalypse Now. Ces tours sont l'emblème du pays et figurent sur le drapeau national. Sa construction fut commencée au début du XIIe siècle pendant le règne du roi Sûryavarman II et a duré 37 ans. Son nom khmer signifie "la Pagode de la ville". Ce temple montagne est entièrement dédié à Vishnou, symbolisé par la tour centrale. D'ailleurs, tout est symbolique à Angkor Wat : les murs d'enceinte (1 025 m sur 800 m) représentent la chaîne de montagnes sur laquelle repose le mont Meru, centre de l'univers pour les hindouistes.
En marchant en direction du temple sur la chaussée après avoir franchit l'enceinte, vous verrez deux grandes bibliothèque suivies de deux bassins de chaque côté de la chaussée. La vue depuis le bord des bassins est très prisée des visiteurs, particulièrement au levé du soleil. Dans le temple, un détour par les bas-reliefs gravés sur 600 m de long et 2 m de haut et situés dans la partie sud du premier niveau (aller sur la droite directement après être rentré par l'entrée principale - ouest - du temple) vaut la peine. Ces bas-reliefs représentent la Bataille de Kurukshetra, scène tirée de l'épopée indienne Mahâbhârata.

Angkor Thom[modifier]

Le Bayon et ses piliers

Au bout d'une longue et noble avenue bordée d'arbres, on aperçoit la porte sud : une arche sublime de 23 m de haut, surmonté de ce mystérieux personnage à 4 visages. De chaque côté du pont franchissant les douves, 54 statues de géants soutenant le nâga sacré : c'est le "barattage de la mer de lait", déjà évoqué par les bas-reliefs d'Angkor Wat. En franchissant le porche, on pénètre dans la vaste ville royale, centre du site archéologique de l'ère angkorienne.

  • 2 Le Bayon : Logo indiquant un lien wikipédia – célèbre pour ses visages sculptés, ce petit temple, superbe, est situé au cœur de l'ancienne ville d'Angkgor Thom ("le grand Angkor"). Ses piliers, supposés initialement être au nombre de 54, arborant sur 4 côtés des visages sculptés au sourire énigmatique sont fascinants. De nos jours, 37 piliers sont encore visibles. De même, il est superbe si vous avez l'occasion de le voir au lever du soleil, avant l'arrivée des cars de touristes. Ce temple est particulier du point de vue de sa signification car il a d'abord été consacré aux divinités bouddhistes, hindoues et aussi locales avant d'être consacré uniquement au culte hindou et finalement être convertit en temple bouddhiste.
  • 3 Le Baphûon Logo indiquant un lien wikipédia – est un temple pyramide de cinq niveaux datant du XIe siècle et était le temple du roi Udayâdityavarman II. Une longue chaussée surélevée permet d'y accéder
  • 4 La Terrasse des Éléphants : Logo indiquant un lien wikipédia – le long de la grande avenue qui part du nord du Bayon. Au début du XIIIe siècle, Jayavarman VII fit aménager cette terrasse en bordure du palais royal, sur 350 m de longueur. Il est probable qu'il pouvait assister, avec ses courtisans, aux spectacles donnés sur la grande place.
  • 5 La Terrasse du Roi Lépreux Logo indiquant un lien wikipédia – est une grande terrasse, dans la continuation de la terrasse des Éléphants, connue pour ses bas-reliefs.
  • 6 Le Phimeanakas Logo indiquant un lien wikipédia – était le palais royal du roi Sûryavarman I. Il se situe derrière la terrasse des Éléphants, au milieu d'un ensemble de bassins et de petits sanctuaires. Le temple en lui-même est plutôt petit par rapport aux autre temples de Angkor Thom.

Petit circuit[modifier]

  • 7 Ta Keo Logo indiquant un lien wikipédia – est une temple-montagne construit entre la fin du Xe et le début du XIe siècle qui n'a jamais été achevé. Cela est visible dans l'absence de décoration sur ses parois en grès. Les escaliers permettant d'accéder aux cinq tours situées au sommet de ce temple sont très raides par rapport à ceux des autres temples.
  • 8 Ta Phrom Logo indiquant un lien wikipédia – est un très beau temple-monastère envahi par la jungle, ses photos sont célèbres : d'immenses fromagers écrasent de leurs racines les couloirs de l'ancien temple, mêlant végétal et vieilles pierres avec un charme surprenant. Ce temple du XIIe siècleet a été volontairement laissé en grande partie pris dans la végétation pour donner une idée de l'état des temples lors de leur redécouverte. Ce temple étant couvert de forêt, il se visite bien à n'importe quelle heure, même si le matin et le soir permettent comme à chaque fois d'éviter les affluences importantes. Il a servi de décors pour le tournage de scènes du film Tomb Raider.
  • 9 Banteay Kdei Logo indiquant un lien wikipédia – date du XIIe et XIIIe siècle et a été construit par dessus un autre temple du Xe siècle.

Grand circuit[modifier]

  • 10 Preah Khan Logo indiquant un lien wikipédia – a été construit entre la fin du XIIe siècle et le XIIIe siècle pour être l'université bouddhiste de la ville qui l'entourait. Il comptait près de 1000 professeurs à l'époque. En rentrant depuis l'entrée ouest, vous arriverez dans la salle de danse où vous prouvez voir des bas-reliefs d'Apsaras (nymphes hindouistes) qui dansent. À l'intérieur de la deuxième enceinte se trouve de nombreux petits temples.
  • 11 Ta Som Logo indiquant un lien wikipédia – est un petit temple qui comporte des tours à visages.
  • 12 Mébon oriental Logo indiquant un lien wikipédia – se situe dans une zone utilisé comme réserve d'eau, d'une capacité de 55 millions de mètre cubes. En son centre se trouve le temple qui était à l'époque sur une île.
  • 13 Prè Rup Logo indiquant un lien wikipédia – date du Xe siècle.

Temples plus éloignés[modifier]

Le temple de Beng Mealea
  • 14 Banteay Srei Logo indiquant un lien wikipédia – est l'un des temples mythiques d'Angkor, est devenu célèbre au travers de l'aventure de Malraux, qui y vola un bas-relief. Baptisé la "Citadelle des femmes", il est entièrement décoré de reliefs. Autre particularité : ce petit bijou est sculpté dans le grès rose, qui prend différentes teintes selon l'orientation du soleil. Les façades sont gravées d'une multitude de motifs fleuris encadrant de gracieuses figurines. Sur les linteaux des portes, des scènes de la mythologie brahmanique.
  • 15 Beng Mealea Logo indiquant un lien wikipédia – (la guirlande de l’étang) date du XIIe siècle. La ville et le sanctuaire sont d’une superficie de 108 ha situé à une soixantaine de km de Siem Reap. C’est le jumeau d’Angkor Wat est l’un des derniers temples quasi totalement enfouis dans la végétation, il reste encore très peu visité. Il n’a été que très peu restauré vers 1955.
  • 16 Groupe Roluos Logo indiquant un lien wikipédia – ce groupe est l'ancienne capitale de Hariharalaya, plus ancienne qu'Angkor, datant de la fin du IXe siècle. Il est formé des temples de :
    • Bakong : Temple-pyramide de cinq étages.
    • Lolei : Temple-île.
    • Preah Ko : Le premier temple, datant du IXe siècle.

Faire[modifier]

  • Angkor Wat au lever du soleil. – Un des moments les plus prisés des visiteurs. Le soleil se lève aux alentours de h du matin mais il est préférable d'arriver environ une demi-heure avant. La plupart des visiteurs se placent vers un des bassins latéraux devant le temple pour profiter du reflet de celui-ci dans l'eau. De nombreuses personnes vous proposeront des cafés et petit-déjeuners devant le temple ou à l'entrée de l'enceinte. Ce lever du soleil peut cependant se révéler décevant en cas de mauvais temps ou de brouillard.
  • Montgolfière – pour voir le site du ciel.
  • Survol en hélicoptère – des temples d’Angkor ; il y a plusieurs formules de 50 USD les 06 min et vous survolez Angkor Wat ou alors 100 USD et vous allez un peu plus loin.

Acheter[modifier]

  • Guides "Angkor : cité Khmère" : – Des copies de ces très bon guides (en Anglais "Ancient Angkor") écris par Claude Jacques et Michael Freeman sont vendus un peu partout sur le site. Les vendeurs vous proposeront d'abord la version anglaise mais ont quasiment toujours des versions françaises. N'oubliez pas que les guides vendus sur place sont tous des copies, un prix correcte se situe donc entre 5 et 10 $ selon votre budget et votre générosité (n'oubliez pas non plus qu'Angkor se situe dans une région très pauvre). Les vendeurs risquent de vous montrer le prix original imprimé à l'arrière du livre (autour des 25 $) ce qui est beaucoup trop chère pour une copie. Si vous souhaitez soutenir les auteurs de cet ouvrage en achetant un original, achetez-le avant votre départ car les copies étant de bonne qualité, il est difficile de déterminer si c'est une copie ou un original que l'on essaye de vous vendre (même les librairies de Siem Reap ne vendent généralement que des copies).
  • Souvenirs : – Vers les temples (surtout les temples importants) se trouvent des vendeurs de souvenirs. Ils proposent des décalquages de bas-reliefs (les prix varient selon la taille), des bracelets tissés à la main (généralement $ le grand bracelet ou $ la demi-douzaine de petits) ainsi que d'autres objets.

De nombreux enfants vendant également des souvenirs. Rappelez-vous qu'il est déconseiller d'acheter des objets à des enfants car ces enfants sont "utilisés" pour amadouer les touristes au lieu d'aller à l'école. Si un objet vous intéresse, achetez-le de préférence aux parents qui se trouvent généralement à proximité.

Manger[modifier]

Quelques vendeurs de fruits et de boissons sur le site, généralement à côté des temples. Quelques restaurants également souvent regroupés. Faites jouer la concurrence car les prix pratiqués sont souvent très élevés par rapport aux standards cambodgiens (compter 4-$ le plat).

Se loger[modifier]

Pas d'hébergements sur le site même mais à Siem Reap. Camping interdit.

Aux environs[modifier]

Stars310.svg
L'article de cette ville est utilisable. Il contient des informations suffisantes dans les rubriques aller, voir, se loger et manger. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Cambodge