Télécharger le fichier GPX de cet article
16.205555555556-61.491944444444Map mag.png

Amérique > Amérique du Nord > Antilles > Petites Antilles > Îles du Vent > Antilles françaises > Guadeloupe > Le Gosier

Le Gosier

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Gosier
Plage de la Datcha
Plage de la Datcha
Informations
Pays
Région
Superficie
Population
Densité
Code postal
Fuseau
Localisation
Site officiel

Le Gosier, ville balnéaire et touristique, est sans doute la ville la plus animée de Guadeloupe en ce qui concerne les activités noctures (bars, boites, restaurants, casino).

Comprendre[modifier]

Le Gosier est située au sud de la Grande-Terre et intégrée à l'agglomération de Pointe-à-Pitre. Elle est située en bord de mer, entre les villes de Pointe-à-Pitre et des Abymes à l'ouest et Sainte-Anne à l'est.

Le climat y est de type tropical.

Aller[modifier]

Circuler[modifier]

Voir[modifier]

  • aquarium de la marina Logo indiquant un lien wikipédia – malgré sa taille relativement modeste (une trentaine de bassins d'un volume global de plus de 450 000 litres d'eau de mer), c'est le plus grand aquarium des Antilles par la richesse de sa collection. Près de 80 espèces de poissons et 50 espèces de coraux sont présentés au public afin qu'il découvre la richesses des fonds marins de la Mer des Caraïbes.
  • Casino du Gosier
  • 1 L'îlet du Gosier Logo indiquant un lien wikipédia – situé à quelques centaines de mètres de la plage municipale de la Datcha.
  • 2 Le fort Fleur d'épée Logo indiquant un lien wikipédia – construit en 1759 afin de protéger l'île des anglais.
  • 3 Fort Louis Logo indiquant un lien wikipédia (situé sur le morne l'Union) – Le fort est destiné à protéger l'accès au Petit Cul-de-sac marin, qui, avec la Rivière Salée, est une séparation entre la Basse-Terre et la Grande-Terre. La décision de le construire est prise en 1686 conjointement par le gouverneur de la Guadeloupe, Hinselin, et par le gouverneur général Blénac. La construction démarre en 1692, sous la direction de l'ingénieur Jean-Baptiste de Caylus. La première construction est en bois, protégée par une double rangée de pieux entre lesquels l'espace est comblé par de la terre. Les aménagements ultérieurs prévus se heurtent à des difficultés financières et climatiques : trois ouragans sévissent en Guadeloupe, en 1738, 1740 et 1742. Reconstruit en dur, il est complété entre 1743 et 1758 par plusieurs bâtiments : une caserne, un corps de garde, une poudrière, auxquels s'ajoutent, après la guerre de Sept Ans, une nouvelle caserne, une citerne et une boulangerie. L'ensemble présente alors une configuration stellaire à la Vauban. Le fort est cependant dépourvu de fossé, de chemin couvert, ou de contrescarpe. Il ne résiste pas à l'attaque des Anglais en 1759. La France le récupère après le traité de Paris en 1763, en partie démantelé. Le gouverneur Bourlamaque charge l'ingénieur Rochemore de lui ajouter deux batteries extérieures et des redoutes. Le fort sera par la suite abandonné, notamment à cause de la construction du fort Fleur d'épée.
  • La source de Poucet
  • Parc paysager du Calvaire  – surmontant la plage de la Datcha.
  • La stèle commémorative de l'abolition de l'esclavage  – au centre de la plage de Salines.

Faire[modifier]

  • Le sentier côtier  – de Saint-Félix à la plage de Salines

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Aux environs[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Guadeloupe