Télécharger le fichier GPX de cet article
43.96295.2431Map mag.png

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Murs
Le château
Le château
Informations
Pays
Régions
Cours d'eau
Altitude
Superficie
Population
Densité
Gentilé
Code postal
Préfixe téléphonique
Localisation
Site officiel
Site touristique

Murs est un village provençal et une commune du parc naturel régional du Luberon dans le département du Vaucluse en France.

Comprendre[modifier]

Bien que doté d’un patrimoine architectural, historique et naturel relativement fourni, sa situation retirée dans les Monts de Vaucluse en fait un lieu touristique bien moins fréquenté que ses voisins Gordes, Roussillon ou Fontaine-de-Vaucluse.

Ancien oppidum ligure, le village s’est développe en raison de sa position sur la route reliant Apt à Carpentras, à mi distance de ces deux villes. Il constituait donc à l’Antiquité une halte pour les voyageurs et les marchands. Au Moyen Âge, la seigneurie de Murs appartient à la famille des Agoult, puis à la famille des Astouaud de 1462 jusqu'à la Révolution. Depuis lors, le village vit essentiellement de l’agriculture (cerises, abricots, lavande, céréales…) et du tourisme.

Aller[modifier]

La route est l’unique moyen d’accéder au village, d’où que l’on vienne.

Circuler[modifier]

Le village étant très petit, la marche est le meilleur moyen de le découvrir en flânant dans les venelles et les ruelles. La voiture ou le vélo sont en revanche indispensable pour découvrir les alentours, la commune étant relativement étendue.

Voir[modifier]

  • 1 Château de Murs  – La construction du château s'est échelonnée entre le XIIe et le XVIe siècle. Après la Révolution, le château est laissé à l'abandon. Il faut attendre le XIXe siècle pour que le maire de l’époque, Bruno Vayson, entreprenne sa restauration. Ses descendants occupent encore le château qui ne se visite pas. L'élément le plus intéressant est le donjon avec sa chapelle gothique et son auditoire de justice.
  • 2 Eglise de Murs  – L'église Saint-Loup de Murs est depuis sa construction, à la fin du XIIe siècle, l'église communale. De style roman, elle était auparavant entourée d'un cloître. Le trésor de l'église se compose d'un buste du saint du XVIIIe siècle contenant des reliques de Saint-Loup, Saint-Lambert et Saint-André, un encensoir du XVIIIe siècle dont il n'existe en France que deux autres modèles et une croix de procession en argent ciselée sur une âme de bois du XVIe siècle. La croix, présentée au musée du Louvre en 1965, a été classée par les monuments historiques.
  • Maison Crillon : La maison Crillon est une extension du château qui date de la Renaissance et qui abrite aujourd’hui la petite bibliothèque du village. C’est dans cette maison que naquit en 1543 Louis des Balbes de Berton, qui sera surnommé plus tard le Brave Crillon et désigné par Henri IV comme « le premier capitaine du monde ».
  • 3 Chapelle Notre Dame du Salut  – Au Sud du village, sur la route d’Apt. Construite en 1625, la chapelle Notre-Dame du Salut est la chapelle seigneuriale où sont inhumés les seigneurs de Murs.
  • 4 Mur de la peste Logo indiquant un lien wikipédia – Depuis le col de la Ligne, sur la route de Sault, une piste longe le mur sur plusieurs kilomètres. Un tronçon est également en restauration aux abords de la Corneirette (route de Venasque). En 1721, le Comtat Venaissin décide de construire un mur de protection contre la peste qui sévit alors en Provence. Ce mur de pierre sèche était gardé jour et nuit par des soldats qui avaient ordre d’abattre toute personne tentant de franchir le mur. Murs était alors le dernier village de Provence avant le mur. La ligne sanitaire ne sera levée que le 1er décembre 1722. Alors que plus de quatre-vingt mille victimes sont à déplorer dans toute la Provence, le village de Murs, protégé par le mur et ses remparts, n’a semble-t-il pas subi de hausse significative du nombre de décès.
  • Grottes de Bérigoule : À 8 km au nord du village, en direction de Sault, une piste de terre s’enfonce dans les bois à gauche de la route (possibilité de se garer). Au bout de 500 m, la piste longe la barre rocheuse ou se trouvent les grottes. De nombreux sentiers sur la droite de la piste (non indiques) grimpent en quelques minutes a l’entrée des grottes. En avril 1540, le capitaine Mormoiron, représentant du vice-légat du Pape à Avignon, apprend la présence dans les grottes de Murs, de 25 femmes et enfants Vaudois, (protestants hérétiques) qui ont fuis de précédents massacres. Devant l’entrée des grottes, il ordonne des décharges de mousquets, mais personne ne sort. Il allume alors un feu pour enfumer les pillards qui mourront tous étouffés. Les traces de suies sont encore visibles sur les parois des grottes. Le réseau souterrain étant assez étendu et le site ayant été laisse dans son état naturel, il convient de prendre toutes les précautions avant d’en entamer l’exploration (notamment prendre avec soi des torches électriques). Les boyaux restent relativement plats et large, l’exploration est donc très facile et ne présente aucun danger.
  • Combe de Véroncle : Au sud du village, entre Murs et Gordes. Prendre la route qui descend au fond du vallon, en dessous du village. La route se transforme ensuite en piste, puis en sentier (balisé). Entre 1546 et 1584, le seigneur de Murs fit édifier au débouché de la combe de Véroncle, un barrage de 132 m destiné à fermer le lit du ruisseau. Cet ouvrage, désigné sous le nom de Barrage des Étangs, et dont d’importants vestiges subsistent aujourd’hui, formait un petit étang de pêche en contrebas du village et permettait d’alimenter en eau dix moulins en aval, le long du ruisseau. Ces moulins, dont quatre sont situés sur le terroir de Murs ont été bâtis dans la seconde moitié du XVIe siècle et fonctionnèrent jusqu’à la fin du XIXe siècle.
  • Moulin de l’Auro : derrière le cimetière. Ce moulin à vent du XVIIe siècle porte le nom que les Provençaux donnent au vent d’est : l’auro. Privé, il ne se visite pas.
  • Petit patrimoine : puits, fontaines, lavoirs, croix, oratoires, fours a pain jalonnent le village et la campagne environnante.
  • Ruines et bories : Les ruines et vestiges de fermes sont nombreux dans les collines entourant le village, vestige de l’exode rural des XIXe et XXe siècles. Parmi les plus remarquables, on peut citer les ruines de Vaumale où subsiste un puits, le Jas du Griffon et un peu plus loin sa bergerie tous deux en ruine, ou la ruine de la ferme des Baïsses. Les bories sont des cabanes en pierres sèches qui servaient, au XIXe siècle, de grange, d'écurie ou d'habitation saisonnière à un agriculteur dans une parcelle foraine (sur une autre commune) ou trop éloignée de sa ferme. Ces édifices sont disséminés autour du bourg : par exemple aux Plaines, aux Beylons ou encore aux Calamels. La plus belle construction cependant, se trouve aux Chalottes (près du camping). On y trouve une véritable bergerie, très vaste et constituée de deux pièces séparées, pouvant ainsi accueillir le berger et son troupeau.
  • Chênes plurimillénaires : Lorsque l’on arrive du village par l’ouest, on est accueillis par un énorme chêne pubescent. Un autre chêne, le plus gros de la commune, se situe en contrebas du village. C’est le « Gros chêne » de Murs. La circonférence de son tronc est de 6,80 mètres, sa hauteur de 24 mètres et sa frondaison de 34 mètres. Un troisième chêne, tout aussi gros, se trouve un peu plus loin dans les champs, dans le prolongement des deux premiers.
  • 5 Col de Murs Logo indiquant un lien wikipédia – Ce col, séparant les vallées de la Nesque est celle de l'Imergue, est l'un des passage privilégié pour les courses cyclistes, telles que le tour de France ou Paris-Nice. Il est le point culminant de la Combe de Vaulongue, connues localement sous le nom des gorges de Murs.

Faire[modifier]

  • Marcher sur les nombreux sentiers de randonnées, très bien balisés, qui entourent le village.
  • Explorer les combes de Vaumale et de Véroncle, en suivant le lit de torrents disparus, souvent a l’aide de cordes ou d’échelles.
  • Flâner dans les petites rues du village, le long des murs de pierres ou sur la place de l’église ou l’on embrasse du village toute la campagne alentour.
  • Se déguiser lors du Carmentran, le carnaval du Carême, au cours duquel de nombreux Mursois se travestissent, promènent dans les rues une effigie de carton mâché avant de lui faire un procès. Ce tribunal reproche au personnage tous les petits désagréments ou incidents qui ont émaillé la vie des habitants durant l’hiver. La soirée se conclut sur l'inévitable sentence au bûcher qui exorcisera les méfaits passés. Parmi les divertissantes mascarades, on relèvera la ronde des « bouffetaires » au visage enfariné, vêtus de chemises de nuit et coiffés de bonnets en coton, qui se poursuivent à la queue-leu-leu avec leurs soufflets en chantant de vieilles rengaines provençales. Murs est l’un des derniers villages a perpétuer cette ancienne tradition provençale.
  • Communier avec les villageois en participant à la procession qui se rend tous les ans, à l'Ascension jusqu'à la chapelle Notre Dame du Salut où une messe est dite. La procession est hétéroclite et colorée de jaune et de rouge.
  • Fêter le premier dimanche après le 15 aout lors de la fête votive qui se tient dans le parc de la garenne.
  • Tirer ou pointer en participant à une des parties de pétanque qui se tiennent en été quasi quotidiennement dans le parc de la Garenne a la sortie du village.

Acheter[modifier]

L’épicerie, à la sortie du village, propose nourriture, boissons, cartes routières, cartes postales, etc… La Tuiliere Ravoire, au Sud du village, produit un vin classé aux Cotes du Ventoux. Il est également possible d’acheter des poteries artisanales provençales à l’atelier de poterie qui se trouve derrière l’école.

Manger[modifier]

  • 1 Le Crillon (Bistrot de pays de Murs) Logo indiquant un lien vers le site web Rue du Brave Crillon, Logo indiquant un numéro de téléphone +33 4 90 72 60 31, courriel : Logo indiquant des tarifs de 12 € à 32 € selon la formule. – Le Café Crillon est l’unique bar-hôtel-restaurant de la commune. Il est membre de l'association des "Bistrots de Pays". Il propose une carte de plats provençaux typiques. Attention !! Il est conseillé de se renseigner sur les horaires d’ouvertures avant de venir, notamment hors saison.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

  • Le Café Crillon, au centre du village est un hôtel-restaurant. Attention !! Il est conseillé de se renseigner sur les horaires d’ouvertures avant de venir, notamment hors saison.
  • Le camping des Chalottes, est situé en dehors du village.
  • Un village vacances famille à proximité du camping, propose des bungalows.
  • Le gîte d'étape de Rémourase est un gîte de randonnée de 26 places.
  • Plusieurs chambres d'hôtes sont proposées aux touristes dans les environs du village. Se renseigner à la mairie ou aux offices de tourisme des villages voisins (Gordes et Roussillon) pour en obtenir la liste.

Santé[modifier]

Murs est soumis a un climat méditerranéen. Les étés sont donc très ensoleilles et très chaud (les 35 degrés ne sont pas rares). Les pluies, en toute saison, sont rares mais violentes. Il convient donc de respecter les précautions d’usages lors des orages estivaux. Le mistral, synonyme de ciel clair et dégagé, peut être très violent également (pointes a 120 km/h) et souffle environ 100 jours par an. Attention l’été aux piqûres de serpents, de guêpes, de taons et de scorpions.

Communiquer[modifier]

Aux environs[modifier]


Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Vaucluse