Télécharger le fichier GPX de cet article
48.86122.3350Map mag.png

Eurasie > Europe > France > Île-de-France > Paris > Musée du Louvre

Musée du Louvre

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Musée du Louvre
La cour Napoléon
La cour Napoléon
Information
Pays
Ville
Quartier
Superficie
Collection(s)
Nombres d’œuvres
Œuvre(s) célèbre(s)
Adresse
Horaire
Localisation
Site officiel

Le musée du Louvre est un musée d'art et d'archéologie parisien installé dans l'ancien palais royal du Louvre. Ouvert en 1793, il est l'un des plus grands et des plus riches musées du monde, mais aussi le plus fréquenté avec près de 9 millions de visiteurs par an.

Comprendre[modifier]

Le musée du Louvre est un musée d'art et d'antiquités situé au centre de Paris dans le palais du Louvre. Il est le plus grand des musées d'art du monde par sa surface d'exposition de 72 735 m2. Ses collections comprennent près de 460 000 œuvres. Celles-ci présentent l'art occidental du Moyen Âge à 1848, ceux des civilisations antiques qui l'ont précédé et influencé (orientales, égyptienne, grecque, étrusque et romaine), ainsi que les arts des premiers chrétiens et de l'Islam.

Le Louvre possède une longue histoire de conservation artistique et historique, depuis l'Ancien Régime jusqu'à nos jours. À la suite du départ de Louis XIV pour le château de Versailles à la fin du XVIIe siècle, on y entrepose une partie des collections royales de tableaux et de sculptures antiques. Après avoir durant un siècle hébergé plusieurs académies, dont celle de peinture et de sculpture, ainsi que divers artistes logés par le roi, l'ancien palais royal est véritablement transformé sous la Révolution en « Muséum central des arts de la République ». Il ouvre en 1793 en exposant environ 660 œuvres, essentiellement issues des collections royales ou confisquées chez des nobles émigrés ou dans des églises. Par la suite les collections ne cesseront de s'enrichir par des prises de guerre, acquisitions, mécénats, legs, donations, et découvertes archéologiques.

Situé dans le 1er arrondissement de Paris, entre la rive droite de la Seine et la rue de Rivoli, le musée se signale par la pyramide de verre de son hall d'accueil, érigée en 1989 dans la cour Napoléon et qui en est devenue emblématique, tandis que la statue équestre de Louis XIV constitue le point de départ de l'axe historique parisien. Avec environ neuf millions de visiteurs annuels (depuis 2011), le Louvre est le musée le plus visité au monde, et le site culturel payant le plus visité de France. Parmi ses pièces les plus célèbres figurent La Joconde, La Vénus de Milo, Le Scribe accroupi, La Victoire de Samothrace et Le Code de Hammurabi.

Aller[modifier]

Situé au cœur de Paris, le Musée du Louvre est facilement accessible depuis n’importe quel moyen de transport. Pour des raisons pratiques, n'ont été mentionnés ici que les stations et arrêts desservant directement le musée.

En métro[modifier]

  • 1 Palais Royal - Musée du Louvre Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata ((1) (7))

En bus[modifier]

  • 2 Palais Royal - Musée du Louvre ((BUS) 21 48 69 72 81)
  • 3 Quai François Mitterand ((BUS) 24 27 69)
  • 4 Musée du Louvre ((BUS) 27 39 68 69 95)

En vélo[modifier]

Le Musée du Louvre est desservi par cinq stations Vélib’ :

  • 5 André Malraux 2, Place André Malraux 75001 Paris
  • 6 André Malraux - Musée du Louvre 165, rue Saint-Honoré 75001 Paris
  • 7 Rue Saint-Honoré 186, rue Saint-Honoré 75001 Paris
  • 8 Rivoli - Musée du Louvre 5, rue de l’Échelle 75001 Paris
  • 9 Temple de l'Oratoire 2, rue de l'Oratoire 75001 Paris

En voiture[modifier]

  • 10 Parking Louvre Avenue du Général Lemonnier 75001 Paris, Logo indiquant un numéro de téléphone +33 1 53 45 22 70 Logo indiquant des horaires h - 23 h. Logo indiquant des tarifs De à 55 . – Situé sous le jardin des Tuileries, ce parking souterrain comporte 670 places.

Circuler[modifier]

Voir[modifier]

Il serait difficile de lister l’ensemble des œuvres les plus intéressantes du musée tant elles sont nombreuses. C’est la raison pour laquelle ne seront présentées ici que les salles et les oeuvres les plus connues du grand public par département.

Œuvres et salles maîtresses[modifier]

Peintures[modifier]

La Joconde

Le département des Peintures du Musée du Louvre, l’un des plus importants au monde, rassemble une vaste collection de tableaux parmi les plus représentatifs de l’histoire de l’art européen. Balayant toutes les écoles et tous les courants, du Trencento italien (XIIe siècle) au romantisme français (XIXe siècle), ce département est aussi l’un des plus visités, et notamment sa Grande Galerie qui mène à l’œuvre la plus emblématique du musée, La Joconde.

Peintures italiennes[modifier]

Avec près d’un millier de tableaux conservés, il s’agit d’une des plus riches collections au monde. Tous les grands noms de la Renaissance italienne sont représentées, des précurseurs (Giotto, Fra Angelico) aux grands maitres du Quattrocento (Léonard de Vinci, Le Pérugin, Raphaël, Botticelli, etc.) et de la période baroque (Le Caravage, Le Corrège, Les Carrache, Véronès, etc.).
Les peintures italiennes sont exposées au 1er étage de l’aile Denon.

La Grande Galerie
  • 1 Grande Galerie Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Denon, 1er, salles 5, 8, 12) – Aménagée sous Henri IV à la fin du XVIe siècle, la Grande Galerie, longue de 450 m, reliait initialement le Louvre médiéval au palais des Tuileries. À l’ouverture du musée en 1793, c’est dans cette salle que furent exposées les premières œuvres issus des anciennes collections royales. Aujourd’hui, la Grande Galerie regroupe l’ensemble des peintures italiennes du XIIe au XVIIIe siècles. Parmi les innombrables chefs-d’oeuvres exposés, citons plusieurs tableaux de Léonard de Vinci (La Belle Ferronnière, La Vierge aux rochers, Sainte Anne), d’Andrea Mantegna (Saint Sébastien, La Vierge de la Victoire), du Pérugin, de Raphaël (Portrait de Baldassarre Castiglione), de Giuseppe Arcimboldo (Le Printemps, l’Été), du Caravage (La Diseuse de bonne aventure), des frères Carrache, du Corrège, etc.
  • 2 La Joconde (Mona Lisa) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Salle de la Joconde (Denon, 1er étage, salles 6) – Chef-d’oeuvre incontestée du musée, La Joconde est un tableau peint par Léonard de Vinci au début du XVIe siècle. Représentant Lisa Gherardini, épouse du marchand florentin Francesco del Giocondo, le tableau entra dans les collections royales à la mort du maître italien en 1519. Célèbre dans le monde entier, l’œuvre est admirée par près de 20 000 personnes chaque jour. Cette affluence rend difficile l’observation du tableau, c’est la raison pour laquelle on recommande de s’y rendre dès l’ouverture, à la fermeture ou durant les nocturnes du musée.
Peintures françaises[modifier]

De part sa vocation de musée national, le Musée du Louvre détient naturellement la plus importante collection de tableaux français au monde. Sur les quatre milles oeuvres conservés, seulement un quart est exposé au public. Toutes les périodes et toutes les écoles sont représentées : du Portrait de Jean II le Bon (XIVe siècle) et de l’école de Fontainebleau (XVIe siècle) aux tableaux classiques de Philippe de Champaigne, Nicolas Poussin, Georges de La Tour, Jean-Antoine Watteau… et néoclassiques de Jacques-Louis David, Eugène Delacroix, Théodore Géricault ou Jean-Dominique Ingres.
Toutes les peintures françaises sont exposées au 2e étage de l’Aile Sully et de l’Aile Richelieu, à l’exception des grands formats du XIXe siècle exposés au 1er étage de l’aile Denon.

La Liberté guidant le peuple
  • 3 Salle Daru Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Denon, 1er étage, salle 75) – Créée en 1863 sous Napoléon III, cette salle, parallèle à la Grande Galerie, accueille aujourd’hui tous les grands formats de la peinture néoclassique française. Elles accueillent un grands nombres de tableaux parmi les plus connus tels Le Serment des Horaces (David), le Sacre de l’empereur Napoléon Ier (David) ou La Grande Odalisque (Ingres).
  • 4 Salle Mollien Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Denon, 1er étage, salle 77) – Également créée en 1863 pour le musée impérial, cette salle suit directement la salle Daru. Elle accueille tous les grands formats de la peinture romantique française dont de très célèbres tableaux parmi lesquels La Liberté guidant le peuple (Delacroix) et Le Radeau de la Méduse (Géricault).
Peintures d’Europe du Nord[modifier]

Avec plus de milles tableaux en réserve, le Louvre possède l’une des plus importantes collections de peintures flamandes et hollandaises du monde. Couvrant tous les courants du XVe au XIXe siècles, tous les grands noms sont représentés parmi lesquels Jérôme Bosch, Jan Brueghel l’Ancien, Antoine van Dyck, Jacob Jordeans, Rembrandt, Rubens, Johannes Vermee, etc. Le musée possède également une collection signification de peintures allemandes dont quelques tableaux de Albrecht Dürer, de Caspar David Friedrich ou encore de Hans Holbein le Jeune, ainsi que quelques oeuvres des écoles scandinaves.
Tous ces tableaux sont exposés au 2e étage de l’Aile Richelieu.

Galerie Médicis
  • 5 Galerie Médicis Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Richelieu, 2e étage, salle 18) – Cette galerie fut spécialement aménagée pour recevoir les vingt-quatre tableaux que Marie de Médicis, veuve de Henri IV, commanda à Rubens pour orner les appartements du palais du Luxembourg qu’elle venait de se faire construire. Peints entre 1622 et 1625, cette série retrace la vie de la reine, magnifiée par la présence des dieux de l’Antiquité gréco-romaine.
Peintures espagnoles[modifier]

Plus réduite que les précédentes, les collections de peintures espagnoles du Louvre comporte environ cent trente tableaux dont la moitié est exposée dont certains grands noms tels El Greco, Francisco de Goya ou Diego Vélasquez.
Les peintures espagnoles sont exposées dans le pavillon de Flore au 1er étage de l’aile Denon, à la suite de la Grande Galerie et des collections italiennes.

Peintures anglaises et américaines[modifier]

Comportant environ cent vingt tableaux, les collections de peintures anglo-saxonnes datent pour l’essentielle du XVIIIe et du XIXe siècles avec de grands noms tels que Thomas Gainsborough, John Constable ou J. M. W. Turner.
Les peintures anglo-saxonnes sont exposées dans le pavillon de Flore au 1er étage de l’aile Denon, à la suite des collections espagnoles, dans la salle Gainsborough (salle 32).

Icônes grecques et russes[modifier]

Le Musée du Louvre possède une petite collection d’icônes orthodoxes exposées en salle 31, au 1er étage de l’aile Denon, dans le pavillon de Flore.

Sculptures[modifier]

Un des deux Chevaux de Marly

Avec plus de six mille œuvres détenues dont un tiers exposé, le département de Sculptures du Musée du Louvre possède l’une des collections les plus riches du monde. Trois grandes écoles y sont représentées : l’école italienne et espagnole du VIe au XIXe siècles, l’école d’Europe du Nord du XIIe au XIXe siècles et l’école française, la plus importante du monde, dont les œuvres présentées vont du Haut-Moyen Age au XIXe siècle. Moins populaire que d’autres, ce département est essentiellement visité pour deux de ces œuvres : les Chevaux de Marly et les Esclaves de Michel-Ange.

À noter que toutes les sculptures antérieures au Moyen Age ont été rattachées à d’autres départements. Pour plus de détails, se référer à leurs descriptions ci-dessous.

Sculptures françaises[modifier]

Couvrant toutes les périodes, des débuts de l’art roman et gothique aux sculptures romantiques, cette imposante collection retrace la longue histoire de la sculpture française à travers un riche parcours chronologique. Débutant avec l’art religieux des églises et des abbayes, il se poursuit par la découverte des gisants et des monuments funéraires, puis des premières sculptures de la Renaissance pour terminer par les grands noms de la période classique (Jean Goujon, Germain Pilon, Ligier Richier), baroque (François Girardon, Antoine Coysevox, Pierre Puget), néoclassique et romantique (Guillaume Coustou, David d’Angers, Jean-Baptiste Pigalle, Jean-Antoine Houdon).
La sculpture française est exposée dans les Cours Puget et Marly de l’entresol au rez-de-chaussée de l’Aile Richelieu.

  • 6 Cour Marly Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Richelieu, entresol/rez-de-chaussée) – Construite par Hector-Martin Lefuel pour le palais de Napoléon III, la cour Marly a longtemps été occupée, dès la proclamation de la IIIe République, par le ministère des Finances. Ce n’est qu’en 1993, lors de l’agrandissement du musée, que la cour a été ouverte au public. Elle abrite depuis toutes les sculptures de plein-air qui ornaient jadis la château de Marly parmi lesquelles les célèbres de Chevaux de Coustou.
  • 7 Cour Puget Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Richelieu, entresol/rez-de-chaussée) – Contemporaine de la cour Marly, la cour Puget fut également construite par Hector-Martin Lefuel pour le palais de Napoléon III. Longtemps utilisée par le ministère des Finances, elle ne fut rendue au public qu’en 1993, lors de l’agrandissement du musée. Elle abrite depuis toutes les sculptures de plein-air françaises des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle, dont un grand nombre furent réalisés par Pierre Puget, à l’image du Milon de Crotone, chef-d’œuvre de la cour.
  • 8 Chevaux de Marly Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Richelieu, entresol, cour Marly) – Commandés en 1739 par Louis XV, ces deux groupes sculptés de 3,50 m de haut ont été réalisés par Guillaume Coustou afin d’orner l’abreuvoir du château de Marly. Réalisés en marbre de Carrare, ils représentent deux chevaux cabrés maintenus par un palefrenier. Déplacés pendant la Révolution à l’entrée de l’avenue des Champs-Élysées, ils ont été transférés au Louvre en 1984 afin d’être protégés.
Sculptures italiennes et espagnoles[modifier]
L'Esclave rebelle

Moins fournis que la section française, les collections italienne et espagnole ne sont pas moins riches en chefs-d’œuvres. Couvrant toutes les époques, du Moyen Age à la période néoclassique, de grands noms y sont représentés tels Andrea della Robbia, Francesco Laurana, Le Bernin, Antonio Canova ou Michel-Ange. Les sculptures italiennes et espagnoles sont exposées à l’entresol et au rez-de-chaussée de l’Aile Denon.

  • 9 Les Esclaves Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Denon, rez-de-chaussée, salle 4) – Les Esclaves sont un ensemble de deux sculptures dit L’Esclave mourant (ou le Captif) et L’Esclave rebelle, réalisés vers 1515 par Michel-Ange. Commandés initialement par le pape Jules II pour son tombeau, elles ont finalement été écartées du projet et données, inachevées, par Michel-Ange à son ami Roberto Strozzi, qui en exil, en fit don à son tour à François 1er.
Sculptures d’Europe du Nord[modifier]

Cette collection présente un large éventail de la production artistique sculptées des XIIe et du XIXe siècles réalisée en Angleterre, en Flandre, aux Pays-Bas ainsi que dans les pays germaniques. Relativement modeste comparée aux deux autres, cette collection est surtout connue pour sa représentation de Sainte Marie-Madeleine, une statue du XVIe siècle réalisée par l’artiste allemand Gregor Erhart. Les sculptures d’Europe du Nord sont exposées à l’entresol et au rez-de-chaussée de l’Aile Denon, dans la continuité des collections espagnoles et italiennes.

Antiquités orientales[modifier]
  • Département des antiquités orientales Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata

Expositions temporaires[modifier]

Faire[modifier]

Apprendre[modifier]

Manger[modifier]

  • Le Café Richelieu Logo indiquant un lien vers le site web (aile Richelieu) – Le café est situé dans l'aile Richelieu.
  • Le Café Marly Logo indiquant un lien vers le site web (Cour Napoléon) – La brasserie bénéficie d'une vue sur la pyramide du Louvre
  • Bistrot Benoit Logo indiquant un lien vers le site web (Sous la Pyramide), Logo indiquant un numéro de téléphone +33 1 40 20 53 20

Aux environs[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de ce musée est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Paris