Patrimoine mondial au Pérou

De Wikivoyage
Aller à : navigation, rechercher

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial au Pérou.

Comprendre[modifier]

Liste[modifier]

Site Type Critère Description Illustration


Centre historique de la ville d’Arequipa Culturel (i)(iv) Le centre historique d'Arequipa, construit en sillar – une roche volcanique – représente la fusion de techniques de construction européennes et autochtones qui s'expriment dans l'œuvre admirable des maîtres coloniaux et des maçons « criollos » et indiens. Cette fusion se manifeste dans ses murs robustes, ses arcades et ses voûtes, ses cours et ses espaces ouverts, ainsi que dans la complexe décoration baroque de ses façades. Arequipa, Plaza de Armas and Volcan El Misti - panoramio.jpg
Fiche UNESCO


Centre historique de Lima Culturel (iv) Bien que sérieusement endommagée par des tremblements de terre, cette « ville des rois » a été jusqu'au milieu du XVIIIe siècle la capitale et la ville la plus importante des territoires sous domination espagnole en Amérique du Sud. Nombre de ses monuments (comme le couvent San Francisco, le plus grand de ce genre dans cette partie du monde) sont des créations communes d'artisans locaux et de maîtres du Vieux Continent. Historic Centre of Lima-110464.jpg
Fiche UNESCO


Lignes et Géoglyphes au Nasca et Palpa Culturel (i)(iii)(iv) Situés dans la plaine côtière aride du Pérou à quelque 400 km au sud de Lima, les géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana couvrent environ 450 km2 . Ces lignes, tracées dans le sol entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C., soulèvent une des grandes énigmes de l'archéologie en raison de leur quantité, de leur nature, de leur taille et de leur continuité. Certains de ces géoglyphes représentent des créatures vivantes, d'autres des végétaux stylisés ou des êtres fantastiques, d'autres encore des figures géométriques de plusieurs kilomètres de long. On suppose qu'ils auraient eu une fonction rituelle liée à l'astronomie. Nazca Lines, die Spinne, Peru (11341464226).jpg
Fiche UNESCO


Qhapaq Ñan, réseau de routes andin
traverse 6 pays: la Colombie, l'Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili et l'Argentine.
Culturel (ii)(iii)(iv)(vi) Ce grand réseau de routes de communication, de commerce et de défense parcourt plus de 30 000 km. Construit par les Incas sur plusieurs siècles et en partie basé sur une infrastructure préinca, ce réseau extraordinaire traversant l’un des terrains géographiques les plus difficiles du monde relie les sommets enneigés des Andes (à plus de 6 000 m) à la côte en passant par des forêts tropicales humides, des vallées fertiles et des déserts. Le Qhapac Ñan qui a atteint son extension maximale au XVe siècle s’étendait sur toute la longueur et la largeur des Andes. Le bien comprend 273 sites individuels s’étendant sur plus de 6 000 km. Ils ont été choisis pour illustrer les réalisations architecturales, techniques, politiques, sociales du réseau ainsi que son infrastructure associée, destinée au commerce, à l’hébergement et au stockage des marchandises, et des sites d’importance religieuse. Qhapaq ñan Grande route inca.jpg
Fiche UNESCO


1 Site archéologique de Chavin (dans la Cordillère Blanche) Culturel (iii) Ce site archéologique a donné son nom à la culture qui se développa entre 1500 et 300 av. J.-C. dans cette haute vallée des Andes péruviennes. L'architecture de cet ensemble de terrasses et de places entourées de constructions en pierres appareillées ainsi que son ornementation, en grande partie zoomorphique, donnent un aspect saisissant à cet ancien lieu de culte, l'un des sites précolombiens les plus anciennement connus et les plus célèbres. Chavín Stairs(Close-up).jpg
Fiche UNESCO


2 Ville de Cuzco Culturel (iii)(iv) Située dans les Andes péruviennes, la ville est devenue, sous le grand chef inca Pachacutec, un centre urbain complexe avec des fonctions administratives et religieuses distinctes. Elle était entourée de zones clairement délimitées pour la production agricole, artisanale et industrielle. Au XVIe siècle, quand les Espagnols l'ont conquise, ils ont conservé sa structure mais ont construit des églises et des palais baroques sur les ruines de la cité inca. Centro Histórico, Cusco, Peru - panoramio (10).jpg
Fiche UNESCO


3 Ville sacrée de Caral-Supe (dans la région Côte centrale) Culturel (ii)(iii)(iv) Le site archéologique de Caral-Supe qui s’étend sur 626 ha est situé sur un plateau désertique aride en surplomb de la verdoyante vallée de Supe. Il date de la période archaïque tardive des Andes centrales, il y a 5 000 ans, et il s’agit de la plus vieille cité de ce type aux Amériques. C’est un site impressionnant en termes de conception et de complexité de ses éléments architecturaux et spatiaux, notamment de ses monumentales plateformes de pierre et de terre et de ses cours circulaires creuses. Caral, qui n’est qu’un des 18 établissements urbains de la zone, est particulièrement bien préservé. On y trouve une architecture complexe et monumentale, notamment six grandes structures pyramidales. Un quipu (une corde à laquelle plusieurs autres cordelettes nouées étaient attachées, servant à enregistrer et transmettre des informations dans les Andes) retrouvé sur place témoigne du développement et de la complexité de la civilisation de Caral. Le plan de la ville et certaines de ses composantes, notamment les structures pyramidales et le groupe résidentiel de l’élite, témoignent de fonctions cérémonielles, traduisant la puissance de ce que l’on pourrait qualifier d’idéologie religieuse. Le site doit sa remarquable conservation à son abandon précoce et à sa découverte tardive. PeruCaral19.jpg
Fiche UNESCO


4 Zone archéologique de Chan Chan (à l'ouest de Trujillo) Culturel (i)(iii) Le royaume chimu, dont Chan Chan fut la capitale, connut son apogée au XVe siècle, peu avant de succomber à la puissance inca. L'aménagement de cette ville, la plus importante de l'Amérique précolombienne, reflète une stratégie politique et sociale rigoureuse, marquée par sa division en neuf « citadelles » ou « palais » formant des unités indépendantes. Chan Chan Août 2007 - Secteur Administratif.jpg
Fiche UNESCO


5 Parc national de Huascarán (dans la Cordillère Blanche) Naturel (vii)(viii)    
Fiche UNESCO


6 Parc national de Manú (dans la région de la Madre de Dios) Naturel (ix)(x)    
Fiche UNESCO


7 Parc national Río Abiseo (dans la région de San Martín) Mixte (iii)(vii)(ix)(x)    
Fiche UNESCO


8 Sanctuaire historique de Machu Picchu Mixte (i)(iii)(vii)(ix) À 2 430 m d'altitude, dans un site montagneux d'une extraordinaire beauté, au milieu d'une forêt tropicale, Machu Picchu a probablement été la création urbaine la plus stupéfiante de l'Empire inca à son apogée : murailles, terrasses et rampes gigantesques sculptent les escarpements rocheux dont elles paraissent le prolongement. Le cadre naturel, sur le versant oriental des Andes, fait partie du bassin supérieur de l'Amazone, riche d'une flore et d'une faune très variées. Machu picchu (8445812696).jpg
Fiche UNESCO


Légende des critères
(i) Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.
(ii) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.
(iii) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
(iv) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine.
(v) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.
(vi) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle.
(vii) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles.
(viii) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre.
(ix) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes.
(x) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique.
Stars310.svg
Ces conseils de voyage sont utilisable. Ils présentent les principaux aspects du sujet. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Patrimoine mondial de l'UNESCO