Télécharger le fichier GPX de cet article
47.873-3.765Map mag.png

Eurasie > Europe > France > Nord-Ouest de la France > Bretagne > Finistère > Pont-Aven

Pont-Aven

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont-Aven
Pont-Aven--le-port.jpg
Informations
Pays
Régions
Superficie
Population
Densité
Code postal
Fuseau
Bureau d'information touristique
Localisation
Site officiel

Pont-Aven une ville située en Bretagne et plus précisément dans le département du Finistère. Elle est plus connue sous le nom de cité des peintres.

Comprendre[modifier]

Pourquoi Pont-Aven ?[modifier]

“C’est un petit trou pas cher”, note le peintre Jobbe-Duval à l’intention de Gauguin : il faut s’y résoudre, c’est cette première qualité qui attire, plus que l’admirable lumière du val.

À cette époque, Pont-Aven est un village ouvert et très animé. La meunerie et le commerce maritime y ont développé les établissements nécessaires à l’accueil des voyageurs (en 1900, on compte 40 hôtels, auberges et cafés). Venant des villes pour la plupart, les peintres sont très sensibles à l’ambiance citadine du petit port accueillant, où l’on veille tard (et le café n’est-il pas le lieu idéal des controverses esthétiques ?). D’autre part, dans cette Bretagne, pittoresque certes d’un bout à l’autre, mais pauvre et austère, Pont-Aven est un havre de plaisir ; le pays du Bois d’Amour manifeste une liberté de ton et de mœurs qui tranche avec le conformisme des villages voisins. Une population souriante qui, de plus, parle français… Voilà ce que découvrent ces peintres voyageurs.

Les trois époques picturales[modifier]

Les peintres découvrent la Bretagne dès la moitié du XIXe siècle et en consacrent rapidement la réputation exotique à travers toute l’Europe. C’est à la belle saison qu’ils rejoignent Pont-Aven. Ils viennent de Londres, de Philadelphie, des pays nordiques et d’ailleurs. Par commodité et un brin de facétie, les Pontavénistes les baptisent une fois pour toutes : “les Américains”, Français compris. Cette première génération de peintres académiques, inspirée par les costumes, les paysages et la population, lorgnant une médaille au Salon ou un article dans la presse parisienne, “lance” Pont-Aven et en assure la notoriété.

Le destin pictural, c’est Gauguin qui le fonde définitivement. Arrivé en 1886, l’élève et l’ami de Pissarro n’est encore “qu’un impressionniste”. C’est en 1888 seulement que naît de la rencontre avec Émile Bernard le “synthétisme”, consacré en septembre par deux tableaux inauguraux : “Les Bretonnes dans la prairie verte” d’Émile Bernard et “La Vision après le sermon” de Paul Gauguin. Gauguin bientôt part à Tahiti et le petit groupe (à peine une dizaine de peintres), connu plus tard sous le nom d’École de Pont-Aven, se désagrège rapidement. Mais le message pictural est passé via “Le Talisman” et les Nabis. Le succès change le visage de Pont-Aven que les peintres délaissent petit à petit. Quand la Grande Guerre éclate, les touristes ont remplacé “les rapins” chez Marie-Jeanne Gloanec et Julia Guillou.

On reconnaît peu à peu l’importance de Gauguin, et son passage rend Pont-Aven célèbre. Dans les années vingt, timidement, les peintres reviennent dans la ville inspirée. Les auberges sont là une fois encore pour les accueillir, particulièrement l’Hôtel de la Poste. Les nouveaux venus, peintres intimistes au réalisme grave, marqués par le sentiment de la fuite du temps, se conduisent en dilettante dans la vie. Pont-Aven, pour eux, est avant tout un art de vivre où les bonnes hôtesses jouent les premiers rôles. Le peintre Compard délivre à Julia Correlleau le message de tous : “… comment allez-vous et cet étonnant Pont-Aven si enchanté grâce à toi”.

La Seconde Guerre clôt ce chapitre de la vie picturale. Il faut attendre les années soixante pour que se reconstitue une vie artistique, et les années quatre-vingts pour saluer une nouvelle population de peintres qui, cette fois, tiennent boutique.

Aller[modifier]

En avion[modifier]

Aéroports : Lorient (35 km) – Quimper (35 km) – Distance Paris : h

En train[modifier]

Gares : Quimperlé (17 km) – Quimper (35 km) – Distance Paris : h

Puis correspondances régulières par bus (Quimperlé 30 min ou Quimper h)

En voiture[modifier]

Voie rapide : RN12 – E165 – Sorties échangeurs « Kérandréo » ou « Kerampaou »

Circuler[modifier]

Voir[modifier]

  • Le musée des beaux arts Logo indiquant un lien vers le site web
  • Le Centre international d’art contemporain Logo indiquant un lien vers le site web
  • Le sentier de découverte « sur les pas de Gauguin »
  • Le bois d’amour
  • Les berges de l’Aven
  • La chapelle de Trémalo

Faire[modifier]

  • Les visites guidées de la ville Logo indiquant un lien vers le site web  – en français. Les samedis, d’avril à septembre
  • Croisière commentée sur L’Aven et le Bélon Logo indiquant un lien vers le site web  – à bord de la vedette Paul Gauguin (d’avril à septembre).
  • Visites de biscuiteries – (juillet et août)Traou Mad : [1], Isidor Penven : [2] et démonstration de fabrication de gateaux bretons toute l'année à l'Atelier de la Galette[3]
  • Le labyrinthe végétal et la mini-ferme Logo indiquant un lien vers le site web  – (mai à septembre)

Acheter[modifier]

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

  • Gite Rural, Marie Jo et Jean Marie Houbron Kergoanten Logo indiquant un lien vers le site web , Logo indiquant un numéro de téléphone +33 2 98 09 15 99 – réservation gîtes de France 02 98 64 20 20

Hôtels[modifier]

Campings[modifier]

  • Camping à Pont Aven Logo indiquant un lien vers le site web  – Camping à Pont Aven, Nevez, Concarneau : le Saint Nicolas avec location de mobil home, et piscine couverte chauffée

Communiquer[modifier]

Aux environs[modifier]

  • 1 Névez (station littorale, la nature à l'état pur) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Pays des « pierres debout » (mein zao en breton), Névez est l'escale des amoureux de la nature et des grands espaces face à l'océan. Une escale s'impose au HENAN pour y découvrir l'ensemble architectural composé du moulin à marée, la chaussée de pierre, la maison du meunier, la chapelle Ste Marguerite et les 3 fontaines. Une promenade vous permettra de vous oxygéner dans l'arboretum sur les rives de l'Aven.
  • Kerdruc – est un petit port de plaisance blotti sur la rive ouest de l'Aven faisant face au port de Rosbraz sur la rive est.
  • Port-Manec'h – situé à l'embouchure de l'Aven et du Bélon, offre un point de vue imprenable sur les 2 estuaires. Les petites rues sont pittoresques et les belles propriétés côtoient les maisons de pêcheurs. Les cabines de baigneurs sur la plage sont typiques et uniques dans la région. Au pied du phare commence le sentier GR 34 qui suit la falaise jusqu'à Raguenès.
  • Rospico – petite crique abritée, idéale pour une pause familiale sur la plage.
  • Kerascoët – village de chaumières en granit typiques et pittoresques. Certains pans de murs sont en « pierres debout ». Ces pierres de plus de 2 mètres de haut étaient souvent taillées à même les blocs de granit puis érigées en murs. Cette spécificité date de la fin du XVIIIe siècle et elle est aujourd'hui protégé par le label « Paysage de reconquête », décerné en 1993 par le Ministre de l'environnement.
  • De Raguenez à Trevignon – Après un point de vue sur les ILES DE GLENAN, une baignade sur la plage de Tahiti, la route vous permet de longer la côte jusqu'au port de pêche de Trévignon.
  • 2 Trégunc (terre marine et de légende) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Avec ses 23 km de côtes, Tregunc est le paradis de la mer : plages, criques, ports offrent toutes les palettes des des activités maritimes et nautiques : du farniente au soleil, à la course de catamaran en passant par la pêche à pied...
  • La pointe de TREVIGNON – est un lieu incontournable. Son charmant petit port est surveillé par la station SNSM et la Villa Château...Une vente de poissons a lieu tous les soirs vers 17 h au retour des bateaux...
  • Dunes et étangs de Trévignon – Les amateurs d'ornithologie ne manqueront pas la réserve naturelle de 300 Ha « Dunes et étangs de Trévignon». Protégés des embruns par un cordon dunaire de 6 kilomètres, les 7 étangs sont le refuge d'environ 150 espèces d'oiseaux dont 75 espèces nicheuses. Le GR 34 longe toute la côte de Trégunc et des arrêts s'imposent notamment à Porz An Halen, Pouldohan, la Pointe de la Jument...
  • 3 Quimperlé Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 4 Concarneau (une ville entière) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ancienne place forte de Bretagne, ville portuaire et station balnéaire, 4e port de pêche de France, 1er port thonier d'Europe, Concarneau s'est développée autour de sa Ville-close. La ville-close est bâtie sur un îlot rocheux et ceinte d'une muraille médiévale fortement remaniée aux XVe et XVIe siècles, puis restaurée selon les indications de Vauban. De ses remparts, nombreux points de vue sur le port de pêche, le port de plaisance et la baie (pointe du Cabellou, les Glénan...). Ville d'art et d'histoire, le service du patrimoine propose de nombreuses visites guidées à thème. Riche en patrimoine, animations et activités; Concarneau allie bien-être et plaisir de l'enrichissement personnel : château de Keriolet, musée de la pêche, Marinarium, conserveries traditionnelles, croisières et excursions maritimes, petit train...Il y en a pour tous les goûts.
  • 5 Melgven Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 6 Moëlan-sur-Mer Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata


Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Finistère