Télécharger le fichier GPX de cet article
0.29166734.856111Map mag.png

Réserve nationale de la forêt de Kakamega

De Wikivoyage
Afrique > Afrique de l'Est > Kenya > Kenya occidental > Nyanza septentrional > Réserve nationale de la forêt de Kakamega
Aller à : navigation, rechercher
Pour les autres lieux du même nom, voir Kakamega (homonymie).
Réserve nationale de la forêt de Kakamega
​((en) Kakamega Forest National Reserve
(sw) Msitu wa Kakamega)
KakamegaRainForest.JPG
Information
Pays
Région
Catégorie UICN
Administration
Altitude minimale
Altitude maximale
Superficie
Localisation
Site officiel

La réserve nationale de la forêt de Kakamega est située au Kenya occidental dans le comté de Kakamega. Bien que la réserve nationale ne s'étend que sur une superficie de 45 km2, elle fait partie d'un plus vaste domaine forestier grand, lui, de 230 km2 et qui est la dernière forêt tropicale primaire du Kenya.

L'attraction principale est ici l'observation des singes et des centaines d'espèces d'oiseaux dont certaines sont menacées. Cette observation des animaux présents dans le biotope est, par ailleurs, grandement facilitée par la présence des gardes forestiers qui connaissent parfaitement où trouver telle ou telle espèce.

Comprendre[modifier]

Plan de la fôret de Kakamega
La rivière Yala

La forêt de Kakamega est la dernière réminiscence, au Kenya, de l'ancienne forêt tropicale humide qui s'étendait des côtes de la Guinée-Bissau sur l'océan Atlantique au littoral kényan sur l'océan Indien. Elle est entrecoupée de clairières plus ou moins vastes créées soit par les animaux sauvages comme les éléphants soit par l'homme pour y faire paître son bétail. L'altitude varie de 1 466 à 1 779 m.

Elle est divisée en trois réserves distinctes :

  • la réserve nationale gérée par le Kenya Wildlife Service (KWS), située au nord et correspondant aux forêts de Buyangu et de Kisere
  • la réserve forestière gérée par le Kenya Forest Service (KFS) qui dépend du ministère des Forêts, des Mines et du Sol
  • la réserve naturelle gérée par le même ministère, s'agissant de deux zones enclavées dans la réserve forestière, l'une, Isecheno, au centre et l'autre, Lirhanda, au sud

Dans la réserve nationale, toute interaction de l'homme est strictement interdite et les contrevenants sont réprimandés par une amende de 5 000 KES ou une peine d'emprisonnement de trois mois. Dans les deux autres, les habitants de la région sont autorisés, depuis 1979, à ramasser le bois mort ou à faire paître leur bétail pour un droit d'entrée mensuel de 100 KES .

Géographie physique[modifier]

Relief et géologie[modifier]

Le relief est celui d’un ancien massif montagneux érodé où les cours d'eau principaux coulent de l'est-nord-est vers l'ouest-sud-ouest. L'altitude moyenne est comprise entre 1 500 m, dans les vallées, et 1 600 m, sur les crêtes. La cote d'altitude la moins élevée est de 1 466 m à l'endroit où la rivière Yala quitte la réserve. Les trois points culminants sont, dans l'ordre décroissant, la colline d'Ikuywa à 1 779 m, la colline de Lirhanda à 1 734 m et la colline de Buyangu à 1 633 m.

Le sous-sol est principalement constitué de gneiss et de phonolite apparus lors de la formation du rift de Kavirondo qui est un linéament occidental du rift africain oriental. Des veines de quartz ou aurifères, comme à la Batcave, occupent les espaces résiduels des roches métamorphiques.

Climat[modifier]

Les températures diurnes y varient entre 20 et 30 °C. La température diurne la plus basse jamais enregistrée fut de 11 °C. Les précipitations atmosphériques mensuelles varient entre 200 et 700 mm avec une longue saison des pluies entre mars et avril ainsi qu'une plus courte entre novembre et décembre. Les mois les plus secs sont janvier et février. La pluviométrie moyenne annuelle est de 2 080 mm. Deux rivières importantes, la Yala et l'Isiukhu, traversent la forêt augmentant ainsi l'hygrométrie.

Historique[modifier]

  • 1820, la forêt de Kakamega couvre 2 400 km2 et est contiguë avec la forêt de Nandi ;
  • 1910, ouverture du système Shamba (shamba signifie « ferme », « champ » en swahili) ;
  • 1926, création de la réserve forestière de Kakamega ;
  • 1933, inscription au journal officiel de la forêt de Kakamaga en tant que « Véritable forêt » ((en) True Forest) ;
  • 1967, création des réserves naturelles de Yala (actuellement Lirhanda) et d'Isecheno ;
  • 1979, instauration de taxes pour l'utilisation des produits forestiers ;
  • 1984, importante déforestation dans la partie sud pour créer la zone de culture du théier de Nyao-Kaimosi avec pour conséquence la séparation de la forêt de Nandi avec celle de Kakamega ;
  • 1985, suppression du système Shamba et création des réserves intégrales de Buyangu et de Kisere ;
  • 1986, inscription au journal officiel des réserves intégrales de Buyangu et de Kisere en tant que réserve nationale ;
  • 1994, le groupement de femmes Mama watoto (« Maman des enfants » en swahili) aide ses adhérents à pratiquer l'apiculture et à boiser leur propre terrain avec des arbres soit destinés à la chauffe comme le Grevillea robusta soit destinés à attirer les insectes pollinisateurs comme le Calliandra calothyrsus ;
  • 1995, création de pépinières pour plants d'arbres indigènes connus pour leurs propriétés phytothérapeutiques ou médicinales ;
  • 2001, élevage de papillons indigènes et endémiques destinés aux lépidoptérophiles et au repeuplement ;
  • 2008, introduction d'abeilles sans dard pour l'apiculture locale ;
  • 2010, le Kenya Wild Service soumet devant l'UNESCO un dossier pour que la réserve nationale soit inscrite au patrimoine mondial en tant que bien naturel.

Bibliographie[modifier]

  • Mikaël Poissonnet, Vincent Brudo et Mireille Dosso, « La forêt protégée de Kakamega (Ouest Kenya) entre deux futurs immédiats : destruction annoncée ou gestion concertée ? », Cahiers Agricultures, Montrouge, John Libbey Eurotext, vol. XV,‎ n° 5, septembre-octobre 2006, p. 409-415 (ISSN 1777-5949, lire en ligne [PDF])

Aller[modifier]

Réserve nationale[modifier]

En matatu et transport partagé[modifier]

Au départ du marché de Kakamega, prendre le matatu pour Webuye et descendre à Mwanza. Là, prendre un pikipiki ou un boda-boda jusqu'à l'Isukuti Guest House. Vous pouvez aussi demander que l'on vous dépose à la piste vers Kambiri mais vous devrez alors probablement terminer les 2,3 km restant à pied.

En taxi, demander au chauffeur de vous conduire à l'Isukuti Guest House (prix en 2014 : 1 500 KES ).

En voiture[modifier]

Au départ de l’hôtel de ville de Kakamega, prendre la route A1 en direction de Webuye et, après 15,6 km, prendre à droite la piste en direction des bureaux du Kenya Wildlife Service.

Réserve naturelle[modifier]

En matatu et transport partagé[modifier]

Au départ du marché de Kakamega, prendre le matatu pour Shinyalu. Là, simplement tourner le coin sur votre droite et, au Khayega Stop, prendre un pikipiki ou un boda-boda jusqu'à la Forest Rest House d'Isecheno. Sinon, à pied, tourner le coin sur votre gauche jusqu'à l'école primaire d'Isecheno puis prendre à gauche la piste vers la Forest Rest House (distance 6,3 km).

En taxi, demander au chauffeur de vous conduire à la Forest Rest House (prix en 2014 : 1 500 KES ).

En voiture[modifier]

Au départ de l’hôtel de ville de Kakamega, prendre la route de l'aérodrome (Khasakhala Road) sur 10,7 km jusque Shinyalu, prendre à gauche la piste vers Isecheno sur 5,5 km, à l'école primaire d'Isecheno, prendre à gauche la piste vers la Forest Rest House.

Circuler[modifier]

L'accès de la réserve nationale est possible toute l'année de h - 18 h et le droit d'entrée pour les étrangers est de 25 USD par adulte et de 15 USD par enfant entre 3 et 18 ans ou par étudiant de moins de 24 ans munis de sa carte d'étudiant internationale (carte ISIC). Le droit d'accès se règle uniquement en monnaie fiduciaire (USD ou KES).

L'accès de la réserve naturelle d'Isecheno est de 600 KES, aussi entre 6 et 18 h, tandis que celui de la réserve forestière est gratuit et sans limite d'horaire.

les véhicules à moteur sont interdits dans la réserve nationale en dehors de la piste menant aux deux sites de logement de Buyangu. Deux pistes en terre battue en bon état mais fort fréquentées par les riverains traversent la réserve forestière. L'une relie Shinyalu à Chepsonoi et l'autre Lunyu à la piste précédente. Différents sentiers parfaitement entretenus et balisés peuvent être parcourus à pied ou en vélo tout terrain.

Si le visiteur n’oubliera pas de se munir ni d'une paire de jumelles ni d'un appareil photo ou d'une caméra, il sera aussi avisé de se chausser de bonnes chaussures de marche et d'emporter de l'eau alimentaire, un couvre-chef ainsi qu'un vêtement imperméable, surtout en mars et avril ou lors des excursions matinales lorsque la brume s'accroche dans les vallées. Lors des excursions nocturnes, il sera sage d'enduire les parties nues du corps d'un répulsif comme une solution contenant 30 % de DEET pour les adultes et 10 % pour les enfants de moins de 12 ans.

Voir[modifier]

Faune[modifier]

Un singe argenté ou cercopithèque à diadème.
Un potto de Bosman.

Si les grands mammifères y sont rares car les éléphants et les buffles ont été éloignés de l'écosystème, les différentes espèces d'oiseaux, de serpents et de papillons répertoriées y sont très variées :

Flore[modifier]

Elle est caractérisée par des arbres massifs. Parmi les 350 espèces de plantes recensées, 160 sont indigènes dont nombres de fougères et d'orchidées ainsi que le basilic camphré (Ocimum kilimandscharicum) très apprécié dans la composition d'huiles essentielles mais aussi en phytothérapie comme antiseptique ou comme contrepoison des morsures de serpent.

Le plus grand et le plus vieil arbre se trouve dans la forêt d'Isecheno. Localement connu sous le nom de mama mutere, c'est un Maesopsis eminii de plus de 40 m et âgé d'environ 250 ans. L'écorce de cette espèce indigène a une grande valeur en médecine traditionnelle dans le traitement des maux d'estomac. D'aucun disent qu'elle est aussi bénéfique dans la lutte contre le cancer de la prostate.

Autres points d'intérêt[modifier]

  • 1 Isiukhu Fall—  Chutes de la rivière Isiukhu lors de son entrée dans la forêt de Buyangu.
  • 2 Buyangu Hill—  Point de vue dans la réserve nationale à 1 633 m d'altitude.
  • 3 Lirhanda Hill—  Point de vue et 2e point le plus élevé de la réserve à 1 734 m d'altitude.
  • 4 Batcave—  Ancienne mine d'or visitable où l'on peut observer des colonies de chauves-souris.

Faire[modifier]

Le Kenya Forest Service organise des excursions au départ de la Forest Rest House d'Isecheno ainsi que des activités :

  • observation des oiseaux et reconnaissance de leur chant, durée 2 heures et départ à h 30 ou à 16 h 30, 500 KES par personne ;
  • visite d'un village et de son marché, durée 2 heures, 500 KES par personne ;
  • excursion de nuit, durée 2 heures, 1 200 KES par personne ;
  • contemplation du levé de soleil sur Lirhanda Hill et visite de la Batcave, durée 3 heures et départ à h, 1 200 KES par personne ;
  • comme la précédente mais contemplation du coucher de soleil, durée 3 heures et départ à 17 h, 1 200 KES par personne ;
  • Isiukhu Fall et Buyangu Hill avec transfert motorisé entre Isecheno et Buyangu, durée entre 3 et 5 heures, 2 000 KES par personne. ;
  • rivière Yala, durée entre 5 et 7 heures, 2 000 KES par personne.
  • présentation à Shibuye ou à Khayega d'un mchezo wa ng'ombe, c'est-à-dire d'un combat traditionnel (sans mise à mort sauf accidentelle) entre deux taureaux, organisé un week-end chaque mois ; prix à discuter avec l'officier en charge du site d'Isecheno.
  • soirée, sur le site du Kenya Forest Service à Isecheno, axée sur la culture des Luya avec représentation de la danse traditionnelle dite Isukuti, scénettes basées sur les traditions orales et apport des connaissances locales sur les plantes médicinales ; prix à discuter avec l'officier en charge du site d'Isecheno.

Manger[modifier]

Hormis dans les endroits repris dans la section, ci-dessous, « Se loger » n'existe d'endroit où recevoir un repas préparé. Ces repas peuvent être commandés par tous les visiteurs qu'ils logent ou non sauf au Rondo Retreat Lodge où les repas sont réservés aux pensionnaires.

Le pique-nique n'est pas défendu pour autant que l'endroit soit laissé dans l'état précédant ce pique-nique. Toutefois, il est formellement interdit d'allumer un feu en dehors des zones prévues à cet effet dans les sites de camping d'Udo's bandas et d'Isecheno KEEP bandas.

Se loger[modifier]

Le site d'Udo's bandas
  • 1 Isukuti Guest House (dans la forêt de Buyangu), Logo indiquant un numéro de téléphone + 254 56 30603, courriel : Logo indiquant des tarifs 60 USD.—  Trois pavillons pour deux personnes chacun, tout confort.
  • 2 Udo's bandas (dans la forêt de Buyangu), Logo indiquant un numéro de téléphone + 254 56 30603, courriel : Logo indiquant des tarifs 40 USD pour les pavillons 2 personnes et 80 USD pour le pavillon 4 personnes, 15 USD pour un emplacement de camping.—  Trois pavillons pour deux personnes chacun et un pavillon pour quatre personnes, confort sommaire, site de camping.
  • 3 Forest Rest House Logo indiquant un lien vers le site web Off Shinyalu-Chepsonoi Road (dans la forêt d'Isecheno), Logo indiquant un numéro de téléphone + 254 726 951764 (téléphone portable), courriel : Logo indiquant des tarifs 500 KES par personnes et par nuit, petit déjeuner : 350 KES, déjeuner : 500 KES, souper: 500 KES.—  Lodge pour huit personnes et deux pavillons.
  • 4 Isecheno KEEP bandas Logo indiquant un lien vers le site web Off Shinyalu-Chepsonoi Road (dans la forêt d'Isecheno), Logo indiquant un numéro de téléphone + 254 726 951764 (téléphone portable), courriel : Logo indiquant des tarifs 900 KES par pavillon et par nuit, petit déjeuner : 350 KES, déjeuner : 500 KES, souper: 500 KES.—  Cinq pavillons au confort sommaire pour maximum 21 personnes et un site de camping.
  • 5 Rondo Retreat Lodge Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien facebook Shinyalu-Chepsonoi Road (dans la réserve forestière près de Lirhanda Hill), Logo indiquant un numéro de téléphone + 254 733 527702 (téléphone portable), courriel : —  18 chambres double lit dans un centre de retraite de l'église chrétienne Trinity Fellowship.
  • Se loger dans les environs—  Hôtels à Kakamega.

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Tous services d'urgence : 112

La réserve nationale, c'est-à-dire les forêts de Buyangu et de Kisere, est gérée par le Kenya Wildlife Service (KWS) tandis que la réserve naturelle, c'est-à-dire Isecheno et Lirhanda, et la réserve forestière, c'est-à-dire tout le reste, sont gérées par le Kenya Forest Service (KFS).

Il est absolument interdit d'allumer un feu en dehors des zones prévenues à cet effet dans les sites de camping d'Udo's bandas et d'Isecheno KEEP bandas. Vu la présence de serpents venimeux, il est fortement déconseillé de quitter les pistes et les sentiers.

Aux environs[modifier]

  • 1 Kakamega Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Ville à la limite est de la réserve.
  • 2 Ilesi Crying Stone—  Rocher quartzite haut de 40 m. Il fait partie des roches qui « pleurent » répertoriées dans la région. Quelle que soit l'aridité de la saison, de l'eau sourd en permanence de sa base.
  • 3 Kaimosi Tea Estate—  Plantation de thé, visite guidée possible sur rendez-vous (tél : + 254 56 52403).
Stars330.svg
L'article de ce parc est étoilé. Il s'agit d'un article contenant des informations de haute qualité avec cartes et illustrations du parc. Si vous avez de nouvelles informations à ajouter, complétez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Nyanza septentrional