Télécharger le fichier GPX de cet article
-18.1549.416666Map mag.png

De Wikivoyage
Aller à la navigation Aller à la recherche

Toamasina
Tamatave.jpg
Informations
Pays
Régions
Superficie
Population
Densité
Fuseau
Localisation
Site touristique

Toamasina (anciennement Tamatave), située sur la côte Est de Madagascar, est la deuxième agglomération du pays et son principal port. Bien que ses plages soient infestées de requins, Toamasina attire beaucoup de vacanciers.

Comprendre[modifier]

Toamasina est la « capitale » des Betsimisaraka, l'une des plus importante ethnie de Madagascar en nombre d'individus résidant sur une grande partie de la côte est du pays. Néanmoins, en tant que poumon économique de la Grande île, la ville accueille également des habitants issus des 18 autres ethnies malgaches, ainsi des groupes ethniques non-malgaches (européens, asiatiques, indo-pakistanais… ).

Autrefois simple village de pêcheurs, la ville se développa au XIXe siècle selon un plan en damier durant la colonisation française, grâce à son port en eaux profondes, le seul de Madagascar, lequel permet d'absorber de nos jours 80 % du trafic maritime de la Grande île avec le monde extérieur.

Aller[modifier]

En avion[modifier]

  • 1 Aéroport de Toamasina (IATA : TMM, OACI: FMMT, Seranam-piaramanidin' Toamasina) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (km au nord du centre-ville)
Compagnie aérienne Destinations

Logo représentant le drapeau du pays France Air Austral

RUN La Réunion R. Garros

Logo représentant le drapeau du pays Madagascar Air Madagascar

TNR Antananarivo, SMS Sainte-Marie


En train[modifier]

En voiture[modifier]

En bus[modifier]

  • 2 Gare routière de Toamasina Boulevard d'Andovoranto – Elle est le point de départ et d'arrivée de nombreux taxis-brousse assurant la desserte vers la capitale Antananarivo et des localités de la côte orientale. Compter entre h 30 min et h de trajet.

Circuler[modifier]

Malgré le fait que Toamasina soit la deuxième agglomération la plus peuplée du pays, elle ne possède pas de réseau de transport en commun. La population ne disposant pas de moyens de locomotion personnel fait alors appel aux très nombreux pousse-pousses, cyclo-pousses et tuk-tuk qui parcourent la ville.

Pour les pousse-pousses et les cyclo-pousses, vous devez au préalable, négocier le tarif de la course avec le conducteur. Le prix de celle-ci, variant en fonction de la distance à parcourir, se chiffre à quelques milliers d'ariarys. Néanmoins, certains d'entre eux ont la fâcheuse tendance à majorer leur tarif en présence d'étrangers, notamment européens (communément appelés « vazahas »), qui représente la quasi-totalité des touristes visitant la ville (bien qu'il existe également une importante communauté européenne qui y réside).

Pour les tuk-tuk, les prix sont fixes quelle que soit la distance parcourue et ce moyen de locomotion peut se révéler parfois plus avantageux que le cyclo-pousses. Compter 2 000 MGA la course.

Voir[modifier]

Le port de Toamasina, qui est le premier port maritime de l'île.

Au nord de ce port, s'étend une large plage longue d'environ 1,5 km. Cependant, la baignade y est fortement déconseillée en raison de la présence récurrente de requins dans les environs. Néanmoins, elle reste un lieu de promenade très prisé des habitants, disposant de quelques buvettes et de manèges pour les enfants.

Le Canal des Pangalanes qui fut creusé en grande partie durant la colonisation française, relie Toamasina à Farafangana situé à environ 700 km au sud. Son but était d'assurer un ravitaillement des villages côtiers depuis l'intérieur des terres puisque l'océan constamment houleux rend le cabotage particulièrement périlleux. Cepandant le manque d'entretien depuis l'indépendance a rendu difficile la navigation fluviale sur une bonne partie de son parcours, en raison notamment de la prolifération de jacinthes d'eau.

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Acheter[modifier]

Tamatave comporte une vingtaine de quartiers qui disposent chacun de leur marché que l'on désigne localement sous le nom de bazar et non par le terme malgache de tsena (utilisé plutôt dans les Hautes-Terres).

Les plus connus sont :

  • 1 Bazar Kely (« petit bazar »)  – Malgré son nom, c'est le plus grand marché de la ville. Il regroupe la majorité des commerces de Tamatave. Ce marché traditionnel qui fut autrefois le plus grand marché à ciel ouvert du monde, continue d’attirer les marchands venus d’autres provinces pour y faire leurs achats. On y trouve des produits cosmétiques, habillement, petit et gros électroménager, jouets, produits alimentaires, arts malgaches… Bien que presque tous les produits viennent de la capitale Antananarivo, ils ne sont pas chers, surtout les légumes, qui eux, sont même très bon marché.
  • 2 Bazar Be (« grand bazar »)  – Ce marché couvert est un peu plus huppé que les autres bazars de la ville, comportant des boutiques très raffinées qui proposent des marchandises à des prix élevés. On y trouve également de tout, ainsi que de bonnes marques de produits.

Manger[modifier]

Outre les restaurants de cuisine traditionnelle malgache, il y a beaucoup de restaurants chinois et le développement hôtelier de la ville dû à son essor économique permettent maintenant d'avoir un large choix de cuisine occidentale, notamment française.

Boire[modifier]

Se loger[modifier]

Rester en contact[modifier]

Conserver la santé[modifier]

  • Attention à la malaria. Il y a beaucoup de moustiques, alors n'oubliez pas d'acheter une moustiquaire et un anti-moustique.
  • Attention au VIH.

Gérer le quotidien[modifier]

Aux environs[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Province de Tamatave