Télécharger le fichier GPX de cet article
5.5-54.05Map mag.png
Amérique > Amérique du Sud > Suriname > Côte Est du Suriname > Albina

Albina

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Albina
La rive du fleuve.
La rive du fleuve.
Informations
Pays
Cours d'eau
Superficie
Population
Localisation

Albina est une petite ville de la Côte Est du Suriname. Elle est située sur la rive gauche du fleuve Maroni, qui sépare, à l'extrême nord-est, le Suriname de la Guyane française voisine. Avec environ 4 000 habitants, c'est une grande ville pour le Suriname, mais un endroit petit et décontractée pour la plupart des visiteurs. Il n'y a rien de grand à voir ici, mais c'est un nœud de communication important pour ceux qui souhaitent visiter les plages de ponte des tortues de Galibi ou les voyageurs qui veulent aller en Guyane française.

Comprendre[modifier]

Albina est fondée, le , par un ancien caporal de l'armée allemande, August Kappler, sur le site d'une ancienne colonie des Caraïbes (du chef Kwakoe). L'endroit est à 3 mètres au-dessus du plus haut niveau des eaux du fleuve, qui fait, ici, environ 2,2 km de large. Kappler baptise l'endroit Albina, du prénom de sa fiancée et future femme Albina Liezenmaier. Près du site, il y avait, auparavant, un village amérindien appelé « Abrina », qui, cependant, n'a rien à voir avec le nom d'Albina (les locaux appellent aussi l'endroit Kaplari, du nom de Kappler lui-même). Kappler ne venait pas là pour la première fois. Alors qu'il occupait le poste de commandant du district militaire Willem Frederik, sur le fleuve Maroni, il avait déjà recherché un emplacement approprié pour s'installer après son service dans l'armée hollandaise, au Suriname. Il voulait y collecter des spécimens (comme les papillons et les insectes), couper du bois et commercer avec les marrons locaux et d'autres tribus indigènes le long du fleuve.

L'endroit était très isolé au moment de sa fondation (il y avait eu un certain nombre de camps militaires néerlandais le long du fleuve, mais ceux-ci étaient abandonnés depuis un certain temps) et n'était accessible que par le fleuve.

De l'or est découvert, dans le district de Lawa, dans la seconde moitié du 19e siècle. La ville grandit rapidement et, en 1876, devient le siège du commissaire de district. Après la Première Guerre mondiale, Albina se fait connaître comme station balnéaire. Le long du fleuve, sur Emmastraat, on trouve beaucoup de maisons en bois, blanchies à la chaux, qui ressemblent fortement aux manoirs de Paramaribo. De nombreux habitants de Paramaribo viennent ici, pour quelques jours de vacances ou pour une excursion d'une journée. Vers la fin des années 1920, une route est construite, depuis Moengo. Elle fait maintenant partie de la liaison est-ouest. Le , un service de traversier est ouvert, en direction de Saint-Laurent-du-Maroni. Dans les années 1980, Albina est devenue une destination prisée des excursionnistes de Paramaribo.

La ville subit des dommages importants pendant la guerre de guérilla du Suriname (1986-1992). En décembre 1986, Albina est incendiée par l'armée nationale du Suriname, puis l'endroit est pillé à plusieurs reprises, pendant la guerre civile, par l'armée et le commando de la Jungle. Une grande partie d'Albina est détruite et de nombreux Surinamais fuient de l'autre côté du fleuve. À la fin de la guerre, la reconstruction commence, le long du Maroni, avec l'aide néerlandaise au développement. Le traversier, pour Saint-Laurent-du-Maroni, est remis en service. Cependant, le Gouvernement surinamais investit peu dans l'est du Suriname et la police et l'armée ont peu d'influence.

Ces dernières années, de nombreux garimpeiros brésiliens, souvent entrés illégalement au Suriname, viennent vivre dans le village. La plupart arrive des favelas. Leur position sociale est précaire. En décembre 2009, le soir de Noël, des troubles ethniques éclatent dans la population, après qu'un résident a été poignardé à mort par un chercheur d'or brésilien. Environ 500 habitants (pour la plupart des marrons ou, comme on les appelle souvent dans les médias, des boscreolen) de l'arrondissement de Patanam s'en prennent aux communautés brésilienne et chinoise, tuant au moins une personne et en blessant sept. Les biens sont pillés et plus de 20 femmes brésiliennes sont violées. Un certain nombre de personnes est toujours porté disparu. Après l'incident, une protection militaire est établie, pour les communautés brésilienne et chinoise. La police surinamaise arrête des dizaines de suspects dans le cadre de l'incident. Des Brésiliens sont évacués à Belém, par un avion brésilien. Ces violences n'ont pas amélioré la réputation d'Albina. Les médias surinamais appellent le gouvernement à établir un plan social pour la région et proposent de déclarer la région « espace prioritaire », pour obtenir plus d'argent et de main-d'œuvre, pour l'éducation, l'emploi, le rétablissement de l'autorité du gouvernement, les conseils aux chefs d'entreprise et l'accompagnement social.

Albina reste, cependant, un bon point de départ pour des excursions sur le fleuve Maroni, ainsi que la principal escale sur la route de Galibi. Sur le plan administratif, c'est le chef-lieu de l'arrondissement de Marowijne.

Jumelage[modifier]

Une commune belge, la ville côtière flamande de Coxyde, est jumelée avec les villes de Galibi et Albina, dans le district du Maroni.

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

En arrivant de Guyane française, il faut faire tamponner son passeport au poste de douane d’Albina et remplir un formulaire précisant identité, durée et type de séjour, ainsi que l’adresse de séjour.

En avion[modifier]

De Paris à Paramaribo, en avion, compter 1 000  minimum. Le vol s'effectue via Amsterdam, avec les compagnies aériennes KLM (groupe Skyteam) et Surinam Airways.

Caricom Airways et Gum Air assurent des vols charters de Paramaribo vers Albina. Blue Wing Airlines devrait, prochainement, assurer des vols réguliers.

En voiture[modifier]

À un peu plus de 140 km à l'est de Paramaribo, Albina est accessible par la route est-ouest, dont la ville constitue l'extrémité orientale.

  • compagnie de taxi pour albina (combinatie) Logo indiquant un lien vers le site web drambrandersgracht, Paramaribo, Logo indiquant un numéro de téléphone +597 816 8316, courriel : —  Navettes privées sans bousculade en réservant sur le site et en planifiant au moins 48 h à l'avance. De 1 à 20 passagers (véhicule de tourisme ou bus privé). Trajet de et vers Albina, de/vers Parmaribo, de/vers JA Pengel aéroport international à Zanderij.
  • Plusieurs taxis effectuant le même service que combinatie se trouvent à Drambrandersgracht, Paramaribo, qui est un peu leur centrale.

En bus[modifier]

Des bus relient Paramaribo et Albina, mettant environ h 30 - h pour effectuer le trajet. Ils n'ont pas d'horaire fixe. Tarif : 15  par personne. Il est aussi possible d'organiser un transport privé, par l'intermédiaire de l'un des voyagistes de Paramaribo.

En taxi partagé[modifier]

Les taxis mettent environ h 30 pour aller de Paramaribo à Albina, sur une route presque entièrement refaite. Leur conduite est souvent risquée. À Albina, les chauffeurs racolent les clients, à l'arrivée du bac, de façon insistante. Les véhicules accueillent de quatre à sept passagers et ne partent que lorsqu'ils sont pleins. Tarif : environ 20  par personne. La location d'un taxi complet revient à 80 .

En bateau[modifier]

Ferry entre Albina et Saint-Laurent-du-Maroni.

Une annexe des bureaux de la douane et de la Police de l'air et des frontières, ouverte durant la journée, permet de faire tamponner son passeport par les autorités, formalité indispensable pour entrer au Suriname.

  • 1 La Gabrielle, Logo indiquant un numéro de téléphone +594 27 91 29, +6 94 41 10 93 (téléphone portable) Logo indiquant des tarifs Piéton : 4,1 , moto : 15,5 , voiture et son chauffeur : 34,2 , camionnette, d'une masse inférieure à 3,5 t, et son chauffeur : 51,8 , camion, d'une masse supérieure à 3,5 t, et son chauffeur : 77,7 , porte-conteneur de 20 pieds : 176,1 , transport d’engin ou de conteneur de 40 pieds : 310,8 , transport à la demande : 362,5 .—  ​Il y a une liaison par le bac avec Saint-Laurent-du-Maroni, située juste sur l'autre rive du fleuve, en Guyane française. Le bateau transporte véhicules et piétons. En France, le départ est situé à l’entrée du village de La Charbonnière. Le bac est en maintenance une fois par an. Il ne fonctionne pas du 21 au .

Départs de Saint-Laurent-du-Maroni : lundi, mardi et jeudi : hh14 h17 h, mercredi : hhh, vendredi : hhh15 h16 h17 h, samedi : hh15 h16 h, dimanche : 15 h - 16 h - 17 h

Départs d'Albina : lundi, mardi et jeudi : h10 h15 h17 h 30, mercredi : h 30h 30h 30, vendredi : h 30h 30h 3015 h 3016 h 3017 h 30, samedi : h 30h 3015 h 3016 h 30, dimanche : 15 h 30 - 16 h 30 - 17 h 30


On peut aussi utiliser une des pirogues individuelles qui font des allers-retours tout au long de la journée, entre Albina et Saint-Laurent-du-Maroni. Elles transportent passagers et marchandises. Il existe plusieurs points de départ. Les principaux, en France, sont dans le quartier de la Glacière ou au village de la Charbonnière. On peut également louer une pirogue au départ du bac. Les principaux avantages de la pirogue, par rapport au bac, sont le choix de l’horaire du départ, la traversée plus rapide (dix minutes) et le choix du lieu de débarquement à Albina.

Le prix varie de à par personne. Il est toujours préférable de demander le tarif avant le départ.

  • Sarl Kawai Tours 1, Rue du Bac, Saint-Laurent-du-Maroni, Guyane française, Logo indiquant un numéro de téléphone +597 86 44 471, +694 904 802 (téléphone portable), fax : +594 341 232—  Ce tour-opérateur assure le gardiennage de véhicule et la traversée, de Saint-Laurent-du-Maroni à Albina, en pirogue couverte

Circuler[modifier]

Albina elle-même est petite et facile à parcourir à pied. En voiture, on circule à gauche.

Voir[modifier]

  • 1 Rive du fleuve Maroni Logo indiquant des tarifs Accès libre.—  Le Maroni est l'âme d'Albina et, dans la ville, tout tourne autour du fleuve. Au coucher du soleil, on a de belles vues sur l'eau. La rive est assez jolie, avec quelques belles plages et beaucoup de petits bateaux.
  • Emmastraat—  C'est la principale rue d'Albina. Autrefois, elle était bordée de belles maisons blanches, mais elle a perdu beaucoup de son charme. On y rencontre des Marrons en attente de travail. Les gens viennent à cet endroit central pour offrir leurs services aux passants.

Faire[modifier]

  • Excursion en forêt—  Albina est un point de départ populaire pour des excursions dans la forêt, car le fleuve est le seul accès facile pour s'y rendre. On peut se joindre à un pêcheur. Certains propriétaires d'un bateau proposent des excursions sur le fleuve Maroni, qui serpente à travers la jungle verte. Albina accueille un va-et-vient de bateaux grands et petits.

Acheter[modifier]

Acheter ou louer un bateau typique « tentboot ». Le nom dit tout, c'est un petit bateau muni d'un taud (contre le soleil).

Manger[modifier]

La meilleure cuisine d'Albina est la cuisine chinoise. Il y a plusieurs comptoirs chinois dispersés dans la ville. Il y a aussi quelques restaurants.

  • De Rots (à l'angle de Wilhelminastraat et de la route vers le village de Marijke)—  Un bon endroit, à environ 100 mètres du bord de l'eau.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Dans la petite Albina, les lieux de divertissement sont limités à quelques cafés et bars crasseux.

Se loger[modifier]

En 1986, Albina était une ville touristique, mais depuis le pillage et la destruction de cette même année, il n'en reste plus guère de traces. Le peu de touristes qui vient encore dans la ville ne fait qu'y passer pour aller à Galibi ou en Guyane française. Ainsi, il n'est pas si facile de trouver à Albina un hôtel ou un autre endroit pour passer la nuit. Dans la région, le seul lieu d'hébergement touristique (limité) est :

  • Creek Guesthouse (à 15 km au nord d'Albina), Logo indiquant un numéro de téléphone +597 34 20 31 Logo indiquant des tarifs Gamme de prix : inférieure.—  La Creek Guesthouse est une maison d'hôtes simple, dans le village indigène d'Erowarte. Il est situé sur le front de mer, sur une petite plage.

Communiquer[modifier]

Aux environs[modifier]

  • 1 Saint-Laurent-du-Maroni—  En Guyane.
  • 2 Galibi—  Une destination populaire pour sa population de tortues de mer, à certaines époques de l'année. Il y a une connexion, par petits bateaux (korjaal).
  • 3 Langa Tabiki (Langetabbetje) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Accessible par voie d'eau.
  • 4 Moengo Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Accessible par la route.
  • 5 Stoelmanseiland—  Une petite île pittoresque à la jonction des rivières Tapanahoni et Lawa, là où elles se jettent dans le fleuve Maroni.
Stars305.svg
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Côte Est du Suriname