Télécharger le fichier GPX de cet article
42.2542.7Map mag.png

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Koutaïssi
​((ka) ქუთაისი)
Cathédrale de Bagrati
Cathédrale de Bagrati
Informations
Pays
Région
Altitude
Superficie
Population
Densité
Code postal
Préfixe téléphonique
Fuseau
Localisation
Site officiel

Koutaïssi ((ka)ქუთაისი- Kutaisi) est une ville de la Région du Rioni.

Comprendre[modifier]

Histoire[modifier]

La ville de Koutaïssi aurait porté le nom de Ééa, ou Koutaïa. Les preuves archéologiques font remonter sa fondation il y a plus de 3 500 ans, durant la même période que le début du développement de la civilisation colche. Les auteurs grecs de l'Antiquité citent la ville comme la capitale d'un pays riche, la Colchide. C'est par ailleurs là qu'Apollonios de Rhodes fait venir ses Argonautes pour prendre la Toison d'or auprès du roi Éétès.

Toutefois, peu de choses sont connues sur l'antique Koutaïa en dehors des mythes grecs. En effet, durant cette période, Vani, située plus au sud, est bien plus renommée. Après la disparition de la Colchide suite aux attaques répétitives de l'Ourartou, Koutaïa est remplacé comme centre religieux et culturel de la Géorgie occidentale par Poti, au bord de la Mer Noire, et devient une simple petite ville. Intégrée au royaume d'Ibérie au IIIe siècle av. J.-C., Koutaïa est par la suite conquise par Pompée le Grand en -65.

Administrativement, la ville fait alors partie de la province romaine de Colchide. Mais sous le règne d'Hadrien (117-138), la région est laissée aux tribus géorgiennes locales, qui conservent toutefois un statut de vassalage spécial aussi bien envers Rome qu'envers l'Ibérie voisine. Bientôt, un royaume, la Lazique, se forme parmi ces tribus et la Géorgie occidentale sera unifié par cet État. Koutaïa est alors intégré à ce royaume mais avec le simple statut de ville.

La ville, désormais connue sous le nom de Koutatissi, continue à se dégrader au début du VIe siècle. Toutefois, en 541, les Perses, qui occupaient déjà la Géorgie orientale, s'avancent à l'ouest et commencent à annexer la Lazique, au détriment de Byzance. Bientôt, Koutatissi fut prise par les envahisseurs qui fortifièrent l'ancienne citadelle en 550. Le conflit se termine avec une victoire byzantine qui rend la Lazique à Constantinople, mais Koutatissi sort de sa sombre période pour se développer.

Du XVe siècle à 1810 la ville est la capitale du Royaume d'Iméréthie. En 1810 le Royaume d'Iméréthie est annexé par le tsar russe Alexandre Ier.

Avant l'indépendance de la Géorgie en 1991, suivi d'une récession économique, Koutaïssi était un centre industriel majeur.

Climat[modifier]

Koutaïssi
Diagramme des précipitations en mm
J F M A M J J A S O N D
Diagramme des températures en °C
9
3


10
3


13
5


18
9


23
13


26
16


27
18


28
18


25
16


22
12


17
10


12
6



140 100 80 80 80 110 90 90 120 100 80 180
Temp. max. annuelles moyennes en °C
19.2
Temp. min. annuelles moyennes en °C
10.8
Précipitations annuelles en mm
1250
Légende: Temp. maxi et mini en °CPrécipitation en mm

Le climat de la ville est subtropical humide. Les étés sont chauds et les hivers frais, avec des précipitations importantes tout au long de l'année. La température annuelle moyenne de la ville est de 14,5 °C. Le mois de janvier est le plus froid, avec une moyenne de 5,2 °C, tandis que le mois de juillet est le plus chaud, avec 23,2 °C. La pluviométrie moyenne est de 1 530 mm par an. La ville connaît régulièrement d'importantes chutes de neige en hiver (30 cm par tempête de neige n'est pas rare), le manteau neigeux ne tient cependant généralement pas plus d'une semaine. Koutaïssi connaît également de puissants vents d'est en été, ceux-ci descendant des montagnes avoisinantes.

Aller[modifier]

En avion[modifier]

La compagnie Wizz Air relie la ville depuis Kiev.

  • 1 Aéroport international David IV (IATA: KUT, OACI: UGKO, ქუთაისის საერთაშორისო აეროპორტი) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (14 km au sud-ouest de Koutaïssi)
Compagnie aérienne Destinations
Belavia Minsk-National
Georgian Airways Moscou-Vnukovo, Tbilissi
Iraqi Airways Bagdad
Pegasus Airlines Saisonnier: Istanbul-Sabiha Gökçen
S7 Airlines Saisonnier: Moscou-Domodedovo
Ural Airlines Moscou-Domodedovo
Wizz Air Budapest, Vilnius, Varsovie-Chopin
Saisonnier d'été: Katowice
Wizz Air Ukraine Kiev-Žuliany

La compagnie Georgian Bus propose des trajets entre l’aéroport de Koutaïssi et la ville, ainsi que vers Tbilissi et Batoumi.

En train[modifier]

Tous les trains en provenance et à destination de la gare centrale de Tbilissi partent et arrivent à la nouvelle station Koutaïsi I.

Un train express quotidien (n° 18), part de Tbilissi à h 50, et rejoint en six heures Koutaïsi I à 15 h. Un billet avec siège réservé coûte au minimum 5 GEL. Le train s'arrête également à Mtskheta (ancienne capitale de la Géorgie), Gori (lieu de naissance de Staline) et Zestafoni.

En sens inverse, un train local mais rapide relie Koutaïsi I et Batoumi (listé "Makhinjauri" dans les horaires), quittant la ville à h 00 et arrivant h plus tard. Le coût est de 4 GEL, payable dans le train, dans tous les cas préférable au bus.

Les trains pour Tskaltubo partent de la station de Koutaïsi II, située au sud-ouest de Koutaïsi.

Plus aucun train de nuit ou de jour ne relie Tbilissi à la gare centrale de Rioni, à quelques kilomètres au sud de Koutaïsi.

En minibus[modifier]

De Tbilissi à (ou vers) Koutaïsi.

Gare routière de référence : gare routière de Didube situé à la station de métro Didube à Tbilissi.

Fréquence :

  • mini-bus (marshrutkas), à peu près à chaque heure,
  • autobus de 54 passagers, toutes les trois heures.

Le tarif habituel est de 10 GEL.

La durée en marshrutka est d'environ h 30, et d'environ h pour les grands bus, en raison des arrêts plus fréquents.

Circuler[modifier]

Voir[modifier]

  • 1 Cathédrale de Bagrati (ბაგრატის ტაძარი) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Logo indiquant des tarifs gratuit. – Cathédrale construite au XIe siècle, détruite en 1692 et restaurée depuis un demi-siècle, elle est un chef-d’œuvre de l’architecture médiévale géorgienne. Elle a été retirée du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2017 parce qu’elle « a fait l’objet d’un grand projet de reconstruction portant atteinte à son intégrité et authenticité ».

En dehors de la ville[modifier]

  • 2 Monastère de Ghélati (გელათის მონასტერი) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (9 km au nord-est de Koutaïssi) Logo indiquant des tarifs gratuit. – Logotype du Patrimoine mondial Le monastère est inscrit sur liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Un minibus qui part de derrière le théâtre toutes les deux heures permet de s’y rendre.
  • 3 Monastère de Motsameta (მოწამეთა) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (6 km au nord-est de Koutaïssi)

Faire[modifier]

Acheter[modifier]

Manger[modifier]

  • 1 Tea House Foe-Foe (ჩაის სახლი ფოე-ფოე) Logo indiquant un lien facebook (à l’angle de l’avenue Chota Roustavéli et de la rue Tsminda Nino, à côté du jardin central) – Pas seulement un salon de thé, mais aussi un restaurant avec de la nourriture traditionnelle.
  • 2 Palaty (პალატი) Logo indiquant un lien facebook rue Pouchkine 1 – Restaurant avec de la nourriture traditionnelle géorgienne et des musiciens.

Boire un verre / Sortir[modifier]

  • Café de Paris 13 Cminda Nino – Tenu par un français. De la bonne nourriture française. Tarte Tatin à conseiller.

Se loger[modifier]

Bon marché[modifier]

  • Hostel Kutaisi Rue Solomon I, 14 (à côté de la place principale dans la partie historique de la ville), Logo indiquant un numéro de téléphone +995 431 25 38 73, +995 551 47 11 00 (téléphone portable), courriel : Logo indiquant des tarifs de 20 à 30 GEL par personne. – Dans l'auberge Kutaisi vous serez servis par des personnes expérimentées parlant anglais. Les installations comprennent une connexion Wi-fi, internet, draps, serviettes, shampoing, café, thé, télévision par câble, des cartes, différents guides, des conseils sur Kutaisi et la Géorgie en général.
  • Suliko's Homestay (10 à 15 min à pied au sud du centre-ville. Aller au numéro 100 de la rue de Tbilissi (l'une des principales rues de la ville). Ensuite, remonter la ruelle qui croise la rue Tbilissi à cette adresse. Ce sera la troisième maison sur la droite (n° 6, clôture verte).), Logo indiquant un numéro de téléphone +995 8 231 4 30 07 Logo indiquant des tarifs entre 20 et 30 GEL par personne. – Ils vous donneront autant de chacha, de vin géorgien et de nourriture géorgienne que vous pouvez avaler. La nourriture est maison et fraîchement préparée. C'est étonnant, l'hospitalité est incomparable et seul la modestie des installations peut faire reculer certains. Les lits sont propres et la maison est correcte selon les normes locales. Une nouvelle salle de bains devrait être achevée depuis 2011. Internet est disponible et gratuit et il y a un ordinateur à disposition. Facile d'accès.
  • 1 Temi Hostel Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien facebook Tamar mepis kucha 60, Logo indiquant un numéro de téléphone +995 551 44 47 74

Prix moyen[modifier]

  • Hotel Oazis (derrière le grand théâtre rond dans le centre-ville) – Petit hôtel dans le centre. Les chambres sont propres et confortables avec des lits étroits, Wifi, climatisation, chauffage. Un des rares hôtels relativement bon marché dans le centre de Koutaïssi.

Luxe[modifier]

  • 2 Rcheuli Palace  – réseau Wi-Fi accessible Larges chambres. Cadre rénové et accueillant. Petite piscine extérieur.

Communiquer[modifier]

Aux environs[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Région du Rioni


Cet article reprend du contenu de l'article Koutaïssi de Wikipédia. Voir l'historique de cette page pour la liste des auteurs.