Télécharger le fichier GPX de cet article
33.87507133.15355Map mag.png

Eurasie > Asie > Asie de l'Est > Japon > Shikoku > Ehime > Saijō

Saijō

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saijō
​((ja) 西条)
Saijou danjiri.JPG
Informations
Pays
Région
Superficie
Population
Densité
Fuseau
Localisation
Site officiel

Saijō, aussi connue sous le nom d'Iyo-Saijō (伊予西条), est une ville de la préfecture d'Ehime, sur l'île de Shikoku au Japon.

Comprendre[modifier]

Un uchinuki est une sorte de fontaine artésienne. Partout dans Saijō, de l'eau douce jaillit du sol, même de trous peu profonds.

Saijō est une ville de taille moyenne de la préfecture d'Ehime, connue à travers Shikoku pour son eau de source (uchinuki), ses grands festivals d'automne et pour être la porte vers le mont Ishizuchi, le plus haut pic de l'ouest du Japon. Le territoire communale abrite les temples 60 à 64 du Pèlerinage de Shikoku. Cette municipalité a été formée par la fusion de l'ancienne ville de Saijō et des villes de Tōyo, de Komatsu et de Tanbara en 2004.

Saijō est plutôt en dehors des sentiers battus. Elle est toutefois un bon endroit où goûter à la culture détendue et hospitalière d'Ehime. Nombre des gens gens du coin habituellement conservateurs et polis exhibent un caractère festif sauvage pendant les festivals d'automne annuels de Saijō, Komatsu, Tōyo, Himi et Iwane. Avec une bonne préparation, vous pouvez trouver des magasins de spécialités, des restaurants et des izakayas proposant des produits du terroir. Pour les amoureux de la nature, la saison de la randonnée peut être un super moment pour venir, à l'exception de la chaleur torride l'août. On peut également y voir de belles fleurs à plusieurs moments de l'année comme par exemple la floraison des pluniers (ume no hana) et des camélias (tsubaki) en hiver et celle des cerisiers (sakura) et des glycines (fuji no hana) au printemps.

Saijō (Ehime) ne doit pas être confondue avec le bourg bien plus petit de Saijō dans la ville de Shōbara (préfecture de Hiroshima). Soyez très clair avec le personnel de la JR quand vous achetez des billets de trains depuis d'autres parties du Japon afin d'éviter d'acheter des billets pour le mauvais endroit.

Aller[modifier]

En avion[modifier]

Il est recommandé de venir de l'aéroport des aéroports de Narita ou Haneda de Tokyo jusqu'à celui de Matsuyama. Ensuite, vous pourrez prendre la ligne ferroviaire JR Yosan ou la ligne de bus express de Setouchi Bus allant de Matsuyama à Niihama.

Jetstar propose trois vols quotidiens bas-coût de/vers Narita, efficace mais au service limité.

En train[modifier]

  • 1 Gare d'Iyo-Saijō (伊予西条駅, iyo-saijō-eki) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Se trouve sur la ligne JR Yosan allant de Uwajima à Takamatsu. Depuis Okayama sur l'île de Honshū, le train limited express Shiokaze part toutes les heures pour Iyo-Saijō (h 45-h, 4 360 JPY/5 080 JPY avec/sans réservation ; gratuit avec le JR Pass). Les trains express ne s'arrêtent qu'aux gares d'Iyo-Saijō et Nyūgawa, alors que les trains locaux « Wan-Man » s'arrêtent aux 7 gares de la municipalité environ toutes les heures.

En autocar[modifier]

  • Bus « Ishizuchi Liner » de Setouchi Bus Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant des horaires trajet de 4-h.. Logo indiquant des tarifs moins de 5 000 JPY l'aller. – Cette ligne pratique relie la gare routière Herbis à Osaka, la zone de la gare Sannomiya à Kobe et la gare d'Imabari, avec des arrêts aux gares de Saijō et de Nyugawa. Des connaissances en japonais est recommandé pour acheter le billet pour cette ligne aux machines rouges des supérettes Lawson ou Family Mart. On peut également en acheter à la gare routière Herbis d'Osaka et à la gare d'Imabari le jour du départ sans garantie de disponibilité. C'est bien moins cher que le train mais plus long.
  • Bus « Paireetsu Go » de Setouchi Bus Logo indiquant des tarifs environ 11 000 JPY l'aller. – Un autocar de nuit pour Tokyo.
  • Shimanami Liner Logo indiquant des tarifs moins de 4 000 JPY l'aller. – Si vous pouvez rejoindre Saijō depuis Imabari, ces bus de jour relient Imabari à Hiroshima.

Il est recommandé de réserver pour ces lignes au moins un jour à l'avance ; ces bus peuvent être complets pendant les périodes de vacances.

En voiture[modifier]

Saijō est accessible par l'autoroute Matsuyama (sortir à l'échangeur Komatsu ou Saijō) et par l'autoroute Imabari (sortie Komatsu), et également par la route nationale 11 (à environ h 30 de l'aéroport de Matsuyama).

En bateau[modifier]

  • Orange Ferry Logo indiquant un lien vers le site web  – Cette compagnie relie Osaka au port de Tōyo (東予) à Saijō.

Circuler[modifier]

À cause de sa fusion en 2004, Saijō s'étend sur un vaste territoire d'environ 509 km². L'aide des gens du coin ou des bases en japonais peuvent être utiles pour circuler n'importe où en dehors des gares de la ligne principale JR Yosan.

Les transports en commun à Saijō peuvent être assez limités étant donné que les trains et les bus sont peu fréquents, mais le réseau est étendu.

En bus[modifier]

Il y a plusieurs lignes de bus régionales utiles de Setouchi Bus qui passent par Saijō chaque heure depuis environ h le matin. Les lignes express circulent de Niihama à proximité à Imabari ou Matsuyama, et s'arrête à de nombreux endroits à travers Saijō (selon la ligne). En plus des lignes régionales principales, il y a de nombreuses lignes locales qui bifurquent vers des zones plus tranquilles, en particulier à Tanbara et Saijō proprement dit. La connaissance du japonais est recommandée si vous voulez emprunter le réseau de bus.

Pour le tourisme, il y a un bus dédié circulant entre la gare d'Iyo-Saijō et la brasserie Asahi. Il y a également un bus allant un nombre limité de fois le matin de la gare de Saijō au téléphérique du mont Ishizuchi qui se trouve à la bordure Sud de Saijō.

En taxi[modifier]

On trouve des taxis aux 7 gares de la ville sur la ligne JR Yosan entre h et jusqu'à peu après minuit. Ils opèrent plus tard les nuits de festival. Attendez-vous à payer environ 1 200 JPY pour 3 km, le prix au km montant rapidement après ça.

À vélo[modifier]

La majorité de Saijō est assez plate et facile à parcourir à vélo.

  • Location de vélo (à l'office de tourisme de Saijō, près de la gare d'Iyo-Saijō) Logo indiquant des tarifs 200 JPY l'heure.

Voir[modifier]

Musée de la culture ferroviaire de Shikoku
  • 1 Musée de la culture ferroviaire de Shikoku (四国鉄道文化館, shikoku tetsudō bunkakan) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (sur la droite en sortant de la gare d'Iyo-Saijō) – Ce musée charmant héberge une voiture de la première génération de train à grande vitesse Shinkansen et une locomotive diesel JNR Class DF50 (N°DF50 1) et un nouveau bâtiment exposent trois autres voitures de trains historiques. Un bâtiment est dédié au Shinji Sogō, connu comme le « père » du train à grande vitesse et qui vient de la région de Saijō.
  • Kōmyō-ji (光明寺) Logo indiquant un lien vers le site web (à 15 min à pied de la gare d'Iyo-Saijō, vers le nord-est) – Un beau temple bouddhiste moderne conçu par le légendaire architecture contemporain Tadao Ando.
  • Temples 60 à 64 du pèlerinage de Shikoku – Ces temples se trouvent sur le territoire communal. Si leur visite vous intéresse, il peut être plus facile de le faire par excursion en bus avec la Setouchi (en japonais).
    • 2 Yokomine-ji (60) (横峰寺) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (gare la plus proche: Iyo-Komatsu (伊予小松)) – Il est considéré comme le plus difficile à rejoindre à cause d'absence d'accès par téléphérique et de la dure ascension pour y arriver.
    • 3 Kōon-ji (61) (香園寺) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à courte distance de marche de la gare de Iyo-Komatsu (伊予小松))
    • 4 Hōju-ji (62) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à courte distance de marche de la gare de Iyo-Komatsu (伊予小松))
    • 5 Kichijō-ji (吉祥寺) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à courte distance de marche de la gare de Iyo-Himi (伊予氷見) ; montez la route sans traverser les voies et tournez à droite à la 1e petite rue, à l'angle ce sera sur votre droite)
    • 6 Maegame-ji (前神寺) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (au pied du mont Ishizuchi ; comme Yokomine-ji, particulièrement difficile à rejoindre à pied. Gare la plus proche: Iyo-Himi)
  • 7 Rivière Kamo (加茂川) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Cette rivière traverse Saijō à mi-chemin entre les gares d'Iyo-Saijō (伊予西条) et d'Ishizuchi-yama (石鎚山). Il y a un endroit particulièrement beau où voir la floraison des cerisiers là où la rivière descend des montagnes et rencontre la route 11. Depuis la gare, descendez la rue Ekinishi-dōri (駅西通り) à pied pendant 10 min jusqu'à arriver à une fontaine et un uchiniku (source d'eau pour laquelle Saijō est célèbre), là tournez à gaucher et continuez jusqu'à attendre la route de l'autre côté. Tournez à gauche sur cette route jusqu'à arriver à la route 11 ; traversez la et marchez vers la droite en direction du pont. Tournez à gauche au sommet de la digue juste avant le pont et la rivière, et marchez jusqu'à arriver à une rue bordée d'arbres. Vous devriez arriver à un parc et si vous continuez sur cette rue il y aura une agréable colline au sommet de laquelle on peut randonner. La totalité de la randonnée fait environ 25 min et offre une belle vue sur la ville, en particulier tôt le matin et en fin d'aprés-midi/le soir.
  • Ishizuchi-jinja (石鎚神社) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (route d'entrée du sanctuaire à 10 min à pied au sud de la gare d'Ishizuchi-jinja (石鎚神社駅) ; depuis celle-ci, dirigez-vous vers le portail rouge géant visible depuis le quai. À ne pas confondre avec l'accès pour la randonnée de la montagne qui est plus facile d'accès en prenant un bus allant de la gare de Saijō au téléphérique) – Ce sanctuaire est un hommage à l'esprit du mont Ishizuchi. C'est un endroit reclus agréable à visiter avec une vue imprenable sur les environs.

Faire[modifier]

Un char danjiri porté pendant le festival de Saijō
Un char danjiri porté pendant le festival d'automne de Tōyo
  • Festivals d'automne de Saijō, de Himi et de Tachibana Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant des horaires 14-17 oct.. – Les festivals les plus fréquentés de la zone de l'ancien Saijō ont lieu aux trois sanctuaires de la ville. Le plus important des trois est le festival du sanctuaire Isono les 15 et 16 octobre. Le festival commence juste après minuit et est recommandé rien que pour son ambiance. Les festivals de Saijō comportent plus de 100 sanctuaires appelés « danjiri », transportés manuellement et qui peuvent atteindre 5 m de haut et peser plus de 600 kg. Une partie des festivals du l'ancien Saijō est le « kawa-iri » (entrée dans la rivière), où une scène spectaculaire a lieu sur la rivière Kamogawa près du pont de la route n°11: de nombreux danjiri tentent de blocker l'accès du « mikoshi », un sanctuaire portable massif couvert de lanternes et qui transporterait une divinité shintō vénérée. Des festivals plus petits mais néanmoins impressionnant ont lieu à Himi (氷見) et Tachibana () à peu près au même moment que le festival de Saijō. Ils ont lieu à des sanctuaires des parties plus rurales de Saijō et ont une atmosphère très intime, rares sont les visiteurs extérieurs à la ville. Les festivals comprennent de la nourriture de festival japonais et des démonstrations de fierté et de force par les danjiri alors qu'ils vadrouillent dans la ville portés par des hommes et des femmes chantant et portant des habits traditionnels. Si vous êtes en ville lors les festivités, préparez-vous à vous être offert des tas de nourriture et de boisson par les confrères festivaliers. Les habitants de Saijō sont surnommés dans la préfecture d'Ehime les matsuri-baka (« fous de festival ») à cause de la taille et de l'intensité de leur festival d'automne.
  • Festivals d'automne de Komatsu, Tanbara et Tōyo – Il y a dans les zones de Komatsu, Tanbara et Tōyo de nombreux autres festivals d'automne auxquels on peut participer avec une bonne planification. Le festival de Komatsu démarre habituellement plus tard que celui de Saijō. La première nuit, les danjiri se rassemblent à l'école primaire de Komatsu pour montrer leur forces alors que leurs porteurs crient « sorya ! ». Ensuite, ils sont portés lors d'une procession sur quelques kilomètres sur d'anciennes routes entre les rizières. Souvent un enfant du coin tape sur un tambour taiko alors que les porteurs de danjiri entonnent de vieilles chansons. Il est recommandé de les suivre. La dernière nuit, les danjiri viennent de leur zone d'origine et se rassemblent au sanctuaire Mishima, situé au sommet d'un mystérieux kofun (tumulus).

Certains des jeunes du coin qui se sont pas attaché au moindre groupe de portage de danjiri sont connu pour aller de festival en festival pour faire la fête le plus longtemps possible.

  • Balade des uchinuku Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Cette promenade démarre à l'Office de tourisme de Saijō qui est sur la droite en sortant de la gare d'Iyo-Saijō, à côté du Musée de la culture ferroviaire de Shikoku. Saijō est aussi célèbre pour son eau de source de montagne que pour ses festivals. Ces eaux jaillissent naturellement en ville et ont été arrangées en sources appelée « uchinuku ». L'office de tourisme peut vous donner une carte (disponible en anglais) et une brève description de l'itinéraire pour rejoindre nombre de ces sources à travers la ville. Le site web comporte des cartes, les étapes et autres informations ((ja)). Apportez votre propre bouteille et buvez son eau que de nombreux habitants pompent directement dans leur maison ! L'itinéraire passent près du site de l'ancien château de Saijō, de nos jours une école, qui a toujours des douves et un portail de château. Il passe également près d'agréables fontaines et avenues bordées d'arbres.

Acheter[modifier]

  • Uchinuki no Kura (dans la principale arcade commerçante de Saijō, récemment rénovée ; à 10 min à pied de la gare d'Iyo-Saijō) – Ce magasin de souvenirs est spécialisé dans l'artisanat et les habits de fabrication locale. Géré par une association à but non-lucratif, chacun de ses rayon est dédié aux produits d'un artisan. Parmi les produits populaires: les t-shirts fait de kimonos recyclés, le cèdre sculpté et les tissus teints à l'indigo.
  • Marchés fermiers – Il y en a plusieurs dans la zone de Saijō. Le plus grand est le celui de Shu-chan dans le quartier de Tōyo, mais le plus accessible pour les visiteurs est celui de Suito situé près du lycée de Saijō dans le centre-ville. La plupart des produits et nourritures sont locaux: Saijō est célèbre pour ses aubergines, ses kakis, ses raisins et ses épinards. À côté se trouve une boulangerie qui utilise du mochi (pâte de riz gluant) dans la pâte, ce qui donne à ses pâtisseries et à son pain une consistance et une saveur vraiment unique.

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

  • Brasserie Asahi Logo indiquant un lien vers le site web (sur le front de mer de Saijō ; bus-navettes de la gare d'Iyo-Saijō à la brasserie) – Le site de production de Asahi Beer sur l'île de Shikoku.
  • Sur la route au devant de la gare se trouvent plusieurs bistrots de type japonais.
  • À 10 min à pied de la gare se trouve une rue rassemblant la majorité des bars de Saijō. À la gare tournez à gauche sur la rue Ekinishi-dōri, traversez la rue et tournez à droite directement après Iyokko ramen. Environ 3 pâtés après cette rue se trouvent une série de pubs et bars.

Se loger[modifier]

On trouve plusieurs hôtels dans les pâtés environnant de la gare. Ce sont tous des hôtels d'affaires accueillant surtout des hommes d'affaire. Comptez 7 500-9 000 JPY pour une chambre.

Communiquer[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Aux environs[modifier]

  • 1 Mont Ishizuchi (石鎚山, ishizuchi-san) (à h de bus) – La plus haute montagne de Shikoku.
Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de cette ville est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Ehime