Télécharger le fichier GPX de cet article
35.68139.77493Map mag.png
Eurasie > Asie > Asie de l'Est > Japon > Honshū > Kantō > Tokyo (préfecture) > Tokyo

Tokyo

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tokyo
​((ja) 東京)
Quartier Shinjuku, la nuit
Quartier Shinjuku, la nuit
Informations
Pays
Région
Superficie
Population
Densité
Code postal
Fuseau
Localisation
Site officiel
Site touristique
Le massif immeuble du gouvernement métropolitain de Tōkyō, Shinjuku

La ville de Tokyo (东京 Tōkyō, « Capitale à l'Est ») est la riche et gigantesque capitale du Japon, débordant de culture, de commerce et surtout d'habitants. Cœur de la zone urbaine la plus peuplée au monde, Tokyo est une métropole fascinante et dynamique qui associe les hautes technologies côté à côte aux restes de l'ancien Japon. Mélangeant l'électronique moderne, les gratte-ciels étincelants, les cerisiers en fleurs et le Palais impérial, c'est une ville qui représente toute l'entendue de l'histoire et la culture japonaise. À moins d'être totalement allergique aux grandes villes, c'est un incontournable pour un premier voyage au Japon car elle a vraiment quelque chose pour chaque voyageur et est la plus accessible en avion depuis l'étranger.

Comprendre[modifier]

Langue[modifier]

Ne soyez pas intimidé si vous ne lisez pas les caractères japonais, on trouve à Tokyo beaucoup d'indications en caractères latins (« rōmaji » en japonais), notamment dans les gares et dans les lieux touristiques. Ainsi on peut sans trop de problème se déplacer et visiter les attractions principales.

Les Japonais ne sont pas connus pour leurs prouesses en anglais, même dans des lieux touristiques, et la barrière linguistique peut devenir un problème. Certains n'oseront pas répondre à vos interpellations. Ne vous en offusquez surtout pas !

Pour ce qui est des francophones, à part dans de très rares endroits comme les offices de tourisme, il faut savoir que peu de Japonais parlent français. Ainsi, il peut être utile de savoir quelques mots pour passer commande dans les restaurants, faire des emplettes dans les magasins, et demander son chemin. Les Japonais sont généralement très heureux de vous montrer le chemin et n'hésitent pas à vous accompagner si vous n'arrivez pas à comprendre ce qu'ils vous disent.

Il y a également beaucoup de zones de Tokyo (telles que Roppongi) avec des établissements qui sont spécifiquement tournés vers les gaijin (étrangers), mais il serait dommage de s'en contenter.

Climat[modifier]

Pique-nique sous les cerisiers en fleurs au parc Tamagawadai dans l'arrondissement de Ōta à Tokyo

Tokyo est classée comme se trouvant dans la zone de climat subtropical humide et a cinq saisons distinctes.

  • Le printemps démarre avec la floraison des pruniers la fin février, suivi par les célèbres fleurs de cerisiers (sakura) en mars-avril. Les parcs, dont le plus célèbre est celui d'Ueno, se remplissent de bâches bleues et de salarymen éméchés.
  • La saison des pluies (baiu ou tsuyu), de fin mai à juin, correspond à un mois de ciel couvert et nuageux ponctué de pluies, avec des températures dans les 20°.
  • L'été démarre vraiment en juillet, avec un ciel clair mais des températures culminant dans les 30° et une humidité étouffante. Même une courte marche à l'extérieur vous laissera en sueur; c'est donc probablement le pire moment de l'année pour visiter, et il vaut mieux l'éviter si vous avez le choix. Le seul point positif est la pléthore de feux d'artifice, notamment le spectacle pyrotechnique épique du Festival de feux d'artifice de Sumidagawa, le quatrième samedi de juillet.
  • L'automne, à partir de septembre, se caractérise par des températures plus fraîches et par les couleurs d'automne. Alors que le sud du Japon est régulièrement frappé par des typhons à cette époque de l'année, ils évitent souvent (mais pas toujours) Tokyo.
  • L'hiver est généralement doux, avec des températures allant généralement de 0 à 10 °C; des vagues de froid occasionnelles peuvent amener les températures en dessous de zéro pendant la nuit, et le chauffage intérieur peut laisser à désirer. La neige est rare, mais à ces rares occasions (une fois toutes les quelques années) où Tokyo est frappée par une tempête de neige, une bonne partie du réseau ferroviaire est à l'arrêt.

Quartiers[modifier]

Énorme et variée dans sa géographie, avec plus de 2000 kilomètres carrés à explorer, la métropole de Tokyo (东京 都 Tōkyō-to) ne comprend pas uniquement la ville, mais aussi des montagnes escarpées à l'ouest et des îles subtropicales au sud. Cet article se concentre sur les 23 arrondissements centraux (ku, 区) près de la baie, tandis que les villes à l'ouest et les îles sont couvertes par l'article sur la préfecture.

Le centre de Tokyo, jadis réservée au shogun et à ses samouraïs, était traditionnellement nommé Yamanote, et est grossièrement défini par la ligne de train JR Yamanote circulaire (voir Circuler), qui peut servir de point de repère. Le centre-ville populaire de l'ère Edo (Shitamachi, 下町) se trouve au nord et à l'est. S'étendant dans toutes les directions, Tokyo ne présente aucune frontière apparente avec les villes de banlieue que sont Yokohama, Kawasaki et Chiba.

Centre ville[modifier]

Carte du centre de Tokyo
Chiyoda (千代田)
Centre du pouvoir japonais qui inclut le Palais impérial, les ministères près de Kasumigaseki, le parlement à Nagata, le quartier des affaires de Marunouchi, et la mecque électronique d'Akihabara (秋葉原).
Chūō (中央)
Comprend Ginza (銀座), quartier chic et d'affaires, aux célèbres grand magasins, et Tsukiji (築地), le marché aux poissons.
Minato (港)
Comprend les centres d'affaires de Akasaka et Shinbashi et Roppongi (六本木), quartier culturel le jour et prisé par les occidentaux la nuit (nombreux bars et boîtes), le quartier du port (au moins de nom), qui comprend l'île artificielle d'Odaiba, les gratte-ciels de Shiodome.
Shinjuku (新宿)
Lieu de l'hôtellerie de luxe, des magasins géants d'appareils photo, des gratte-ciels futuristes, des centaines de boutiques et de restaurants, et de Kabukichō, quartier le plus fou de Tokyo au niveau de la vie nocturne et quartier chaud.
Shibuya (渋谷)
Principal quartier des jeunes et de la mode, très vivant. C'est un quartier, mais aussi un arrondissement (très vaste, comprenant notamment Harajuku (原宿), un quartier « jeune », attenant au sanctuaire Meiji (Meiji-jingū) et au parc de Yoyogi, Omote-sando, Ebisu, Naka-Meguro).
Shinagawa (品川)
Une plaque tournante du trafic ferroviaire et un centre d'affaires, comprenant Gotanda.
Toshima (豊島)
Comprend Ikebukuro, une autre gare majeure.
Meguro (目黒)
Zone résidentielle avec quelques beaux parc et musées.

Vieille ville (Shitamachi)[modifier]

Carte de l'ancien Tokyo
Sumida (墨田)
Maintenant honoré de la présence de la moderne tour Tokyo Skytree, ce quartier abrite le Musée Edo-Tokyo et la principale arène de sumo de Tokyo (Ryōgoku Kokugikan), tous les deux à Ryōgoku.
Taitō (台東)
Asakusa (浅草), le cœur du vieux Tokyo et Ueno (上野) avec les musées nationaux, des parcs, son zoo.
Bunkyō (文京)
Université de Tokyo et stade Tokyo Dome.
Kōtō (江東)
Célèbre pour le sanctuaire Kameido Tenjin et l'ancien bois dans Kiba, mais maintenant connu pour ses nombreux nouveaux complexes d'appartements publics.
Arakawa (荒川)
Héberge la seule ligne de tramway restante à Tokyo.

Banlieues[modifier]

Carte de Tokyo
Est
Beaucoup de quartiers suburbains, y compris Adachi (où l'on peut visiter l'un des trois grands temples du Kantō: Nishi-Arai Daishi), Katsushika (connu pour sa charmante atmosphère de l'ère Showa à Shibamata) et Edogawa (une banlieue calme à l'est).
Nord
Comprend les quartiers suburbains de Kita, Itabashi et le calme du nord Nerima, qui contient certaines des dernières terres agricoles restantes dans les 23 arrondissements.
Nakano
Comprend le paradis des otaku connu sous le nom de Nakano Broadway.
Ōta
Moitié complexe industriel, moitié quartier résidentiel haut de gamme.
Setagaya (世田谷)
Un quartier résidentiel haut de gamme qui abrite le quartier détendu de Shimokitazawa où vont boire les étudiants, ainsi que les centres commerciaux récemment réhabilités de Futako-Tamagawa.
Suginami (杉並)
Une banlieue de Tokyo typique qui s'étend le long de la ligne Chūō.

La mégalopole de Tokyo quant à elle inclut les villes voisines de Kawasaki et Yokohama, la deuxième ville du Japon par sa population.

Aller[modifier]

Le takkyūbin est un service populaire au Japon de livraison de valise qui peut être envisagé, notamment si vous arrivez ou partez à une heure de pointe, ou bien si vous voulez visiter la ville le premier ou le dernier jour de votre voyage sans vous préoccuper de votre valise (sans avoir à passer à l'hôtel ou à trouver une consigne et à y repasser).

En avion[modifier]

Tōkyō possède deux grands aéroports: Narita pour les vols internationaux, et Haneda pour (principalement) les vols intérieurs.

Notez que si vous venez de Séoul, Pékin ou Shanghai, alors les vols directs vers Haneda sont beaucoup plus pratiques pour se rendre à Tōkyō.

Aéroport de Narita[modifier]

Pour plus d'informations, lisez la page principale : Aéroport international de Narita

  • 1 Aéroport de Narita (IATA: NRT, 成田空港 narita kūkō) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à près de 70 km à l'est de Tōkyō) – C'est la principale porte d'entrée internationale de Tōkyō , située dans la ville de Narita, et couvert par un article distinct.

Voici un bref résumé des possibilités pour y arriver et en partir:

  • Le plus facile: Les bus Limousine desservent les grands hôtels ; particulièrement pratique si vous avez beaucoup de bagages (h 30-h selon le trafic, 3 100 JPY).
  • Le plus rapide: Le Keisei Skyliner vers les gares de Nippori et d'Ueno, puis changement pour un taxi ou un train local (36 min pour Nippori et 2 470 JPY);
  • Le moins cher: Keisei bus pour la gare de Tokyo, puis changement pour un train local (~h 30, 900 JPY).
  • Meilleur compromis: Keisei Access Express circulant sur la ligne de métro Toei Asakusa (h 05 pour Asakusa, 1 240 JPY).
  • Le plus cher: Le taxi vers la ville (au moins 25 000 JPY; taxis avec tarif forfaitaire: environ 17 000-19 000 JPY)
  • Si vous avez un JR Pass: JR Narita Express pour la gare de Tokyo, Shibuya, Shinjuku, Shinagawa et Yokohama55 min de la gare de Tokyo, gratuit avec le passe, 3 000 JPY sans).


Aéroport de Haneda[modifier]

  • 2 Aéroport international de Tokyo-Haneda (IATA: HND, 東京国際空港 tōkyō kokusai kūkō) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (dans l'arrondissement de Ōta) – C'est le 2e aéroport le plus fréquenté d'Asie, malgré une majorité de vols domestiques. Les vols internationaux comprennent Francfort, Munich, Paris, Londres, Los Angeles, Seattle et Toronto.

Le Terminal 1 domestique héberge le groupe JAL (dont Skymark et Skynet), alors qu'au Terminal 2 domestique se trouvent ANA et sa filiale Air Do. En 2010 Haneda a ouvert un nouveau Terminal international et une nouvelle piste. Les vols internationaux concernent un nombre croissant de villes, la plupart partant et arrivant tôt le matin ou tard le soir. Parmi les exceptions se trouvent les vols « city shuttle » pour Séoul-Gimpo, Shanghai-Hongqiao et Taipei-Songshan, et plus récemment le vol quotidien pour Toronto-Pearson. Des bus-navettes gratuits circulent toutes les 06 min entre h et minuit, reliant le terminal international aux deux terminaux domestiques. Vérifiez bien si votre vol arrive au Terminal 1 ou au Terminal I (« i » pour « international »).

La partie publique du Terminal international a un bon choix de restaurant et de boutiques de cadeaux ainsi qu'un pont d'observation à l'extérieur. La zone internationale comprend un nombre de boutiques de marques coûteuses tout comme les habituels magasins duty free et des cafés et restaurants basiques.

  • Monorail de Tokyo (東京モノレール, tōkyō monorēru) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – C'est la manière la plus facile et la plus pittoresque d'aller de Haneda en ville. Il va à Hamamatsuchō (490 JPY), à partir d'où vous pouvez rejoindre presque n'importe quelle partie de Tokyo avec la ligne circulaire JR Yamanote. Le monorail a une station aux trois terminaux de l'aéroport. Depuis le Terminal international, les trains arrivent à Hamamatsuchō en 14 min avec les dessertes directes ; les terminaux domestiques sont à environ 05 min sur la ligne. La JR Est a un service de voyage pour les étrangers au Terminal international (lun.- dim. : h 45 - 18 h 30) où les coupons peuvent être échangés contre le Japan Rail Pass et le JR East Rail Pass, et où on peut acheter des « JR Kanto Area Pass ». Le Monorail de Tokyo est gratuit avec n'importe lequel de ces passes.
  • Ligne Keikyū (京急) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Cette ligne privée est une alternative, avec deux gares à Haneda : une pour le Terminal international et une servant les deux terminaux domestiques. Les trains Keikyū circulent jusqu'à Shinagawa (15 min, 410 JPY) et Yokohama (30-45 min via les trains Airport Express, エアポート急行 eapōto kyūkō, 450 JPY). Quelques trains Keikyū pour Haneda continuent sur la ligne Toei Asakusa, ce qui permet un trajet direct pour le quartier de Ginza (30-35 min pour Higashi-Ginza, 560 JPY) et Asakusa (40-45 min, 610 JPY). Notez que ces tarifs sont depuis le terminal international.
    Les passes JR ne sont pas valides sur les trains Keykyū. Si votre destination finale se trouve quelque part sur la ligne Shinkansen Tōkaidō (ex : Odawara, Atami, Shizuoka, Nagoya, Kyoto, Osaka), alors vous pourriez envisager de prendre la ligne Keikyū pour Shinagawa où vous pourrez prendre un Shinkansen, même si vous avez un Japan Rail Pass. Prendre le Tokyo Monorail vous demandera de prendre un train de plus, la ligne Yamanote, pour la gare de Tokyo ou pour Shinagawa.
  • Bus Limousine Logo indiquant un lien vers le site web  – Ils relient l'aéroport de Haneda à celui de Narita (h 30, 3 100 JPY) et aux gares et hôtels principaux à travers la ville. La plupart des trains Airport Rapid Express (エアポート快特) de la ligne Keikyū vont jusqu'aux terminaux de l'aéroport de Narita pour un prix bien inférieur (h 45, 1 750 JPY) mais les bus sont plus fréquents. Notez que la gare « Airport Terminal 2 » qu'on trouve parfois sur certains calculateurs d'itinéraires fait référence au terminal 2 de Narita et pas de Haneda !
  • Taxis – Les taxis à horodateur classiques pour le centre de Tokyo coûteront entre 4 000 JPY et 10 000 JPY, plus une surcharge de 20% entre 22 h et h. Une alternative est Kokusai Motorcars au tarif fixe de 6 500 JPY (8 000 JPY la nuit) pour la plus grande partie du centre de Tokyo, dont Shinjuku et Shibuya. UberBlack propose des tarifs fixes à partir de 6 100 JPY-8 100 JPY pour des trajets depuis les arrondissements de Chiyoda, Chūō, Minato, Shibuya et Shinjuku.

Si vous arrivez avec un vol tardif ou avez besoin d'attraper un vol tôt le matin, sachez qu'il n'y a pas de train entre 23 h 59 et h à la fois sur le monorail et la ligne Keikyū. Certains bus limousine circulent après minuit, mais ces trajets coûtent un supplément de nuit.

Aéroport d'Ibaraki[modifier]

  • 3 Aéroport d'Ibaraki (IATA: IBR 茨城空港 ibaraki kūkō) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à Omitama, préfecture d'Ibaraki, à 85 km au nord de Tokyo) – Ouvert en 2010, il vise l'accueil des compagnies à bas-coûts. Skymark opère actuellement des vols pour Sapporo, Kobe et Okinawa, et Spring Airlines propose des dessertes quotidiennes pour Shanghai (Chine).

Le meilleur moyen moyen de circuler entre cet aéroport et Tokyo se fait par les bus opérés plusieurs fois par jour par Kantetsu Bus (h 30, 500 JPY pour les passagers aériens et 1 000 JPY pour les autres). Une réservation est requise et est possible en ligne en anglais, le payement se faisant en montant dans le bus.

Même si vous avez l'intention d'utiliser un Japan Rail Pass, il n'y a pas de bureau d'échange aux alentours immédiats. Ce sera mieux de prendre la bus jusqu'à la gare de Tokyo et d'aller au bureau s'en occupant.

Aérodrome de Chōfu[modifier]

  • 4 Aérodrome de Chōfu (調布飛行場 chōfu hikōjō) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Accueille seulement quelques vols en turbopropulseur pour les Îles Izu au sud de Tokyo. La gare la plus proche est Nishi-Chōfu sur la ligne Keiō. Vous pouvez autrement prendre le bus pour les gares de Chōfu ou de Mitaka.

En train[modifier]

L'extérieur rénové de la gare de Tokyo, à la sortie Marunouchi

Tokyo est le centre névralgique des chemins de fer au Japon.

  • 5 Gare de Tokyo (东京駅 Tōkyō-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata arrondissement de Chiyoda – C'est la gare principale de Tokyo, où arrivent tous les trains à grande vitesse Shinkansen. Celle-ci est grande, et on peut s'y perdre les premières fois.

Pour tous les trains allant vers le nord, vous pouvez monter à Ueno, alors que les trains allant vers l'ouest font un arrêt à Shinagawa. La plupart des trains non-Shinkansen s'arrêtent généralement également aux gares de Shibuya et Shinjuku. Les gares de Ueno et Ikebukuro vont vous permettent de rejoindre la banlieue nord et les préfectures voisines.

  • 6 Gare de Shinjuku (新宿駅, shinjuku-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata arrondissement de Shinjuku – Gare la plus fréquentée au monde, c'est le lien principal vers les banlieues ouest grâce aux trains régionaux et locaux, et aux métros.
  • 7 Gare de Shibuya (渋谷駅, shibuya-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata arrondissement de Shibuya
  • 8 Gare d'Ueno (上野駅, ueno-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata quartier d'Ueno (dans le nord-est de Tokyo, sur la ligne Yamanote) – Gare importante. C'est le 2e arrêt après celle de Tokyo pour des trains Shinkansen: ceux de la ligne sur la ligne Hokuriku vont vers le nord-ouest (Nagano et Kanazawa), les autres allant vers le nord-est du Japon (ligne Tōhoku: Sendai, Morioka, Shin-Aomori ; ligne Yamagata: Fukushima, Yamagata, Shinjō ; ligne Akita: Morioka, Akita ; ligne Jōetsu: Takasaki, Niigata).
  • 9 Gare de Shinagawa (品川駅, shinagawa-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata arrondissement de Shinagawa (dans le sud-ouest de Tokyo, sur la ligne Yamanote) – Gare importante où passent les trains Shinkansen de la ligne Tōkaidō (vers le sud-ouest).
  • 10 Gare d'Ikebukuro (池袋駅, ikebukuro-eki) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata quartier d'Ikebukuro

Coté ouest, il y a des départs toutes les 10-15 min vers Kyoto et Osaka (environ 14 000 JPY), avec deux types de trains Shinkansen: les Nozomi sont les plus rapides (avec un trajet de h 20) tandis que les trains Hikari, légèrement plus lents, prennent 20 min de plus.

La route du nord relie à Aomori, Fukushima et Sendai ; les trains les plus rapides sont les Hayabusa et Hayate.

Bien que les trajets de longue distance soient dominés par les trains Shinkansen rapides, il reste encore quelques trains à couchettes. Le Sunrise Izumo (サンライズ出雲) circule tous les jours entre Tokyo et Izumo tandis que le Sunrise Seto (サンライズ瀬戸) rejoint Takamatsu, la plus grande ville de l'île de Shikoku. Depuis la gare d'Ueno, le train de nuit luxeux Cassiopeia (カシオペア) propose un accès direct à partir de la ville de Sapporo au nord trois fois par semaine. Les tarifs commencent à 27 000 JPY pour une durée de 16 h 30. Pour ceux qui ont un petit budget, le Hokutosei (北斗星) part tous les jours de Ueno pour un prix raisonnable d'un peu plus de 9 000 JPY.

En voiture[modifier]

Il est possible de vous rendre en ville en voiture mais ce n'est vraiment pas recommandé car la ville est souvent très encombrée, la signalisation peut être source de confusion et les prix du stationnement sont astronomiques.

L'auto-stop vers Tokyo est assez facile, mais l'auto-stop pour quitter la ville est bien plus difficile.

En autobus[modifier]

Il existe un certain nombre de services de bus de nuit partant de la région du Kansai (Ôsaka, Kôbe, Kyoto) le soir et arrivant à Tokyo le matin. Il peut être intéressant de prendre ce genre de moyen de transport, ce qui permettra d'économiser une nuit à l'hotel (ce qui est très cher). On peut trouver des compagnies offrant un voyage au alentours de 10 JPY.

En bateau[modifier]

Tōkyō est l'un des grands ports du monde. Des ferrys domestiques relient la capitale à d'autres endroits du Japon, mais aucun des ferrys réguliers internationaux vers le Japon ne s'y arrête.

Le principal terminal de ferry longue distance est le Ariake Ferry Terminal situé sur une île artificielle à côté de Odaiba dans la baie de Tōkyō. La gare la plus proche est Kokusai-tenjijō-seimon sur la ligne Yurikamome (à une bonne trotte). Vous pouvez également prendre un bus direct à la gare de Shin-Kiba sur la ligne de métro Yurakuchō. Les principales dessertes de ce terminal sont:

  • Kawasaki Kinkai Kisen (川崎近海汽船), Logo indiquant un numéro de téléphone +81 03-3528-0718 Logo indiquant des tarifs une voiture + conducteur: à partir de 25 820 JPY. – Effectue le trajet Tokyo-Tomakomai (Hokkaido). Ce ferry n'a pas d'installations pour passagers; il ne peut être utilisé que si vous avez une voiture
  • Ocean Tokyu Ferry (オーシャン東九フェリー) Logo indiquant un lien vers le site web , Logo indiquant un numéro de téléphone +81 03-5148-0109 Logo indiquant des tarifs Tokyo-Kitakyushu: 16 420 JPY (seconde classe), 30 550 JPY (première classe). – Propose le trajet Tokyo-Tokushima-Kitakyushu.

Des ferrys pour l'archipel d'Izu et l'archipel d'Ogasawara partent du Terminal Takeshiba (竹芝客船ターミナル), adjacent à la station Takeshiba sur la ligne Yurikamome. Les paquebots de croisière ont tendance à utiliser le terminal Harumi (晴海客船ターミナル), accessible par le bus 都05 (To-05) à partir de la gare de Tōkyō Marunouchi (sortie sud) ou par le bus 東12 (Tō-12) depuis la gare de Tōkyō (sortie Yaesu). Les ferrys internationaux et les ferrys de fret qui prennent également des passagers peuvent également partir à partir d'autres terminaux, renseignez-vous auprès de votre compagnie de voyage.

Circuler[modifier]

En métro et en train[modifier]

Un train de la ligne Yamanote.
Les lignes de métro avec les gares de correspondance indiquées.
La ligne circulaire JR Yamanote, reliée à des lignes majeures de la JR.

Réseau[modifier]

Compagnies[modifier]

Le réseau de transport ferroviaire de Tōkyō est constitué par :

  • 3 compagnies de métro: Tokyo Metro (8 lignes), Toei (4 lignes) et Yurikamome (métro automatique aérien)
  • La compagnie ferroviaire JR East, exploitant notamment la ligne circulaire Yamanote autour du centre-ville et la ligne Chūō traversant la ville d'est en ouest (si vous avez un JR pass, pas besoin de billet sur ces lignes)
  • Plusieurs autres compagnies ferroviaires privées (Tōkyū, Keiō, Tōbu, Sōbu...), desservant la banlieue.

La ligne de train JR Yamanote fait le tour du centre de Tōkyō et dessert les principaux quartiers suivants: Tōkyō, Shinagawa, Shibuya, Harajuku, Shinjuku, Ikebukuro, Ueno. Cette ligne est accessible gratuitement aux possesseurs d'un Japan Rail Pass, sans quoi le ticket coûte au minimum 130 JPY.

Les métros quadrillent la ville. Ils sont fréquents, et parfois le seul choix pour un endroit comme Roppongi (loin de la station voisine de JR).

Si vous voulez calculer votre itinéraire et que vous avez un accès Internet (par exemple avant le départ ou à l'hôtel), vous pouvez utiliser les sites suivants. C'est plus facile que de regarder sur un plan, et vous permet d'optimiser le temps et le coût.

  • Hyperdia qui vous permet de choisir les réseaux (JR ou réseaux privés)
  • Google Maps qui permet de choisir des points de départ et d'arrivé autres que des stations
Tarifs et payement[modifier]

Le prix du trajet est indiqué sur des plans situés au-dessus des distributeurs de tickets et dépend de la destination (en plus d'un fixe par billet). Ainsi, il revient moins cher de rester sur le même réseau (uniquement des trains JR, ou uniquement les lignes Tokyo Metro) pour un trajet donné.

On peut acheter des billets papier, mais il est plus pratique de se procurer une carte prépayée sans contact. Ces cartes sont vendues sous des noms différents à travers le Japon par les différents réseaux de transport (ex: ICOCA à Osaka), et peuvent utilisées indifféremment dans les transports en commun à Tōkyō. Celles vendues à Tōkyō sont:

  • carte PASMO délivrée par les compagnies de métro et les compagnies ferroviaires locales privées (non-JR)
  • carte Suica sans contact, vendue par la compagnie JR East

Leur utilisation est simple:

  • Vous pouvez les recharger avec des espèces aux distributeurs automatiques de billets (affichage en anglais disponible).
  • Elles doivent être validées aux portillons d'entrée et de sortie des quais. Le tarif sera calculé et débité automatiquement à la sortie.
  • Si vous n'avez pas assez de crédit au moment de sortir, les barrières du portillon se fermeront devant vous et vous pourrez aller recharger votre carte avant de repasser le portillon.
  • Vous pouvez même les utiliser comme moyen de paiement à des nombreux endroits comme les distributeurs de boissons, les combinis, les fast-foods!

Si vous avez dépassé la station prévue ou que vous décider d'aller au-delà de la valeur de votre billet, vous pourrez, avant de sortir de la station, que vous ayez un billet papier ou une carte sans contact, aller à une machine "fare adjustment" qui permet de payer le complément. Attention à bien garder son ticket sur soi: il faut le repasser en sortant !

Les métros sont relativement bon marché entre 160 et 300 JPY. Malheureusement, il est difficile de changer de train entre Tokyo Metro et TOEI à moins d'acheter un nouveau billet, ou de disposer de carte sans contact. Il y a également d'autres ligne privées, comme le métro automatique aérien Yurikamone.

Quand vous achetez votre ticket au distributeur, pensez à mettre de l'argent avant de choisir votre tarif.

Pensez également aux cartes à la journée pour le métro :

  • One-Day Open Ticket pour Tokyo Metro (les 8 lignes) : 710 JPY,
  • Pass journée pour les 2 réseaux (12 lignes) : 1 000 JPY,
  • Pass journée métro et bus : 1 500 JPY.

La "vie" en métro...[modifier]

Aux heures de pointe les métros sont parfois bondés (à prendre en considération si l'on doit s'y rendre avec une grosse valise...), mais la légende des "pousseurs" est rare à vérifier sur place ; cela tient davantage du mythe que de la réalité ! En outre, le métro tokyoïte n'est pas davantage plein à craquer que le métro parisien aux heures de forte affluence... et au moins, il dispose de la climatisation tandis qu'aucune présence de pickpocket n'est à craindre !

Dans les rames, les sièges sont généralement des banquettes le long des murs. À bord, les systèmes d'information ne manquent pas : annonce vocale des stations et des correspondances en anglais et en japonais, panneau à diodes affichant au moins le nom de la prochaine station, et éventuellement plans de ligne montrant la progression du train par le biais de voyants, parfois même écran plat au dessus de la porte donnant toutes sortes d'informations. Les stations sont généralement numérotées et les lignes, comme pour tout bon métro qui se respectent, sont identifiables par leur couleur, leur nom et leur destination finale.

Certains wagons sont réservés aux femmes pendant les heures de pointe (une inscription au sol sur le quai le mentionne). Attention, on ne rentre pas dans le métro de Tōkyō comme dans celui de Paris : on fait la queue sur le quai, sans passer devant les autres personnes, puis on attend sagement que les passagers qui descendent soient sortis avant d'entrer.

En bus[modifier]

Des bus Toei comme ceci opèrent sur la plupart des itinéraires de bus locaux de Tōkyō

Le réseau de bus est important, mais difficile d'accès pour un touriste. La fréquence des bus est très faible sur certaines lignes, les plans de bus sont souvent uniquement en japonais. Vous pouvez toujours tenter l'aventure...

En taxi[modifier]

Un taxi typique de Tōkyō

Il y en a absolument partout et à toute heure.

Mais le taxi doit plutôt être réservé aux courtes distances ou lorsqu'aucun autre moyen de transport n'est pas disponible. En effet, le prix de la course, fixé à 660 JPY pour les deux premiers kilomètres, grimpe très rapidement ensuite. Par ailleurs, il existe un tarif de nuit (30% en plus) entre 23 h et h du matin.

Pensez à avoir sur vous la carte du lieu où vous allez que vous montrerez au chauffeur, car il est probable que celui-ci ne parle le moindre mot d'anglais.

La porte arrière du taxi s'ouvre et se ferme automatiquement. Il ne faut pas laisser de pourboire. Ne pas prendre le taxi pour aller à Narita : il vous coûterait une fortune !

En ferry[modifier]

Le ferry Himiko conçu par Leiji Matsumoto

La Tokyo Cruise Ship Company exploite une série de ferrys bateau bus sur la rivière Sumida et dans la baie de Tōkyō, reliant Asakusa, Hinode, Harumi et Odaiba. Les ferrys disposent de commentaires enregistrés en anglais et en japonais; une telle balade est une façon agréable de se détendre et de voir les zones de bord de mer de Tōkyō. On notera en particulier le ferry super-futuriste Himiko conçu par le créateur d'anime et de manga Leiji Matsumoto, qui officie sur la ligne directe Asakusa-Odaiba. Vous feriez mieux d'arriver bien avant l'heure de départ au cas où les billets sur le Himiko soient tous vendus!

En voiture[modifier]

Cette variante est à bannir dans les grandes villes car les transports en commun sont très développés et la voiture sera, comme dans une grande ville d'Europe, davantage un fardeau qu'un outil de liberté. À Tokyo, si la circulation est en fait assez fluide, il sera difficile de stationner à bas prix.

Si vous y tenez vraiment, vous devez disposer d'une traduction officielle de son permis de conduire national. Attention le permis international n'est pas reconnu.

L'utilisation d'une voiture sera en revanche appréciable pour découvrir la campagne et la montagne japonaise.

Voir[modifier]

Temple Sensoji, Asakusa
Parc Koishikawa Korakuen, Bunkyō
La Tokyo Skytree, la deuxième plus grande structure au monde

Étant une ville gigantesque, Tōkyō propose un très grand nombre d'attractions. En voilà un certain nombre. Vous pourrez en trouver d'autres et plus de détails dans les articles dédiés aux différents arrondissements. Mieux vaut organiser ses visites par quartier à l'avance!

  • Dans l'arrondissement de Sumida se trouve la Tokyo Sky Tree, le nouveau plus haut point de vue de Tōkyō.
  • À la station Ryōgoku (à l'est d'Akihabara, à Sumida) se trouve le Ryōgoku Kokugikan où se disputent trois des six tournois annuels officiels de sumo professionnel. Si vous n'êtes pas à Tokyo lors d'un tournoi de sumo, sachez qu'il est également possible d'assister à un entraînement de sumo. Réservation conseillée voire obligatoire pour certaines écuries.
  • Toujours à Ryōgoku, derrière le Kokugikan se trouve le musée Edo-Tōkyō sur l'histoire de la ville, avec une reconstitution d'époque grandeur nature ! Les billets s'achète par étages à visiter. Le septième étages est une bibliothèque. Il est possible d'avoir des guides gratuitement, en français suivant leur disponibilité. Ce sont des volontaires passionnés qui vous ferons voir leur ville sous un autre angle.
  • La ligne de métro Yurikamome entièrement aérienne permet d'avoir une vue sur la baie, et passe à l'intérieur du grand pont suspendu Rainbow Bridge.
  • La tour de Tōkyō (Tokyo Tower), dans le quartier de Minato, est autre bon point de vue. L'accès à cette tour Eiffel japonaise (un peu plus haute que son modèle français, avec ses 330 m) est bien sûr payant, environs 1800¥ suivant l'étage désirb. Avantage par rapport à la tour Eiffel : il n'y a pas foule. Un autre bon choix - bien que moins haut - est l'hôtel de ville de Tōkyō et ses deux observatoires (tour nord et tour sud) au 45ème étage, accessible gratuitement.

Principaux sites d'intérêt:

  • Les quartiers jeunes de Shibuya (à consommer sans modération et à toute heure... bien qu'un peu calme après h du matin) et Harajuku (à faire plutôt le dimanche après-midi)
  • Omotesandō (arrondissement de Shibuya), avenue appelée à tort les Champes Élysées de Tōkyō. Une rue commerçante plutôt huppée, intéressante pour son architecture. Attention, beaucoup de monde le dimanche !
  • Shinjuku, quartier commerçant mais aussi d'affaires à l'ouest et plutôt jeune à l'est : Kabukichō, mais aussi Shinjuku ni-chome, le principal quartier gay du Japon.
  • Le quartier de l'électronique, Akihabara, boutiques, salles de jeux,et si vous chercher un peu, vous tomberez sur une boulangerie "française".
  • Les musées (en particulier le musée national qui est immense et bien fourni) et le parc de Ueno
  • Le quartier des grands magasins de Ginza; sorte de petit Manhattan de Tōkyō, à fréquenter également pour ses innombrables bars ouverts toute la nuit... à n'importe quel étage des immeubles.
  • Le temple Sensoji, à Asakusa, lui, à faire le dimanche pour l'ambiance ; nombreux petits restaurants de rue à découvrir.
  • Roppongi, davantage fréquenté par les occidentaux (donc moins intéressant que la plupart des autres quartiers de Tōkyō), mais qui regorge de bars de toutes sortes le soir et qui dispose d'un intérêt culturel le jour avec les complexes urbains et culturels de Roppongi Hills et Tokyo Midtown
  • La baie de Tōkyō, vue depuis la ligne de métro Yurikamome
  • Des quartiers périphériques, comme Daikanyama ou Shimokitazawa.

Apprendre[modifier]

Faire[modifier]

  • Manger un petit-déjeuner de sushi au marché au poisson de Tsukiji.
  • Faire un tour en bateau sur la rivière Sumida depuis Asakusa.
  • Se perdre en soirée dans la jungle des néons éblouissants en dehors des grandes gares. Times Square et Piccadilly Circus peuvent avoir l'air ruraux par rapport à Shibuya et l'est de Shinjuku de nuit - il faut le voir pour le croire.
  • Profiter d'un bain dans un «sento» (bain public) local. Ou dans l'un des complexes sur le thème des onsen tels que LaQua au Tokyo Dome (Bunkyō) ou Oedo Onsen Monogatari à Odaiba.
  • Aller à un parc d'attractions tels que Tokyo Disney Resort, qui comprend Tokyo Disneyland et Tokyo DisneySea qui sont les deux plus visités des parcs à thème en Asie, ou le plus japonais Sanrio Puroland à (Tama), qui abrite plus de Hello Kitties que vous ne pouvez imaginer.
  • Faire la tournée des bars et des pubs à Roppongi,
  • Découvrir la jeunesse branchée à Takeshita Dōri (rue Takeshita) à Harajuku ou Omotesandō pour un public plus âgé.
  • Au printemps, faire une excursion en bateau au joli parc Inokashira à Kichijōji, et ensuite visiter le Musée des studios Ghibli (bien connu pour ses films étonnants, comme Le Voyage de Chihiro, et Princesse Mononoke), mais vous aurez besoin d'acheter des billets à l'avance à une des supérettes Lawson.
  • Prendre le métro aérien Yurikamome partant de la gare Shimbashi, passant sur le pont de la baie jusqu'à l'île artificielle d'Odaiba, et monter sur la grande roue - la plus grande au monde jusqu'à récemment.
  • Regarder un match de base-ball des Yomiuri Giants au Tokyo Dome, ou des Tokyo Yakult Swallows au Jingu Stadium. Chiba, à proximité, héberge les Chiba Lotte Marines.
  • Se promener dans les jardins l'est du Palais impérial (ouverts au public tous les jours à h, sauf le vendredi et le lundi).
  • Faire un pique-nique dans un parc durant la saison des cerisiers en fleurs (sakura). Malheureusement cela ne dure environ qu'une semaine au printemps (aux dates variables). Mais attention, les parcs sont généralement très fréquentés à cette période.

Travailler[modifier]

Acheter[modifier]

Kitsch-o-rama dans l'arcade Nakamise, Asakusa

Tokyo est dans la moyenne des grandes métropoles occidentales pour ce qui est du coût de la vie. Dans les combini (supérettes, à tous les coins de rue), le prix de la nourriture n'est pas très élevée. Les transports et en particulier le bus, sont assez chers, mais la qualité, la propreté et la sûreté du voyage compensent.

Il est possible de trouver des magasins et des restaurants très bons marchés, surtout aux alentours d'Akihabara. Il faut cependant quelques notions de japonais ou alors ne pas avoir peur de s'exprimer avec les mains.

La plupart des magasins sont ouverts le dimanche. Certains ferment un ou deux jours par mois, mais pas forcément le dimanche. Il y a beaucoup de distributeur ATM, mais ceux ci n’accepte que des carte Visa. Pour ceux qui ont une Master Card, les bureaux de poste les accepte. Pensez à prévenir votre banque.

Boire un verre / sortir[modifier]

Les lieux de sortie les plus courus sont : Roppongi, Shibuya, mais aussi Kabukichō et Shimokitazawa. Vous trouverez de bons petits bars et restaurants partout. Vous constaterez également que vous n'êtes jamais loin d'un distributeur automatique de bière à Tokyo. On boit souvent dans les restaurants. Le type de bar et de gril le moins cher s'appelle l'izakaya en Japonais. Vous pouvez obtenir toutes sortes de nourriture et de boissons. Les izakaya en chaîne meilleur marché ont habituellement des menus avec images ainsi la commande est plus simple. Quelques chaînes populaires d'izakaya incluent Tsubohachi et Shirokiya. Si vous voulez un bar de type occidental qui sert des boissons, mais n'est pas un restaurant, essayez n'importe lequel des hôtels réputés, ceci vous coutera cependant assez cher.

Tokyo regorge de boîtes de nuit, aux ambiances diverses et variées. En voici quelques-unes:

  • À Shibuya : Club Asia, Harlem, Nuts (hip-hop), La Fabrique, Module, Womb (electro/house)
  • À Daikanyama/ Ebisu : Air, Liquidroom, Unit (electro/house)
  • À Roppongi : Feria, New Lex Edo, Gold Cafe

L'admission ne pose généralement aucune difficulté, il suffit juste de s'acquitter d'un droit d'entrée compris entre 2 000 JPY et 3 000 JPY. La plupart de ces clubs sont ouverts entre 23 h et h du matin.

Se loger[modifier]

Il y a des milliers d'hôtels dans la région de Tokyo, allant du bon marché au très cher.

Bon marché[modifier]

Les hôtels "capsule" sont généralement l'option meilleur marché. Ils peuvent être peu disposés à accueillir des étrangers car il y a quelques règles de comportement qu'il peut être difficile de leur expliquer (les femmes ne sont pas toujours acceptées notamment). Les bibliothèques de "mangakissa" Manga/cafés internet ouverts 24 h sur 24 sont devenus communes autour de Tokyo. C'est l'une des manières meilleur marché de se reposer si vous manquez votre dernier train et devez attendre jusqu'au matin. Il n'y a pas de lit, mais vous avez un fauteuil confortable et un ordinateur et/ou un DVD si vous ne pouvez pas dormir. Dans certaines, il y aura même une douche pour se détendre.

Concernant les hébergements classiques, les solutions économiques pour le routard :

  • les auberges de jeunesse (entre 3000 et 4 000 JPY/nuit à Tokyo). Trois sont données sur le réseau Japan Youth Hotel ([1]).

On peut de plus trouver à Tokyo des ryokan (auberge japonaise) d'entrée de gamme (prix comparable aux auberges de jeunesse), avec peu de service mais une expérience de la vie japonaise traditionnelle. Les chambres à la japonaise sont généralement recouvertes de tatamis, avec des futons et une table basse, les propriétaires peuvent être très amicaux. Deux adresses :

  • le Taito ryokan à Asakusa, très bon marché, 3 000 JPY/nuit (http://www.libertyhouse.gr.jp/ ; jptaito@libertyhouse.qr.jp)
  • le Tama ryokan à Shinjuku, 4 000 JPY/nuit (Tel : 81 (3) 3209-8062 ; turner@idiom.com)

Il existe enfin quelques hôtels exceptionnels, pas du tout touristiques et parfois avec quelques conditions spécifiques comme «men only» ou «women only». Vous pouvez vous renseigner et réserver un lit par les adresses suivantes :

Classe moyenne[modifier]

Les deux meilleures options pour les budget modéré sont les auberges (ryokan) premier prix et les hôtel d'affaires.

Bien que le ryokan (auberge japonaise) est un peu plus cher en général, il en existe à tous les prix à Tokyo, qui vous donne un goût de la culture japonaise. Quelques adresses de ryokan :

  • le Ryokan Andon à Taito, 6000-8 000 JPY/nuit (0081 (0)3-3873-8611 ; http://www.andon.co.jp/ ; reservations@andon.co.jp)
  • l'hôtel Fukudaya à Shibuya, quelques chambres traditionnelles possibles (http://www.fukudaya.com)

Une autre option est de chercher les hôtels appelés « business hotel » (hôtels d'affaires). Le personnel peut parler un anglais... un minimum... mais il n'est pas trop difficile de se faire comprendre. La chaîne d'hôtels Tokyu est l'un des meilleurs rapports qualité/prix. Les chambres commencent à environ 80 $US par nuit. L'accès a Internet et le petit déjeuner sont inclus. Tous ont une machine à laver/sèche-linge dans la chambre. Des cuisinettes sont également disponibles.

Luxe[modifier]

L'hôtel ANA est un hôtel international, et tout le personnel parle anglais. Les chambres sont d'une taille décente comparées à la plupart des hôtels américains, et les prix commencent à partir de 200 $US par nuit. Le ANA Hotel Tokyo est situé entre la station de métro Tameike-Sanno et celle de Roppongi Ichome. C'est environ une promenade de 05 min de chacune d'elles. Il y a également un autobus de limousine reliant l'hôtel d'ANA à l'aéroport de Narita - cela prend approximativement h et est à la disposition des deux invités de l'hôtel et gens avec un autre logement. [1]

  • ANA Strings Hotel
  • Villa Fontaine

On retrouve aussi les grandes chaines hôtelières mondiales tel que Hilton qui se trouve à West Shinjuku où de nombreuses autres grandes chaines ont élu domicile.

Parmi les grands hotels tokyoïtes, citons aussi :

  • L'hôtel Imperial, en face du parc Hibiya, proche du quartier Ginza, metro Hibiya
  • L'hôtel New Otani, metro Kamiyacho
  • Le Park Hyatt, se situe à Shinjuku, ayant servi au tournage du film Lost in Translation, metro Shinjuku
  • Le Grand Hyatt, dans la tour Mori dans le quartier de Roppongi, metro Roppongi
  • Le Cerulean, a Shibuya, metro Shibuya
  • Le Palace Hotel Tokyo dans le quartier de Marunouchi

Les limousines-bus circulent entre tous ces hotels et l'aéroport de Narita.

Gérer le quotidien[modifier]

Représentations diplomatiques[modifier]

  • Finlande Finlande Logo indiquant un lien vers le site web 3-5-39, Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-8561, Logo indiquant un numéro de téléphone +81-3-5447 6000, fax : +81-3-5447 6042, courriel : Logo indiquant des horaires lun.- ven. : h - 12 h et 13 h - 17 h 15.
  • France 2 France Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia 4-11-44, Minami-Azabu, Minato-ku 106-8518, Logo indiquant un numéro de téléphone +81 3 5798 6000, fax : +81 3 5798 6206

Sécurité[modifier]

Tokyo est l'une des villes les plus sûres que vous pouvez visiter. La criminalité est rare, et la nuit exceptionnellement sûre, d'autant plus si l'on prend en compte la taille de la ville. Vous pouvez demander à la police si vous avez besoin d'aide. Vous vous trouverez rarement loin de l'une des sous-stations locales de police appelé koban en japonais. Celles-ci sont généralement tenues par un ou deux officiers de police. N'hésitez pas à y aller si vous êtes perdus, ils ont de grandes cartes locales (en japonais). Les officiers de police parleront un anglais de base si vous êtes chanceux car la plupart ne parlent pas un mot d'anglais. En revanche ils sont souvent très serviables et gentils. D'autre part, si vous avez une assurance de voyage, signalez tous les vols ou articles perdus au koban. Ils peuvent avoir des formulaires aussi bien en anglais qu'en japonais. Toujours dans l'embarras ?

  • Appeler le 110 pour la police
  • 119 pour les pompiers et les urgences.

Aux environs[modifier]

  • Kamakura l'ancienne capitale, nombreux temples, bouddha de bronze géant
  • Nikkō : Nombreux temples, dont certains très richement décorés
  • Yokohama La ville portuaire, une immense galerie chinoise (Chuka Gai)
  • Le parc de Fuji-Hakone-Izu pour ceux qui recherchent un peu de verdure ou de beaux paysages. Ce parc naturel a l'ouest de Tokyo est compose de trois parties: Le celebre Mont Fuji, la region montagneuse et volcanique d'Hakone et la peninsule d'Izu.
  • Tokyo Disney Resort — comprend Tokyo Disneyland (comparable à tous les autres) et Tokyo Disney Sea (un parc sur le thème de l'océan et des pays maritimes, uniquement présent au Japon et qui comprend à la fois des attractions uniques et d'autres présentes dans les autres parcs)
  • Odawara — abrite le seul château japonais de l'agglomération de Tōkyō

La région de Tōkyō a aussi quelques destinations moins connues qui sont des excursions faciles depuis le centre de Tōkyō:

  • Ashikaga — ville natale historique d'un célèbre clan de shogun
  • Hachioji — l'ascenscion rafraîchissante jusqu'au sommet du mont Takao, à travers une forêt jusqu'à un temple et jardin de la bière
  • Kawasaki — où se trouve le musée de plein air Nihon Minka-En qui expose d'authentiques anciennes maisons japonaises transportées des quatre coins du Japon (plus intéressant qu'on peut le croire), et s'y déroule le festival annuel du pénis de fer (Kanamara Matsuri).
  • Kinugawa — héberge Edo Wonderland, un parc à thème kitsch recréant le Japon du XIXe siècle


Routes via Tokyo
NiigataŌmiya N Joetsu Shinkansen icon.png S  FIN
AomoriŌmiya N Tohoku Shinkansen icon.png S  FIN
OsakaShin-Yokohama O Tokaido Shinkansen icon.png E  FIN
NagoyaHachioji O Chuo Expwy Route Sign.svg E  FIN
FIN O Higashi-Kanto Expwy Route Sign.svg E  IchikawaNarita
IwakiMisato N Joban Expwy Route Sign.svg S  FIN
NagaokaTokorozawa N Kan-etsu Expwy Route Sign.svg S  FIN
AomoriUrawa N Tohoku Expwy Route Sign.svg S  FIN
NagoyaKawasaki O Tomei Expwy Route Sign.svg E  FIN



Cet article reprend du contenu de l'article Tokyo de Wikipédia. Voir l'historique de cette page pour la liste des auteurs.
Stars310.svg
L'article de cette ville est utilisable. Il contient des informations suffisantes dans les rubriques aller, voir, se loger et manger. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Tokyo (préfecture)
Destinations situées dans la région