Télécharger le fichier GPX de cet article
64.830555555556-17.986666666667Map mag.png

Islande

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

République d'Islande
​((is)Lýðveldið Ísland)
Chute de Gullfoss
Chute de Gullfoss
Drapeau
Flag of Iceland.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Forme de l'État
Langue officielle
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Bureau d'information touristique
Localisation
Site officiel
Site touristique

L'Islande, littéralement « terre de glace », en forme longue la République d'Islande, est un pays insulaire d'Europe du Nord. Située dans l'océan Atlantique nord, entre le Groenland et la Norvège, au nord-ouest des Îles Féroé, elle se trouve à proximité du Cercle Arctique.

Le pays compte 325 671 habitants pour une superficie totale de 103 125 km2, soit une densité de population de 3,16 hab./km2. Sa capitale est Reykjavik, qui est également la ville la plus peuplée de l'île.

L'Islande est surtout connue pour ses nombreux volcans en activité, ainsi que pour ses immenses glaciers comme celui de Vatnajökull, aussi vaste que la Corse.

Comprendre[modifier]

L'Islande est située sur le bord du cercle arctique et sur la dorsale médio-atlantique. Son climat est extrêmement venteux et pluvieux. Le couvert végétal est mince et rare. L'érosion est très forte.

L'atmosphère très pure de l'Islande confère aux photographies une lumière toute particulière. Chassez les fleurs et les paysages avec votre objectif photographique.

La nature volcanique de l'Islande est constamment visible : coulées de lave encore chaudes, sources d'eau chaude, cratères, volcans, geysers, marmites de boue bouillonnante.

On trouve beaucoup de sites naturels au bord du lac, on peut y voir les pseudo-cratères de Skutustaðir, le stratovolcan Hverfjall ainsi que les sources chaudes Grjotagja et Storagja qui étaient autrefois utilisées pour la baignade.

Régions[modifier]

Carte d'Islande
Islande du Sud-Ouest (Reykjavik, péninsule de Rekjanes.)
Fjords de l'Ouest (Ísafjörður, Hólmavík)
Islande occidentale (Stykkishólmur, parc national de Snæfellsjökull)
Islande septentrionale (Akureyri, Mývatn, Húsavík, Dettifoss)
Islande orientale (Seyðisfjörður, Egilsstaðir, Höfn)
Islande méridionale (Cercle d'or, Landmannalaugar, Vestmannaeyjar, Vík)
Islande intérieure (Kerlingarfjöll, Askja, Hveravellir)

Islande du Sud-Ouest — Autour de la capitale Reykjavik, c'est la région la plus peuplée d'Islande.

Habitations dans la péninsule du Reykjanes.

Fjords de l'Ouest — Le caractère isolé des fjords de l'est ravit les amateurs de solitude et de nature. Au cœur de la réserve de Hornstrandir, la falaise de Látrabjarg est un lieu privilégié pour observer les colonies de macareux.

le plateau Hrafnseyrarheiði par lequel passe la route 60.

Islande occidentale — Les champs de lave de la péninsule de Snæfellsnes offrent de grandes possibilités de randonnées, en suivant du regard le Snæfellsjökull dont Jules Verne a fait le point de départ de son Voyage au centre de la Terre.

Paysage volcaniques dans la péninsule de Snæfellsnes.

Islande septentrionale — Les vastes péninsules du nord de l'île présentent une grande variété de paysages. L'observation des baleines depuis le port d'Húsavík, les oiseaux du lac Mývatn et les nombreux élevages de chevaux en font l'une des régions les plus intéressantes pour découvrir la faune locale.

En approche du village de Ólafsfjörður.

Islande orientale — Les longs fjords de l'est abritent de petits villages de pêcheurs, entre montagnes et vallées verdoyantes. A l'ouest d'Egilsstaðir, la forêt d'Hallormsstaður est la dernière du pays. Le sud-est de l'île figure parmi les régions les plus visitées par les touristes, profitant des circuits de randonnée du parc de Skaftafell et des icebergs de la lagune de Jökulsárlón.

lac proglaciaire Jökulsárlón

Islande méridionale — Des chutes de Gullfoss au célèbre Geysir dans le cercle d'or, jusqu'au site volcanique de Landmannalaugar, le sud de l'Islande offre des paysages d'une très grande variété. Les Vestmannaeyjar, accessibles en ferry, témoignent de l'activité volcanique du pays : l'île principale de l'archipel, Heimaey, qui est également la seule habitée, fut en partie détruite par une éruption en 1973 tandis que Surtsey, le point le plus méridional de l'Islande, est née d'une éruption en 1963.

Geysir

Islande intérieure — Les hautes terres du centre de l'île, pratiquement inhabitées, présentent des paysages à la fois austères et désertiques.

Vue sur la Þjórsá, région des hautes terres d'Islande.

Villes[modifier]

Les cinq plus grandes villes en termes de populations, selon le recensement de 2010, sont :

  • 1 Reykjavik Logo indiquant un lien wikipédia—  118 326 hab. La capitale la plus septentrionale du monde concentre plus du tiers des habitants de l'île, elle est également le principal centre d'activités économiques et culturelles du pays.
  • 2 Kópavogur Logo indiquant un lien wikipédia—  30 357 hab. Municipalité limitrophe de Reykjavik, sans grand intérêt touristique.
  • 3 Hafnarfjörður Logo indiquant un lien wikipédia—  25 913 hab. À une dizaine de kilomètres au sud de Reykjavik, la « ville dans la lave » abrite le plus vieux port commercial en activité d'Islande.
  • 4 Akureyri—  17 573 hab. Située dans le Nord du pays, avec ses maisons colorées, elle est la deuxième ville d'Islande si l'on considère les deux précédentes comme des extensions de Reykjavik.
  • 5 Reykjanesbær Logo indiquant un lien wikipédia—  14 091 hab. L'aéroport international de Keflavík est situé sur la municipalité.

Autres destinations[modifier]

Le « Golden Circle »[modifier]

Les deux chutes de Gullfoss
Gullfoss

Le Cercle d'or est une appellation touristique désignant un ensemble de sites parmi les plus visités de l'île. Accessibles depuis Reykjavik par la route 36, ils sont tous situés dans un rayon de 100 km de la capitale, ce qui en fait une destination idéale pour les excursions à la journée. Premier des trois sites les plus populaires du Cercle d'or, le parc national de Þingvellir est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2004. Situé dans un immense fossé d'effondrement causé par l'écartement des plaques eurasienne et nord-américaine, il fut le siège du premier parlement islandais, fondé en 930 par les Vikings. Plus loin, Geysir est une source d'où jaillit de l'eau chaude de façon intermittente. C'est de là que vient le mot « geyser ». C'est en réalité le geyser de Strokkur que les touristes peuvent admirer, celui-ci projetant sa colonne d'eau de façon régulière, à peu près toutes les dix minutes. Le site regorge de marmites aux tons les plus variés, du bleu pur au vert laiteux. Les chutes de Gullfoss, constituées d'une double cascade de 32 m, sont parmi le plus célèbres du pays. Sauvées de la destruction alors qu'elles étaient menacées par un projet de centrale hydroélectrique dans les années 1920, elles plongent dans un canyon long de 2 5 km, dans un vacarme assourdissant.

Blue Lagoon[modifier]

Le Blue Lagoon

Le Blue Lagoon est le plus célèbre des hot pots, les piscines naturelles islandaises. Il est situé au sud-ouest de Reykjavik, dans la péninsule de Reykjanes. C’est une étape touristique traditionnelle sur le chemin qui mène de la capitale vers l’aéroport international de Keflavík. C'est l'un des lieux de prédilection pour se baigner dans une eau bleue laiteuse, chauffée naturellement à près de 39 degrés, et pour se recouvrir le visage d'une boue aux propriétés cosmétiques reconnues. Comptez tout de même 35 € pour vous offrir ce privilège.

Landmannalaugar[modifier]

Si l'idée d'admirer un désert de pierres volcaniques vous déprime, il faut aller admirer les splendides collines de rhyolites colorées de la région de Landmannalaugar. Si les compagnies de bus permettent d'en faire une excursion à la journée, il est conseillé de prendre le temps de s'installer au camping pour une ou plusieurs nuits afin de profiter pleinement de la beauté des lieux. La source chaude à proximité du camping est le lieu idéal pour se relaxer, en s'installant confortablement devant les magnifiques tableaux naturels. Le camping est également le point de départ du Laugarvegurinn, le trek reliant Landmannalaugar à þórsmörk, la randonnée la plus populaire de l'île, réalisable en trois ou quatre jours.

Parc national de Skaftafell[modifier]

Cascade plongeant au milieu des colonnes de basalte noir
Cascade de Svartifoss

Paradis des randonneurs, le Skaftafell est l'étendue sauvage la plus fréquentée d'Islande. Situé dans la partie sud du Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe, ce parc fondé en 1967 a fusionné en juin 2008 avec le parc national de Jökulsárgljúfur, dans le nord du pays, pour former l'immense parc national du Vatnajökull. Le centre d'information est le point de départ de nombreux circuits de randonnées à pied, en VTT ou sur les glaciers. Une courte marche (h 30) mène jusqu'à la cascade de Svartifoss, la « cascade noire », plongeant au milieu des colonnes de basalte qui l'entourent.

Jökulsárlón[modifier]

Jökulsárlón

Dans le sud de l'île, près de la Route circulaire entre Skaftafell et Höfn, une multitude d'icebergs d'un bleu lumineux dérivent dans la lagune de Jökulsárlón. Les icebergs se détachent du Breiðamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajökull, dont la fonte forme le lac dans lequel les icebergs dérivent avant de rejoindre l'océan Atlantique. Certains d'entre eux s'échouent d'ailleurs sur les plages de sable noir. Pour les touristes, des excursions en bateau sur la lagune sont proposées. Il est également possible d'observer des otaries nageant au milieu de ces énormes glaçons.

Seyðisfjörður[modifier]

Blotti au fond de son fjord long de 17 km, Seyðisfjörður est un exemple typique de village de pêcheurs islandais. C'est ici qu'arrive, d'avril à la fin octobre, le ferry Norröna de la compagnie Smyril Line, assurant la liaison avec le Danemark via les Îles Féroé. Plusieurs maisons en bois du XIXe siècle, importées de Norvège et montées en kit, se dressent autour de la Bláa Kirkjan, l'église bleue du village, dans laquelle sont organisés des concerts chaque mercredi soir pendant l'été. Seyðisfjörður possède également un musée technique ainsi qu'une galerie d'art contemporain. Des excursions en kayak le long du fjord sont proposées aux touristes.

Húsavík[modifier]

Dans le nord de l'île, le port de pêche d'Húsavík est le lieu privilégié pour l'observation des baleines. De nombreuses compagnies proposent des excursions maritimes pour découvrir les cétacés. Un musée consacré à l'animal se dresse sur les hauteurs du port. Húsavík, qui organise chaque année une « fête des bonbons » possède également l'une des plus belles églises d'Islande.

Mývatn[modifier]

Une vue du Lac Myvatn prise depuis les Pseudo-cratères situés au sud du lac.
Vue du Lac Myvatn depuis les Pseudo-cratères

Le « lac des moucherons », troisième étendue d'eau naturelle du pays attire de nombreux touristes pour la richesse de son avifaune et la complexité géologique de la région. Autour du lac, deux courtes randonnées mènent au sommet des volcans Vindelgarfjall et Hverfjall, un impressionnant cratère d'explosion vieux de 2 500 ans. À moins de 10 km à l'est du lac, le site de Hverrir au pied du Námafjall est un ensemble de solfatares et de mares de boue en ébullition. Une route à proximité mène à la centrale géothermique de Krafla, installée dans un paysage lunaire, puis au volcan Leirhnjúkur où il est possible de marcher sur une coulée de lave de 1984 encore chaude et fumant par endroits. Face au Leirhnjúkur, le cratère Víti dont le nom signifie « enfer » contient un lac d'un bleu magnifique.

Chutes d'eau[modifier]

Skógafoss

Elles sont innombrables en Islande et facilement repérables sur les cartes au suffixe -foss, qui signifie « chute d'eau ». Les plus impressionnantes, par le débit ou la hauteur, sont :

  • Goðafoss, la chutes des dieux, entre Akureyri et Mývatn tire son nom d'une légende selon laquelle le colon Thorgeir le Bon aurait précipité les idoles du haut de ces chutes après l'adoption du christianisme. C'est une magnifique chute en forme de fer à cheval.
  • Skógafoss, haute de 60 mètres et large de 25 mètres tombe à la verticale à proximité du village de Skógar. Un camping permet de planter la tente juste en face de la cascade.
  • Seljalandsfoss se trouve à proximité de Skógafoss. Légèrement plus haute que cette dernière (65 m, elle est cependant moins large mais possède une particularité : il est possible de passer derrière la chute d'eau en suivant un petit sentier glissant qui nécessite toutefois quelques précautions.
  • Glymur est avec ses 198 mètres la deuxième cascade la plus haute du pays après la Morsárfoss. Elle n'est pas accessible par la route : il faut compter une heure de randonnée dans chaque sens. Le sentier balisé est magnifique, on traverse tout d'abord un plateau avant de descendre vers la rivière par une grotte. La traversée de cette rivière sur un tronc est suivie par une forte pente à travers des éboulements de pierres.
  • 1 Aldeyarfoss Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (30 km au sud de Godafoss + 1 heure de marche)—  une merveille géologique sous forme d'une cascade de taille plus modeste que certaines cascades islandaises mais enchâssée dans un cirque d'orgues basaltiques. A l'écart des circuits touristiques du fait d'un accès plus difficile : 30 km de piste graveleuse accessible aux voitures de tourisme puis 1 heure de marche largement récompensée par un spectacle prodigieux.

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Voir aussi: Voyager dans l'espace Schengen

L'Islande fait partie de l'espace Schengen. Les citoyens de la Suisse et de l'Espace économique européen qui comprend l'Union européenne, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein ont seulement besoin d'une carte d'identité nationale ou d'un passeport valide. Ils n'ont besoin d'aucun visa pour rentrer ou circuler dans l'espace Schengen et sont généralement autorisés à rester aussi longtemps qu'ils le souhaitent.

Remarques

(1) Les ressortissants de ces pays ont besoin d'un passeport biométrique pour profiter de voyages sans visa.

(2) Les ressortissants serbes ayant un passeport délivré par la Direction de coordination serbe (résidents du Kosovo avec passeport serbe) ont besoin d'un visa.

(3) les ressortissants de Taïwan ont besoin que le numéro de leur carte d'identité (une lettre suivie de neuf chiffes) soit stipulé dans leur passeport pour profiter de voyages sans visa.

Les ressortissants des pays suivants n'ont pas besoin de visa d'entrée dans l'espace Schengen: Albanie(1), Andorre, Antigua-et-Barbuda, Argentine, Australie, Bahamas, Barbade, Bosnie-Herzégovine(1), Brésil, Brunei, Canada, Chili, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica, Dominique, El Salvador, Émirats arabes unis, États-Unis, Grenade, Guatemala, Honduras, Israël, Japon, Macédoine(1), Malaisie, Maurice, Mexique, Moldavie(1), Monaco, Monténégro(1), Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Panamá, Paraguay, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Saint-Marin, Serbie(1,2), Seychelles, Singapour, Taïwan(3) (République de Chine), Timor oriental, Tonga, Trinité-et-Tobago, Uruguay, Vanuatu, Cité du Vatican, Venezuela ainsi que les titulaires d'un passeport de Hong Kong SAR, de Macao SAR et tous les ressortissants britanniques (y compris ceux qui ne sont pas citoyens de l'Union européenne).

  • Les voyageurs sans visa mentionnés ci-dessus et non membres de l'EEE ou de Suisse ne peuvent pas rester plus de 90 jours sur une période de 180 jours dans l'espace Schengen dans son ensemble et, en général, ne peuvent pas travailler au cours de leur séjour (bien que certains pays de l'espace Schengen permettent à certaines nationalités de travailler). Le comptage des jours commence une fois que l'on entre dans un des pays de l'espace Schengen et ne revient pas à zéro en quittant un pays Schengen pour un autre.
  • Les citoyens de Nouvelle-Zélande peuvent rester plus de 90 jours, mais sans travailler s'ils n'ont pas de permis de travail, dans certains pays de l'espace Schengen, à savoir l'Allemagne, l'Autriche, le Benelux, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Italie, l'Islande, la Norvège, le Portugal, la Suède et la Suisse

Si vous n'êtes pas un ressortissant de l'EEE ou de Suisse, même si vous êtes dispensés de visa, sauf si vous êtes Andorran, Monégasque, Saint-Marinais ou Vatican, assurez-vous que votre passeport est estampillé à la fois lorsque vous entrez et vous quittez l'espace Schengen. Sans un cachet d'entrée, vous pouvez être traité comme ayant dépassé la durée de votre séjour lorsque vous essayez de quitter l'espace Schengen. Sans un cachet de sortie, on peut vous refuser l'entrée, la prochaine fois que vous cherchez à entrer dans la zone Schengen car vous pouvez être supposé avoir dépassé la durée autorisée lors de votre visite précédente. Si vous ne pouvez pas obtenir un cachet dans le passeport, conservez des documents tels que cartes d'embarquement, billets de transport, etc. qui peuvent aider à convaincre le personnel de contrôle frontalier que vous avez séjourné dans l'espace Schengen légalement.

En avion[modifier]

Arrivée à l'aéroport International de Keflavik (KEF) qui est relié par les villes suivantes:

En bateau[modifier]

Une seule compagnie de ferry assure ce service régulier de traversée : la Smyril Line.

Le navire "Norröna" peut accueillir de nombreux véhicules de tous gabarits et dispose d'un pont secondaire relevable, de nombreuses cabines souvent à deux lits ainsi que de diverses boutiques en "duty free". Bien sûr, on y trouve un excellent "lounge bar" proposant un grand choix de boissons et de mets divers sur fond de piano...

Excellent !

Des activités diverses sont aussi au programme afin de s'occuper pendant la longue traversée, une aire de jeux existe à bord pour les plus petits.

On quitte généralement le continent par Esbjerg ou Hanstholm au Danemark avec une escale aux Îles Féroé à Tórshavn. L'arrivée en Islande se fait par le port de Seyðisfjörður situé sur la côte est. La traversée dure au total de 4 à 5 jours (y compris l'escale où il faut débarquer puis réembarquer...) mais peut se révéler être une expérience inoubliable. Pour une voiture et deux personnes louant une cabine sans hublot, le prix de la traversée en aller simple peut facilement monter à plus de 750 .

En été, plus on monte vers le cercle polaire, plus le soleil se couche tard.

En voiture[modifier]

Il est possible de faire embarquer son véhicule personnel ou de société uniquement par ferry.

Circuler[modifier]

En bus[modifier]

Un "full circle pass" permet de faire le tour de l'Islande dans le sens qu'on veut sur la route circulaire 1 (sans toutefois pouvoir revenir sur ses pas...). Procurez-vous ce sésame à la gare BSI à Reykjavik. Les horaires de bus sont également disponibles.

Les chauffeurs de bus sont extrêmement courtois et serviables avec les touristes. Vous pouvez demandez à descendre entre 2 arrêts officiels, n'importe où, à l'endroit de votre choix. Pour reprendre le bus, placez-vous au bord de la route circulaire, et faite un signe de la main au bus pour qu'il s'arrête.

Et si l'on veut sortir de la route 1, il est toujours possible de faire du stop même si le nombre de voitures / heure n'est pas très élevé.

Pour les expéditions à l'intérieur de l'île, il suffit de payer le trajet directement au chauffeur de cette autre ligne. Un rabais de 10% est accordé pour les possesseurs du "Full Pass".

Il existe également des pass régionaux comme le Pass « Beautiful South » qui permet de découvrir le sud du pays.

En train[modifier]

Aucune infrastructure ferroviaire n'existe en Islande.

En avion[modifier]

Il est proportionnellement moins cher de circuler en avion que par le bus, cependant, les avions n'offrent pas un service régulier.

En voiture[modifier]

Limitations de vitesse générales.

Vous pouvez faire venir votre propre voiture (par ferry...) ou louer un véhicule sur place.

Les tarifs, là encore sont très élevés (surtout de juin à septembre). La location devient rentable pour des groupes de 3 à 4 personnes.

Des 4x4 sont proposés pour pouvoir se rendre (presque) partout sur l'île contrairement aux voitures normales qui ne peuvent emprunter que les routes principales. Les tarifs varient entre 100 (pour le plus petit modèle) et 200  par jour, auquel il faut parfois ajouter l'option CDW qui permet moyennant une dizaine d'euros en plus (par jour), de diminuer le montant de la franchise en cas de dégât.

Infrastructures routières[modifier]

Il n'existe pas d'autoroute en Islande, la seule 4 voie permettant de desservir Reykjavik. le tunnel Hvalfjördur est payant.

En dehors de la capitale, les risques d'embouteillages (ou même de trafic simplement chargé...) sont quasi-nuls sur l'ensemble du réseau routier, quel que soit le moment de l'année où vous prendrez le volant. En revanche, les contrôles radars sont bien réels.

Une route circulaire nommée route n°1 effectue le tour complet de l'île, soit environ 1 300 km. La majorité de son parcours est correctement revêtu et normalement toujours praticable par une voiture de tourisme, et ce en toute saison.

Les routes secondaires comportent deux chiffres ou trois chiffres. Pour ces routes, il est souvent prudent de consulter le site internet (ou l'application) SafeTravel] qui indique notamment les axes en partie ou totalement impraticables

Les routes secondaires commençant par F sont des routes non revêtues. Souvent praticables, car recouvertes de graviers, elles peuvent aussi devenir de simple pistes comportant de nombreux gués. Cela est particulièrement vrai dans le centre du pays (Highland).. Un panneau mentionnant Malbik Endar indique le passage immédiat vers la piste. Attention, en cas de location, seuls les 4X4 sont autorisés sur les routes de type F.

À noter que les routes de type F ne sont ouvertes à la circulation que lorsque leur état le permet, soit après la fonte des neiges. Beaux

Certains ponts sont encore à une seule voie, ce qui oblige à laisser passer le véhicule de face avant de s'engager, y compris pour les dos d'ânes géants. toutefois ces passages sont toujours signalés et un panneau placé au centre de la voie incite à bien tenir sa droite.

Certains points particulièrement intéressants sont situés sur des routes de ce type, comme par exemple le Landmannalaugar. Dans ce cas, il est possible d'y accéder en prenant... le bus ! Ces engins sont spécialement adaptés, et permettent de franchir les gués.

À noter que toutes les routes sont praticables à vélo, la seule réserve étant le risque de crevaison sur les graviers volcaniques.

La conduite "hors-piste" est strictement interdite à tout véhicule, dans le souci de préserver la nature si fragile.

Voici une liste des dégâts qui ne sont pas assurés sur les véhicules qu'ils soient de location ou non :

  • Bas de caisse enfoncé ou fendu
  • Optiques de phares brisés
  • Pneumatiques crevés
  • Noyade du moteur (passage à gué dans un cours d'eau...)
  • Projections de graviers lors du croisement sur les pistes

Ces dégâts peuvent être couverts par une assurance complémentaire auprès du loueur.

Signaux routiers[modifier]

Signal Signification
Iceland road sign E01.11.svg Indiquant un poste de secours.
Iceland road sign E05.11.svg Hôtel ou motel ouvert 7 jours sur 7.

Code de la route[modifier]

Vous pouvez très bien circuler avec votre permis de conduire habituel, il n'est pas obligatoire de se procurer le permis international. La carte verte d'assurance est valable en Islande si vous circulez avec votre véhicule ou celui d'une société.

La signalisation islandaise répond aux normes internationales, les panneaux indiquant un danger potentiel (bien illustrés...) sont parfois simultanément rédigés en islandais et en anglais. Il est à noter l'existence de panneaux affichant une véritable carte routière schématique des environs.

Limitations de vitesse :

  • 90 km/h sur la route circulaire n°1
  • 80 km/h sur les routes de terre ou de gravier
  • 30 km/h à 50 km/h en ville

Concernant les poids-lourds et tout véhicule tractant une remorque, la limitation de vitesse est ramenée à 80 km/h quelle que soit la route empruntée.

Les contrôles radar deviennent fréquents, en particulier sur la route 1. Pas de quartier en cas d'interpellation : les amendes peuvent grimper jusqu'à 168 000 Isk (~ 1 000 ) et sont exigibles sur place sous peine d'immobilisation du véhicule.

L'allumage des feux de croisement est obligatoire à tout moment de la journée.

La conduite est strictement interdite au-dessus de 0,4 g/l de taux d'alcoolémie.

Sécurité[modifier]

Compte tenu des conditions climatiques très changeantes de façon brutale en Islande et de l'isolement de certaines routes, il est vivement recommandé de consulter le site (ou l'application du même nom) SafeTravel] qui indique notamment les axes en partie ou totalement impraticables. Si cette mesure de précaution est indispensable pour les routes de type F, elle est souvent utile pour les routes un deux ou trois chiffres, quelle que soit la saison.

Ravitaillement et services annexes[modifier]

Vu le caractère remarquable de ces lieux de vie, les stations-services méritent une mention particulière...

Le prix des carburants est le même sur toute l'île, l'implantation des stations-service est suffisamment importante en ville et sur la route 1 mais beaucoup plus rare sur les axes ruraux. C'est pourquoi il est conseillé de toujours surveiller sa jauge et de jamais hésiter à faire un ravitaillement une fois la moitié de réservoir vide.

Les marques internationales Shell et Esso figurent parmi les plus représentées, suivies des distributeurs locaux comme Orkan et N1. Elles sont généralement ouvertes de h 30 - 22 h (jusqu'à 23 h 30 à Reykjavik et les environs...) mais certaines n'ouvriront pas avant h ou 10 h pour ne pas dire plus tard. En dehors de ces heures, il est souvent possible de se ravitailler à l'aide d'automates : cartes de paiement internationales et billets de banque acceptés (100, 500 et 1000 ISK...). Autre option non moins pratique : des cartes pré-payées sont également vendues dans le réseau N1 créditées à hauteur de 3000, 5000 ou 10000 ISK. Dans ce cas, il faut avant de se servir en carburant, choisir un montant maximum (en ISK), ce qui parait déroutant la première fois.

Gare à certains points de ravitaillement dépourvus d'auvent : faites-vous aider en cas d'intempéries ne serait-ce que pour couvrir l'orifice de remplissage du réservoir de carburant du véhicule (infiltration de saletés pouvant gravement détériorer le moteur...).

L'immense majorité des stations-services islandaises est dotée d'une station de lavage et d'une épicerie pouvant même faire office de snack, servant des denrées froides et chaudes. Des services annexes très pratiques pour faire une pause mais aussi en cas de besoin de dernière minute, lorsque les supermarchés sont trop loin ou fermés par exemple. Quelques-uns de ces établissements possèdent une petite terrasse extérieure. Le café et le thé y sont servis à volonté s'il vous plaît...

Étant donné qu'il est conseillé de laver fréquemment son véhicule en raison des matières abrasives qui s'y déposent, la plupart des stations-services proposent gratuitement un accès à des tuyaux d'arrosage.

Les islandais ont même pris l'habitude d'y déposer leurs enfants (et de les reprendre...) au ramassage par car scolaire, d'y faire leurs emplettes ainsi que de déposer leurs envois postaux. On peut même s'y renseigner sur la météo (eh oui...) ou simplement demander son chemin. Leurs gérants sont sympas et avenants, les lieux offrent généralement un cadre agréable même s'ils paraissent un rien austère vus depuis l'extérieur. En général, ces stations proposent du Wifi gratuitement.

Des cartes routières de l'île et des atlas sont disponibles dans les offices de tourismes locaux, ainsi que dans les librairies et les stations-service.

À vélo[modifier]

Pour les vrais amateurs de nature, rien ne vaut une escapade à vélo. Le climat venteux, le relief et le peu de qualité des routes vont venir à bout des plus coriaces d'entre-eux. Un bon entraînement s'impose alors avant de se lancer dans l'aventure islandaise. Pour les personnes qui ont du temps, c'est le moyen le plus économique de se déplacer.

Sachez cependant que la pratique en dehors des routes et des pistes classées est strictement interdite, le vélo étant considéré comme un véhicule suivant les textes de loi islandais.

Apportez votre vélo en bagage de soute ou louez-en un sur place.

Faire[modifier]

  • Une balade à cheval : cet animal est remarquablement résistant aux conditions climatiques difficiles. Même si vous ne ferez pas votre transport exclusivement à cheval, payez-vous le luxe d'une demi-journée à cheval. Une expérience inoubliable. Le cheval islandais, qui n'est pas à confondre avec un poney, connaît pas moins de cinq pas différents dont le fameux pas islandais : entre la marche et le trot, il avance à vitesse équivalente sans les secousses du trot.
  • Du scooter des neiges sur le glacier Vatnajökull, dans le Sud-Est de l'île. On est "perdu" dans l'immensité blanche, c'est extraordinaire. Mais on peut aussi se contenter de monter (dans un car spécial) en haut du glacier, la route à pic au milieu des pierrailles avec vue sur la mer est spectaculaire.
  • Un bain dans le Blue Lagoon (Blàa Lònið), au sud de Reykjavik. C'est un lagon formé par les rejets de la station géothermique voisine. La température de l'eau minéralisée y est supérieure à 35 °C.
  • Une excursion à la rencontre des baleines de l'Arctique depuis Reykjavik. Baleines de Minke, baleines à bosse, dauphins et marsouins sont les espèces que vous verrez le plus souvent. Excursion Baleines
L'un des deux geysers d'Islande

Parler[modifier]

La langue officielle est l'islandais. Mais quasiment tout le monde parle aussi anglais. Il est aussi possible de trouver des gens parlant le danois et l'allemand.

Acheter[modifier]

La monnaie de l'Islande est la couronne islandaise (ISK).

Taux de change ISK actuel
XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD

Voici une liste des produits à ramener d'Islande :

  • Artisanat local à base de laine : Ne repartez pas sans avoir acheté les fameux pulls-overs islandais (lopi) tricotés d'une seule pièce, sans couture, imperméables et très chauds. (entre 6000 et 12000 ISK)
  • Musique : C'est en Islande que vous trouverez le plus grand choix de musique.... islandaise. N'hésitez pas à revenir avec des musiques et chants folkloriques.

La taxe sur la vente (TVA) est remboursée aux touristes avant leur départ (à l'aéroport ou au poste de douane portuaire) sur tous les articles non-ouverts, avec la preuve d'achat. Il est possible d'obtenir ce remboursement au bureau de change de l'aéroport avant de décoller. Il est bien sûr possible de soumettre cette demande par la poste à son retour, mais le chèque sera émis en couronnes islandaises et les frais bancaires pour ce genre d'encaissement sont souvent plus élevés que le montant du chèque lui-même !

Une autre solution consiste à se rendre à l'office de tourisme qui effectue la même transaction et vous rembourse en euros ou toutes autres devises (rarement en couronnes). Mais il faut, pour preuve d'avoir quitté le pays, remettre l'enveloppe dans une boite aux lettres de l'aéroport de Keflavik dans les 30 jours qui suivent le remboursement.

Manger[modifier]

La situation géographique et climatique de l'Islande ne permet pas une agriculture très variée comme dans les autres pays, aussi les touristes seront surpris par le manque de choix et surtout par le prix de la nourriture locale.

Cependant, avec les productions islandaises, vous allez découvrir des mets très bons et relativement abordables :

  • Le poisson (La pêche est encore le moteur économique de ce pays) : le requin faisandé (enterré à 1 m de profondeur pendant 6 mois dans le sable d'une plage avec les marées qui passent dessus), la morue fait aussi partie des poissons les plus consommés du pays.
  • Les produits laitiers : un très grand choix de produits laitiers s'offre aux visiteurs. Ne passez pas à côté du Skyr, un délicieux fromage blanc dont il est possible de modifier à souhait la consistance en ajoutant d'autres ingrédients simples (la crème fraîche le rend plus onctueux).

Si vous pensez faire du camping, n'oubliez pas vos provisions de nourriture lyophilisée que vous trouverez dans tout bon magasin de plein-air. C'est léger, ça se prépare facilement en y rajoutant de l'eau chaude, et c'est nourrissant.

Attention cependant à la limite douanière, seul l'équivalent de 3 kg de nourriture est admis.

Boire / Sortir[modifier]

Outre vos 2 litres de vin par personne que la douane vous autorisera à passer, l'alcool est un luxe qui se paye cher en Islande. L'alcool a longtemps été prohibé dans ce pays.

C'est l'installation de la base américaine de Keflavík qui a finalement eu raison de la prohibition. La bière forte n'est autorisée que depuis 1989 mais elle n'est pas aussi corsée que sur les autres continents.

Si vous buvez en excès, attention ! Ne prenez le volant sous aucun prétexte car cette prise de risque est extrêmement mal vue dans ce pays. Si vous êtes arrêté par la police, vous aurez de très sérieux ennuis.

Concerts dans les bistrots de Reykjavik le vendredi soir.

Se loger[modifier]

  • Le plus économique est sans nul doute le camping. Au début de votre séjour, faite un passage par un camping proche de l'Aéroport international de Keflavík, en effet les voyageurs sur le retour y laisse de nombreuse choses utiles (petite bouteille de gaz, condiment, riz, pâtes, ...)
  • Les écoles sont fermées durant l'été et transformées en auberges de jeunesse (Edda)
  • Une source de revenus non négligeable pour la population locale reste les chambres "Chez l'habitant". Plusieurs sites Internet proposent des locations, y compris dans les endroits qui ne disposent pas d'hôtels.
  • Un réseau d'hôtels couvre l'ensemble du territoire dans les grandes villes.

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Il n'est pas toujours facile de travailler en Islande surtout pour les personnes qui ne parlent pas anglais. Au travers d'associations de voyageurs comme le Club TELI http://www.teli.asso.fr on peut toutefois trouver des jobs d'été comme des places au pair pour les jeunes filles, des postes d'accueil dans les musées, et des postes de serveurs dans les hôtels et restaurants. Pour les plus courageux, les usines de transformation de poissons embauchent aussi ! L'Ambassade d'Islande peut aussi vous renseigner.

Communiquer[modifier]

  • Internet : peu de cybercafés étant donné que la quasi-totalité des habitants possède un accès Internet à la maison. Tous les bars et cafés du centre-ville de Reykjavik proposent gratuitement des accès Internet, via le Wi-Fi. Des accès sont également disponibles dans les bibliothèques de chaque ville, on peut en trouver aussi dans certains hôtels. À Reykjavik, les offices de tourisme du centre-ville proposent des accès, mais à un tarif supérieur à celui d'une bibliothèque.
  • Téléphonie : quatre opérateurs se trouvent sur le territoire : Simmin, l'opérateur national, Vodafone... Le téléphone est une des rares choses qui ne coûte pas cher, en Islande ; c'est-à-dire pas plus cher qu'en Europe. Si votre téléphone mobile est débloqué pour tout type de puce, vous pouvez vous procurer une puce dans l'avion, à un prix convenable et suffisamment de crédit pour les réservations, locations, services d'information...

À noter la couverture exceptionnelle : le téléphone mobile fonctionne même au cœur du désert des Highlands, en dehors des routes principales. En cas de danger ou plus simplement de panne, le service de secours intervient gratuitement, tout simplement parce que la vie n'a pas de prix.

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Tous services d'urgence : 112

Le respect est total, le vol presque "inexistant".

Comme partout, l'alcool en quantités excessives peut rendre certaines personnes agressives.

Quand vous verrez des panneaux vous signalant des risques de brûlures, d'affaissement du sol en cas de non respect des sentiers, respectez-les bien. Les autorités islandaises ainsi que les habitants sont experts dans les dangers de leur territoire, ne vous amusez pas à les défier. Ainsi, les risques de brûlures sont bien réels dans les zones d'éruption volcaniques récentes (îles Vestmann, par exemple).

Sachez que la détention et le trafic de stupéfiants sont passibles de 6 à 10 ans d'emprisonnement.

Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

  • Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
  • France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

Respecter[modifier]

Être humble et discret.

Il est important de comprendre qu'un pas d'humain sur un territoire fragile peut l'endommager pour des années, alors ne jetez pas vos déchets dans la nature, ne piétinez pas inutilement le sol recouvert de végétaux et ne cueillez aucune plante. Surtout, n'oubliez pas que la circulation hors piste est strictement interdite, pour protéger la nature.

La coutume islandaise veut que lorsqu'on rentre dans une habitation, on se déchausse dans l'entrée. Il peut arriver que cela se fasse aussi dans certains lieux publics tels que les centres médicaux.


Stars305.svg
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Pays nordiques
Destinations situées dans la région