Aller au contenu

Télécharger le fichier GPX de cet article
50.133333-66.616667
De Wikivoyage

Sept-Rivières
Information
Pays
Région
Capitale régionale
Superficie
Population
Densité
Religion(s)
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Fuseau
Localisation
Site officiel

Sept-Rivières est une municipalité régionale de comté (MRC) administrant un vaste territoire de 38 754 km2 (dont 6 600 km2 couvrant une partie du fleuve Saint-Laurent) et comptant 34358 personnes (surtout Sept-Îles), sur la Côte-Nord, au Québec, au Canada. Son territoire inclue les deux territoires non organisés (TNO) de Lac-Walker et de Rivière-Nipissis, ainsi que les réserves autochtones innue de Uashat et de Maliotenam lesquelles sont enclavés dans Sept-Îles. Cette MRC fait partie de la région touristique de Duplessis.

Les principaux attraits de la MRC de Sept-Rivières sont :

  • son vaste arrière-pays composé de rivières, lacs, tourbières, forêts, montagnes offrant des panoramas bucoliques, des sites de chasse et de pêche, des sentiers de quads et de motoneiges, une faune sauvage variée et une flore boréale;
  • sa bande côtière urbanisée sur la rive nord du golfe du Saint-Laurent, présentant de magnifiques petits villages ou hameaux, tous aujourd'hui fusionnés avec Port-Cartier et Sept-Îles; les villes de Sept-Îles et de Port-Cartier offrent de nombreuses commodités urbaines: centres d'achat, services gouvernementaux ou paragouvernementaux, services aux voyageurs, spectacles/festivals, hébergement, restauration, et de nombreuses activités récréotouristiques;
  • sa villégiature: la MRC compte environ 400 chalets ou camps de chasse et pêche;
  • les réserves suivantes: Réserve faunique de Port-Cartier, Zec Matimek, la Réserve écologique de la Matamec, la réserve aquatique projetée du lac Bright Sand, la réserve de biodiversité projetée du lac Pasteur, et la Réserve de biodiversité projetée des Monts Groulx;
  • les attraits particuliers au TNO de Lac-Walker: le lac Walker, le lac Quatre Lieux, la forêt ancienne du Lac Larry, la chute Mac Donald ainsi que la rivière aux Rochers;
  • le camping organisé pour vivre vraiment avec la nature avec les commodités ou apprécier les aventures du plein air grâce au camping sauvage;
  • les expéditions dans l'arrière-pays (ex.: expéditions en canots ou kayaks, embarcations de plaisance, chasse (ex.: au caribou) et pêche, raquettes, ski de fond, pêche blanche, randonnées pédestres) offertes par des pourvoyeurs; généralement, les pourvoyeurs organisent des vols en hydravion à partir du sud québécois jusqu'au site de la pourvoirie;
  • son ciel nocturne pour l'observation des aurores boréales, des étoiles (sans pollution lumineuse) et le déplacement de gros satellites;
  • la cueillette de petits fruits sauvages tels bleuets, framboises, camarines noires, baies rouge;
  • ses événements publics: musées, centres d'arts, patrimoine religieux, festivals, tours guidés.

Villes et villages[modifier]

Les principales villes, territoires non organisés et réserves innues de la MRC de Sept-Rivières sont:

  • 1 Sept-Îles Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Plus grande ville de la région touristique de Duplessis. Sept-Îles est tout un paradis pour les amants de la nature. Les environs comprennent de nombreuses forêts, de nombreuses plages de sable, des lacs et des rivières de renommée mondiale (notamment pour la pêche au saumon). Sept-Îles est un important centre de services commerciaux, gouvernementaux (ex. santé), aéroportuaires, maritimes et routiers.
  • 2 Port-Cartier Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Une ville qui s'est développée grâce à son industrie forestière et l'exploitation des gisements de fer des villes minières de Gagnon et de Mont-Wright. Aujourd'hui, l'économie s'oriente vers les services aux voyageurs et aux activités récréotouristiques: villégiature, chasse et pêche, musées et sites historiques, parcs, circuits patrimoniaux, plage de sable fin s'étendant sur 11 kms à Pointe-aux-Anglais.
  • 3 Lac-Walker Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Lac-Walker est un vaste territoire non aménagé offrant une variété d'activités de plein air en forêt : vélo de montagne, motoneige, randonnée en forêt, chasse, pêche...
  • 4 Rivière-Nipissis Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Territoire non organisé de la MRC de Sept-Rivières, dans la région de la Côte-Nord. Le train de Transport ferroviaire Tshiuetin circule sur la ligne QNS&L de Sept-Îles traversant le TNO de Rivière-Nipissis, s'arrêtant à Emeril au Labrador en route vers Schefferville. Rivière-Nipissis compte quelques pourvoiries pour la chasse, la pêche et le plein air.
  • 5 Uashat Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – réserve autochtone innue.
  • 6 Maliotenam Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – réserve autochtone innue. Chaque été, le Festival Innu Nikamu a lieu le premier jeudi d'août.

Comprendre[modifier]

Le toponyme MRC de Sept-Rivières tire son origine de la présence de sept rivières sur son territoire (d'ouest en est): du Calumet, Pentecôte, aux Rochers, Sainte-Marguerite, Moisie, Matamec et Pigou.

Constitué officiellement le 18 mars 1981, la MRC de Sept-Rivières est entourée des MRC de Manicouagan (à l'ouest), de Minganie (à l'Est), de Caniapiscau (au nord) ainsi que Terre-Neuve-et-Labrador, et la MRC de la Haute-Gaspésie (au sud). Son vaste arrière-pays (90% du territoire de la MRC est administré par les TNO de Lac-Walker et Rivière-Nippissis) offre des opportunités d'exploitation des ressources forestières, hydroélectriques, fauniques et minières; en plus, les activités récréotouristiques sont axées sur la foresterie. Les routes d'accès à cet arrière-pays sont généralement reliées à la route 138.

Par ailleurs, l'aéroport de Sept-Îles permet la venue de nombreux voyageurs, surtout des touristes.

Aller[modifier]

Par la route[modifier]

Le moyen de transport le plus convenable pour se rendre au territoire de la MRC Sept-Rivières s'avère la voiture. Sept-Îles est située à 638 km de Québec (durée estimative de 7-h) et à 926 km de Montréal (durée estimative de 10-11 h).

Par train[modifier]

Un train circule vers le nord sur la ligne Québec North Shore & Labrador (QNS&L) de Sept-Îles à Emeril, Labrador jusqu'à Schefferville, une communauté minière autrement inaccessible dans le nord du Québec. Cette ligne appartient à trois groupes des Premières Nations (Autochtones). « Tshiuetin » signifie « vent du nord » en langue naskapie. Cette ligne n'est pas reliée au reste du système ferroviaire nord-américain.

Tshiuetin Rail Transportation Logo indiquant un lien vers le site web , Logo indiquant un numéro de téléphone +1 418 962-5530, +1 866-962-0988 (sans frais), courriel : Logo indiquant des horaires Départ de Sept-Îles : lundi & jeudi à 8h00. Départ de Schefferville : mar & ven à 8h00.. – 10-12 heures de paysages spectaculaires. Des sandwichs et des repas au micro-ondes sont disponibles dans une voiture-restaurant. Le serveur peut ne pas parler anglais ou français, alors rafraîchissez-vous sur votre naskapi. Le train en direction nord s'arrête à Emeril Jct (pas de services, pas de lieu peuplé, pas de signal de téléphonie mobile) vers 15h00 et en direction sud vers 12h00 (heure de Québec). Labrador City se trouve à 45 minutes en voiture sur l'autoroute 500 d'Emeril Jct, vous devriez donc organiser un transport pour vous rencontrer.

Par avion[modifier]

  • 1 Aéroport de Sept-Îles (IATA : YZV) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (à 8,3 km à l'est de la ville) – Aéroport avec des vols à partir de Montréal, de Québec, de Wabush, de la Gaspésie, du Nord-du-Québec et du reste de la Côte-Nord. Classifié comme étant un point d'entrée par l'Agence des services frontaliers du Canada pour des aéronefs de 15 passagers et moins. Les vols vers Sept-Îles peuvent être extrêmement dispendieux (entre 800 $C et 1 000 $C pour un vol aller-retour à partir de Montréal, c'est environ le même prix qu'un vol aller retour entre Montréal et Paris).

Circuler[modifier]

La route 138 constitue la principale route le long du littoral de la rive nord du golfe du Saint-Laurent.

Voir[modifier]

Offre de services aux voyageurs[modifier]

Localité Hébergement Camping organisé Repas Épicerie/dépanneur Essence Réseau cellulaire
Sept-Îles Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Port-Cartier Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Lac-Walker (TNO) Non Non Non Non Non Non
Rivière-Nipissis (TNO) Non Non Non Non Non Non
Uashat (réserve autochtone innue) Non Non Non Non Non Oui
Maliotenam (réserve autochtone innue) Non Non Non Non Non Oui

Les réserves autochtones de Uashat et de Maliotenam sont enclavés dans Sept-Îles.

Faire[modifier]

Diverses pourvoiries offrent des expéditions de pêche (grand brochet, doré, touladi et omble de fontaine/truite mouchetée) et des expéditions de chasse au caribou. La plupart de ces opérations sont basées à l'extérieur de la région et transportent le visiteur vers un emplacement éloigné hors réseau ; quelques-uns volent de l'aéroport de Sept-Îles à un point autrement inaccessible.

Événements[modifier]

Acheter[modifier]

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se connecter[modifier]

Les services de communication par satellite à basse altitude (ex. constellation de satellites Starlink) sont de plus en plus accessibles dans les régions éloignées comme la Côte-Nord; ils vous permettent, entre autres, de passer des appels vidéo, de jouer à des jeux en ligne, de visionner des vidéos en streaming et d'effectuer d'autres activités à haute vitesse. Dans les zones reculées, ces services de communication par satellite offrent sécurité et efficacité.

Sécurité[modifier]

En tout temps, les visiteurs des régions éloignées doivent prévoir d'être autonomes en termes de déplacements, d'hébergement, de nourriture, de réparations, de premiers soins, de communication (ex.: téléphones satellitaires, géolocalisation) et de sécurité en général (ex.: animaux sauvages, accidents), selon les activités pratiquées.

En été, les visiteurs devraient se prémunir particulièrement contre les insectes, la pluie; en hiver, se protéger du froid et des tempêtes en se renseignant sur les refuges disponibles ou en voyageant avec un guide expérimenté.

Aux environs[modifier]

Routes via Sept-Rivières
New York (État)ElginMontréal O  E  Kegaska→(discontinué entre Kegaska et Bonne-Espérance)→Bonne-EspéranceBlanc-SablonLabrador


Destinations limitrophes de la MRC de Sept-Rivières
Rose des vents Caniapiscau Labrador Labrador Rose des vents
Manicouagan (municipalité régionale de comté) (MRC) N Minganie
O    MRC de Sept-Rivières    E
S
Golfe du Saint-LaurentCours d'eau,
Sept-Îlesf
Golfe du Saint-LaurentCours d'eau,
Sept-Îles
Golfe du Saint-LaurentCours d'eau,
Sept-Îles
  • 1 Manicouagan (municipalité régionale de comté) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Cette MRC est composée du TNO de Rivière-aux-Outardes, ainsi que des municipalités de Baie-Trinité, Baie-Comeau, Franquelin, Ragueneau, Chute-aux-Outardes, Godbout, Pointe-aux-Outardes, Pointe-Lebel et Pessamit. Elle comporte 140 km de littoral. Cette MRC présente une offre touristique variée, autant sur l'eau que sur la terre ferme Aveca ses pourvoiries, ses zecs (zones d'exploitation contrôlée), ses infrastructures municipales en récréotourisme, ses parcs, ses centres d'art, ses musées, sa capacité d'hébergement, sa restauration et ses nombreuses activités récréotouristiques (chasse, pêche, activités nautiques (kayak, canots, pontons, embarcations de plaisances), randonnées pédestres, randonnées de ski de fond ou de raquette à neige, randonnées en motoneiges ou quads, festivals...
  • 2 Minganie Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – En Minganie, les communautés locales sont composées de descendants ayant un mélange d'ADN d'Innus, d'Acadiens et de Gaspésiens. Depuis l'ouverture de la route 138 en 1976, les nouveaux résidents et les visiteurs sont plus nombreux. Les touristes sont attirés en Minganie notamment par ses plages de sable à l'infini, la chasse, la pêche, les expéditions en autoneige/VTT, les panoramas bucolique (baies, montagnes, île d'Anticosti), la beauté des monolithes façonnés par la mer, la pratique du kayak de mer, le cyclisme, les randonnées pédestres, le camping en pleine nature, les chalets/camps de détente, l'observation de la flore et de la faune. Dans chaque coin de la Minganie, les visiteurs y découvrent une grande histoire locale de la colonisation, de la mer et du développement économique. La MRC a un bureau d'accueil touristique sur les bords de rivière Manitou, à environ 85 km à l'est de Sept-Îles et 35 km de Rivière-au-Tonnerre.
  • 3 Caniapiscau Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Cette MRC s'avère la deuxième plus grande MRC du Québec. Elle est composée des villes de Fermont et de Schefferville, avec les deux communautés autochtones de la Nation Innu de Matimekush-Lac John et la Nation Naskapi de Kawawachikamach. Cette MRC est un paradis nordique au nord du 52e parallèle, sur la Côte-Nord. Les visiteurs peuvent apprécier les panoramas forestiers et montagneux de la taïga à couper le souffle, ainsi que la beauté de la toundra alpine, les aurores boréales qui animent le ciel étoilé et la nature invitante dans toute sa splendeur. Les gens du milieu sont réputés accueillants et sont fiers de raconter l'histoire minière, l'arrivée de la route 389, les monts Groulx, la culture autochtones et les grandes aventures nordiques (chasse, pêche, expéditions sur les cours d'eau, tempêtes, périodes de froid sibérien, façon de vivre).
  • 4 Labrador Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Le Labrador est un grand territoire de la province de Terre-Neuve-&-Labrador, contigüe à la province de Québec (côté Est). Cet immense territoire souvent vierge comporte notamment, le Parc national des Monts-Torngat (créé en 2008), la route Translabradorienne reliant la frontière du Québec au détroit de Belle Isle, trois aéroports (Churchill Falls, Happy Valley-Goose Bay et Wabush), la Centrale de Churchill Fals, le Centre d'interprétation du Labrador, le lieu historique national de Battle Harbour, le Lieu historique national de Red Bay, le Musée de la Labrador Heritage Society, le Musée Right Whale Exhibit, le Phare de Point-Amour... En sus, les visiteurs ont accès à une variété de sites pour des randonnées pédestres, pratiquer le ski nordique, le ski de fond et la raquette à neige. Les expéditions sur la mer du Labrador permettent d'admirer l'immense et majestueuse côte riveraine dont les fjords, les baies parsemées d'îles...
Logo représentant 1 étoile or et 2 étoiles grises
L'article de cette région est utilisable. L'article et les principales destinations de la région contiennent des informations suffisantes dans les rubriques aller, voir, se loger et manger. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Duplessis