Patrimoine mondial de l'UNESCO > Patrimoine mondial en Croatie

Patrimoine mondial en Croatie

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial en Croatie.

Comprendre[modifier]

La Croatie succède la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel le 6 juillet 1992. Les premiers sites protégés sont inscrits en 1979.

En 2018, la Croatie compte 10 sites inscrits au patrimoine mondial, 8 culturels et 2 naturels.

Liste[modifier]

Les sites suivants sont inscrits au patrimoine mondial.

Site Type Critère Description Illustration
1 Vieille ville de Dubrovnik Culturel (i), (iii), (iv)   Dubrovnik.jpg
2 Noyau historique de Split avec le palais de Dioclétien Culturel (ii), (iii), (iv)   Split.jpg
3 Parc national Plitvice Naturel (vii), (viii), (ix)   Plitvicer Seen 1.jpg
4 Ensemble épiscopal de la basilique euphrasienne dans le centre historique de Poreč Culturel (ii), (iii), (iv)   EuphrasiusBasilika.jpg
5 Ville historique de Trogir Culturel (iii), (iv)   Trogir pan.jpg
6 Cathédrale Saint-Jacques de Šibenik Culturel (i), (ii), (iv)   StJacobsSibenik.JPG
7 Plaine de Stari Grad Culturel (ii), (iii), (v)   Starigradsko polje hvar.jpg


Ouvrages de défense vénitiens du XVIe siècle au XVIIe siècle : Stato da Terra - Stato da Mar occidental
  • 8 Système defensif de Zadar
  • 9 Forteresse Saint-Nicolas à Šibenik

Autres sites en Italie et au Monténégro

Culturel (iii)(iv) Ce bien consiste en 15 éléments d’ouvrage de défense situés en Italie, en Croatie et au Monténégro, qui se répartissent sur plus de 1000 kilomètres entre la région lombarde en Italie et la côte orientale de l’Adriatique. Les fortifications du Stato da Terra, protégeaient la République de Venise au nord-ouest et celles du Stato da Mar, les routes maritimes et les ports de la mer Adriatique vers le Levant. Elles furent nécessaires pour soutenir l’expansion et le pouvoir de la Serenissima. L’introduction de la poudre à canon entraîna d’importants changements dans les techniques et l’architecture militaires qui se reflètent dans la conception des fortifications alla moderna (ou bastionnées) qui allaient se répandre dans toute l’Europe.  


Cimetières de tombes médiévales stećci
  • Cista Velika
  • Dubravka

Autres sites en Bosnie-Herzégovine, au Monténégro et en Serbie

Culturel (iii)(vi) Ce bien en série regroupe 28 sites, situés en Bosnie-Herzégovine, à l’ouest de la Serbie, à l’ouest du Monténégro, ainsi qu'au centre et au sud de la Croatie, qui représentent des cimetières et des tombes médiévales, ou stećci, propres à ces régions. Ces cimetières, qui datent du XIIe siècle au XVIe siècle, sont organisés en rangées, comme c’était la coutume en Europe depuis le Moyen Âge. Les stećci sont pour la plupart sculptés en pierre calcaire. Ils comportent une grande diversité de motifs décoratifs et d’inscriptions qui témoignent des continuités iconographiques dans l’Europe médiévale et de traditions locales particulières.  


Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe

Autres sites en Albanie, en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Bulgarie, en Espagne, en Italie, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie, en Slovénie et en Ukraine

Naturel (ix) Ce bien transnationale s’étend sur 12 pays. Depuis la fin de la dernière période glaciaire, le hêtre d’Europe s’est répandu à partir de quelques refuges isolés dans les Alpes, les Carpates, les Dinarides, la Méditerranée et les Pyrénées, en l’espace de quelques milliers d’années, un processus qui se poursuit encore aujourd’hui. Le succès de la progression du hêtre s’explique par son adaptabilité et sa tolérance à différentes conditions climatiques, géographiques et physiques.  


Légende des critères
(i) Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.
(ii) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.
(iii) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
(iv) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine.
(v) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.
(vi) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle.
(vii) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles.
(viii) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre.
(ix) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes.
(x) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique.
Logo représentant 1 étoile or et 2 étoiles grises
Ces conseils de voyage sont utilisable. Ils présentent les principaux aspects du sujet. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Patrimoine mondial de l'UNESCO