Patrimoine mondial de l'UNESCO > Patrimoine mondial en Italie

Patrimoine mondial en Italie

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial en Italie.

Comprendre[modifier]

En 2015, l'Italie compte 53 sites inscrits au patrimoine mondial, dont 48 culturels et 5 naturels, ce qui en fait le pays le plus doté en sites du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

Liste[modifier]

Site Type Critère Description Illustration


Sacri Monti du Piémont et de Lombardie Culturel (ii)(iv) Les Sacri Monti du Piémont et de Lombardie sont des lieux religieux destinés à la foi chrétienne, des groupes de chapelles dispersés dans des environnements naturels érigés entre le XVIe et le XVIIe siècle et comportant des expressions artistiques pieuses (architecture, sculptures, peintures).
Localisation des neuf monts sacrés.
Biella-Santuario di Oropa-IMG 0943.JPG
Fiche UNESCO


1 Art rupestre du Valcamonica Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Culturel (iii)(vi) Le val Camonica, situé dans la zone montagneuse de la région Lombardie, recèle un des ensembles les plus denses de pétroglyphes préhistoriques - plus de 140 000 signes et figures, qui furent gravés dans le rocher pendant plus de 8 000 ans. Armato - Seradina R 12 - Capo di Ponte (Foto Luca Giarelli).jpg
Fiche UNESCO


2 Assise, la basilique saint François et autres sites franciscains Culturel (i)(ii)(iii)(iv)(vi) Assise, ville médiévale édifiée sur une colline, est le lieu de naissance de Saint François et elle est étroitement associée au travail de l'Ordre des franciscains. Ses chefs-d'œuvre de l'art médiéval - basilique Saint-François et peintures de Cimabue, Pietro Lorenzetti, Simone Martini et Giotto - ont fait d'Assise une référence fondamentale du développement artistique et architectural de l'Italie et de l'Europe. Assisi San Francesco BW 2.JPG
Fiche UNESCO


3 Castel del Monte Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Culturel (i)(ii)(iii) L'emplacement de ce château, la rigueur mathématique et astronomique de son plan, la perfection de sa forme manifestent l'ambition symbolique qui animait l'empereur Frédéric II lorsqu'il l'édifia près de Bari, en Italie du Sud, au XIIIe siècle. Exemple unique dans l'architecture militaire médiévale, Castel del Monte est la fusion parfaite de l'Antiquité classique, de l'Orient musulman et du gothique cistercien d'Europe du Nord. Castel del Monte BW 2016-10-14 12-26-11 r.jpg
Fiche UNESCO


4 Cathédrale, Torre Civica et Piazza Grande Culturel (i)(ii)(iii)(iv) La magnifique cathédrale du XIIe siècle de Modène, œuvre de deux grands artistes, Lanfranco et Wiligelmo, est un exemple suprême des débuts de l'art roman. Avec la place et la tour élancée qui lui sont associées, elle témoigne de la force de la foi de ses constructeurs et du pouvoir de la dynastie des Canossa, ses commanditaires. Palazzo Ducale Modena.jpg
Fiche UNESCO


5 Centre historique de Florence Culturel (i)(ii)(iii)(iv)(vi) Construite sur un site étrusque, Florence, symbole de la Renaissance, a joué un rôle économique et culturel prépondérant sous les Médicis aux XVe et XVIe siècles. Ses six siècles d'une créativité artistique extraordinaire sont avant tout illustrés dans sa cathédrale du XIIIe siècle, Santa Maria del Fiore, l'église Santa Croce, le palais des Offices et le palais Pitti qui sont l'œuvre d'artistes comme Giotto, Brunelleschi, Botticelli et Michel-Ange. Hotel medici, terrazza, veduta duomo 01.JPG
Fiche UNESCO


6 Centre historique de la ville de Pienza Culturel (i)(ii)(iv) C'est dans cette ville toscane que les concepts urbanistiques de la Renaissance furent appliqués pour la première fois, à la suite de la décision prise par le pape Pie II, en 1459, de transformer sa ville natale et de confier cette œuvre à Bernardo Rossellino. Celui-ci mit en pratique les principes de son maître Leon Battista Alberti et construisit l'extraordinaire place Pie-II, autour de laquelle s'élèvent le palais Piccolomini, le palais Borgia et la cathédrale à l'aspect purement Renaissance mais dont l'intérieur s'inspire du gothique tardif des églises d'Allemagne du Sud. Dom Fassade3- s.jpg
Fiche UNESCO


7 Centre historique de Naples Culturel (ii)(iv) De la Neapolis fondée par des colons grecs en 470 av. J.-C. à la ville d'aujourd'hui, Naples a su conserver l'empreinte des cultures apparues tour à tour dans le bassin méditerranéen et en Europe. Cela en fait un site unique aux remarquables monuments tels que l'église Santa Chiara ou le Castel Nuovo, pour n'en nommer que deux. Napoli Castel Nuovo Maschio Angioino, a seat of medieval kings of Naples and Aragon 2013-05-16 14-05-42.jpg
Fiche UNESCO


8 Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs Culturel (i)(ii)(iii)(iv)(vi) Fondée selon la légende par Romulus et Remus en 753 av. J.-C., la ville de Rome a d’abord été le centre de la République romaine, puis de l’Empire romain, et enfin la capitale du monde chrétien au IVe siècle. Le site du patrimoine mondial, étendu en 1990 jusqu’aux murs d’Urbain VIII, comporte quelques-uns des principaux monuments de l’Antiquité tels que les forums et le mausolée d’Auguste, les colonnes de Trajan et de Marc Aurèle, le mausolée d’Hadrien, le Panthéon, ainsi que les édifices religieux et publics de la Rome papale. Colosseum-2003-07-09.jpg
Fiche UNESCO


9 Centre historique de San Gimignano Culturel (i)(iii)(iv) La ville de San Gimignano delle belle Torri est située en Toscane, à 56 km au sud de Florence. C'était un important point de relais pour les pèlerins qui se rendaient à Rome ou en revenaient par la Via Francigena. Les familles nobles qui contrôlaient la ville avaient bâti quelque 72 maisons-tours (jusqu'à 50 m de hauteur), symboles de leurs richesses et de leur pouvoir. Il ne reste que 14 de ces tours mais San Gimignano a conservé son ambiance et son apparence féodales. La ville recèle également des chefs-d'œuvre de l'art italien des XIVe et XVe siècles. San Gimignano torri 1.jpg
Fiche UNESCO


10 Centre historique de Sienne Culturel (i)(ii)(iv) Sienne est l'incarnation de la ville médiévale. Transposant sur le plan urbain leur rivalité avec Florence, ses habitants ont poursuivi à travers le temps un rêve gothique et ont su conserver à leur ville l'aspect acquis entre le XIIe et le XVe siècle. À cette époque, Duccio, les frères Lorenzetti et Simone Martini traçaient les voies de l'art italien et, plus largement, européen. La ville entière, construite autour de la Piazza del Campo, a été conçue comme une œuvre d'art intégrée au paysage environnant. Siena-view.jpg
Fiche UNESCO


11 Centre historique d’Urbino Culturel (ii)(iv) Urbino, une petite ville au sommet d'une colline dans la région des Marches, connut au XVe siècle une étonnante prospérité culturelle, attirant des artistes et des érudits de toute l'Italie et au-delà et influençant à son tour le développement d'autres régions d'Europe. Une stagnation économique et culturelle qui commença au XVIe siècle a assuré une exceptionnelle conservation de l'aspect qu'elle avait à la Renaissance. PanoramaUrbino.JPG
Fiche UNESCO


12 Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina Culturel (ii)(iv) Le chemin de fer rhétique dans le paysage de l’Albula et de la Bernina rassemble deux lignes ferroviaires historiques qui traversent les Alpes suisses par deux cols. Ouverte en 1904, la ligne de l’Albula, dans le nord de la partie nord-ouest du site, fait 67 km de long. Elle comporte un ensemble impressionnant d’ouvrages avec 42 tunnels et galeries couvertes et 144 viaducs et ponts. Les 61 km de la ligne de la Bernina totalisent 13 tunnels et galeries ainsi que 52 viaducs et ponts. Le bien montre une utilisation exemplaire du chemin de fer pour désenclaver les Alpes centrales au début du XXème siècle; ces deux lignes ferroviaires ont eu un impact socio-économique durable sur la vie en montagne. Les deux lignes présentent un ensemble technique, architectural et environnemental exceptionnel. Elles incarnent des réalisations architecturales et de génie civil en harmonie avec les paysages qu’elles traversent. RhB ABe 8-12 Allegra between Lagalb and Ospizio Bernina.jpg
Fiche UNESCO


13 Côte amalfitaine Culturel (ii)(iv)(v) La bande littorale d'Amalfi est d'une grande beauté naturelle. Elle a été intensivement peuplée depuis le début du Moyen Âge. Elle comporte un certain nombre de villes telles qu'Amalfi et Ravello qui abritent des œuvres architecturales et artistiques particulièrement remarquables. Ses zones rurales témoignent de la faculté d'adaptation de ses habitants qui ont su tirer parti de la diversité du terrain pour le cultiver, depuis les vignobles et les vergers en terrasses sur les pentes basses, jusqu'aux grands pâturages des hautes terres. Amalfiküste.JPG
Fiche UNESCO


14 Crespi d'Adda Culturel (iv)(v) Crespi d'Adda, à Capriate San Gervasio en Lombardie, est un exemple exceptionnel de ces « villages ouvriers » des XIXe et XXe siècles en Europe et aux États-Unis. Ils ont été construits par des industriels éclairés désireux de répondre aux besoins de leurs ouvriers. Le site est resté remarquablement intact et a partiellement conservé son usage industriel mais l'évolution des conditions économiques et sociales constitue une menace pour sa survie. Crespi uffici.jpg
Fiche UNESCO


15 Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô Culturel (ii)(iii)(iv)(v)(vi) Née autour d'un gué sur le Pô, Ferrare devint, aux XVe et XVIe siècles, un foyer intellectuel et artistique attirant les plus grands artistes et esprits de la Renaissance italienne. Piero della Francesca, Jacopo Bellini et Andrea Mantegna décorèrent les palais de la maison d'Este. Les conceptions humanistes de la ville idéale prirent corps ici dans les quartiers bâtis, à partir de 1492, par Biagio Rossetti selon les nouveaux principes de la perspective. Cette réalisation marqua la naissance de l'urbanisme moderne et son évolution ultérieure. Ferrara - Piazza Trento e Trieste.jpg
Fiche UNESCO


16 Les Strade Nuove et le système des palais des Rolli de Gênes Culturel (ii)(iv) Les Strade Nuove et le système des palais des Rolli dans le centre historique de Gênes datent de la fin du XVIe et début du XVIIe siècles. Le site représente le premier exemple en Europe d’un projet de développement urbain loti par une autorité publique dans un cadre unitaire et associé à un système particulier d’hébergement public dans des résidences privées telles que decrété par le Sénat en 1576 quand la République de Gênes était au sommet de sa puissance financière et maritime. Le site comprend un ensemble de palais Renaissance et Baroque bordant les « rues neuves » (Strade Nuove). Les Palazzi offrent une extraordinaire variété de solutions différentes, ils ont une valeur universelle par leur adaptation aux caractéristiques particulières du site et aux exigences d’une organisation économique et sociale spécifique. Ils constituent également un exemple original d’un système public de résidences privées qui avaient l’obligation d’héberger les visiteurs d’Etat. Palazzo Doria Tursi (Genova) 9.jpg
Fiche UNESCO


17 Jardin botanique (Orto botanico) de Padoue Culturel (ii)(iii) Le premier jardin botanique du monde a été créé à Padoue en 1545. Il a conservé son plan d'origine – un jardin clos circulaire, symbole du monde, entouré d'un ruban d'eau. Par la suite, des éléments nouveaux ont été ajoutés, à la fois architecturaux (entrées monumentales et balustrades) et pratiques (installation de pompage et serres). Il continue, comme par le passé, à inspirer la recherche scientifique. Orto botanico padova.JPG
Fiche UNESCO


18 L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci Culturel (i)(ii) Partie intégrante d'un ensemble architectural édifié à Milan à partir de 1463 et remanié à la fin du XVe siècle par Bramante, le réfectoire du couvent de Sainte-Marie-des-Grâces conserve sur sa paroi nord un chef-d'œuvre incontesté, La Cène, peint de 1495 à 1497 par Léonard de Vinci, qui a ouvert une ère nouvelle dans l'histoire de l'art. Santa Maria delle Grazie Milano 07-08-2007.JPG
Fiche UNESCO


19 Les trulli d'Alberobello Culturel (iii)(iv)(v) Les trulli sont des habitations de pierre sèche de la région des Pouilles, en Italie du Sud. Ce sont des exemples remarquables de la construction sans mortier, technique héritée de la préhistoire et toujours utilisée dans la région. Les habitations surmontées de leurs toits pyramidaux, en dôme ou coniques, sont construites avec des galets de pierre à chaux ramassés dans les champs voisins. Trulli Alberobello11 apr06.jpg
Fiche UNESCO


Les Lombards en Italie. Lieux de pouvoir (568-774 après J.-C.) Culturel (ii)(iii)(vi) Les Lombards en Italie, Lieux de pouvoir (568-774 apr J.-C.) comprennent sept groupes de bâtiments importants (dont des forteresses, des églises, des monastères, etc.) situés à Friuli, Brescia, Castelseprio, Spolète, Campello sul Clitunno, Bénévent, Monte Sant'Angelo. Ils témoignent des réalisations des Lombards, venus d'Europe du Nord pour s'implanter en Italie où ils ont développé une culture spécifique et dirigé de vastes territoires du VIe au VIIIe siècle. La synthèse lombarde de plusieurs styles architecturaux marque la transition entre l'Antiquité et le Moyen Age européen ; elle s'appuie sur l'héritage de l'ancienne Rome, la spiritualité chrétienne, l'influence de Byzance et de l'Europe germanique. Les sept sites témoignent du rôle important joué par les Lombards dans le développement culturel et spirituel de la Chrétienté médiévale, notamment en appuyant le mouvement monastique.
Les sept sites des lieux de pouvoir
Santa Maria foris portas2.JPG
Fiche UNESCO


20 Les Sassi et le parc des églises rupestres de Matera Culturel (iii)(iv)(v) Situé dans la région du Basilicate, c'est l'exemple le plus remarquable et le plus complet d'un ensemble d'habitations troglodytiques de la région méditerranéenne, parfaitement adapté à son terrain et à son écosystème. La première zone habitée remonte au paléolithique et les habitations postérieures illustrent un certain nombre d'étapes importantes de l'histoire humaine. Matera boenisch nov 2005.jpg
Fiche UNESCO


21 Mantoue et Sabbioneta Culturel (ii)(iii) Mantoue et Sabbioneta, au nord de l’Italie, dans la vallée du Pô, présentent deux aspects de l’urbanisme de la Renaissance. Mantoue montre le renouvellement et l’extension progressive d’une ville existante alors que Sabbioneta, à une trentaine de kilomètres de là, illustre la mise en œuvre des théories de l’époque sur la ville idéale. La première a un tracé très irrégulier qui devient régulier par endroits, témoignant de plusieurs étapes de croissance depuis la période romaine. On y trouve de nombreux édifices médiévaux comme une rotonde du XIème siècle et un théâtre baroque. Construite dans la seconde moitié du XVIème siècle sous l’égide de Vespasien Gonzague Colonna, Sabbioneta peut être décrite comme la ville d’une seule période avec un plan en damier à angles droits. Les deux villes représentent un témoignage exceptionnel de réalisations urbaines, architecturales et artistiques de la Renaissance, avec pour dénominateur commun la vision et les ambitions de la famille régnante des Gonzague. Les deux sites sont importants pour la valeur de leur architecture et leur rôle de premier plan dans la dissémination de la culture de la Renaissance. Les idéaux de celle-ci, favorisés par la famille Gonzague, sont présents dans la morphologie et l’architecture de ces villes. Sgiorgio1.jpg
Fiche UNESCO


22 Monuments paléochrétiens de Ravenne Culturel (i)(ii)(iii)(iv) Capitale de l'Empire romain au Ve siècle, puis de l'Italie byzantine jusqu'au VIIIe siècle, Ravenne possède un ensemble de mosaïques et de monuments paléochrétiens unique au monde. Ces huit bâtiments – mausolée de Galla Placidia, baptistère néonien, basilique Sant' Apollinare Nuovo, baptistère des Ariens, chapelle de l'archevêché, mausolée de Théodoric, église San Vitale, basilique Sant' Apollinare in Classe – ont été construits aux Ve et VIe siècles. Ils témoignent tous d'une grande maîtrise artistique qui associe merveilleusement la tradition gréco-romaine, l'iconographie chrétienne et des styles d'Orient et d'Occident. Basilica of Sant Apollinare.jpg
Fiche UNESCO


23 Nécropoles étrusques de Cerveteri et de Tarquinia Culturel (i)(iii)(iv) Ces deux grandes nécropoles étrusques reflètent divers types de pratiques funéraires entre le IXe et le Ier siècle avant J.C. et comptent parmi les plus beaux témoignages du monde étrusque, cette civilisation urbaine du nord de la Méditerranée. Certaines tombes du site sont monumentales, taillées dans la roche et surmontées d’impressionnants tumuli. Nombre d’entre elles comportent des bas-reliefs, tandis que d’autres renferment de remarquables peintures murales. La nécropole proche de Cerveteri, connue comme Banditaccia, comprend des milliers de tombes disposées selon un plan quasi urbain, avec des quartiers, rues et petites places. Les tombes sont de divers types : tranchées creusées dans le roc, tumuli, ou d’autres taillées dans la roche en forme de cabane ou de maison avec un luxe de détails architecturaux. Elles constituent l’unique témoignage qui nous soit parvenu de l’architecture résidentielle étrusque. La nécropole de Tarquinia, également appelée Monterozzi, contient 6000 tombes creusées dans la roche. Elle est célèbre pour ses 200 tombes peintes, dont les plus anciennes remontent au VIIe siècle avant J.C. Tomba dei Baccanti Tarquinia 95a.jpg
Fiche UNESCO


Ouvrages de défense vénitiens du XVIe siècle au XVIIe siècle : Stato da Terra - Stato da Mar occidental
  • 24 Ville fortifiée de Bergame
  • 25 Ville fortifiée de Peschiera del Garda
  • 26 Forteresse de Palmanova

Autres sites en Croatie et au Monténégro

Culturel (iii)(iv) Ce bien consiste en 6 éléments d’ouvrage de défense situés en Italie, en Croatie et au Monténégro, qui se répartissent sur plus de 1 000 km entre la région lombarde, en Italie, et la côte orientale de l’Adriatique. Les fortifications du Stato da Terra protégeaient la République de Venise, au nord-ouest, des autres puissances européennes, et celles du Stato da Mar, les routes maritimes et les ports de la mer Adriatique vers le Levant. Elles furent nécessaires pour soutenir l’expansion et le pouvoir de la Sérénissime. L’introduction de la poudre à canon entraîna d’importants changements dans les techniques et l’architecture militaires qui se reflètent dans la conception des fortifications alla moderna (ou bastionnées) qui allaient se répandre dans toute l’Europe.
Localisation des ouvrages
Cinta muraria di Palmanova.jpg
Fiche UNESCO


27 Palais royal du XVIIIe siècle de Caserte avec le parc, l’aqueduc de Vanvitelli et l’ensemble de San Leucio Culturel (i)(ii)(iii)(iv) L'ensemble monumental de Caserte, créé par Charles III (Carlo Borbone) au milieu du XVIIIe siècle pour rivaliser avec Versailles et le palais royal de Madrid, est exceptionnel dans la manière dont il réunit un somptueux palais avec son parc et ses jardins mais aussi une partie naturelle boisée, des pavillons de chasse et un complexe industriel pour la production de la soie. C'est une évocation éloquente et concrète de la période des Lumières, intégrée plutôt qu'imposée à son paysage naturel. Der bourbonische Königspalast in Caserta.jpg
Fiche UNESCO


28 Palerme arabo-normande et les cathédrales de Cefalú et Monreale Culturel (ii)(iv) La Palerme arabo-normande (deux palais, trois églises, une cathédrale et un pont) et les cathédrales de Cefalú et Monreale, sur la côte nord de la Sicile, constituent une série de neuf structures civiles et religieuses datant de l’époque du royaume normand de Sicile (1130-1194). Ensemble, ils illustrent un syncrétisme socio-culturel entre les cultures occidentales, islamique et byzantine de l’île qui fut à l’origine de nouveaux concepts d’espace, de construction et de décoration. Ils témoignent également de la coexistence fructueuse de peuples d’origines et de religions diverses (musulmanes, byzantines, latines, juives, lombardes et françaises). Palazzo Normanni, vista, Palermo.jpg
Fiche UNESCO


29 Parc national du Cilento et du Val de Diano, avec les sites archéologiques de Paestum et Velia et la Chartreuse de Padula Culturel (iii)(iv) La zone du Cilento constitue un paysage culturel de qualité exceptionnelle. Ses ensembles impressionnants de sanctuaires et d'établissements éparpillés le long de trois chaînes de montagnes orientées est-ouest, reflètent de façon frappante l'évolution historique de la région en tant que voie majeure de commerce, mais aussi d'interface culturelle et politique durant la préhistoire et le Moyen Âge. C'était aussi la frontière entre les colonies grecques de la Magna Grecia et les peuples indigènes étrusques et lucaniens, et le site conserve les vestiges de deux importantes cités classiques, Paestum et Velia. Parco del Cilento a Cannalonga.jpg
Fiche UNESCO


30 Paysage viticole du Piémont : Langhe-Roero et Monferrato Culturel (iii)(v) Ce paysage correspond à cinq vignobles distincts et au château de Cavour, dont le nom est emblématique tant du développement du vignoble que de l’histoire de l’Italie. Situé au sud du Piémont, entre le Pô et les Apennins de Ligurie, ce paysage culturel réunit l’ensemble des processus techniques et économiques liés aux vignobles et à l’élaboration du vin, une activité caractéristique de cette région depuis des siècles. Des pollens de vigne remontant au Ve siècle av. J.-C. ont été retrouvés dans l’espace du bien. À cette époque, le Piémont était un lieu de contacts et d’échanges entre Étrusques et Celtes. Des mots étrusques et celtes, en particulier ceux liés au vin, figurent encore dans le dialecte local. Durant l’Empire romain, Pline l’Ancien mentionne la région comme l’une des plus favorables à la culture de la vigne et Strabon parle des tonneaux de fabrication locale. Campagna piemontese.jpg
Fiche UNESCO


31 Piazza del Duomo à Pise Culturel (i)(ii)(iv)(vi) La Piazza del Duomo réunit sur une vaste pelouse un ensemble monumental célèbre dans le monde entier. Il s'agit de quatre chefs-d'œuvre de l'architecture médiévale qui exercèrent une grande influence sur les arts monumentaux en Italie du XIe au XIVe siècle : la cathédrale, le baptistère, le campanile (ou « Tour penchée ») et le cimetière. CampodeiMiracoliPisa.jpg
Fiche UNESCO


32 Portovenere, Cinque Terre et les îles (Palmaria, Tino et Tinetto) Culturel (ii)(iv)(v) Ce territoire côtier ligurien qui s'étend des Cinque Terre à Portovenere est un paysage culturel de grande valeur panoramique et culturelle. La forme et la disposition des petites villes et le modèle du paysage environnant, surmontant les désavantages d'un terrain escarpé et irrégulier, marquent les jalons d'une occupation humaine continue dans cette région au cours du dernier millénaire. Cinqueterre0004.jpg
Fiche UNESCO


Résidences de la famille royale de Savoie Culturel (i)(ii)(iv)(v) Lorsque le duc de Savoie, Emmanuel-Philibert, choisit de déplacer la capitale du duché à Turin en 1562, il entreprit un vaste programme de construction, symbole du pouvoir de la maison royale des Savoie, qui allait être mené à bien par ses successeurs. Cet ensemble de bâtiments de haute qualité, conçu et décoré par les plus grands architectes et artistes du temps, rayonne sur la campagne environnante, à partir du palais royal situé dans la « zone de commandement » de Turin, pour atteindre de nombreuses résidences de campagne et des pavillons de chasse. Torino-Palazzo Carignano-jpg.jpg
Fiche UNESCO


Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes
Site partagé par l'Allemagne, l'Autriche, la France, l'Italie, la Slovénie et la Suisse
Culturel (iv)(v) Ce bien en série regroupe 111 sites où se trouvent des vestiges d'établissements préhistoriques palafittiques (sur pilotis) dans et autour des Alpes. Datant d'environ 5 000 à environ 500 av. J.-C., ils sont situés sur les bords de lacs, de rivières ou de terres marécageuses. Seul un petit nombre ont été fouillés mais ils ont fourni des éléments qui donnent un aperçu de la vie quotidienne dans l'Europe alpine du Néolithique et de l'Age de bronze, ainsi que des informations sur la façon dont les communautés interagissaient avec leur environnement. Cinquante-six sites se trouvent en Suisse. Ces établissements constituent un groupe unique de sites archéologiques particulièrement riches et très bien conservés ; ils représentent des sources importantes pour l'étude des premières sociétés agraires de la région. Latenium-2.jpg
Fiche UNESCO


33 Su Nuraxi de Barumini Culturel (i)(iii)(iv) Au cours du IIe millénaire av. J.-C., à l'âge du bronze, un type de construction défensive connue sous le nom de nuraghi , unique en son genre, se développe en Sardaigne. L'ensemble consiste en tours défensives circulaires en forme de cônes tronqués construites en pierres de taille et dotées de salles intérieures voûtées en encorbellement. L'ensemble de Barumini, qui a été étendu et renforcé au cours de la première moitié du Ie r millénaire sous la pression des Carthaginois, est l'exemple le plus beau et le plus complet de cette remarquable forme d'architecture préhistorique. Nuraghe Su Nuraxi - Barumini - Sardinia - Italy - 07.jpg
Fiche UNESCO


34 Syracuse et la nécropole rocheuse de Pantalica Culturel (ii)(iii)(iv)(vi) Le site est composé de deux éléments séparés contenant des vestiges exceptionnels remontant aux époques grecque et romaine : la Nécropole de Pantalica compte plus de 5 000 tombes taillées dans la roche près de carrières à ciel ouvert et datant pour l’essentiel de la période comprise entre le XIIIe et le VIIe siècle av. J.-C. On y trouve également des vestiges de l’époque byzantine, en particulier les fondations de l’« Anaktoron » (palais du Prince). L’autre partie du site, l’ancienne Syracuse, inclut le noyau de la première fondation, au VIIIe siècle av. J.-C., avec l’arrivée des premiers colons grecs de Corinthe : Ortygia. Le site de cette ville contient des vestiges tels que le temple d’Athéna (Ve siècle av. J.-C., plus tard transformé en cathédrale), un théâtre grec, un amphithéâtre romain, un fort et encore bien d’autres trésors architecturaux. La Syracuse historique offre un témoignage unique du développement de la civilisation méditerranéenne sur trois millénaires. Ortygia01.jpg
Fiche UNESCO


35 Val d'Orcia Culturel (iv)(vi) Le paysage de la vallée de l’Orcia fait partie de l’arrière-pays agricole de Sienne, redessiné et aménagé lors de son intégration dans le territoire de la ville aux XIVe et XVe siècles de façon à refléter un modèle de bonne gouvernance, tout en créant une image esthétiquement agréable. Les qualités esthétiques du paysage, avec ses plaines de craie d’où s’élèvent des collines presque coniques, au sommet desquelles se regroupent des peuplements fortifiés, ont inspiré quantité d’artistes. Leurs œuvres illustrent la beauté des paysages agricoles gérés avec le génie de la Renaissance. L’inscription comprend : un paysage agraire et pastoral colonisé et planifié qui reflète des systèmes novateurs d’occupation des sols, plusieurs villes et villages, des fermes et la via Francigena, une voie romaine avec les abbayes, auberges, sanctuaires, ponts, qui y sont associés. San Quirico d'Orcia - Chiesetta Val d'Orcia.jpg
Fiche UNESCO


36 Venise et sa lagune Culturel (i)(ii)(iii)(iv)(v)(vi) La ville insulaire fondée au Ve siècle s'étend sur 118 îlots. Elle est devenue une grande puissance maritime au Xe siècle. Venise dans son ensemble est un extraordinaire chef-d'œuvre architectural car même le plus petit monument renferme des œuvres de certains des plus grands artistes du monde, tels Giorgione, Titien, le Tintoret, Véronèse et d'autres. Aerial photographs of Venice 2013, Anton Nossik, 016.jpg
Fiche UNESCO


37 Villa d'Hadrien Culturel (i)(ii)(iii) Ce complexe exceptionnel d'édifices classiques, créé au IIe siècle par l'empereur romain Hadrien, reproduit les meilleurs éléments des cultures matérielles d'Égypte, de Grèce et de Rome sous la forme d'une « cité idéale ». Maquette 2 VA.JPG
Fiche UNESCO


38 Villa d'Este Culturel (i)(ii)(iii)(iv)(vi) La Villa d'Este à Tivoli avec son palais et son jardin est un des témoignages les plus remarquables et complets de la culture de la Renaissance dans ce qu'elle a de plus raffiné. La Villa d'Este, de par sa conception novatrice et l'ingéniosité des ouvrages architecturaux de son jardin (fontaines, bassins, etc.), est un exemple incomparable de jardin italien du XVIe siècle. La Villa d'Este, un des premiers « giardini delle meraviglie », a servi très tôt de modèle pour le développement des jardins en Europe. Villa d'Este 01.jpg
Fiche UNESCO


39 Villa romaine du Casale Culturel (i)(ii)(iii) L'exploitation de la campagne à la période romaine est symbolisée par la villa, centre du grand domaine sur lequel était fondée l'économie rurale de l'empire d'Occident. Sous sa forme du IVe siècle, la villa romaine du Casale est l'un des exemples les plus luxueux de ce type de monument. Elle est particulièrement remarquable par la richesse et la qualité des mosaïques qui décorent presque chaque pièce, et qui sont les plus belles encore en place dans tout le monde romain. Thermes Casale.jpg
Fiche UNESCO


Villas et jardins des Médicis en Toscane Culturel (ii)(iv)(vi) Ces douze villas et deux jardins, disséminés dans le paysage toscan, témoignent de l’influence exercée par les Médicis sur la culture européenne moderne par le biais de leurs mécénats. Réalisés en harmonie avec la nature entre le XVe siècle et le XVIIe siècle, villas et jardins représentent un système original de constructions dédiées aux loisirs, aux arts et à la connaissance. Les villas innovent par leur forme et leur fonction, créant un nouveau genre d’habitation princière à la campagne, totalement différent des fermes possédées à l’époque par tous les riches Florentins mais aussi des châteaux, emblèmes des puissances seigneuriales. Premier exemple de la connexion entre l'architecture, les jardins et l’environnement, les villas représentent une référence constante pour tous les ensembles italiens et européens analogues de résidences princières. Leurs jardins et leur intégration dans l’environnement naturel ont contribué à l’émergence d’une sensibilité esthétique au paysage caractéristique de l’Humanisme et de la Renaissance. Parco di Castello 5.JPG
Fiche UNESCO


40 Ville de Vérone Culturel (ii)(iv) La ville historique de Vérone fut fondée au Ie r siècle av. J.-C.. Elle connut des périodes d'expansion sous le règne de la famille Scaliger aux XIIIe et XIVe siècles et sous la République de Venise, du XVe au XVIIIe siècle. Exemple exceptionnel de place forte, Vérone a préservé un nombre remarquable de monuments de l'Antiquité, de l'époque médiévale et de la Renaissance. Castelvecchio Verona-01.JPG
Fiche UNESCO


41 Ville de Vicence et les villas de Palladio en Vénétie Culturel (i)(ii) Fondée au IIe siècle av. J.-C. dans le nord de l'Italie, la cité a prospéré sous la domination vénitienne, du début du XVe à la fin du XVIIIe siècle. L'œuvre d'Andrea Palladio (1508-1580), fondée sur une étude approfondie de l'architecture romaine classique, donna à la ville son apparence unique. Ses interventions urbaines et ses villas, dont il parsema toute la Vénétie, eurent une influence décisive sur le cours ultérieur de l'architecture. Son travail a inspiré un style architectural caractéristique (le palladianisme) qui s'est répandu en Angleterre, dans d'autres pays d'Europe et en Amérique du Nord. 4039VicenzaPalazzoTrissinoBaston.JPG
Fiche UNESCO


Val di Noto, Villes du baroque tardif du sud-est de la Sicile Culturel (i)(ii)(iv)(v) Les huit villes du sud-est de la Sicile -- Caltagirone, Militello Val di Catania, Catane, Modica, Noto, Palazzolo, Raguse et Scicli -- ont toutes été reconstruites après 1693, sur le site ou à côté des villes qui s'y dressaient avant le tremblement de terre de cette même année. Elles représentent une initiative collective considérable, menée à terme à un haut niveau architectural et artistique. Globalement conforme au style baroque tardif de l'époque, elles représentent des innovations marquantes dans le domaine de l'urbanisme et de la construction urbaine. La cattedrale di Noto restaurata.JPG
Fiche UNESCO


42 Zone archéologique d’Agrigente Culturel (i)(ii)(iii)(iv) Colonie grecque fondée au VIe siècle av. J.-C., Agrigente est devenue l'une des principales cités du monde méditerranéen. Les vestiges des magnifiques temples doriques qui dominaient la cité antique, dont une grande partie demeure intacte sous les champs et les vergers d'aujourd'hui, témoignent de sa suprématie et de sa fierté. Une sélection de zones de fouilles apporte des éclaircissements sur la cité hellénistique et romaine et sur les pratiques funéraires de ses habitants paléochrétiens. Agrigente 2008 IMG 1892.JPG
Fiche UNESCO


43 Zone archéologique et la basilique patriarcale d’Aquilée Culturel (iii)(iv)(vi) Aquilée, dans la province du Frioul-Vénétie Julienne, fut l'une des villes les plus importantes et les plus riches du Haut-Empire avant d'être détruite par Attila au milieu du Ve siècle. La plupart de ses vestiges demeurent intacts sous les prairies environnantes, constituant ainsi la plus grande réserve archéologique de son espèce. Sa basilique patriarcale, avec son exceptionnel pavement de mosaïque, est un édifice remarquable qui a également joué un rôle essentiel dans l'évangélisation d'une grande partie de l'Europe centrale. Udine aquileia2.jpg
Fiche UNESCO


44 Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata Culturel (iii)(iv)(v) L’éruption du Vésuve, le 24 août de l’an 79, a enseveli les deux villes romaines florissantes de Pompéi et d’Herculanum ainsi que nombre de riches maisons de la région. Depuis le milieu du XVIIIe siècle, elles sont progressivement mises au jour et rendues accessibles au public. La vaste étendue de la ville commerciale de Pompéi contraste avec les vestiges plus restreints mais mieux préservés de la cité résidentielle de détente d’Herculanum, tandis que les superbes peintures murales de la villa Oplontis de Torre Annunziata donnent un témoignage très vivant du mode de vie opulent des citoyens les plus riches des débuts de l’Empire romain. 80045 Pompei, Metropolitan City of Naples, Italy - panoramio (2).jpg
Fiche UNESCO


Forêts primaires de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe Naturel (ix) Le site est une extension transnationale des forêts primaires de hêtres des Carpates et forêts anciennes de hêtres d’Allemagne (Slovaquie, Ukraine et Allemagne) qui s’étend désormais sur douze pays. Depuis la fin du dernier âge glaciaire, les forêts de hêtres d’Europe se sont rapidement répandues à partir de quelques refuges isolés dans les Alpes, les Carpates, la Méditerranée et les Pyrénées en quelques milliers d’années, un processus qui se poursuit encore aujourd’hui. L’expansion réussie du hêtre s’explique par sa flexibilité et sa tolérance à différentes conditions climatiques, géographiques et physiques.
Localisation des forêts primaires de hêtres
Boschi di faggio. Massiccio del pollino.JPG
Fiche UNESCO


45 Îles Eoliennes Naturel (viii) Les Iles Eoliennes, qui constituent un exemple exceptionnel de construction et de destruction d'îles par le volcanisme, sont toujours le théâtre de phénomènes volcaniques. Etudiées au moins depuis le XVIIIe siècle, ces îles qui ont fourni aux ouvrages de volcanologie la description de deux types d'éruption (vulcanienne et strombolienne) occupent, par conséquent, une place éminente dans la formation de tous les géologues depuis plus de 200 ans. Aujourd'hui encore, elles offrent un champ fécond d'étude pour la volcanologie. Salina e le altre isole da Lipari.jpg
Fiche UNESCO


46 Les Dolomites Naturel (vii)(viii) La chaîne de montagnes des Dolomites, située dans le nord des Alpes italiennes, compte 18 sommets de plus de 3000 mètres. Le site couvre 141 903 ha et constitue un des plus beaux paysages de montagne du monde, caractérisé par des murailles verticales, des falaises abruptes et une forte densité de vallées très étroites, longues et profondes. Le bien comprend neuf éléments représentatifs de la diversité de ces paysages spectaculaires - pics, pinacles, murailles - qui sont d'importance internationale pour la géomorphologie. On y trouve aussi des reliefs glaciaires et des systèmes karstiques. Le tout est caractérisé par une nature dynamique avec de fréquents éboulements, inondations et avalanches. Le bien présente aussi un des meilleurs exemples de préservation de systèmes de plateformes carbonatées du Mésozoïque, incluant des registres fossilifères. Gruppo del Focobon.jpg
Fiche UNESCO


47 Etna Naturel (viii) Ce site emblématique recouvre une zone inhabitée de 19 237 ha, il s’agit des parties les plus hautes du Mont Etna, sur le littoral oriental de la Sicile. L’Etna est la plus haute montagne se trouvant sur une île méditerranéenne mais aussi le stratovolcan le plus actif du monde. Cette activité volcanique remonte à plus de 500 000 ans et elle est décrite depuis au moins 2 700 ans. L’activité éruptive quasi continue de l’Etna continue d’influencer la vulcanologie, la géophysique et d’autres disciplines des sciences de la terre. Le volcan abrite d’importants écosystèmes, y compris une flore et une faune endémiques uniques. Compte tenu de son activité, l’Etna représente un laboratoire naturel pour l’étude des processus écologiques et biologiques. L’assemblage accessible et varié de caractéristiques volcaniques telles que les cratères de sommet, les cônes de cendre, les coulées de lave, les grottes de lave et la dépression du Valle de Bove fait de l’Etna une destination privilégiée pour la recherche et l’éducation. Addio Torre del Flosofo - Aftermath Etna Volcano Paroxysmal Eruption October 26 2013 - Creative Commons by gnuckx (10577473525).jpg
Fiche UNESCO


48 Monte San Giorgio (bien partagé avec la Suisse) Naturel (viii) La montagne boisée, de forme pyramidale, du Monte San Giorgio, près du lac de Lugano, est considérée comme le meilleur témoin de la vie marine du Trias (il y a 245 à 230 millions d’années). La séquence témoigne de la vie dans un lagon tropical abrité et en partie séparé de la haute mer par un récif. Des formes de vie marine diverses ont prospéré dans ce lagon, notamment des reptiles, des poissons, des bivalves, des ammonites, des échinodermes et des crustacés. Comme le lagon était proche de la terre, on trouve aussi quelques fossiles terrestres de reptiles, d’insectes et de plantes, notamment. Il en résulte une ressource fossilifère très riche. Monte San Giorgio Aussicht.jpg
Fiche UNESCO


Légende des critères
(i) Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.
(ii) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.
(iii) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
(iv) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine.
(v) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.
(vi) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle.
(vii) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles.
(viii) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre.
(ix) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes.
(x) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique.


Liste complète des autres articles du thème : Patrimoine mondial de l'UNESCO