Autour du voyage > Conseils médicaux > Typhoïde

Typhoïde

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Clause de non-responsabilité médicale Wikivoyage n’est pas un médecin : l’information à caractère médical fournie sur Wikivoyage est, au mieux, de nature générale et ne peut se substituer à l'avis d’un professionnel de la santé légalement habilité.
plus...
Typhoïde
Diarrhée ensanglantée caractéristique de la typhoïde.
Diarrhée ensanglantée caractéristique de la typhoïde.
Information
Région(s)
Cause
Vecteur
Contagiosité
CIM-10 A01.0
CIM-9 002.0
Prophylaxie :
* vaccin Fait oui
* médication Pas fait non
Thérapie : Fait oui
Localisation
Zones géographiques de la typhoïde.      Zones de forte endémie      Zones d'endémie moyenne
Zones géographiques de la typhoïde.
  •      Zones de forte endémie
  •      Zones d'endémie moyenne
  • Wikivoyage ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

    La typhoïde (du grec ancien τῦφος tuphos signifiant « torpeur »), aussi appelée fièvre typhoïde ou fièvre entérique ou typhus abdominal est une maladie infectieuse du type salmonellose provoquée par une entérobactérie de l'espèce Salmonella typhi.

    Comprendre[modifier]

    C'est le manque d'hygiène, et plus particulièrement celle apportée à la nourriture, qui est la principale cause de la propagation de cette maladie diarrhéique. D'après une étude de l'OMS éditée en 2013, 21 millions de personnes seraient atteintes de typhoïde dans le monde et entre 200 000 et 600 000 en mourraient chaque année.

    Le risque estimatif de contracter la typhoïde lors d'un voyage est environ de 1 voyageur sur 3 500 en Asie du Sud, de 1 voyageur sur 50 000 à 100 000 en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud et de moins de 1 voyageur sur 300 000 dans les Caraïbes et en Amérique centrale.

    Le réservoir de Salmonella typhi est strictement humain et une des particularités épidémiologiques de cette infection est qu’il existe des porteurs sains de la bactérie. Après guérison d’une fièvre typhoïde 2 à 5 % des individus continuent à héberger des Salmonella typhi, essentiellement au niveau de la vésicule biliaire, qui sont excrétées épisodiquement dans les selles et qui peuvent être donc à l’origine de cas secondaires.

    Protection contre le vecteur[modifier]

    Le vecteur étant les matières fécales humaines ayant souillé l'eau ou la nourriture, la protection sera identique à celle appliquée contre toutes les toxi-infections alimentaires :

    • peler les fruits et légumes, éviter le lait non pasteurisé, les œufs crus, les crudités et la viande insuffisamment cuite, cuire les aliments à plus de 65° C, ne boire que des boissons décapsulées devant vous sinon de l'eau qui aura été impérativement bouillie ou purifiée par adjonction de pastille de chlore, éviter les glaçons, pratiquer de même pour le brossage des dents,
    • se laver les mains au savon avant chaque repas, avant et après être allé aux toilettes ou avoir changé un nourrisson, sinon utiliser un gel désinfectant pour les mains.

    Protection contre la bactérie[modifier]

    Vivotif® commercialisé en Suisse.

    Il existe sur le marché deux types de vaccins.

    • Vaccin à souche vivante atténuée et à administration orale, actif dès 7 jours après la fin du traitement, à partir de l'âge de cinq ans, efficacité de sept ans :
      • Vivotif® Logo indiquant des horaires Europe : une capsule aux jours 1, 3 et 5, à jeun, h avant le repas - Canada : une capsule aux jours 1, 3, 5 et 7, à jeun, h avant le repas ou h après celui-ci. Logo indiquant des tarifs boite de 3 comprimés - Belgique : 20,34  - France : non commercialisé - Suisse : 33,8 Fr. ; boite de 4 comprimés - Canada : 21 $C. – Informations sur le médicament.
    • Vaccin inactivé et à administration parentérale, à partir de l'âge de deux ans, actif dès 14 jours après l'inoculation, efficacité de trois ans :
      • Typhim Vi® Logo indiquant des horaires une injection intramusculaire. Logo indiquant des tarifs seringue pré-remplie avec 0,5 mL - Belgique : 26,02  - Canada : 22 $C - France : prix libre avec une moyenne de 27,5  ; boite de 20 doses en fiole - Canada : 391 $C. – Informations sur le médicament.
      • Typherix® Logo indiquant des horaires une injection intramusculaire. Logo indiquant des tarifs seringue pré-remplie avec 0,5 mL - Belgique : non commercialisé - Canada : non commercialisé - France : prix libre avec une moyenne de 27,5  - Tunisie : 15 434 TND. – Informations sur le médicament.

    Il existe aussi un vaccin combiné contre la typhoïde et l'hépatite A. Il s'agit des spécialités Tyavax®, en France, et ViVAXIM®, au Canada. Toutes deux sont commercialisées en seringue à double compartiment pré-remplie contenant 1 mL à administrer par voie intramusculaire à des sujets d'au moins 16 ans. La protection débute après 14 jours pour une durée de 6 à 36 mois contre l'hépatite A et de 3 ans contre la typhoïde.

    Diagnostic[modifier]

    Il n'existe aucun examen suffisamment efficace pour démontrer à coup sûr qu'il s'agit bien d'une typhoïde. C'est l'anamnèse avec prise en compte des symptômes du patient et des voyages qu’il a effectués associée à une série d'examens cliniques éliminant d'autres infections possibles qui poussera le médecin à favoriser le diagnostic d'une typhoïde plutôt qu'un autre.

    Comme pour toute infection, il est habituel de distinguer trois phases : l'incubation, l'invasion et l'état.

    Symptômes[modifier]

    Taches rougeâtres sur le thorax d'un patient en phase d'état.
    • Pendant l'incubation :
      • celle-ci varie entre une et trois semaines et dépend de la dose infectieuse reçue ;
      • aucun symptôme.
    • Pendant l'invasion :
      • maux de tête mais sans raideur de la nuque, insomnie, asthénie ;
      • fièvre d'installation progressive montant jusqu'à 40 °C avec une dissociation pouls-température (c'est-à-dire sans accélération du pouls) ;
      • météorisme ;
      • épistaxis ;
      • un état de stupeur et d’abattement extrême, appelé « tuphos », caractéristique non seulement de la typhoïde mais également de la paratyphoïde et du typhus. Cette torpeur pouvant aller jusqu'à la prostration et le délire est le signe de la destruction de Salmonella typhi soit par le système immunitaire du corps, soit par l'anti-bactérien si le traitement a débuté. Il faut cependant tenir à l'esprit que lors de cette destruction, la bactérie libère une endotoxine responsable d'ulcérations de l'appareil digestif pouvant provoquer des hémorragies voire une perforation ;
      • une langue blanchâtre alors que le bout et les bords restent rouges est aussi une caractéristique type de la typhoïde.
    • Pendant l'état :
      • fièvre continue entre 39 et 40 °C toujours avec une dissociation pouls-température ;
      • taches rouges sur le dos, le ventre et la poitrine alors que la paratyphoïde occasionne des taches rouges sur tout le corps ;
      • diarrhée sanguinolente de plus en plus sévère ;

    Signes cliniques[modifier]

    Test TSI montrant dans la 4e éprouvette, à partir de la gauche, la présence de Salmonella typhi.
    • Pendant la phase d'état, splénomégalie décelable par palpation de l'abdomen ainsi qu'une ulcération des amygdales ;
    • la bactérie est retrouvée dans le sang veineux mis en hémoculture dans 25 à 60 % des cas et dans les selles mises en coproculture dans 40 à 60 % des cas ;
    • aucune anomalie sanguine n'est spécifique de l'infection même pendant la phase d'état ;
    • l'agent pathogène est retrouvé dans les selles et les urines de manière inconstante ;
    • la présence d'anticorps dirigés contre les antigènes de la bactérie ne permet pas de distinguer une infection actuelle d'une atteinte ancienne et guérie ou d'une vaccination antérieure. De plus, cette sérologie, appelée test de Widal, nécessite deux prélèvements, le deuxième devant montrer une augmentation minimale de quatre fois le titre initial, à quinze jours d’intervalle. Sa positivité ou sa négativité est donc tardive et les fausses réactions positives observées sont nombreuses : fièvre, malaria, septicémies, désordre immunologique ;
    • le test TSI montre un précipité noir au milieu de l'éprouvette affichant la production de sulfure d'hydrogène propre aux bactéries du genre Salmonella.

    Thérapie[modifier]

    Le malade doit être hospitalisé, placé en isolement et le personnel soignant porter des gants. Le patient doit recevoir un soluté de réhydratation, par voie intraveineuse si nécessaire, pour compenser la perte de liquide due à la diarrhée et recevoir un antibiotique pendant 10 à 15 jours. En première intention, chez l'adulte, un fluoroquinolone ou de la ceftriaxone sera le plus souvent utilisé tandis que chez les enfants de moins de quinze ans, l'association co-trimoxazole ou de l'ampicilline sera souvent préférée.

    Un traitement avec un antipyrétique pour lutter contre la fièvre peut aussi parfois être nécessaire.

    Conséquences possibles[modifier]

    Après guérison, 2 à 5 % des individus continuent à héberger des Salmonella typhi, essentiellement au niveau de la vésicule biliaire, qui sont excrétées épisodiquement dans les selles et qui peuvent être donc à l’origine de cas secondaires. En cas de très forte bactériémie dans la circulation sanguine, les bactéries peuvent atteindre les poumons provoquant une pneumonie, ou l'enveloppe du cerveau (méningite), les os (ostéomyélite), les valves du cœur (endocardite), les reins (glomérulonéphrite), l'appareil génital ou urinaire, ou les muscles. Une hépatite est aussi possible. Sans traitement, de 10 à 15 % des patients décèdent surtout s'ils ont moins de 15 ans ou plus de 60 ans.

    Remarques[modifier]

    • Cette maladie est sur la liste des maladies infectieuses à déclaration obligatoire en Belgique, en France, au Québec, en Suisse ainsi qu'en Algérie, au Maroc et en Tunisie.
    • Il ne faut pas confondre typhoïde, véhiculée par la nourriture souillée, et typhus, véhiculé par un arthropode.
    • Il ne faut pas confondre typhoïde et paratyphoïde provoquée par des sous-espèces différentes de salmonelle et dont les symptômes et les conséquences possibles sont différents.
    • Le vaccin à souche vivante Vivotif® est contre-indiqué pour les femmes enceintes, les personnes souffrant d'une maladie gastro-intestinale aiguë, d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin ainsi qu'aux personnes immunodéprimées.
    • La prise de proguanil, de méfloquine et d’antibiotiques doit être interrompue trois jours avant et jusqu’à trois jours après l’administration du vaccin à souche vivante Vivotif®. Il faut en tenir compte si vous avez choisi la méfloquine, tel le Lariam®, comme médicament prophylactique antimalarique étant donné que la prise de celle-ci doit débuter deux à trois semaines avant le départ.

    Informations complémentaires[modifier]

    • Thèmes de santé, Sécurité sanitaire des aliments Logo indiquant un lien vers le site web  – La page consacrée à la sécurité sanitaire des aliments sur le site de l'OMS.
    Logo représentant 2 étoiles or et 1 étoile grise
    Ces conseils de voyage sont un guide. L'article contient des informations détaillées couvrant l'ensemble du sujet. Développez-le et faites en un article étoilé !
    Liste complète des autres articles du thème : Conseils médicaux