Télécharger le fichier GPX de cet article
-1.4815.63Map mag.png
Afrique > Afrique centrale > République du Congo

République du Congo

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les autres lieux du même nom, voir Congo.
République du Congo
Pointe Noire sunset.jpg
Drapeau
Flag of the Republic of the Congo.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Autres langues
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation

La République du Congo ou plus simplement Congo est un pays d'Afrique centrale.

La République du Congo est parfois appelée Congo-Brazzaville pour la distinguer de la République démocratique du Congo voisine (anciennement Zaïre), aussi appelée Congo-Kinshasa.

Comprendre[modifier]

Régions[modifier]

Villes[modifier]

  • 1 Brazzaville Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – la capitale
  • 2 Pointe-Noire Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – ville portuaire.

Autres destinations[modifier]

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Les ressortissants des pays membres de la CEMAC comme le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad, sont exemptés de visas s'il séjournent au Congo durant moins 90 jours.

  •      République du Congo
  •      Exemption de visa
  •      Visa à l'arrivée

En avion[modifier]

Il est possible d'arriver à Brazzaville à l'aéroport international Maya-Maya ou l'aéroport international Agostino Neto de Pointe-Noire. Air France par exemple dessert ces deux aéroports. Depuis fin août 2012, la compagnie ECAir (Equatorial Congo Airline) assure une liaison Brazzaville - Paris Charles de Gaulle.

En bateau[modifier]

Par le port maritime internationale de Pointe Noire ou par port fluvial de Brazzaville "beach"

Circuler[modifier]

Le principal moyen de transport reste le taxi. Selon la distance, le coût d'une course peu varier de 700 à 1500 CFA (1 à ). A noter que certains chauffeurs refusent de se rendre dans certains arrondissements en raison des routes (piste) délabrées. Il existe aussi les bus et mini-bus qui effectuent des aller-retour dans les arrondissements dont le coût varie entre 50 et 250 CFA.

Les taxis et les bus, ainsi que les véhicules de transport de marchandises, sont facilement reconnaissable. Tous ces véhicules sont de couleur verte sur le bas et blanche sur le haut à Brazzaville et respectivement bleu est blanc à Pointe-Noire. Les taxis représentent environ le 80%-90% des véhicules circulant sur les routes du Congo (en 2006).

Pour tout déplacement en véhicule privé, il est fortement conseillé d'utiliser un véhicule 4x4 pour ne pas rester planté dans les nombreux trous de la chaussée.

En train[modifier]

La seule ligne de train est le Chemin de Fer Congo-Océan qui relie Brazzaville à Pointe-Noire. À éviter absolument, surtout dans les tronçon alentour de Brazzaville où la guérilla est encore active. Par contre, il peut être un moyen d'excursion vers l'intérieur du pays depuis Pointe-Noire. Mais les risques restent importants : déraillement, racket et vol sont fréquents.

En autocar[modifier]

Il existe énormément de minibus qui relient tous les quartiers des villes, la place vous coûtera 150 F CFA en ville mais ne vous attendez pas à un confort extraordinaire, quoique les rares bus (présent seulement à Brazzaville, et surnommés "quaker") restent très acceptables. À l'extérieur des villes, les prix varies mais le bus (ou le taxi commun : 4 personnes à l’arrière et 3 à l'avant) reste le moyen le plus sur de se déplacer : ils sont fréquents et les conducteurs connaissent les pistes.

En voiture[modifier]

Étant donné l'état des routes évitez les voitures personnelles, sauf peut-être à Brazzaville et dans le centre de Pointe-Noire, partout ailleurs vous risquez l'enlisement. Par contre le taxi est une bonne solution. Pour un trajet "normal" (moins de 10 minutes), il faudra compter 750 F CFA le jour et 1000 F CFA la nuit (à partir de 22 h). Ces tarifs sont réglementés, mais pour un trajet long, le chauffeur vous demandera plus (rarement plus de 1000 F, le jour) et si vous ne faite que quelques centaines de mètres, vous pouvez négocier 500 F. La plupart des taxis rencontrés en ville accepteront de vous emmener vers un site touristique situé à l'extérieur et de venir vous y rechercher à une heure convenue.

S'orienter[modifier]

Il est très difficile de s'orienter en ville : la plupart des rues ne portent pas de nom, et très rares sont les bâtiments numérotés. Néanmoins, si vous vous déplacez en taxi, vous n'aurez aucun problème : postez vous au bord d'une route, votre couleur de peau (si vous êtes blanc) ou un signe de la main suffira à faire s’arrêter le premier venu. Donnez alors le nom du lieu, le plus souvent le chauffeur connaîtra, s'il hésite, n’insistez pas et arrêtez le suivant. Si vous vous déplacez par vos propres moyens, vous trouverez une carte gratuite (et à peu près exacte) de Brazzaville et Pointe-Noire éditée par l'opérateur de téléphone Celtel. Pour les déplacement en bus, il est recommandable, au moins au début, d'être accompagné par un autochtone : les bus de Pointe-Noire portent des numéros de ligne, mais pas ceux de Brazzaville où la destination est annoncé par un crieur (qui s'occupera aussi de l'encaissement). Dans tout les cas, il vous faudra annoncer quand vous souhaitez descendre.

Parler[modifier]

L'ensemble de la population est francophone mais parlera spontanément le dialecte local : le lingala dans le nord et le monokitouba dans le sud.

Le lingala est parsemé de mots français et a une grammaire très simplifiée ce qui le rend relativement facile à comprendre. Connaître quelques mots peut également vous attirer la sympathie. Bonjour se dit "M'boté", si vous ne restez pas parqué dans votre hôtel et que vous vous promenez à pied, ce qui est très rare pour un blanc, vous entendrez dans votre dos des phrases commençant par "moundélé", le blanc. Vous pouvez répondre aux gamins qui vous poursuivront de leur "Hé moundélé" par un "bo'lingui nini, bana oyo!" (bo'lingui nini, bana oyo : que voulez-vous chers enfants?) qui est une invitation à la conversation courtoise et au respect; ça ne fera que bon effet!

Acheter[modifier]

Argent[modifier]

Monnaie[modifier]

Pays utilisant le franc CFA:

Africa-countries-CEMAC.svg
Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale
le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad
Union économique et monétaire ouest-africaine
le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo

La monnaie officielle des pays formant la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) est le franc CFA. L'institut d'émission est la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC).

Le francs CFA s'écrit en abrégé en FCFA ou F CFA, et son code ISO est XAF. Le taux de change du franc CFA était de XAF = 0,01 FRF ce qui donne une parité fixe avec l'euro de = 655,957 XAF mais les banques et bureaux de change peuvent appliquer une commission sur la transaction.

Les pays membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine utilise un autre franc CFA dont le code est XOF.

Taux de change XAF actuel
XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD


Il y a dans des rues spécialisés (le long du fleuve à Brazzaville) des dizaines de changeurs dont les commissions varies de 10% à 0.5%. Vous trouverez à Brazzaville (en face du centre culturel russe), comme à Pointe-Noire, une antenne du Crédit Lyonnais munie d'un distributeur automatique et acceptant vos chèques de voyage. Les agences de transferts de fonds sont omniprésentes

Les marchés[modifier]

Pensez à visiter les marchés et ne vous laissez pas intimider par les vendeurs qui vous aborderont de façon parfois cavalière. Le Marché Total est l'un des plus importants de Brazzaville avec celui de Moungali, ouverts tous les jours mais moins animés les après-midi et le dimanche, on y trouve tout au meilleurs prix. Plus proche du centre, essayez le marché Gambali de Poto-Poto non loin de la gare du CFCO et facilement accessible à pied ou par bus. Dans le centre-ville, petit marché du Plateau, inauguré dès 1938. À Pointe-Noire, allez vers l'immense marché de Tié-Tié. Sur les marchés, si vous fréquentez les boutiques, tenues le plus souvent par des libanais, les prix seront affichés, ce qui n'interdit pas de les faire baisser parfois de moitié. Un vendeur ambulant vous demandera, lui, 3 à 4 fois le prix qu'il souhaite obtenir. Dans tous les cas, marchandez et ne quittez pas votre portefeuille des yeux.

Avant de partir, allez quand même jeter un coup d'œil aux marchés pour touristes, vous y trouverez masques, fétiches, bijoux et statuettes de Tintin, bien plus cher qu'ils ne valent... à Brazzaville, marché du Plateau, étals d'art devant la Poste Centrale; à Pointe-Noire autour de la Gare Centrale.

Les supermarchés[modifier]

Si vous avez le mal du pays, ou si vous préférez les marchandises aux critères occidentaux (ce qui peut être recommandable, notamment en pharmacie), essayez les supermarchés "Casino" (en centre ville à Brazzaville et à Pointe-Noire) : un supermarché français que l'on aurait déplanté là-bas et replanté ici. On y trouve tout, mais à des prix européens, voire supérieurs.

Manger[modifier]

Tarifs[modifier]

Si vous fréquentez les restaurants des centre-ville ou les bars des hôtels, les prix seront pratiquement européens : 1000 à 1500 F pour un coca ou une bière et autour de 10000 F pour un repas. Au moins par curiosité, préférez les marchés ou les buvettes-restaurant (N'Ganda) où vous vous nourrirez sans problèmes ni financier, ni gastrique pour beaucoup moins : une bouteille de bière (65 cL) vous coûtera 500 F, autant pour un demi poisson et du manioc, une cuisse de poulet peut coûter 1000 F. Vous achèterez votre pain 150 F, de la patate douce frite (excellente!) pour, au maximum, 50 F pièce, etc...

Cuisine[modifier]

La cuisine congolaise est en générale très agréable. Vous serez sans-doute amené à goûter au manioc et au fou-fou (ce qui est à peu près la même chose). Essayez également la patate douce et les bananes frites qui sont en vente partout à Brazzaville et à Pointe-Noire. On y trouve aussi dans les deux villes des beignets, très délicieux en différentes préparations. Vous trouverez, surtout dans les quartiers nord de Brazzaville (ceux que l'ambassade de France vous recommandera d'éviter) de très nombreux barbecues qui vous proposerons du poulet, du poisson ou des cotes de porc accompagnés d'oignons et de manioc (de pain si vous en faites la demande).

Pour ce qui est des boissons, il existe 3 sortent de bières locales (en bouteille de 65 cL) et des sodas, agréables pour les fins connaisseurs. Vous apprécierez également le bissap (une infusion de fleurs d'hibiscus) et le jus de gingembre.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Il n'y a pas de cinéma au Congo, toutes les salles ont été transformées en temples "évangéliques"... Vous pourrez par contre voir des films bien avant leur sortie et suivre les événements sportifs dans des "vidéo-clubs", sur la télévision du patron. De temps à autre des spectacles ont lieu au centre culturel français, Rond-Point des Combattants à Brazzaville.

La principale distraction consiste dons à s’asseoir dans une buvette, c'est-à-dire le plus souvent sur le bord de la route, et à regarder passer les gens en essayant les bières locales.

Pour ce qui est des soirées, il existent de nombreuses boite de nuit, réservées en raison du prix de l'entrée (environ 2500 F) et des consommations (autour de 1000 F) à une minorité de riches et d'expatriés. Les congolais préfèrent souvent aller danser dans les bars. À Brazzaville, pour ne citer que les plus connus, vous pourrez demander au chauffeur de taxi de vous conduire à "la paillotte" dans Bacongo ou au "pactole" à Makélékélé, ou encore à l'espace Faignond à Poto-Poto. L'entrée y est gratuite et les consommations y sont moins onéreuses, quoique plus chères que dans une buvette. Ce type d'établissement est en général plein à craquer en fin de semaine.

La plupart des quartiers populaires restent animés (et surs) jusqu'à tard dans la nuit. N'hésitez pas à vous asseoir quelque part, boire un verre et manger un morceau, si c'est possible. Sinon, vous pouvez toujours demander à la "maman" qui vous servira de vous indiquer où acheter de la patate douce ou "l'arachide" (des cacahuètes), il vous en coûtera une centaine de francs.

Se loger[modifier]

Il existe, à Brazzaville comme à Pointe-Noire, de nombreux hôtels internationaux tout à fait acceptables. N'hésitez pas, si vous restez plusieurs jour à négocier le prix de la chambre (souvent aberrant par rapport au niveau de vie) : on vous demandera 20 à 30000 F ce qui correspond à la location d'une maison correcte pendant un mois !

Communiquer[modifier]

Brazzaville et Pointe-Noire sont très bien couverts par trois opérateurs téléphoniques : Airtel, MTN, Warid. On achète les recharges de téléphone dans la rue auprès de vendeurs ambulants appelés Sap-sap. On trouve également sans réelles difficultés des cybercafés, l'heure coûte 500 F mais la vitesse de connexion est souvent minimale. Par contre trouver une poste ouverte est un exploit.

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Police : 117
Pompier : 118

On ne devrait pas croire tout ce que l'on raconte sur l'Afrique. Brazzaville et Pointe-Noire sont des villes très sures de jour comme de nuit, et vous pouvez sans risque vous moquez des recommandations consulaires. Il peut être rassurant, la nuit, de se balader accompagné d'un autochtone et de rester le long des routes goudronnées et/ou éclairées, mais n'allez pas imaginer que vous risquez votre vie à faire quelques pas, même dans un quartier populaire.

Des rumeurs courent quant à des taxis qui détrousseraient leurs clients. Si vous avez quelques notions de l'endroit où vous allez et que vous paraissez sur de vous, vous ne courez sans doute aucun risque. Il y a eu à Brazzaville des gang de braqueurs mais ils ont été sévèrement réprimés dans les dernières années (parfois au prix d'exécutions sommaires) et sont encore traqués aujourd'hui. Paradoxalement, le fait qu'il existe encore à quelques kilomètres de Brazzaville, dans la foret, une guérilla armée en fait une ville très sure au cause d'une présence militaire et policière massive. Il arriverait, à ce propos, que les touristes soient rançonnés par des militaires, là encore, si vous ne vous mettez pas en infraction et si vous n'attirez pas trop l'attention, il est peu probable que vous couriez un risque.

Les seuls vrais dangers sont sans doute liés à la circulation et à l'état des routes, et ce que vous soyez à pied ou en voiture.

Vous serez sans doute abordé par des enfants mendiants, les locaux les chassent sans ménagement, faite de même en ne les laissant pas vous distraire de vos poches. Si vous oubliez quelque chose quelque part, il est à peu près inutile d’espérer le retrouver, mais il serait ridicule d’ôter sa montre pour sortir, comme on l'entend parfois conseiller.

Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

  • Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
  • France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

Santé[modifier]

La vaccination contre la fièvre jaune est la seule obligatoire, mais vous avez intérêt, surtout si vous sortez des villes, à mettre à jour vos vaccins contre les hépatites, la méningite et la rage.

Les moustiques sont assez discrets en journée mais particulièrement virulents vers 18 h, à la tombée de la nuit. Portez alors des vêtements longs et utilisez un répulsif efficace, si vous vous trouvez en bordure immédiate du fleuve ou dans une zone humide, appliquez ces précautions même en journée. Ne perdez pas de vue que la plupart des répulsifs attaquent certains plastiques : attention à vos montres, lunettes, appareils photo ... Enfin, si cela est nécessaire vous trouverez sans problème une moustiquaire imprégnée sur place (si vous êtes à Pointe Noire appelez au 672 16 04 ou 535 20 50), mais la plupart des hôtels en possèdent déjà.

Pour ce qui est de l'hygiène, les marchés peuvent provoquer des sueurs froides, mais personnellement, je n'ai jamais eu le moindre problème. Ménagez vous peut-être une semaine d'acclimatation avant d'adopter le régime local et prévoyez quelques médicaments ad-hoc, au cas où, mais ne croyez pas ce qui vous annonce que vous allez perdre 5 kg en quelques jours.

Les seules précautions vraiment essentielles sont les suivantes :

  • ne pas boire l'eau courante (sauf si vous utilisez des pastilles désinfectantes, un filtre en céramique ou, à la rigueur, si vous la faite bouillir, et à Pointe-Noire où elle est potable),
  • suivre régulièrement un traitement contre le paludisme,
  • et bien sûr sortir couvert : L'hépatite B et le SIDA sont des dangers importants.

Respecter[modifier]

D'une manière générale, les congolais sont extrêmement accueillants et généreux envers leurs hôtes. Ils apprécieront, mais sans l'exiger un retour pour cette générosité. Dans les N'ganda, pensez a offrir votre tournée, si vous partez dans un but autre que le tourisme, vous pouvez essayer d'imaginer ce qui va à coup sur manquer à vos interlocuteur et que vous pourriez leur offrir. Par défaut, vous pouvez simplement amener avec vous quelques CD ou VCD.

Les congolais sont assez expansifs, ne vous refermez pas sur vous-même : profitez pleinement de votre séjour, ce sera la meilleure façon de vous faire apprécier.

Stars305.svg
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Afrique centrale
Destinations situées dans la région