Télécharger le fichier GPX de cet article
-0.6833305555555611.5Map mag.png

Afrique > Afrique centrale > Gabon

Gabon

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gabon
Rainforest Gabon.jpg
Drapeau
Flag of Gabon.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Langue officielle
Autres langues
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation
Site officiel

Le Gabon est un pays d'Afrique centrale.

Comprendre[modifier]

Climat[modifier]

Le climat du Gabon, qui est situé au niveau de l'équateur, est de type équatorial, chaud et humide, avec une alternance de saisons sèches et de saisons des pluies au cours de l'année. On distingue deux saisons humides, la grande saison des pluies entre février et mai et la petite saison des pluies entre septembre et décembre. Entre les deux on retrouve deux saisons sèches, la grande saison sèche de mai à septembre et la petite saison sèche en décembre et janvier.

Les températures moyennes sont comprises entre 21 °C au sud-ouest du pays (Port-Gentil, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Mayumba) et 27 °C sur la côte et à l'intérieur du pays. Les précipitation peuvent être très abondantes en saison des pluies.

Régions[modifier]

Carte du Gabon et ses régions avec code-couleur
Plaine côtière (Libreville, Gamba, Parc national de Loango, Kango, Mayumba, Tchibanga)
Plaines fluviales et lagunes avec une forêt tropicale dense sur la côte atlantique. On y trouve la capitale et la majorité de la population du pays.
Plateau central
Les monts de Cristal et le massif du Chaillu avec de vastes étendues de forêt tropicale de montagne.
Forêts intérieures (Franceville)
La région orientale limitrophe de la République du Congo, encore plus de forêt tropicale.

Villes[modifier]

Plaine côtière
  • 1 Libreville Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – la capitale
  • 2 Fougamou Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 3 Kango Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 4 Lambaréné Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – l'hôpital Albert-Schweitzer.
  • 5 Mayumba Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 6 Mouila Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 7 Owendo Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 8 Port-Gentil Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 9 Tchibanga Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
Plateau central
  • 10 Moanda Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
Forêts intérieures
  • 11 Franceville Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata

Autres destinations[modifier]

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Tout étranger désireux de se rendre au Gabon, devra se munir d'un visa d'entrée délivré par la Représentation Diplomatique ou Consulaire de son lieu de résidence.

Les ressortissants des pays membres de la CEMAC comme le Cameroun, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, la République du Congo et le Tchad, ainsi que ceux d'Afrique du Sud, du Maroc et de la Tunisie, sont exemptés de visas s'il séjournent au Gabon durant moins 90 jours.

  •      Gabon
  •      Exemption de visa
  •      Visa à l'arrivée
  •      Visa requis

En avion[modifier]

En bateau[modifier]

En voiture[modifier]

Circuler[modifier]

En avion[modifier]

Le transport par avion à l'intérieur du pays n'est pas très réputé. L'intégralité des compagnies certifiées par les autorités gabonaises sont sur la liste noire européenne et de nombreux autres pays. Mais cela reste un moyen rapide de voyager entre les principaux secteurs du pays : entre Franceville (Mvengue), Port-Gentil, Oyem et Libreville. Les compagnies sont principalement Afric aviation, Allegiance et Nationale Régionale Transport.

En train[modifier]

Le chemin de fer du Gabon s'appelle le Transgabonais. Il est composé d'une seule ligne, entre Owendo, près de la capitale Libreville, et Franceville à l'est. Hélas il ne circule que de nuit.

En voiture[modifier]

Le réseau routier gabonais est indigent. On considère que 10 % seulement des routes sont bitumées. Ces dernières sont, pour l'essentiel, concentrées dans le nord du pays. Le centre, l'est et le sud connaissent encore majoritairement des pistes de latérite.

Les marques japonaises dominent largement, les véhicules sont pour la plupart en piètre état ; le manque d'entretien et les routes en très mauvais état raccourcissent la durée de vie des véhicules. Les 4x4 et les pick-ups sont très répandus. La location de voiture est quasi inexistante et les prix sont prohibitifs.

Le "taxi-brousse" est, comme dans le reste de l'Afrique sub-saharienne, le mode de transport le plus répandu. Les lignes (plus ou moins) régulières reliant les villes entre elles utilisent des véhicules allant du 4x4 de 4 à 6 places à l'autocar climatisé en passant par, le plus fréquent, le minibus japonais de type Toyota HiAce.

Il n'est pas rare de voir des autocars transportant bien plus de passagers qu'il n'y a de places assises, certains allant jusqu'à prendre place au-dessus des véhicules.

À l'intérieur des agglomérations, on trouve de nombreux taxis collectifs, qui peuvent vous emmener pour un prix négocié (pas de taximètre) en tout lieu.

Parler[modifier]

La langue officielle est le français. Plus de cinquante langues se parlent au Gabon, les plus répandues sont le Fang, le Myene, le Punu et bien d'autres.

Acheter[modifier]

Monnaie[modifier]

Pays utilisant le franc CFA:

Africa-countries-CEMAC.svg
Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale
le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad
Union économique et monétaire ouest-africaine
le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo

La monnaie officielle des pays formant la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) est le franc CFA. L'institut d'émission est la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC).

Le francs CFA s'écrit en abrégé en FCFA ou F CFA, et son code ISO est XAF. Le taux de change du franc CFA était de XAF = 0,01 FRF ce qui donne une parité fixe avec l'euro de = 655,957 XAF mais les banques et bureaux de change peuvent appliquer une commission sur la transaction.

Les pays membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine utilise un autre franc CFA dont le code est XOF.

Taux de change XAF actuel
XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD


Généralités[modifier]

Marché de Nkembo, Libreville.

Il existe une foule de petits métiers exercés par des artisans ou petits commerçants gabonais mais aussi immigrés d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale. Ils offrent leurs services à des prix modiques, adaptés aux ressources de leur clientèle. Si bien, qu'au Gabon, il existe une double norme de consommation : celle, à l'européenne, dont les prix sont comparables à ceux pratiqués en Europe, et celle, à l'africaine, qui permet aux plus pauvres de vivre. Par exemple, on peut manger une brochette à 5 000 francs CFA dans un restaurant chic ou bien acheter au coin de la rue une brochette (certes plus petite) à un marchand ambulant pour de 250 à 500 francs.

Quelques professions courantes :

  • épicier de quartier : couramment appelé "Malien", même s'il n'a pas toujours à voir avec cette nationalité, il propose dans sa petite boutique les produits de base. Chaque ménagère envoie plusieurs fois par jour l'un de ses enfants au coin de la rue pour ramener du savon, de l'huile, des cubes Maggi, un Djino Fanta ou tout autre produit dont elle peut avoir besoin dans l'instant. Gros avantage du Malien : il pratique le crédit... jusqu'à un certain point !
  • taximan : les chauffeurs de taxi collectif jouent un rôle vital pour permettre au plus grand nombre de circuler dans Libreville ou dans d'autres villes. Ils conduisent des voitures de tous genres, plus ou moins cabossées, mais peintes aux couleurs officielles des taxis (rouge et blanc à Libreville). On peut les héler et leur proposer une course ou une demi-course pour 500, 1 000 ou 2 000 francs CFA en fonction de l'endroit où on veut aller. Ils acceptent ou refusent selon que c'est sur leur trajet ou pas. S'ils acceptent, il faut souvent s'entasser avec les quatre autres passagers qui occupent déjà le véhicule et espérer qu'un contrôle de police ne ralentira pas malencontreusement la circulation.
  • clando : variante de taximan qui conduit un taxi clandestin (d'où son nom). Il n'est pas vraiment en concurrence avec les taxis officiels dans la mesure où il roule surtout sur les routes non goudronnées où les taximen ne veulent pas aller. Ils sont tolérés par les autorités vu leur utilité pour la population.
  • chauffeur et chargeur de minibus : en plus des taxis qui vous emmènent n'importe où, il existe des minibus qui font des trajets plus délimités. Les passagers sont entassés dans la moindre place disponible. D'où la nécessité d'un "chargeur" pour caser tout le monde. Ce mode de transport existe principalement à Libreville alors qu'il y a des taxis dans toutes les villes du Gabon (jaunes et blancs, par exemple, à Oyem).
  • tailleur : beaucoup de gens achètent des pagnes pour en faire des vêtements. Ce sont des tailleurs installés dans de petites échoppes qui s'occupent de vous coudre une robe où une chemise sur mesure pour une somme modeste. Comme souvent au Gabon, il faut marchander sur le prix. Les jeunes filles coquettes sont les mieux placées pour cela...
  • vendeur de brochettes : à la tombée du soir ou en journée, à Libreville, le bord des routes et des rues est envahi par ces petits marchands qui vous proposent brochettes ou poissons braisés, accompagnés de banane, de manioc ou de riz, ou le coupé-coupé (porc). Beaucoup de Librevillois prennent ainsi leur repas. Il faut parfois se méfier de la qualité des viandes et des poissons proposés mais en général cela permet de bien manger pour pas cher.
  • petit marchand : les marchés regorgent de vendeurs de produits alimentaires (bananes, manioc, ananas, arachides, atangas, canne à sucre, viande de brousse, silures, etc.) et de vêtements confectionnés sur place ou importés par le biais des ballots de friperie venus d'Europe notamment. Le principe de base, c'est qu'il faut marchander sur tout, systématiquement, surtout quand on est européen, étranger ou qu'on l'air de quelqu'un qui a de l'argent. Le marché de Mont-Bouet, à Libreville, est le plus grand du pays et rassemble des centaines de commerçants dans un fouillis inextricable pour qui n'y est pas habitué.

Manger[modifier]

Le manioc est la base de l'alimentation, la version la plus courante étant le bâton de manioc ; on trouve aussi les feuilles de manioc à la sardine fumée ou frite, les bouillons "sauce sardine" et plusieurs variétés de poissons frais ou fumés (carpe, bécume, capitaine, siliure, bossu, dorade grise et rouge...) La viande de brousse regroupe les gibiers (singe, antilopes appelées "biches"...). La sauce Odika (sauce à base de "chocolat indigène") accompagne les poissons et les légumes. Autres plats omniprésents : la banane plantain bouillie ou pilée, le taro, les patates douces et le riz iporo (poisson aux feuilles de manioc). On trouvera aussi le poulet nyembwé, appelé mwamb chez les llumbu (le nyembwé étant une sauce à base de noix de palme).

Boire un verre / sortir[modifier]

L'une des boissons locales est le vin de palme, obtenu par fermentation de la sève de palmier ; on appelle couramment cette boisson "moussoungou". À Libreville, capitale du Gabon, sortir n'est pas un problème mais, comme dans toute capitale, il y a des quartiers à éviter. Certains quartiers sont fortement européanisés et ne reflètent en rien la "gabonitude" (clin d'œil à l'humoriste qui publie chaque jour une mini-bd sur les travers des gabonais). À l'intérieur du pays la vie n'a pas encore été profondément modifiée par les mœurs occidentales.

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

Libreville abrite plusieurs lycées ou collèges privés et publics tels que le lycée National Léon Mba, le lycée Paul Emane Eyeghé (ex lycée d'Oloumi), le lycée d'État, le lycée Nelson Mandela, le Collège Bessieux, le collège de l'Immaculée Conception, etc.

La ville de Mouila est dotée de deux établissements de renom, le collège du Val-Marie et le collège Saint-Gabriel.

Travailler[modifier]

Cela fonctionne surtout avec des relations, ou "longs bras"...

Communiquer[modifier]

La liberté de la presse, traduite par de multiples parutions, est respectée. La qualité n'est cependant pas nécessairement au rendez-vous car les journalistes ne sont pas toujours soucieux de présenter des informations fiables et vérifiées.

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Police : 1730
Ambulance : 1300
Pompier : 18

La sécurité est globalement correcte. La corruption est toutefois présente dans les "corps habillés" (qualificatif local pour les hommes en uniforme) principalement dans le quotidien des gabonais. Dans ses vœux aux personnel des corps de la défense, le Président de la République a fustigé les nouvelles recrues en les qualifiant de bandits et d'escrocs. De profondes mutations sont en cours. L'ensemble du personnel du cadastre a été mis à pied pour stopper l’hémorragie de la corruption dans ce secteur.

Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

  • Logo représentant le drapeaux du pays Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

Santé[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Afrique centrale
Destinations situées dans la région