Télécharger le fichier GPX de cet article
-7.475178.005556Map mag.png
Océanie > Polynésie > Tuvalu

Tuvalu

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tuvalu
Beach on Fongafale Islet.jpg
Drapeau
Flag of Tuvalu.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Langue officielle
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation
Site officiel

Les Tuvalu sont un archipel de la Polynésie en Océanie formant le quatrième plus petit État du monde.

Comprendre[modifier]

Histoire[modifier]

Installation des populations austronésiennes de l'Asie continentale au Pacifique[modifier]

Vers 3 000 Av JC, des Austronésiens habitant le littoral de l'actuelle Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencèrent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2 000 Av JC, des migrations ont lieu de Taïwan vers le Japon méridional et les Philippines. De nouvelles migrations suivirent des Philippines vers Célèbes et Timor et de là, vers les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1 500 Av JC, un autre mouvement mène des Philippines vers les îles du Pacifique. Les Austronésiens, dont font partie tous les Tuvaluans, sont parmi les plus anciens navigateurs pélagiques de l'histoire de l'humanité. La plupart sont Polynésiens et sont arrivés tardivement de Samoa (surtout), certains sont des « Micronésiens » et semblent avoir été les tout premiers installés avant d'être envahis par les Polynésiens (le cas de Nui étant l'exception tardive contraire). Leur provenance est le sud des îles Salomon ou le nord du Vanuatu, sans qu'il soit possible de préciser davantage.

Avant le XIXe siècle[modifier]

Les Tuvalu sont habitées depuis le début du Ier millénaire av. J.-C. Elles semblent avoir été peuplées par des populations polynésiennes (branche océanique des populations austronésiennes) en provenance de Samoa, qui était un centre de diffusion de cette culture.

Vers le milieu du XIIIe siècle, les Tuvalu furent visitées par des Tongiens, mais il n'est pas certain que ceux-ci s'y soient installés. Les Tuvalu demeurèrent néanmoins dans la zone d'influence culturelle, politique et militaire tongienne, et il y eut de nombreux contacts entre les deux ensembles d'îles.

Les étroits et fréquents contacts maintenus avec les voisins gilbertins (I-Kiribati), de langue micronésienne, expliquent la population actuelle de Nui. Cette dernière, baptisée « isla de Jesús » est la seule à avoir été visitée pour la première fois par un Européen en janvier 1568, avec l'arrivée de l'Espagnol Alvaro de Mendaña y Neyra mais l'archipel ne sera globalement baptisé du nom d'Ellice (un homme politique et marchand britannique, propriétaire du navire Rebecca, Edward Ellice, nom d'abord uniquement attribué à Funafuti par le capitaine Arent de Peyster en 1819) que lors de l'Expédition de Charles Wilkes (navires Peacock et Flying Fish).

Du XIXe siècle à aujourd'hui[modifier]

Dans les années 1860, des missionnaires samoans de la London Missionary Society s'installèrent sur l'île de Vaitupu. Ils y apportèrent le christianisme, ainsi que l'alphabétisation à travers des Bibles en langue samoane.

Bien qu'aucune colonisation ne fût établie avant 1892, les marchands d'esclaves et les baleiniers venaient parfois dans ces îles avant le protectorat britannique, pour en razzier la population ou en piller les ressources.

En 1892, les îles deviennent le protectorat britannique des îles Ellice. Le protectorat devint la colonie des îles Gilbert et Ellice en 1916 par réunion avec le protectorat des îles Gilbert.

En 1974, les différences ethniques et de développement dans la colonie poussèrent les Polynésiens des îles Ellice à voter pour la séparation avec les Micronésiens des îles Gilbert (appelés désormais les Kiribati).

L'année suivante, le 1er octobre, les îles Ellice devinrent la colonie britannique des Tuvalu.

L'indépendance fut accordée en 1978 sous la forme d'un dominion, le chef de l'État restant la reine britannique en tant que reine des Tuvalu, titre distinct pour le monarque d'un nouvel État souverain.

Politique[modifier]

Les Tuvalu sont une démocratie et une monarchie parlementaire. La reine Élisabeth II des Tuvalu est le chef de l'État, représentée sur place par un gouverneur général tuvaluan, Iakoba Italeli (2010). Les députés sont élus au suffrage universel et le premier ministre, chef du gouvernement, est issu de la majorité parlementaire.

Le , le Premier ministre Maatia Toafa a annoncé la fin d'un long processus de consultation et l'organisation d'un référendum pour ou contre le maintien d'Élisabeth II comme chef de l'État. Le référendum eut lieu en avril 2008. Le taux de participation fut faible (à peine plus de 20 %) ; 1 260 électeurs optèrent pour le statu quo, et 679 pour une république. En conséquence, Élisabeth II demeure reine des Tuvalu.

Le 1e août 2013, à la suite d'une brève crise constitutionnelle, le gouverneur général Sir Iakoba Italeli limoge le premier ministre Willy Telavi, qui ne disposait plus d'une majorité parlementaire, et nomme Enele Sopoaga premier ministre par intérim. Le 4 août, le Parlement confirme Sopoaga au poste de premier ministre, par huit voix contre cinq. Il prête serment et nomme son gouvernement le lendemain.

Économie[modifier]

L'État des Tuvalu fait partie des cinq pays les moins avancés (PMA) d'Océanie. La majorité des revenus de l'île et de ses habitants sont issus de l'agriculture, même si celle-ci souffre du manque d'altitude et des faibles dimensions des différents atolls. En effet la majorité des îles n'ont que très peu de relief, ce manque d'altitude, combiné avec la montée progressive du niveau de l'Océan multiplie le nombre de raz-de-marée. Ces raz de marée ont des conséquences désastreuses puisqu'ils provoquent une raréfaction des réserves d’eau potable, une salinisation des terres arables et l’abandon progressif des cultures vivrières.

Les différentes difficultés rencontrées par le pays l'oblige à avoir recours à l'importation ce qui accentue sa dépendance économique vis-à-vis de l'étranger. De plus, le pays doit faire face à des écarts de revenu importants même si la pauvreté absolue y est rare. Les recettes publiques sont fortement dépendantes de la vente de licence de pêches et l'aide internationale au développement. Le montant de la dette publique représentait 50% du PIB fin 2011. Le gouvernement tire aussi profit du domaine internet qu'il a initié: .tv.

Îles[modifier]

Tuvalu map.png
Funafuti
L'atoll habité par la moitié de la population et comprenant la capitale.
Nanumanga
Nanumea
Niulakita
Niutao
Nui
Nukufetau
Nukulaelae
Vaitupu

Villes[modifier]

Autres destinations[modifier]

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

  •      Tuvalu
  •      Visa gratuit à l’arrivée
  •      Visa à l’arrivée

En avion[modifier]

Enfants regardant atterrir un avion à l'aéroport de Funafuti

Le seul aéroport international à Tuvalu se situe sur l'île de Funafuti.

En bateau[modifier]

Circuler[modifier]

En bateau[modifier]

En voiture[modifier]

La conduite se fait à gauche de la chaussée, le volant est à droite dans les véhicules. Héritage britannique oblige !

Les routes sont rarement revêtues mais les distances sont de toute façon minimes. La conduite de nuit n'est pas nécessairement dangereuse dès lors qu'on applique les règles élémentaires de prudence.

La possession du permis de conduire international est recommandée.

Limitations de vitesses appliquées :

  • Route : 80 km/h
  • Ville : 50 km/h

Il faut avoir 23 ans pour pouvoir conduire une voiture de location.

Parler[modifier]

Les langues parlées sont l'anglais et le tuvaluan. L'anglais est la langue utilisée par le gouvernement et pour les affaires à Funafuti, mais le tuvaluan est prédominant sur les autres îles. Le gilbertinNui) et le samoan sont également parlés, mais ils ne sont pas des langues officielles.

Acheter[modifier]

Des billets de dollars australiens dans un portefeuille

La monnaie de Tuvalu est le dollar australien ($, AUD).

Taux de change AUD actuel
XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD

Manger[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Communiquer[modifier]

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Tous services d'urgence : 911

Conseils généraux[modifier]

Un signal de sirène annonce quand un avion est en approche, Il faut donc quitter la piste.

Les crimes violents sont rares et sont souvent dû à l'alcool ou des conflits familiaux.

L'homosexualité masculine est illégale à Tuvalu; par conséquent, le pays n'est pas sûr pour les voyageurs gay sexuellement actifs.

Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

  • Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

Santé[modifier]

Respecter[modifier]

Stars305.svg
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Polynésie
Destinations situées dans la région