Autour du voyage > Conseils médicaux > Mal des montagnes

Mal des montagnes

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Clause de non-responsabilité médicale Wikivoyage n’est pas un médecin : l’information à caractère médical fournie sur Wikivoyage est, au mieux, de nature générale et ne peut se substituer à l'avis d’un professionnel de la santé légalement habilité.
plus...
Mal des montagnes
le monastère de Key dans la vallée de Spiti (4 200 m), région habitée la plus haute du monde
le monastère de Key dans la vallée de Spiti (4 200 m), région habitée la plus haute du monde
Information
Région(s)
Cause
Vecteur
Prophylaxie :
* médication Fait oui
Thérapie : Fait oui
Localisation
carte physique du monde
carte physique du monde
Wikivoyage ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le mal des montagnes est une réaction aux plus faibles quantités d'oxygène disponibles à haute altitude (en raison de la faible pression d'air). Le corps humain répond de diverses manières à ceci : certaines sont normales et d'autres sont dangereuses pour la santé. Ces réactions extrêmes sont un danger grave pour la santé et peuvent entraîner la mort si elles sont ignorées ou non traitées.

Le mal des montagnes est très dangereux pour quatre raisons : il peut venir soudainement et progresser rapidement, il peut être fatal, les victimes sont souvent loin de toute aide médicale et sont difficiles à évacuer rapidement, et dans de nombreux cas, les malades sont tributaires de leur santé parce qu'ils doivent faire beaucoup d'activité physique dans des environnements dangereux. Le mal d'altitude est un grand danger pour l'alpinisme en haute altitude (au-dessus de 4000 ou 5 000 m), un danger modéré pour les sports de montagne (comme le ski à 3000-4 000 m, notamment dans le Colorado), et un danger modéré lors des vols vers une grande ville d'altitude (vers 3 500 m), notamment le Tibet (Lhassa), le Pérou (Cuzco) et la Bolivie (la Paz). Pour des altitudes modérées (telles que 3 500 m), la principale solution est de s'acclimater pour une nuit ou deux à une altitude inférieure (près de 2 500 m) et ne pas faire trop d'efforts pendant les premiers jours. L'Acétazolamide (ACZ) est le médicament le plus couramment utilisé pour la prévention, et est particulièrement utile pour les vols vers une ville à haute altitude. Pour des altitudes plus élevées il faut prendre plus de précautions, la préparation et l'ascension progressive sont nécessaires, et des traitements puissants sont disponibles. Les points particulièrement dangereux sont les montagnes hautes et relativement faciles d'accès comme le Kilimandjaro (5 895 m) et l'Aconcagua (6 961 m), où l'on atteint rapidement des altitudes très élevées. L'acclimatation exige du temps, et la précipitation est donc la principale cause du mal des montagnes. Il existe d'autres risques en altitude qui ne sont pas traités ici. Premièrement il peut faire très froid voir temps froid. Le soleil peut aussi constituer un danger car il y a moins d'atmosphère pour absorber les rayons, le soleil tape plus fort en altitude. Enfin, le terrain peut poser des dangers tels que les avalanches ou tout simplement la chute. Un gros problème, surtout pour les gens inexpérimentés à haute altitude, sont les voyagistes malveillants ou ignorants qui offrent des randonnées à haute altitude. Une règle de base : seulement traiter avec les tour-opérateurs qui ont un plan détaillé pour la façon de traiter les personnes souffrant de mal des montagnes.


Comprendre[modifier]

Plus vous montez en altitude, plus la pression de l'air est basse. Le corps a deux problèmes principaux avec la haute altitude et la basse pression d'air :

  • L'air à une pression inférieure apporte moins d'oxygène à chaque respiration. Le corps compense cela en faisant plus de globules rouges afin de transporter l'oxygène plus efficacement. Cependant, le processus prend plusieurs jours, parfois plus d'une semaine, et pendant cette période on peut ressentir les effets du mal d'altitude.
  • A une pression d'air inférieure, l'eau évapore plus vite, cela accélère la déshydratation.

Les modifications qui affectent le corps en altitude sont complexes et peuvent être tout à fait dramatique. La difficulté que votre corps a à maintenir un bon approvisionnement en oxygène et en gardant les problèmes qui vont avec sous contrôle est directement lié à l'altitude à laquelle vous vous trouvez, et aussi aux récentes variations d'altitude que vous avez subies. Ce sont les deux principaux facteurs qui causent le mal des montagnes. L'altitude où vous dormez est également important parce que la plupart des globules rouges supplémentaires nécessaires pour améliorer votre gestion de l'oxygène sont fabriqués pendant que vous dormez. C'est pourquoi cet article parle beaucoup de montée et de descente. L'ascension vers de plus hautes altitudes est l'activité risquée c'est à ce moment qu'il faut être vigilant. Il faut toujours garder à l'esprit que la descente permet faire disparaître presque instantanément tous les symptômes du mal des montagnes.

L'article traite aussi beaucoup de l'acclimatation, donnant à votre corps suffisamment de temps pour adapter à une altitude plus élevée. C'est un facteur essentiel de réduction du risque.

Quelles sont les altitudes concernées ?[modifier]

La Paz, la capitale la plus haute du monde

Le mal d'altitude ne survient que très rarement en dessous de 2 500 m. Une minorité de personnes, environ 20%, ont certains symptômes à 2 500 m au-dessus du niveau de la mer (c'est le niveau de pressurisation de la cabine de la plupart des avions commerciaux en dehors de l'Airbus A380 et du Boeing 787). Cependant, la plupart des gens s'acclimatent à 3 000 m avec une relative facilité, avec seulement des symptômes légers la première nuit. L'acclimatation à des hauteurs de 3 000 m-5 000 m est beaucoup plus difficile, et il est absolument nécessaire de monter lentement et revenir à une altitude inférieure à dormir si vous avez grimpé de plus de 500 m dans la journée. Plus de 50% des gens vont tomber malades en montant rapidement du niveau de la mer à 3 500 m sans acclimatation, et tout le monde en montant rapidement à 5 000 m. Il semble qu'il soit impossible de s'acclimater de façon permanente à des hauteurs supérieures à 5 500 m. Il est possible de passer plusieurs semaines à dormir aussi haut que 6 000 m, une fois acclimatés, mais on observe alors une détérioration progressive du bien-être physique. L'altitude de 8 000 m délimite la "zone de la mort" : votre état va se détériorer sensiblement pendant que vous restez à de telles altitudes élevées, certains des principaux systèmes vitaux de votre corps vont cesser de fonctionner, il ne faut pas y rester plus de 2 ou 3 jours. Les taux de mortalité dus au mal aigu des montagnes au-dessus de 7 000 m sont estimés à 4%.

Si vous résidez de manière permanente nettement au-dessus du niveau de la mer, vous disposez d'un avantage certain à haute altitude, mais cela ne vous rend pas à l'abri du mal des montagnes; cela repousse juste le seuil de l'apparition des symptômes. La plupart, sinon les gens en bonne santé qui vivent à des altitudes de 1 500 m à 2 500 m s'acclimatent facilement à 3 000 m ou un peu plus haut, mais le risque redevient important à partir de 5 000 m.

Facteurs de risque[modifier]

Les performances passées en altitude donnent une bonne indication de la performance future, mais c'est un guide, pas une garantie. Méfiez-vous, même si vous n'avez pas souffert du mal des montagnes auparavant, vous pourriez toujours en souffrir à l'avenir, le risque concerne même les grimpeurs les plus entraînés. Le mal d'altitude a tendance à affecter davantage les hommes que les femmes, en particulier les hommes entre 16 et 25 ans. On ne sait pas s'il y a une raison biologique inconnue pour cela, ou si elle correspond à la tranche démographique la plus susceptible de tenter de monter trop haut, trop tôt. Il est important de se rappeler que même jeune et en bonne santé, et que vous n'avez pas connu le mal des montagnes dans le passé, cela ne signifie pas que vous êtes immunisé sur les ascensions futures. La forme physique est pas nécessairement un bon indicateur, ni d'ailleurs la force ou la bonne santé. La mauvaise santé, d'autre part, est un facteur de risque : problèmes cardiaques ou respiratoires en particulier. Naturellement, si vous avez des problèmes physiques qui rendent les efforts difficiles pour vous, vous devez soigneusement préparer l'effort à haute altitude, qui est beaucoup plus difficile.

La plongée sous-marine augmente le risque de maladie de décompression. Si vous avez récemment plongé et ne pas complètement éliminé l'azote dans votre sang, vous ne devriez pas remonter à une altitude plus élevée (ou voyager dans un avion). Voir plongée sous-marine pour les recommandations sur la durée d'attente.

La génétique joue un rôle: certaines populations, notamment Sherpas, ont des adaptations génétiques significatives à l'altitude. Cependant, pour la plupart des gens il n'y a actuellement pas de dépistage, génétique ou autre, disponible pour évaluer le risque pour le mal des montagnes. Les populations des Andes, du Tibet et des haut plateaux d'Ethiopie présentent chacune des adaptations particulières et différentes à la vie en haute altitude (voir adaptation humaine à la haute altitude sur wikipédia).

Liste[modifier]

  • Tanzanie
    • Kilimandjaro (5 895 m) — le point culminant de l'Afrique est accessible par des chemins de randonnée par conséquence rapidement. En effet, le record pour l'ascension et la descente est de moins de 7 h. Il faut veiller à monter petit à petit par paliers.
  • Japon
    • Mont Fuji (3 776 m) — le point culminant du Japon, généralement grimpé à la journée, est suffisamment pour provoquer des symptômes liés au mal des montagnes
  • Tibet, Chine
  • Colorado
    • des stations de ski situées entre 3 000 et 4 000 m
  • Argentine
    • Aconcagua (6 961 m) — le point culminant du continent américain, son ascension ne présente pas de difficultés techniques, on peut atteindre rapidement des altitudes dangereuses
  • Bolivie
    • La Paz (3 650 m) — la capitale la plus haute du monde
    • El Alto (4 150 m) — un quartier de La Paz, ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde
  • Pérou
    • Cuzco (3 400 m)
    • Treks au Pérou (Cordillère Blanche, Chemin de l'Inca) — avec des nuits aux alentour des 4 000 m, il est absolument nécessaire de s'acclimater avant de partir pour un trek en altitude

Symptômes[modifier]

Prévention[modifier]

Traitement[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
Ces conseils de voyage sont une esquisse et ont besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information pour être réellement utile. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Conseils médicaux