Télécharger le fichier GPX de cet article
1532Map mag.png

Soudan

De Wikivoyage
Afrique > Sahel > Soudan
Aller à : navigation, rechercher

Soudan
Drapeau
Flag of Sudan.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Forme de l'État
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation

Le Soudan est le troisième plus grand pays d'Afrique après l'Algérie et la République démocratique du Congo. Situé dans la région du Sahel, il est frontalier de l'Égypte au nord, de la Libye au nord-ouest, du Tchad à l'ouest, de la République centrafricaine au sud-ouest, du Soudan du Sud au sud, de l'Éthiopie et de l'Érythrée à l'est.

Le Soudan est un pays résolument situé en dehors des sentiers touristiques. Les troubles politiques qui l'ont frappé ces trente dernières années (conflit avec le Sud puis guerre civile au Darfour) et l'instabilité qui prévaut encore à l'heure actuelle lui ont valu une mauvaise réputation suffisante pour dissuader la plupart des voyageurs, même téméraires, à venir visiter ces contrées.

Pourtant, le pays présente un intérêt incontestable, non pas seulement de son isolement relatif, qui en fait une terre d'aventures, mais parce que le Soudan a véritablement un potentiel touristique très important et totalement sous-estimé : sites archéologiques nombreux, une vallée du Nil restée largement intacte au nord, des déserts très variés.

Autre avantage non négligeable, le pays est très sûr sur une grande partie de son (immense) territoire (grossièrement toute la vallée du Nil et l'Est du pays) et offre une grande variété de points d'intérêt qui feront d'un séjour au Soudan un souvenir inoubliable. À l'heure actuelle, on peut même affirmer que le Soudan est le seul pays sahélien à pouvoir être visité sans risque majeur.

Évidemment, le pays mérite les efforts qui devront être consentis, mais le voyageur pourra toujours compter sur l'hospitalité extraordinaire des habitants.

Comprendre[modifier]

Géographie[modifier]

Climat[modifier]

Histoire[modifier]

Population[modifier]

Fêtes et jours fériés[modifier]

  • 1er janvier (fête nationale)
  • aid al-fitr
  • aid al-kabir
  • mouloud an-Nabi
  • anniversaire de l'Inqadh

Orientation[modifier]

Il n'existe pas de carte fiable à ce jour du réseau routier soudanais, a fortiori de plan correct des principales villes, voire des pistes lorsqu'il s'agit de s'éloigner des voies bitumées. De plus, le réseau a évolué de façon spectaculaire ces dix dernières années grâce à l'argent du pétrole : certaines pistes sont devenues des axes très fréquentés tandis que d'autres sont tombées en désuétude et ne sont quasiment plus entretenues.

La plupart des lieux mentionnés ont été, dans la mesure du possible, placés sur Openstreetmap. Les coordonnées GPS sont également mentionnées dans la plupart des cas et un fichier téléchargeable sera créé à terme avec toutes les données. En tout état de cause, en touriste avec ou sans voiture, n'hésitez pas à vous munir d'un GPS avant de partir.

Lorsque l'on sort des principaux axes du pays, il peut être utile de s'équiper des vieilles cartes anglaises au 1/250 000. Elles peuvent être achetées à Khartoum au Sudan Survey Department et sont également consultables pour la plupart en ligne sur le site de l’université de Durham (http://lewis.dur.ac.uk/apps/maps/Sudan250000/index.html)

Voici les principaux axes routiers bitumés du pays :

  • la route reliant Wadi Halfa (port lacustre qui sert de point d'entrée à partir de l’Égypte) à Dongola, la capitale de l’État du Nord, par la rive est du Nil. Il s'agit d'une excellente route, achevée vers 2010, sur laquelle on peut rouler à une vitesse supérieure à 100 km/h (peu de trafic). Avec la construction de cette route, la piste traversant directement le désert nubien, suivant la voie ferrée (elle-même désormais inutilisée...) entre Wadi Halfa et Abou Hamad, est totalement tombée en désuétude. Bien qu'elle soit encore indiquée sur toutes les cartes du Soudan, même les plus récentes, il est vivement déconseillé de l'emprunter, sauf en connaissance de cause et avec un minimum de préparation.
  • À Dongola, un pont franchit le Nil pour rejoindre la route bitumée qui va à Ed Debah, sur la rive ouest. Également en très bon état (100 km/h)
  • À Ed Deba, la route part dans deux directions : l'une part vers Karima/Marawi, puis à travers le désert Atbara, l'autre traverse le désert de la Bayuda pour rallier Khartoum. Ces routes sont également en très bon état. Il est à noter que la portion Marawi/Atbara ne compte aucune station essence.
  • La route d'Atbara à Khartoum est un des principaux axes du Soudan, car il s'agit d'une portion reliant la capitale à l'unique grand port du pays, Port-Soudan. La route est fatiguée par l'important trafic de camions et une grande prudence s'impose.
  • La route reliant Kassala à Port-Soudan : pendant des décennies, cette route, via Wad Madani, Sennar et Gedaref, était le seul moyen de parvenir à Port-Soudan. Si la portion jusqu'à Kassala est encore relativement fréquentée, celle entre Kassala et Port-Soudan est désormais déserte et plus du tout entretenue. Son tiers nord est ainsi très difficile (gros nids de poule). En revanche, elle présente des paysages somptueux.
  • La route de Khartoum à El Obeid via Kosti

Régions[modifier]

Sudan regions map.png
Soudan central (Khartoum, Gezira)
Darfour (Darfour septentrional, Darfour occidental, Darfour méridional, Darfour oriental, Darfour central)
Soudan oriental (État de Kassala, État de Gedaref, État de Sennar, État du Nil-Bleu)
Kordofan (Kordofan du Nord, Kordofan du Sud)
Soudan septentrional (province du Nord, Mer-Rouge, Nil)

Villes[modifier]

Autres destinations[modifier]

Le désert de Bayouda est situé au nord de Khartoum au Soudan, à l'ouest de Kadabas, au nord du désert de Nubie. À eux deux ils forment la partie est du Sahara. Le désert de Bayouda, qui se situe dans la boucle du Nil entre les 4e et 6e cataractes, se caractérise par sa roche basaltique noire issue d’anciens volcans.

Aller[modifier]

Il existe une seule agence de voyage spécialisée sur le Soudan, dont les compétences sont reconnues mais dont le tarif sont élevés : Italian Tourism CO. Ltd [1]

Formalités[modifier]

Obtenir un visa pour le Soudan est un processus incertain et souvent long. Les conditions et les délais vont varier suivant les ambassades et les périodes, sans qu'aucune règle puisse être dégagée.

En France, compter un mois pour l'obtention du précieux sésame semble prudent.

Au-delà, il semble qu'il existe deux façon d'obtenir (quasiment) à coup sûr un visa :

  • À Wadi Halfa, en arrivant d'Égypte par bateau, il semble que la police délivre un visa (a priori de transit) en quelques dizaines de minutes
  • En réservant une chambre à l'hôtel Acropole (voir Khartoum), on peut solliciter les services d'obtention de visa de l'établissement, qui semble particulièrement fiable. À priori, en quelques jours, l'hôtel sera en mesure de vous envoyer un fax garantissant qu'un visa de tourisme vous attend à l'arrivée à l'aéroport, papier indispensable pour que la compagnie aérienne vous laisse monter à bord. Naturellement, les services de l'Acropole sont payants (outre le prix de la chambre). À l'arrivée, il faudra encore régler une taxe de 100 US $. En tout, compter 300 US $. Le même procédé existe peut-être pour d'autres hôtels haut de gamme (Rotana et Corinthia).
  •      Soudan
  •      Exemption de visa
  •      Visa à l'arrivée
  • En avion[modifier]

    Le seul aéroport international est Khartoum, à part deux lignes reliant Port-Soudan au Caire et à Dubaï.

    Il est desservi par plusieurs compagnies d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique. Les villes desservies sans escales sont Istanbul (Turkish Airlines), Doha (Qatar Airways), Amsterdam (Air France-KLM), Nairobi (Kenya Airlines), Addis Abeba (Ethiopia Airlines), Le Caire (Egypt Air), Francfort (Privat Air), Dubai (Emirates, Dubair Airways), Manama (Gulf Air), Beirut (BMI), Asmara (Nas Air), Sana'a (Yemenia), Damas et Alep (Syrian Air) et Amman (Royal Jordanian).

    La compagnie nationale Sudan Airways [2] dessert plusieurs capitales africaines (Le Caire, Addis Abeba, Djouba, Ndjamena) à partir de Khartoum, ainsi que les principales villes du pays (Port-Soudan, Dongola, Wadi Halfa, El Obeid, Nyala, El Facher). Sa réputation est cependant ternie par le fait qu'elle a été placée, comme toutes les autres compagnies soudanaises, sur la liste noire de l'Union européenne.

    En bateau[modifier]

    Il existe deux seules lignes de bateau au Soudan :

    • entre Assouan (Égypte) et Wadi Halfa
    • entre Jeddah (Arabie saoudite) et Souakin (sur la mer Rouge, au sud de Port-Soudan)

    En train[modifier]

    • Le train au départ de Khartoum mais ne dessert aucune ville à l'étranger. Cependant, il semblerait que le trafic passager entre Khartoum et Wadi Halfa, après quelques années d'interruption, aurait repris vers 2014. De Wadi Halfa, il est possible de prendre un bateau pour Assouan.

    En autocar[modifier]

    • La route entre Khartoum et la frontière égyptienne, sur la rive ouest, est enfin achevée et le poste frontière ouvert. En conséquence, des bus relient directement depuis sans doute le début de l'année 2016 Le Caire à Khartoum, a priori en environ 24 h (vraisemblablement 12 h entre Le Caire et Assouan, et 12 h entre Assouan et Khartoum.

    En voiture[modifier]

    Circuler[modifier]

    Les "Travel Permits"[modifier]

    • Ministère du Tourisme, des Antiquités et de la Vie sauvage OpenStreetMap, rue Mashtal, Riyad

    En avion[modifier]

    Il existe un grand nombre de lignes intérieures.

    • Marsland relie Khartoum à El Facher, Nyala, El Obeid

    En bateau[modifier]

    Il n'existe plus de lignes intérieures fluviales depuis les années 1990. Jusqu'en 2012, pouviez encore admirer les épaves des steamers à Karima et à Kosti.

    En train[modifier]

    Il n'existe plus de lignes de train passagers depuis 2010-2011.

    En autocar[modifier]

    En voiture[modifier]

    • Trafic et autres habitudes de conduites locales
      • Tendance à ne pas rester droit sur une file, ligne ou pas ligne
      • Beaucoup de véhicules très lents, même de façon inexpliquée
      • Priorités peu claires
      • Beaucoup de véhicules stationnés ou en panne sur la chaussée
    • Location de voitures

    Elle coût un peu plus cher que la moyenne en Afrique. Compter environ 50  pour une Toyota Corolla et 70  pour un 4x4 (avec chauffeur obligatoire).

    However if you want to head off in to the desert the costs mount further, as the 100 km is standard, and then its 1 SDG per additional kilometre, hence a trip to the Meroe pyramids adds 400 SDG to your costs.

    ‘Limousine’ est le terme local pour désigner les loueurs de voiture.

    • Une idée des temps pour rejoindre les principales villes du Soudan avec une bonne voiture :
      • Khartoum-Dongola : h (500 km)
      • Dongola-Wadi Halfa : 6 heures
      • Khartoum-Port-Soudan : entre 10 et 12 h (1 200 km)
      • Khartoum-Kosti : 4 heures
      • Khartoum-Wad Madani : 3 heures
      • Wad Madani-Qedaref : 3 heures
      • Khartoum-Qedaref : 6 heures
      • Qedaref-Kassala : 3 heures
      • Kosti-El Obeid : 6 heures

    Il y a des péages sur la route. On paye pour jusqu'à destination. Les sommes sont très faibles (20 SDG, soit moins de 2,5 , pour Khartoum-Kassala).

    Le carburant est extrêmement peu cher (juin 2013 : 20 centimes le litre de diesel (1,8 SDG) et 31 centimes le litre d'essence (2,8 SDG)

    Parler[modifier]

    La langue officielle est l'arabe. L'anglais n'est maîtrisé que par la partie la plus éduquée de la population, donc une minorité, a fortiori en dehors de Khartoum. Il peut être utile de se munir d'une méthode de langue pour apprendre des rudiments d'arabe (classique ou bien dialectal égyptien, très bien compris par les Soudanais) afin de se faciliter la vie.

    Outre l'arabe, la majorité de la population maîtrise un des nombreux dialectes non-arabes du pays. Citons en vrac : le nubien (population au nord de Karima jusqu'à la frontière égyptienne et au-delà), le four (au Darfour), le haoussa, le beja (dans tout l'Est du Soudan), etc.

    Acheter[modifier]

    La monnaie du Soudan est le livre soudanaise (s£, sudan pounds, SDG)

    Taux de change SDG actuel
    Google Finance: CAD CHF EUR GBP USD
    Yahoo! Finance: CAD CHF EUR GBP USD
    XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
    OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
    fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD

    Manger[modifier]

    À part dans la capitale, vous n'aurez pas d'autre choix que de faire l'expérience de la cuisine soudanaise, dont vous connaîtrez très vite les subtilités.

    La gastronomie soudanaise est plaisante mais peut sembler un peu répétitive à la longue.

    Le café et le thé dans la rue :

    • jebbana : café
      • bi dawa thagiil - with lots of ginger and cinnamon.
      • bi dawa khafiif : avec un peu de gingembre
      • saliiga - without ginger.
    • shay : thé
      • shay bi laban : thé avec du lait chaud
      • fawgu jumaada - with lumpy bits of milk (some people do ask for it!).
      • shay faransi - littéralement "thé français", concrètement du thé au lait
    • karkaday : infusion d'hibiscus

    Les autres plats :

    • foul
    • gosh
    • sheyya
    • kibda
    • beid
    • mulaah

    Boire un verre / Sortir[modifier]

    Se loger[modifier]

    Le Soudan, en dehors des sentiers touristiques, n'est pas vraiment réputé pour son parc hôtelier. De plus, quand les Soudanais se déplacent eux-même dans leur pays, ils font bien souvent appel à leur réseau familial ou amical pour loger loin de chez eux.

    À Khartoum, on trouvera facilement une gamme relativement complète d'établissement même si, comme souvent en Afrique, les prix pourront paraître plutôt élevés. On peut aussi envisager, si l'on est seul, de "couch surfer" : beaucoup d'expatriés, mais aussi de jeunes Soudanais avides de rencontres, proposent d'héberger les voyageurs de passage.

    À l'extérieur de Khartoum, il existe plusieurs options selon les zones :

    • hôtels haut de gamme : le seul en dehors de la capitale se trouve à Port-Soudan (Corral Hôtel)
    • hôtels à vocation touristique, aux standards internationaux : les deux seuls sont tenus par la compagnie de voyage Italian Tourism et se trouvent sur les deux principaux sites touristiques : Meroe et Karima. Une seule exception, la guesthouse Candaka tenue par une famille coréenne à Dongola
    • hôtels soudanais de qualité moyenne : dans les principales grandes villes comme Atbara, Kosti, Dongola, Kassala (riche en hôtels car une destination prisée des jeunes mariés soudanais).
    • dans les villes de petite taille (Karima, etc.), on trouvera a priori des lokanda
    • le camping, qui n'est pas un pis-aller au Soudan mais au contraire une option recommandée
    • hébergement chez l'habitant

    Apprendre[modifier]

    Travailler[modifier]

    Communiquer[modifier]

    Téléphone[modifier]

    Les communications au Soudan sont très peu coûteuses si l'on achète une carte SIM locale, même pour passer des appels à l'étranger. Il s'agira donc d'apporter un téléphone désimlocké (ou de le faire désimlocker) et de se rendre au plus vite dans une agence d'une des trois compagnies téléphoniques : Sudani, Zain ou MTN.

    Sudani a la réputation d'avoir la meilleure couverture ; Zain d'être le réseau le plus fiable ; et MTN d'avoir les meilleurs tarifs pour les appels vers l'étranger.

    Internet[modifier]

    On trouve assez facilement des cafés internet à Khartoum, un peu plus difficilement dans les villes importantes de province (Kassala, Kosti, Port-Soudan, etc.) et pas du tout dans les villages. Si vous comptez rester un certain temps au Soudan et que vous avez un téléphone portable, il peut être intéressant d'acheter un clé 3G : celle-ci vaut à peine une vingtaine d'euros dans l'une des trois compagnies au Soudan et l'achat de quelques Giga vous reviendra à moins de cinq euros.

    Si vous êtes équipés d'un smartphone, vous pouvez aussi acheter une carte SIM, activer la 3G et acheter du crédit pour avoir vos mails, tout cela pour un prix défiant toute concurrence.

    Services postaux[modifier]

    Sécurité[modifier]

    Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
    Tous services d'urgence : 999

    Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

    • Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
    • Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
    • France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
    • Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

    Santé[modifier]

    Les condition sanitaire au Soudan sont mauvaises et il est donc recommandé de prendre une assurance rapatriement. À Khartoum même, la qualité des soins est considérée comme médiocre. En dehors de la capitale, il n'existe aucune structure hospitalière digne de ce nom.

    L'eau à Khartoum est potable, mais elle est souvent chargée de sable et de poussière, ce qui rend une filtration, ne serait-ce que légère, préférable. L'eau en bouteille est disponible partout dans les villes d'une certaine taille, beaucoup plus rare voire introuvable dans les zones rurales.

    Le vaccin de la fièvre jaune est obligatoire pour pénétrer au Soudan, même si le carnet de vaccination international n'est quasiment jamais réclamé à l'entrée du pays (ici la liste des structure médical pouvant vacciné la fièvre jaune: [3]).

    Le soudan est touché par d'autres maladies grave transmises par les moustiques : le paludisme, le Chikungunya [4] et la dingue. Se prémunir des piqure de moustique (Culicidae) est primordiale. D'après les autorité soudanaise le développent du VIH du SIDA est important.

    L'hôpital le plus fiable à Khartoum est le Royal Care Hospital (quartier Burri – Tel : 249 1 56 55 01 50 / 51)

    Respecter[modifier]

    Date du ramadan

    • Du 16 mai au 14 juin 2018 (Année 1439 de l'hégire)
    • Du 6 mai au 4 juin 2019 (Année 1440 de l'hégire)
    • Du 24 avril au 23 mai 2020 (Année 1441 de l'hégire)

    La majorité des musulmans insiste sur l'observation locale du croissant de lune pour marquer le début du ramadan, mais d'autres insistent sur le calcul de la nouvelle lune ou sur la déclaration saoudienne pour déterminer le début du mois. Puisque le premier croissant après la nouvelle lune n'est pas visible partout en même temps, les dates de début et de fin du mois dépendent de ce qui est visible dans chaque lieu. Par conséquent, les dates varient d'un pays à l'autre, mais généralement d'un jour seulement.

    Stars305.svg
    L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
    Liste complète des autres articles de la région : Sahel
    Destinations situées dans la région