Télécharger le fichier GPX de cet article
50.5345.719Map mag.png
Eurasie > Europe > Benelux > Belgique > Wallonie > Province de Liège

Province de Liège

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Province de Liège
​((de) Provinz Lüttich
(wa) Province di Lidje)
Le logo de la province de Liège
Le logo de la province de Liège
Information
Pays
Région
Chef-lieu
Lac
Cours d'eau
Altitude minimale
Altitude maximale
Superficie
Population
Densité
Gentilé
Langues officielles
Autre langue
Préfixe téléphonique
Fuseau
Bureau d'information touristique
Localisation
Site officiel
Site touristique

La province de Liège est une des dix provinces de la Belgique située en Wallonie et dont le chef-lieu, Liège, est aussi la capitale économique officielle de la Région wallonne.

Comprendre[modifier]

La province est divisée en quatre arrondissements administratifs : Liège, Huy, Verviers et Waremme et en deux arrondissements judiciaires : Liège et Eupen (pour les neuf communes germanophones). Elle comprend 84 communes dont 15 ont le statut de ville.

C'est la province belge la plus orientale et dont le point culminant, le Signal de Botrange, est aussi celui du pays. Elle possède en outre les paysages les plus contrastés ; allant du plateau rural de la Hesbaye, surnommé le « grenier de la Belgique », aux collines et aux sombres forêts de l'Ardenne coupées par des vallées profondes en passant par les bocages du Pays de Herve ainsi que par les landes et les tourbières du plateau des Hautes Fagnes.

C'est également une région chargée d'histoire dont le sud du sillon de la Meuse fut occupée par l'homme depuis le Magdalénien et dont le chef-lieu actuel, Liège, fut la capitale d'un État indépendant du Saint-Empire romain germanique entre 982 et 1795 : la principauté de Liège.

Le voyageur pourra être surpris que la langue véhiculaire dans l'est de la province est l'allemand mais le francophone ne sera pas trop perturbé car près de 90 % de la population connait aussi la langue de Molière.

Informations touristiques[modifier]

  • 1 Fédération du tourisme de la province de Liège Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien facebook Place de la République Française 1, 4000 Liège, Logo indiquant un numéro de téléphone +32 4 2379526, courriel :  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite
    • 2 Point d'informations touristiques Place Saint-Lambert 32-35, 4000 Liège, Logo indiquant un numéro de téléphone +32 4 2379292 Logo indiquant des horaires mar.- dim. : h - 18 h. – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite

En plus de l'office de tourisme provincial, huit maisons de tourisme œuvrent à la promotion d'associations de communes :

Climat[modifier]

Le climat est de type océanique dégradé caractérisé par des hivers doux et pluvieux et des étés frais et relativement humides.

Les mois les plus secs sont ceux de janvier et d'avril avec des précipitations moyennes 36 mm par mètre carré et le mois le plus pluvieux est celui de juillet avec des précipitations moyennes 74 mm par mètre carré. Cependant, si la moyenne annuelle est de 800 mm au nord de la vallée de la Meuse, celle-ci est de 1 000 mm au sud de la même vallée et monte jusqu'à 1 400 mm sur le plateau des Hautes Fagnes. À noter aussi que si les plus importantes précipitations interviennent en été, celles-ci sont surtout dues à des orages en fin de journée ou pendant la nuit. L'hiver, la Meuse constitue une véritable barrière thermique contre les vents froids venus de l'est, il n'est pas rare que les plateaux orientaux de la vallée subissent des précipitations de neige alors que le nord de cette vallée est sous la pluie. La moyenne de jours de neige est de 35 et le manteau neigeux au dessus des 400 mètres d'altitude permet la pratique des sports de glisse en général de la fin décembre à la mi-mars.

Du côté des températures, les écarts peuvent aussi être importants, surtout en hiver, entre les régions situées au nord de la Meuse et celles situées au sud. Le mois le plus froid est janvier avec des températures moyennes minimales et maximales de respectivement de 0 °C et 5 °C au nord de la Meuse et allant en décroissant au sud du fleuve avec des températures moyennes minimales et maximales de -3 °C et 2 °C sur le plateau des Hautes Fagnes. Le mois le plus chaud est juillet avec des températures moyennes minimales et maximales de respectivement de 12,5 °C et 23 °C au nord de la Meuse et allant en décroissant au sud du fleuve pour ne plus atteindre que 10 °C et 20 °c sur le haut plateau.

Histoire[modifier]

Localisation des neufs communes germanophones.

L'origine de la province de Liège remonte à 1795. Lors de la réunion de la principauté de Liège à la France révolutionnaire, le département de l'Ourthe fut principalement fondé sur la réunion de la principauté de Stavelot-Malmedy et de la partie centrale de la principauté de Liège.

À la chute du Premier Empire, ce département fut dissous et remplacé, en 1814, par la province de Liège (à l'époque du Royaume uni des Pays-Bas).

Après 1830, la province de Liège devint belge et ce n'est qu'en 1919 que ses frontières orientales furent définitivement fixées, avec l'annexion des cantons de l'Est à la Belgique.

À la suite de la fixation de la frontière linguistique de 1963, certaines communes ont changé d'appartenance provinciale, dont Landen qui fut rattachée au Brabant (actuellement le Brabant flamand), ou la commune de Fourons ((nl) Voeren) à l'origine liégeoise qui s'est retrouvée rattachée contre son gré à la province du Limbourg avec, cependant, des facilités linguistiques pour les francophones. Depuis cette époque, une liste électorale francophone appelée « Retour à Liège » demande la réunion de la commune à la province de Liège. Cependant, l'évolution démographique et l'attribution aux Néerlandais vivant en Belgique du droit de vote aux élections communales jouent en défaveur des francophones.

Dans le même temps, neuf communes, c'est-dire : Amblève, Bullange, Burg-Reuland, Butgenbach, Eupen, La Calamine, Lontzen, Raeren et Saint-Vith ont été insérées dans la Communauté germanophone de Belgique mais sont restées rattachées à la province et dépendent donc, administrativement, de l'arrondissement de Verviers.

La section « Histoire » est issue, en partie, de la section « Histoire » de l'article de Wikipédia en français intitulé « Province de Liège » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier]

  • Nathalie De Harlez de Deulin et Serge Delsemme, Parcs et jardins historiques de Wallonie, vol. 4 : Province de Liège, arrondissements de Liège, Verviers, Namur, Ministère de la Région wallonne, 2001, 281 p. (ISBN 978-2-8740-1110-8), OCLC 495352417
  • Alice Delvaille et Philippe Chavanne, L'art nouveau en Province de Liège, Alleur, Éditions du Perron, 2002, 113 p. (ISBN 978-2-8711-4188-4), OCLC 56770888
  • Marie Honnay, Maïté Sabel et Alain Bronckart, Liège : escapades en province de Liège, spécial design & art contemporain, Paris, Nouvelles éditions de l'Université, 2014, 336 p. (ISBN 978-2-7469-7034-2), OCLC 867596805
  • Jean Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, Vaillant-Carmanne, 2008, 735 p. OCLC 319422641

Régions[modifier]

La province de Liège compte cinq régions naturelles :

Hesbaye liégeoise (Hannut, Juprelle, Waremme)
De vastes campagnes ouvertes, ondulées par une succession de vallons secs et parsemées de villages, assurent à la Hesbaye liégeoise le plus bel exemple d’openfield (paysage découvert composé de parcelles non clôturées) du pays.
Vallée de la Meuse (Amay, Herstal, Huy, Liège, Oupeye, Seraing, Visé)
La « Basse-Meuse » est la vallée fluviale comprise entre Liège et Maastricht
Condroz liégeois (Anthisnes, Clavier, Esneux, Marchin , Modave , Nandrin, Neupré, Ouffet, Tinlot)
Le Condroz liégeois correspond à la partie Est de la région du Condroz s'étendant aussi sur les provinces voisines de Namur et de Luxembourg.
Pays de Herve (Aubel, Blegny, Dalhem, Herve, Olne, Plombières, Thimister-Clermont, Welkenraedt)
Environ 450 km2 de bocage
Ardenne liégeoise (Aywaille, Comblain-au-Pont, Sprimont, Theux, Jalhay, Waimes)
Massif montagneux qui constitue les restes d'une chaine de montagne vieille d'environ 400 millions d'années. Son point culminant, qui est aussi celui de la Belgique, se situe sur le plateau des Hautes Fagnes au Signal de Botrange à 694 m d'altitude.

Villes[modifier]

La province compte 84 communes dont 15 ont le statut de ville. Celles-ci sont classées par leur chiffre de population datant du .

Grandes villes[modifier]

  • 1 Liège ((wa) Lidje) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 196 767 hab. Chef-lieu de province, de l'arrondissement administratif éponyme, capitale économique de la Région wallonne et principale localité de la vallée de la Meuse.
  • 2 Seraing ((wa) Serè) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 64 046 hab. Ville de l'arrondissement administratif de Liège et localité de la vallée de la Meuse.
  • 3 Verviers ((wa) Vervî) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 54 984 hab. Chef-lieu de l'arrondissement administratif éponyme et principale localité du Pays de Herve.
  • 4 Herstal ((wa) Hèsta) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 39 690 hab. Ville de l'arrondissement administratif de Liège et principale localité de la Basse-Meuse.
  • 5 Huy ((wa) Hu) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 21 305 hab. Chef-lieu de l'arrondissement administratif éponyme et localité de la vallée de la Meuse.
  • 6 Eupen ((de) Eupen) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 19 450 hab. Ville de l'arrondissement administratif de Verviers, capitale de la Communauté germanophone et à cheval entre le Pays de Herve et l'Ardenne liégeoise*.

* Communauté germanophone.

Autres villes[modifier]

  • 7 Visé ((wa) Vizé) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 17 747 hab. Ville de l'arrondissement de Liège et localité de la Basse-Meuse.
  • 8 Herve ((wa) Hêve) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 17 662 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers et localité du Pays de Herve.
  • 9 Hannut ((wa) Haneù) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 16 200 hab. Ville de l'arrondissement de Waremme et principale localité de la Hesbaye liégeoise.
  • 10 Waremme ((wa) Wareme) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 15 031 hab. Chef-lieu de l'arrondissement administratif éponyme et localité de la Hesbaye liégeoise.
  • 11 Malmedy ((wa) Måmdey) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 12 497 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers et principale localité de l'Ardenne liégeoise.
  • 12 Spa ((wa) Spå) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 10 332 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers et localité de l'Ardenne liégeoise.
  • 13 Saint-Vith ((de) Sankt-Vith) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 9 658 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers et localité de l'Ardenne liégeoise*.
  • 14 Stavelot ((wa) Ståvleu) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 7 128 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers et localité de l'Ardenne liégeoise.
  • 15 Limbourg ((wa) Limbôr) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – 5 993 hab. Ville de l'arrondissement de Verviers en bordure du Pays de Herve.

* Communauté germanophone

Parler[modifier]

Deux « mitaillettes ».

Le français est la langue passe-partout dans la province de Liège. Cependant, dans l'Est de la province, les neuf communes formant la Communauté germanophone de Belgique sont germanophones avec des facilités pour les francophones. Cela signifie que la plupart de vos interlocuteurs parleront allemand mais qu'ils parleront aussi, pour la plupart, le français et que dans les administrations, les deux langues ont valeur égale.

La province de Liège est réputée pour contenir certains accents très singuliers pour les oreilles non averties ainsi que certains « mots » tout à fait particuliers tel « Oufti ! », que l'on pourrait traduire par l'antique « Diantre ! ». Beaucoup de Liégeois terminent aussi leurs phrases par un « hein ! » qui selon l’intonation donnée au mot peut signifier l'agacement ou l’interrogation (« me suis-je bien fait comprendre ? Hein ? »).

Certaines expressions idiomatiques wallonnes sont aussi passées dans le langage courant de la région liégeoise, mais tout le monde sait parler un français correct.

Petit lexique d'expressions liégeoises courantes

Expression Traduction Remarque
aubette petit édicule tel un kiosque à journaux, un kiosque à musique ou une gloriette
abribus aubette d'arrêt de bus
baraké personne musclée « Il est baraké comme un fil de fer » à propos d'une personne très maigre
barakî personne malpropre à l'origine, barakî désignait un bateleur ou un forain
bièsse idiot, stupide Kéne bièsse ! « Qu'il/elle est idiot(e) !»
bonbon biscuit
carabistouye faribole, blague
chique bonbon
clô t’gueûye ! tais-toi ! littéralement « ferme ta gueule ! »
drache averse de pluie
èwaré étonné, stupéfait
hê valêt ! hé toi là-bas ! en wallon, valêt signifie, « garçon », « jeune homme ».
guindaille fête estudiantine ou beuverie quelconque
goulafe goinfre
kén' affaire à Lîdje ! quel problème ! littéralement « quelle affaire à Liège ! » (mais le problème n'est pas nécessairement situé à Liège).
kot chambre d'étudiant
mâle bièsse sale type littéralement « mauvaise bête »
mamé gentil, aimable
mitraillette demi pain baguette avec des frites et une sauce piquante
non peut-être ! oui ! vous pourrez aussi l'entendre dans sa forme originale wallonne : nenni mutwèt !
oui sûrement ! non ! vous pourrez aussi l'entendre dans sa forme originale wallonne : awè sûrmin ! (åyi sûrmin ! à Verviers)
oufti ! oh là là !, diantre ! littéralement « ouf toi ! »
pain français pain baguette
potale petite niche ou chapelle dédiée à la Vierge
trémie tunnel de petite longueur avec pente descendante à l'entrée et pente montante à la sortie
va-s’ti fé arèdjî ! va au diable ! littéralement « va te faire enragé ! »
  • Ma nouvelle vie à Lîdge Logo indiquant un lien vers le site web  – Lexique d'expressions liégeoises.

Aller[modifier]

Le terminal passager de l'aéroport de Liège.

En avion[modifier]

Bien que la vocation première de l'aéroport de Liège, situé à l'ouest de l'agglomération liégeoise, soit le transport de fret avec, en 2015, une 28e place au rang mondial en termes de volume de marchandise, son infrastructure voyageur lui permet un mouvement annuel de un million cinq-cent milles voyageurs. Les vols directs relient Munich ainsi que de nombreuses destinations sud-européennes, nord-africaines et turques.

  • 1 Aéroport de Liège (Liège Airport IATA: LGG) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Rue de l’Aéroport, 4460 Grâce-Hollogne (route européenne E42, sortie 3), Logo indiquant un numéro de téléphone +32 4 2348411 Logo indiquant des horaires ouvert 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Présence d'un défibrillateur automatisé externe (DAE) ( au kiosque info du hall des départs) Terminal Bancontact retrait (en dans le hall des départs)

En train[modifier]

La province possède une gare importante pour l'accueil du trafic voyageur international : la gare de Liège-Guillemins. En outre, toutes les gares belges y sont accessibles en direct.

Gare ferroviaire Compagnie ferroviaire Destination Correspondance avec d'autres transports
La gare de Liège-Guillemins.
  • 2 Gare de Liège-Guillemins Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Liège, Logo indiquant un numéro de téléphone +32 2 5282828 Logo indiquant des horaires 7 jours sur 7 - guichets trafic intérieur : de 6 à 21 h, guichets trafic international : de h 30 - 18 h 30. – Wi-Fi payant. Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite , Présence d'un défibrillateur automatisé externe (DAE) et Terminal Bancontact retrait en (dans la zone self-service de la « salle des pas perdus »), billetteries automatiques pour le service intérieur, parking souterrain payant, parking dépose-minute gratuit, parking souterrain gratuit pour les vélos.
  • SNCB Logo indiquant un lien wikipédia
  • Toutes gares belges
  • Maastricht, Luxembourg
  • Bus – Lignes 1, 2, 3, 4, 25, 27, 30, 48, 57, 58, arrêt « Gare des Guillemins ».
  • Taxi – Fait oui (place des Guillemins).
  • Thalys Logo indiquant un lien wikipédia
  • ICE Logo indiquant un lien wikipédia

En autocar[modifier]

Les sociétés internationales de transport de voyageurs Eurolines et Flixbus traversent la province mais n'y possède qu'un seul point d'arrêt à Liège à la gare des Guillemins.

  • 3 Eurolines Liège Logo indiquant un lien vers le site web Billetterie : rue des Guillemins 94 — Station : rue Varin 33-34, Logo indiquant un numéro de téléphone +32 4 2223618 Logo indiquant des horaires billetterie : du lundi au vendredi de h - 13 h et 14 h - 17 h 30, le samedi de h - 12 h 30 et 13 h 30 - 15 h 30, enregistrement à la station tous les jours de h 45 - 23 h.
  • 4 Flixbus Liège Logo indiquant un lien vers le site web station : rue Varin 33-34, Logo indiquant un numéro de téléphone +33 1 76 360412

En transport en commun[modifier]

Un bus du TEC à Maastricht.

La société de transport en commun TEC opère des destinations extra-provinciales :

La société de transport en commun De Lijn opère, avec sa ligne 74, un parcours entre Liège et Tongres.

En voiture[modifier]

Schéma de l'échangeur de Loncin.

La province est dotée d'un réseau autoroutier important permettant un accès aisé à n'importe quelle localité depuis n'importe quelle origine. Plusieurs échangeurs facilitent également le choix de l'automobiliste quant à sa destination.

  • 5 Échangeur de Loncin – E40 E42 A602
  • 6 Échangeur de Vottem – E40 E313
  • 7 Échangeur de Cheratte – E25 E40
  • 8 Échangeur de Battice – E40 E42
  • 9 Échangeur de Bierset – E42 A604

Circuler[modifier]

En train[modifier]

Hormis la gare de Liège-Guillemins, la province compte 56 gares de chemin de fer toutes accessibles au départ de la première.

Liège-Guillemins
  └──> Ligne 34 (LiègeHasselt) : gares à Liège-Carré, Liège-Saint-Lambert, Herstal, Mimort, Liers et Glons
  └──> Ligne 36 (LiègeBruxelles) : gares à Ans, Bierset-Awans, Voroux, Fexhe-le-Haut-clocher, Momalle, Remicourt, Bleret et Waremme
  └──> Ligne 37 (LiègeWelkenraedt) : gares à Angleur, Chênée, Trooz, Fraipont, Nessonvaux, Pepinster, Verviers-Central, Verviers-Palais, Dolhain-Gileppe et Welkenraedt
  │                                                                                               │                                                                └──> Ligne 49 (WelkenraedtEupen)
  │                                                                                               └──> Ligne 44 (PepinsterSpa-Géronstère) : gares à Juslenville, Theux, Franchimont, Spa-Monopole et Spa-Géronstère
  └──> Ligne 40 (LiègeMaastricht) : gares à Bressoux et Visé
  └──> Ligne 42 (LiègeGouvy) : gares à Angleur, Tilff, Hony, Esneux, Poulseur, Rivage, Aywaille, Coo et Trois-Ponts 
  └──> Ligne 43 (LiègeMarloie) : gares à Angleur, Tilff, Hony, Esneux, Poulseur, Rivage, Comblain-la-Tour, Hamoir et Sy
  └──> Ligne 125 (LiègeNamur) : gares à Sclessin, Pont de Seraing, Jemeppe-sur-Meuse, Flémalle-Grande, Leman, Flémalle-Haute, Engis, Haute Flone, Amay, Ampsin, Huy, Statte et Bas Oha
  └──> Ligne 125A (LiersFlémalle-Haute) : gares à Ougrée, Seraing et Flémalle-Haute

En transport en commun[modifier]

Le réseau de transport en commun est gérer par le TEC Liège-Verviers qui est une des cinq sociétés de la Société régionale wallonne du transport, la société publique de transports de la Région wallonne.

Les 4 848 arrêts des 210 lignes de bus desservent l'ensemble des 84 communes de la province et le réseau est organisé en étoile depuis des terminaux. Liège compte quatre terminaux distant au maximum de 250 mètres l'un de l'autre : Saint-Lambert, Léopold, République française et Opéra tandis que Verviers compte un terminal : Gare-Centrale.

Pour les tarifs appliqués, référez-vous à la section « Tarification des transports en commun » de l'article sur la Wallonie.

  • TEC Liège-Verviers Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Plan du réseau.

En voiture[modifier]

Distances en kilomètres par la route la plus rapide entre les villes liégeoises
(de centre à centre)
Ville Eupen Herstal Huy Liège Saint-Vith Seraing Spa Verviers Visé Waremme
Eupen 34,4 75,9 41,3 70,3 56,8 25 15,5 37,9 61
Herstal 34,4 47 7,3 73,9 27,9 40,7 26 10,7 32,1
Huy 75,9 47 39,4 115 24,3 81,7 67,1 52 26
Liège 41,3 7,3 39,4 80,8 13,6 46,6 32 16,6 26,4
Saint-Vith 70,3 73,9 115 80,8 96,3 41,6 50,1 77,4 100
Seraing 56,8 27,9 24,3 13,6 96,3 39,5 47,6 32,5 30,2
Spa 25 40,7 81,7 46,6 41,6 39,5 18,3 45,6 68,7
Verviers 15,5 26 67,1 32 50,1 47,6 18,3 30,5 53,6
Visé 37,9 10,7 52 16,6 77,4 32,5 45,6 30,5 37,6
Waremme 61 32,1 26 26,4 100 30,2 68,7 53,6 37,6

À vélo[modifier]

Signal F99c indiquant l'entrée d'un chemin rural.

Hormis dans l'Ardenne liégeoise, la province est assez bien dotée en pistes cyclables et plus particulièrement en Hesbaye et dans la vallée de la Meuse. La Région wallonne a, par ailleurs, entrepris depuis le début des années 2000 de sécuriser ces voies cyclables en les séparant physiquement de la voirie réservée aux véhicules à moteur là où c'est possible.

Dans le Condroz et, surtout, en Hesbaye, vous trouverez également beaucoup de chemins ruraux (également connus sous l’appellation de « chemins de remembrement ») qui permettent à la circulation non motorisée et aux tracteurs agricoles de circuler entre les parcelles. Attention que, bien qu'interdit, il se peut que vous y croisiez un automobiliste en quête de raccourcis. Attention aussi que, si vous croisez un tracteur agricole, vu la largeur réduite de la chaussée, il vous faudra parfois mettre pied à terre pour laisser passer l'engin et que cette chaussée peut être glissante en automne à cause de la terre laissée par les engins agricoles pendant la périodes de récolte des betteraves sucrières.

  • Les chemins ruraux Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Pour tout savoir à propos des chemins ruraux.

La province est aussi traversée par plusieurs itinéraires du réseau RAVeL (balisés RAVeL-stripe.svg) réservés aux piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite ainsi qu'aux cavaliers, là où la situation le permet :

  • longues distances :
    • RAVeL 1 Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Relie Comines-Warneton à Maastricht. En province de Liège, cet itinéraire suit la Meuse entre Gives et Liège et le canal Albert entre Herstal et Lanaye,
    • RAVeL 5 Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Relie Hombourg à Durbuy. En province de Liège, cet itinéraire va de Hombourg à Sy ;
    • RAVeL 9 (Vennbahn, RAVeL L48) Logo indiquant un lien vers le site web  – Relie Raeren à Saint-Vith sur une distance de 71 km. L'on pourrait croire que l'itinéraire serpente du territoire belge au territoire allemand à plusieurs reprises mais il n'en n'est rien car il emprunte l'ancienne Vennbahn qui selon le traité de Versailles de 1919, se trouve en Belgique et, par conséquent, sur le territoire de la province de Liège. Il est accessible aux cavaliers uniquement sur la commune de Raeren,
  • moyennes distances :
    • RAVeL L45 (Voie verte de l'ancienne principauté) Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Relie Trois-Ponts à Losheimergraben (fontière allemande). D'une distance de 39,6 km, il est entièrement dans la province et entièrement accessible aux cavaliers,
    • RAVeL L126 Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Relie Ciney à Huy (où il rejoint le RAVeL 1) sur une distance totale de 35 km. Dans la province, il va de Clavier à Huy. Il est entièrement accessible aux cavaliers,
    • RAVeL L127 Logo indiquant un lien vers le site web  – Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite Rrelie Bertrée à Huccorgne via d'ancienne ligne de chemin de fer 127. D'une longueur de 21,9 km, il est entièrement dans la province.

Circuler à vélo dans les vallées de la Meuse, de l'Ourthe et de l'Amblève ainsi que sur le plateau hesbignon et le plateau des Hautes Fagnes ne demande guère d'efforts. Cependant, le Pays de Herve et l'Ardenne liégeoise sont beaucoup plus vallonés. Les versants des vallées peuvent receler des itinéraires assez abruptes même pour les sportifs. Plusieurs côtes sont d'ailleurs célèbres dans le monde des courses cyclistes :

  • Côte du Bol d'Air Logo indiquant un lien vers le site web (Ougrée) – D'une distance de 3 700 mètres et d'une déclivité de 190 mètres, sa pente moyenne est de 5,1 % avec un maximum de 24 %
  • Côte de Cortil (Côte de Tilff) Logo indiquant un lien vers le site web (Tilff) – D'une distance de 3 000 mètres et d'une déclivité de 186 mètres, sa pente moyenne est de 6,2 % avec un maximum de 10 %
  • Les Forges-Chevron (Côte de Chevron) Logo indiquant un lien vers le site web (Chevron) – D'une distance de 2 600 mètres et d'une déclivité de 83 mètres, sa pente moyenne est de 5,1 % avec un maximum de 22 %
  • Côte de Mont-Theux Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Theux) – D'une distance de 2 900 mètres, elle a une déclivité de 150 mètres avec une pente moyenne de 5,50 % et une pente maximale de 12 %
  • Côte de la Redoute Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Sougné-Remouchamps) – D'une distance de 1 650 mètres et d'une déclivité de 162 mètres, sa pente moyenne est de 9,7 % avec un maximum de 20 %
  • Côte de la Roche-aux-faucons Logo indiquant un lien vers le site web (Esneux) – D'une distance de 2 700 mètres et d'une déclivité de 149 mètres, sa pente moyenne est de 9,9 % avec un maximum de 16 %
  • Côte de Saint-Nicolas Logo indiquant un lien vers le site web (Saint-Nicolas) – D'une distance de 1 400 mètres, elle a une déclivité de 106 mètres, sa pente moyenne est de 7,6 % avec un maximum de 13 %
  • Côte de Somagne Logo indiquant un lien vers le site web (Stavelot) – D'une distance de 3 500 mètres, elle a une déclivité de 149 mètres, sa pente moyenne est de 6.5 % avec un maximum de 15 %
  • Côte de Trasenster-Ouest Logo indiquant un lien vers le site web (Fraipont) – D'une distance de 4 700 mètres, elle a une déclivité de 202 mètres, sa pente moyenne est de 4.3 % avec un maximum de 15 %
  • Mur de Huy Logo indiquant un lien vers le site web (Huy) – D'une distance de 1 300 mètres, elle a une déclivité de 128 mètres, sa pente moyenne est de 9.8 % avec un maximum de 19 %

À pied[modifier]

Acheter[modifier]

Centres commerciaux[modifier]

Flémalle[modifier]

Herstal[modifier]

Huy[modifier]

Liège[modifier]

Seraing[modifier]

Verviers[modifier]

Quartiers commerçants[modifier]

  • Les alentours du carré

Manger[modifier]

La province de Liège compte de nombreuses spécialités :

Boire un verre / Sortir[modifier]

  • Le Carré est un quartier d'Île et Avroy à Liège réputé dans toute la Belgique, et même au delà, pour sa vie nocturne.

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

La province compte de nombreuses écoles supérieures ayant des campus dans plusieurs localités ainsi qu'une université : l'Université de Liège dont la faculté de médecine vétérinaire attire chaque année des centaines d'étudiants français. La province abrite aussi une école secondaire assez unique (il n'y en a que quatre au monde) : l'École d'armurerie de Liège où l'on apprend l'usinage d'une arme ainsi que la gravure sur arme ou sur bijoux.

Sécurité[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Respecter[modifier]

Communiquer[modifier]

Aux environs[modifier]

Routes via Province de Liège
BruxellesLouvain O Route européenne 40 E  VerviersAix-la-Chapelle
MonsNamur O Route européenne 42 E  Verviers
Hoek van HollandMaastricht N Route européenne 25 S  BastogneLuxembourg
AnversHasselt N Route européenne 313 S  Liège (N655)
Battice (N3) N Route européenne 42 S  Steinebrück (frontière allemande (A60)
ParisBruxelles O Thalys E  Cologne
Bruxelles O ICE E  CologneFrancfort
Comines-WarnetonGives O RAVeL 1 N  LanayeMaastricht
Hombourg NE RAVeL 5 S  SyDurbuy
Saint-Jacques-de-CompostelleBen-Ahin O Chemins de Compostelle E  La CalamineNord et Est de l'Europe
Hoek van HollandVisé N GR 5 S  OurenNice


Destinations limitrophes de la province de Liège dans Wikivoyage
Rose des vents Brabant wallon
Brabant flamand
Limbourg belge
Limbourg néerlandais Pays-Bas
Rose des vents
Namurois N Rhénanie-du-Nord-Westphalie Allemagne
O    Province de Liège    E
S
Luxembourg belge
Grand-duché de Luxembourg Luxembourg
Rhénanie-Palatinat Allemagne
Stars310.svg
L'article de cette région est utilisable. L'article et les principales destinations de la région contiennent des informations suffisantes dans les rubriques aller, voir, se loger et manger. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Wallonie
Destinations situées dans la région