Télécharger le fichier GPX de cet article
42.0370544.00574Map mag.png

Géorgie

De Wikivoyage
Eurasie > Europe > Europe de l'Est > Géorgie (pays)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les autres lieux du même nom, voir Géorgie.
Géorgie
​((ka)საქართველო)
Svaneti 001.jpg
Drapeau
Flag of Georgia.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Forme de l'État
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation

La Géorgie ((ka)საქართველო, Sakartvelo) est un pays d'Europe de l'Est, situé sur la côte de la mer Noire, ans la région du Caucase. Il possède des frontières avec la Russie au nord et nord-est, la Turquie et l'Arménie au sud, et l'Azerbaïdjan à sud-est.

Comprendre[modifier]

Géographie[modifier]

Svanétie, une province historique dans le nord-ouest du pays

La Géorgie est un pays montagneux et subtropical d'une superficie de 69 700 km² (avec l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud). Le pays a des frontières communes terrestres avec quatre pays : la Russie au nord (723 km), l'Azerbaïdjan à l'est (322 km), l'Arménie au sud (164 km) et la Turquie au sud-ouest (252 km). À l'ouest, le pays est bordé par la mer Noire.

La Géorgie est un des trois pays de la Transcaucasie, subdivision régionale du Caucase, avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Le pays est principalement montagneux, mais certaines contrées du pays sont dominées par d'autres paysages, tels que le Plateau de Djavakhétie, à la frontière arménienne. Au nord, par contre, la frontière russe est une véritable frontière naturelle composée d'une grande chaîne de montagnes, le Grand Caucase, par opposition au Petit Caucase, qui occupe la partie sud du pays. Les troisième et quatrième plus hauts sommets du Caucase avec le mont Chkhara (5 058 m) et le Kazbek (5 047 m) se trouvent en Géorgie.

Les villes, les villages et les communautés rurales sont généralement construites en hauteur, sauf quand elles sont situées au bord de la mer Noire, comme Soukhoumi, Poti et Batoumi. Ainsi, la capitale Tbilissi est située à une altitude moyenne de 572 mètres, tandis que certains villages sont situés dans les montagnes les plus hautes du Caucase, rendant difficile leur accès et conduisant à une autarcie et une culture différente de celle du reste du pays, héritière des temps anciens et des croyances païennes de l'Antiquité. D'un certain côté, cette situation était très profitable aux habitants du pays : en effet, la Géorgie ayant été une terre de pillages, de ravages et d'invasions durant toute son histoire, ceux qui habitaient dans ces montagnes étaient épargnés, d'où la conservation de certains édifices religieux datant du Haut-Moyen Âge.

La Géorgie est traversée par de nombreux fleuves et cours d'eau. Le principal est le Mtkvari (ou Koura) qui a un cours de 1 515 km et qui prend sa source au nord-est de la Turquie, avant de traverser la capitale géorgienne Tbilissi et se jeter dans la mer Caspienne, en Azerbaïdjan. Les autres autres rivières importantes telles l'Alazani et le Rioni.

Climat[modifier]

Le climat de la Géorgie est subtropical à l'ouest et méditerranéen à l'est. La chaîne du Grand Caucase modère ses variations en servant de barrière contre l'air froid venant du nord. L'air chaud et humide de la mer Noire se déplace facilement dans les plaines côtières de l'ouest.

Le climat varie en fonction de la distance à la mer Noire et de l'altitude.

Le long de la côte de la mer Noire, de l'Abkhazie à la frontière turque, et dans la région dite Kolkhida (basses terres intérieures de la côte), les caractéristiques dominantes du climat subtropical sont une humidité élevée et de fortes précipitations (1 000 à 2 000mm par an, le port de la mer Noire Batumi reçoit 2 500 mm par an). Plusieurs variétés de palmiers poussent dans ces régions, où la température moyenne passe de 5 °C en hiver à 22 °C en été.

Les plaines de l'est de la Géorgie sont abritées des influences de la mer Noire par les montagnes qui offrent un climat plus continental. La température en été est en moyenne de 20 à 24 °C, les températures hivernales de 2 à 4 °C. L'humidité est plus faible, et la pluviométrie moyenne 500 à 800 mm par an.

Un climat alpin est présent dans les montagnes de l'est et de l'ouest, entre 2 100 et 3 600 m, ainsi qu'une région semi-aride sur le plateau Iori dans le sud-est. À haute altitude, les précipitations sont parfois deux fois plus importantes que dans les plaines orientales et de la neige et de la glace sont présentes toute l'année.

Histoire[modifier]

La Géorgie est un pays d'Europe de l'Est, situé sur la côte de la mer Noire aux confins de l'Europe et de l'Asie, dans la région du Caucase. Sa très longue histoire s'étend sur plusieurs millénaires et siècles, dont certains furent très décisifs dans l'histoire régionale.

Un des berceaux de la civilisation auprès de la Mésopotamie et de l'Égypte, son sol a accueilli les premiers hominidés connus du monde hors de l'Afrique, voici plus de 1,5 million d'années, et a développé très tôt de nombreuses cultures qui s'étendirent jusqu'à ses voisins. Désirée pour sa position stratégique depuis la naissance de la nation durant l'Antiquité, la Géorgie ne fut pendant très longtemps qu'un prétexte de dispute entre les superpuissances qui l'entouraient, de l'Empire hellénistique à la Russie, en passant par les royaumes perses, les Arabes, l'Empire romain, les Turcs, les Mongols et les Perses. Toutefois, aucun de ces facteurs ne fit perdre à la Géorgie son identité nationale qui ne fit que se renforcer dans les temps où on la réprimait.

Devenue chrétienne en 337 (prenant alors le titre de troisième nation à choisir le christianisme comme religion d'État), la Géorgie antique, connue sous le nom d'Ibérie, fut divisée à la fin du VIe siècle, et éclata en plusieurs principautés, qui furent réunifiées finalement au XIe siècle sous le sceptre de Bagrat III. Peu à peu, le nouveau royaume de Géorgie se développa et atteint son apogée au XIIIe siècle, sous les règnes des puissants monarques Georges III et sa fille Tamar. Toutefois, les invasions des ennemis étrangers achevèrent bientôt la gloire de la puissance caucasienne, et plus rien n'empêcha la division en quatre entités différentes de la Géorgie à la fin du XVe siècle.

Dès lors, les régions géorgiennes se retrouvèrent divisées dans les sphères d'influence de l'Empire ottoman et de la Perse séfévide. Cela créa un chaos dans le Caucase entier qui dut bientôt changer de camp pour se retrouver absorbé dans le globe impérial russe au XIXe siècle. Après un siècle de développement culturel, la Géorgie retrouva son indépendance durant une courte période sous le nom éphémère de République démocratique de Géorgie, avant de tomber sous la domination de l'Union soviétique, dont elle fut l'une des 15 républiques. À l'époque connue pour avoir donnée naissance au dictateur communiste Joseph Staline, les sentiments nationalistes furent durement réprimés par les autorités soviétiques, ce qui explique la déclaration d'indépendance dès que possible.

En avril 1991, la Géorgie accède à son autonomie suprême dans une grande période de troubles, à la fois victime des opposants anti-gouvernementaux et des séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Ces problèmes ont amené la guerre civile dans les années 1990. Finalement, avec l'arrivée au pouvoir de Mikheil Saakachvili en 2004, le pays recommence à se développer, jusqu'à l'arrêt brutal lors d'un conflit avec la Russie en 2008.

Population[modifier]

Les Géorgiens ont une forte tradition d'hospitalité, de la chevalerie et les codes de l'honneur personnel. Ils estiment que les hôtes viennent de Dieu.

L'amitié est la plus appréciée de toutes les vertus. Elle est célébrée dans une épopée nationale du XIIe siècle de Shota Rustaveli, Le Chevalier à la peau de panthère («ვეფხისტყაოსანი" ou "Vepkhist'q'aosani"), dans lequel la valeur d'une personne est jugée par la profondeur de ses amitiés.

Les Géorgiens sont fiers, passionné, farouchement individualistes, mais profondément reliés entre eux par un sentiment commun d'appartenance à une grande famille géorgienne.

Les femmes sont très estimées dans la société et se voient accorder un respect chevaleresque.

La statue de la Mère de Géorgie (Kartlis Deda) qui se trouve dans les collines au-dessus de Tbilissi symbolise peut-être le mieux le caractère national : dans sa main gauche, elle tient un bol de vin avec laquelle elle accueille ses amis et à sa droite, elle tient une épée contre ses ennemis.

Fêtes et jours fériés[modifier]

Date Nom français Nom géorgien Translittération en alphabet latin Remarques
1er janvier Jour de l'an ახალი წელი Akhali ts'eli
7 janvier Noël orthodoxe ქრისტეშობა Qhristeshoba
19 janvier Jour du Baptême du Christ ნათლისღება Nathlisgheba
3 mars Fête des Mères დედის დღე Dedis dghe
8 mars Journée internationale des droits de la femme ქალთა საერთაშორისო დღე Kalta saertachoriso dghe
9 avril Journée de l'Unité nationale ეროვნული ერთიანობის დღე Erovnouli ertianobis dghe Commémoration de la tragédie de Tbilissi du quand des dizaines de jeunes étudiants furent tués par les autorités soviétiques durant une manifestation pacifique.
Variable Semaine sainte, Pâque orthodoxe, Lundi de Pâques აღდგომა Aghdgoma Lors du Lundi de Pâques, une commémoration religieuse est organisée en l'honneur des Disparus.
9 mai Fête de la Victoire sur le Fascisme ფაშიზმზე გამარჯვების დღე Phachizmze gamardjvebis dghe
12 mai Fête de Saint André წმინდა მოციქულის ანდრია პირველწოდებულის საქართველოში შემოსვლის დღე Ts'minda motsiqhoulis andreys pirvelts'odeboulis sakartvelochi chemosvla dghe Commémoration de l'arrivée de Saint André en Géorgie, marquant le début de la christianisation du Caucase.
26 mai Fête de l'Indépendance დამოუკიდებლობის დღე Damouk'ideblobis dghe Le , la République démocratique de Géorgie déclara son indépendance vis-à-vis de la République démocratique fédérative de Transcaucasie, marquant la fin de la domination russe de 117 ans depuis 1801.
28 août Dormition მარიამობა Mariamoba
14 octobre Jour de la Cathédrale de Svetistskhoveli (Mtskheta) სვეტიცხოვლობა Svetistskhovloba Commémoration de la construction de la première église de Géorgie. D'après les chroniques, elle fut construite dans les années 330 au-dessus de la Sainte Tunique du Christ.
23 novembre Fête de Saint Georges გიორგობა Guiorgoba Saint Georges de Lydda est le patron de la Géorgie. Sa fête est considérée comme la fête nationale.

Bibliographie[modifier]

  • Pascal Reigniez (préf. Jean-Robert Pitte), Au pays de la vigne et du vin, la Géorgie (histoire), Paris, Les Indes Savantes, coll. « Boutique de l'histoire »,‎ , 371 p. (ISBN 978-2-8465-4438-2) (OCLC 965448189)

Régions[modifier]

Carte de la Géorgie
Kartli
Le cœur de la Géorgie, centre de la culture géorgienne orientale et centre économique, culturel et politique du pays; Région des destinations les plus visitées de Tbilissi, Mtskheta, Gori, et Stepantsminda.
Région du Rioni
Centre de Géorgie occidentale et de l'ancien royaume de Colchide, pays de la Toison d'Or ; aujourd'hui, la région abrite de magnifiques sites de l'UNESCO, et des paysages montagneux fantastiques.
Kakhétie
Région viticole, pleine de belles églises, monastères et vignobles.
Sud-ouest géorgien
Région subtropicale du pays, avec une importante population musulmane, et quelques grandes plages de galets.
Nord-ouest géorgien
Magnifiquement beau, assez dangereux, politiquement instable. Mais le risque d'une visite est mérité au moins une fois dans sa vie pour découvrir la fantastique Haute-Svanétie
Samtskhé-Djavakhétie
La régionn accueille une grande partie de la population arménienne de Géorgie, Vardzia, et le monastère enchanteur de Sapara
Territoires contestés (Abkhazie, Ossétie du Sud)
Régions séparatistes de Géorgie, dans un état ​​de guerre civile avec le gouvernement national, l'Abkhazie est une destination de belles plages subtropicales et de volcans, tandis que l'Ossétie du Sud, haut perchée dans les montagnes du Grand Caucase, a peu à offrir au voyageur au-delà du danger constant et de panoramas de montagne.
Clause de non-responsabilité L'exclusion de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud de cette hiérarchie régionale ne peut en aucun cas être considérée comme un appui politique à l'une des parties du conflit relatif à leur souveraineté.

Cette distinction purement pratique est due au fait que les conditions de voyage dans ces régions sont très différentes de celles du reste du pays.

Villes[modifier]

  • 1 Tbilissi
  • 2 Batoumi—  Principale station balnéaire du pays et capitale de l'Adjarie.
  • 3 Koutaïssi
  • 4 Roustavi
  • 5 Gori—  Ville connue pour être la ville natale de Joseph Staline
  • 6 Mestia
  • 7 Poti

Autres destinations[modifier]

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Visas[modifier]

Les citoyens de l'Union européenne, du Canada, de Suisse, de la CEI entre autres peuvent entrer sur le territoire géorgien sans visas. Les citoyens de l'Union européenne et la Turquie peuvent aussi entrer avec une seule carte nationale d'identité

  • ministère des affaires étrangères géorgien Logo indiquant un lien vers le site web —  Si vous être citoyen d'un autre état, consultez la liste du ministère des affaires étrangères géorgien.

Les passages de la Russie vers l'Ossétie du Sud (tunnel de Roki) et de l'Abkhazie (rivière Psou entre Gantiadi et Adler) sont considérées comme illégales par la Géorgie. Les voyageurs entre sur le territoire contrôlé par le gouvernement géorgien après être entré par l'Ossétie du Sud ou l'Abkhazie depuis la Russie s'expose à un risque d'amende ou parfois d'emprisonnement.

  •      Géorgie
  •      Exemption de visa
  •      eVisa
  •       visa requis
  • Points d'entré sur le territoire géorgien[modifier]

    Aéroports[modifier]


    Ports[modifier]
    •  3  Port maritime de Batoumi
    Rail[modifier]
    Route[modifier]
    •  7  Guguti/Tashir (Arménie).
    •  8  Ninotsminda/Bavra (Arménie).
    •  9  Sadakhlo/Bagratashen (Arménie).
    • 10 Krasny Most (pont rouge, Tsiteli Khidi, Qırmızı Körpü) (Azerbaïdjan).
    • 11 Tsodna (Postbina) entre Lagodekhi et Balakən (Azerbaïdjan).
    • 14 Passe de Darial/Verkhniy Lars (Верхний Ларс), au nord de Kazbegi (Russie) réouverte, certains voyageurs rapportent qu'elle est ouverte aux citoyens de tous les pays.

    En avion[modifier]

    Le principal aéroport est situé à Tbilissi [1]. Il y a également un aéroport international à Batumi [2]

    En bateau[modifier]

    Il existe des services en bateau vers Batoumi et Poti depuis Istanbul et Odessa. Le port turque de Trabzon sur la mer Noire a été fermée au transport de passagers. Sachez aussi que le port géorgien de Soukhoumi est fermé pour toute cargaison ou les bateaux de passagers en dehors de ceux à des fins humanitaires. Tous les navires allant à Soukhoumi doivent subir contrôle à la frontière par les garde-côtes géorgiens dans les environs du port de Poti.

    En train[modifier]

    Carte du réseau de chemin de fer du Caucase.

    Il y a des services de train depuis Bakou en Azerbaïdjan en direction de Tbilissi avec plusieurs arrêts intermédiaires. Une nouvelle ligne reliant entre Kars en Turquie et Bakou via Tbilissi devrait être ouverte en 2013. Ceci permet d'établir un lien direct entre Tbilissi à Istanbul et plus loin vers l'Europe ainsi qu'un accès plus confortable et plus rapide de l'Azerbaïdjan. Il existe également un service entre Tbilissi et Erevan en Arménie.

    En autocar[modifier]

    Divers services d'autobus directs relient Tbilissi et Istanbul en Turquie, avec plusieurs arrêts sur leur route.

    Plusieurs liaisons de bus sans arrêts intermédiaire relient Tbilissi et Bakou, en Azerbaïdjan.

    Des bus directs relient également Tbilissi et Thessalonique ou Athènes, en Grèce, qui ont toutes les deux une communautés d'expatriés géorgiens.

    En voiture[modifier]

    L'entrée dans le pays avec une voiture n'est pas un problème majeur. Il est recommandé d'avoir une procuration avec vous si vous n'êtes pas le propriétaire du véhicule. Un autocollant contenant le numéro de plaque de la voiture sera apposé sur votre passeport en relation avec le cachet d'entrée. Dans le passé, la carte internationale d'assurance n'était pas valable pour la Géorgie, l'achat d'assurance au point d'entrée était nécessaire (même si le montant couvert était ridiculement bas). Notez qu'a la frontière, seul le conducteur peut passer par la zone de contrôle de la voiture, les autres passagers de la voiture doivent utiliser le couloir des piétons.

    Les lois de la circulation sont maintenant correctement appliquées, l'une des premières mesure du président Mikheïl Saakachvili fut de dissoudre la police de la circulation extrêmement corrompue. Les règles sont correctement respectées, dans les villes et sur ​​les routes à travers le pays. La règle la plus importante à prendre en compte est que le dépassement se fait au milieu de la chaussée et les voitures des deux voies sont priée de se déporter à l'extérieur de leur voie pour rendre la manœuvre la plus sûr possible. Les routes dans Tbilissi et dans les autres grandes villes sont généralement bonne et sans danger, mais les routes de campagne sont souvent en mauvais état. Bien que les lois de la circulation soient appliquées, la conduite est encore très chaotique. La conduite en état d'ivresse reste un problème majeur, la plupart des conducteurs dépassent avec peu d'espace entre les véhicules, les limites de vitesse et les priorités sont rarement respectées, les piétons marchent dans la circulation sans même jeter un coup d'œil dans les deux sens, et bien sûr, un troupeau de bétail pourra ralentir la circulation jusqu'à son immobilisation. Un voyageur aventureux peut trouver qu'un voyage en voiture est un moyen pratique pour visiter le pays mais avec l'abondance des taxis, des autobus et des marshrutkas, le voyageur moyen se sentira mieux dans un siège de passager.

    Circuler[modifier]

    En avion[modifier]

    Il existe des lignes intérieurs entre les aéroports de Tbilissi et Batoumi et Tbilissi et Mestia.

    En train[modifier]

    Réseau ferroviaire géorgien

    Le réseau de chemin de fer est relativement étendu en Géorgie. Les trains sont assez lents, et très bon marché. Si on envisage d'aller de Tbilissi à (par exemple) la côte de la Mer Noire, il est sans doute préférable de prendre un train de nuit plutôt que de passer des heures dans une marshurtka (minibus).

    • GR Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata

    En bus[modifier]

    Depuis 2010, de nouveaux bus relativement confortables circulent à Tbilissi. C'est le moyen de transport le meilleur marché pour circuler. Dans les campagnes géorgiennes et à l'extérieur de Tbilissi, les bus sont en général vieux et lents.

    Les minibus sont appelés localement par le mot russe marchroutka. Ils assurent des liaisons régulières. Après avoir trouvé le numéro de votre itinéraire, faite signe à une marchroutka dans la rue en faisant un signe de la main, la paume vers le bas.

    Il existe aussi des lignes de marchrutka entre les différentes villes. Leurs routes se terminent généralement dans les gares routières et les marchés de la ville. Leur destination est écrite en géorgien, sur un panneau placé sur la fenêtre avant. Demander aux conducteurs marchroutka si vous ne pouvez pas trouver le minibus que vous recherchez.

    En voiture[modifier]

    Carte du réseau routier de Géorgie

    La signalisation routière répond aux normes internationales en vigueur.

    Les villes et leurs distances à parcourir sont inscrites en blanc sur fond bleu pratiquement toujours en géorgien et en anglais.

    Limitations de vitesse :

    • Voies express : 100 km/h
    • Routes : 90 km/h
    • Ville : 60 km/h

    Une seule autoroute est (en 2017) en service en Géorgie, entre Tbilissi et Gori.

    L'état des routes, principalement du réseau secondaire, laisse parfois à désirer. La signalisation est parfois déficiente. Il est déconseillé de conduire de nuit.

    Les limitations de vitesse sont très peu respectées, les lignes blanches continues semblent être pour beaucoup de chauffeurs géorgiens un simple élément décoratif.

    Faites attention aux animaux domestiques : vaches, cochons, moutons et autres paissent le long des axes routiers même majeurs. Il n'est pas rare de croiser une vache assise en plein milieu de la chaussée.

    Attention aux nids de poule sur les routes, notamment en ville, même sur des grands axes.

    Il est interdit de prendre le volant après avoir bu de l'alcool, même si les locaux le font toujours. Les sanctions sont très lourdes envers les contrevenants.

    Le permis de conduire français est reconnu mais il est recommandé de posséder sur soi le permis de conduire international.

    En cas d'accident, ne pas déplacer les véhicules et prévenir impérativement la police qui se chargera d'établir un constat.

    À vélo[modifier]

    De nombreuses routes ne sont pas revêtues (ou goudronnées), et le pays est essentiellement montagneux : un VTT est donc le bienvenu.

    Ce type de véhicule léger permet d'atteindre les régions les plus reculées.

    Il est possible de louer des VTT dans les grandes villes, par exemple au club Jomardi à Tbilissi.

    Parler[modifier]

    La langue principale est le Géorgien, les langues secondes les plus courantes sont l'anglais et le russe.

    Pour les amateurs de linguistique, la Géorgie et ses langages apparentées sont un vrai régal. Pour tous les autres, c'est un cauchemar. Le géorgien est une langue caucasienne, d'aucune façon liée à des langues parlées en dehors de la région, et connues pour la pléthore de consonnes, souvent difficiles à distinguer et à prononcer pour les allophones, ou locuteurs des langues les plus courantes. De plus, ces consonnes se retrouvent souvent dans de longues séquences, apparemment impossibles sans intercaler des voyelles. Il est possible d'en enchaîner jusqu'à huit, comme dans gvprtskvni (გვფრცქვნი), figuratif pour "vous nous arnaquez". Cette combinaison de groupes de consonnes formidables et un alphabet unique font du géorgien une langue difficile à apprendre.

    Le visiteur se doit d'essayer d'apprendre au moins quelques mots géorgiens. Vue l'hostilité envers la Russie, il est parfois plus difficile d'obtenir ce qu'on désire en russe. Les personnes les plus susceptibles de parler russe incluent les générations plus âgées, les groupes ethniques non-Géorgiens tels que les Azéris, Arméniens, les Abkhazes, les Ossètes, dont la plupart ne parlent pas couramment le Géorgien. Le russe a été la langue dominante à l'époque soviétique, le russe reste une lingua franca, pour beaucoup d'entre eux. Les membres de l'élite sont toutefois plus susceptibles de parler l'anglais que le russe. Parler russe est utile et recommandé dans les zones où vivent les minorités ethniques, en particulier dans les régions de Kvemo Kartli, où 50% de la population est azérie, et Samtskhe-Javakheti où 50% de la population est d'origine arménienne.

    La jeune génération, en grande partie en raison de l'hostilité envers la Russie, préfère désormais étudier l'anglais. L'accès à des cours d'anglais de bonne qualité dans les zones rurales reste faible, néanmoins l'anglais est en passe de devenir une seconde langue nationale. Les personnes ayant une vingtaine d'années sont les plus susceptibles de connaître un peu l'anglais.

    Enfin, les signes en Géorgie sont rarement bilingues en dehors du métro de Tbilissi. La plupart des panneaux de signalisation sont dans les deux alphabets : géorgien et latin. Une connaissance de base de l'alphabet géorgien peut être très utile pour comprendre les panneaux routiers, les enseignes des commerces, magasins, restaurants, les noms de lieu et les destinations des bus.

    Qui voyage sans aucune connaissance du géorgien peut emporter (et utiliser) un guide de conversation... ou voyager avec un guide.

    Acheter[modifier]

    Monnaie[modifier]

    La monnaie officielle de la Géorgie est le lari (GEL) divisé en 100 tetri.

    Lors de l'échange d'argent dans les banques, il faut présenter une pièce d'identité valide. Dans les petits bureaux de change disséminés un peu partout dans le pays, ce n'est pas nécessaire, et le taux est parfois un tout petit peu meilleur.

    Lorsqu'on voyage en dehors de Tbilissi, il vaut mieux changer de l'argent avant le voyage, car les taux de change sont moins bons dans les zones rurales.

    Le lari géorgien ne peut pas être échangé à l'étranger : ne pas oublier de changer le reste de l'argent avant de quitter le pays.

    Certains guichets automatiques géorgien en dehors de Tbilissi peuvent ne pas accepter les cartes étrangères. De plus, un effet secondaire des prix généralement très raisonnable en Géorgie est que beaucoup de petits établissements ainsi que les taxis n'ont pas le change pour les grands billets en lari (en particulier 50 ou supérieur). Les voyageurs sont donc invités à avoir sur eux des pièces et des petits billets.

    • Banque nationale Logo indiquant un lien vers le site web —  Taux de change.
    Taux de change GEL actuel
    XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
    OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
    fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD

    Pour une visite de la Géorgie sur une semaine, un budget de 550 à 600  (par personne adulte) permet d'être à l'aise, pour séjourner dans un bon hôtel, faire de belles excursions guidées et manger de la bonne nourriture. Pour tout autre achat (cadeaux, bijoux, artisanat), prévoir davanatge.

    Un routard ne devrait pas avoir trop de difficulté avec de 120 à 160 , par semaine, en se nourrissant correctement y compris dans la capitale. Prévoir encore 25 à 40  pour les déplacement et les excursions.

    Manger[modifier]

    La cuisine géorgienne est justement célèbre dans toute l'ex-Union soviétique, les visiteurs de Moscou auront remarqué la quantité de restaurants géorgiens.

    Parmi les plats nationaux les plus populaires :

    • le khatchapouri, pain rempli généralement de fromage qui ressemble plutôt à une tarte au fromage,
    • le khinkali, boule de pâte farcie de viande hachée et épicée servi en énormes quantités,

    Le khachapouri est livré avec chaque repas, le khinkali est habituellement un repas spécifique où les hommes géorgiens avalent facilement 15 boulettes énormes.

    Le Mtsvadi est un autre aliment de base : savoureux morceau de porc ou de veau mariné et grillé sur une broche avec des oignons.

    Il existe encore une longue liste de plats savoureux, le plus souvent parfumé à l'ail, de coriandre, de noix et d'aneth.

    La supra, une fête traditionnelle géorgienne, est vraiment un spectacle à voir avec une telle profusion qu'aucun groupe ne peut terminer et accompagnée d'au moins 20 toasts agrémentés de vin ou de cognac.

    Pour une collation rapide, il faut essayer toute la variété de ghvezeli, feuilleté farci avec de la viande, des pommes de terre, du fromage ou d'autres ingrédients, habituellement vendu sur les marchés et sur le trottoir.

    Les fruits et légumes sont ici extrêmement savoureux et vraiment pas chers, en saison. Même sans parler géorgien et avec un aspect de touriste occidental, on trouve des fruits et légumes sur le marché pour une fraction du prix réclamé en Europe de l'Ouest. Un repas rapide composé de tomates, de fromage frais, de pouri (pain) et de fruits est peut-être un des meilleurs repas.

    Si vous êtes invité pour le repas chez des habitants, et ce n'est pas si rare, vue l'hospitalité et le désir général de gaver les visiteurs étrangers, acceptez, vous ne devriez pas être déçu.

    Le menu des restaurants répète invariablement les même plats. Mais la cuisine géorgienne est bien plus riche et possède un nombre incalculable de plats à goûter, préparés à partir de produits frais cultivés localement, bien que les supermarchés se répandent dans toute la Géorgie. Essayez si l'on vous propose de mettre vos mains à la préparation de l'ajabsandali, une sorte de ratatouille de légumes dont chaque famille à sa recette. Une autre série de mets préparés à partir d'agneau (tchanakhi, tchakapouli) est tout simplement délicieux.

    Enfin, il existe de nombreux plats végétariens, surtout dans les régions de l'ouest de la Géorgie, étonnamment excellents, et accompagnant la plupart des fêtes locales... avec une forte consommation d'alcool et de vin.

    Boire un verre / Sortir[modifier]

    Tchatcha[modifier]

    La tchatcha (ჭაჭა) est un spiritueux artisanal à base de fruits. Cette liqueur distillée claire est proche de la grappa italienne. Le terme «Chacha» est utilisé en Géorgie pour désigner tout type d'alcool maison à base de fruits.

    La Chacha est composée de marc de raisin (résidu de raisin laissé après la fabrication du vin). Il peut également être produit à partir de raisins non mûrs ou non-cultivées et, dans certains cas de figue, de mandarine, d'orange ou de mûrier. Il est généralement mis en bouteille "à la main".

    Il peut être acheté sur les petits marchés, chez les producteurs, dans les ruelles et les sous-sols de toute la Géorgie. On le trouve aussi dans certain commerces de détail et supermarchés.

    Vins[modifier]

    La Géorgie a une des plus anciennes traditions vinicoles du monde et a été appelé le berceau de vins en raison de découvertes archéologiques qui indiquent une production de vin remontant à 5000 av-jc. De ce fait, les Géorgiens ont d’excellents vins. Grâce à une tradition ancienne de production et un climat idéal, le vin géorgien tient concurrence avec les vins français ou italiens. Il vous faut certainement gouter le vin géorgien. Malheureusement, vous n'êtes pas autorisé à exporter du vin en bouteille fait maison qui est souvent le meilleur. Les vins géorgiens sont très réputés, peut-être moins connus en occident mais ils le sont certainement pour les quelques 280 millions de personnes de l'ancienne Union Soviétique où les vins géorgiens restent une boisson bienvenue à toutes les tables.

    Les rouges
    • Saperavi (საფერავი sah-peh-rah-vi)
    • Mukuzani (მუკუზანი mou-k'ou-zah-ni)
    • Khvantchkara (ხვანჭკარა khvahntch-k'ah-rah) - demi-doux
    • Kindzmarauli (კინძმარაული kindz-mah-rah-ou-li) - demi-doux
    Les blancs
    • Tsinandali (წინანდალი ts'i-nahn-dah-li)
    • Kakheti (კახეთი k'ah-kheh-ti)
    • Tbilisuri (თბილისური tbee-lee-sou-ri)

    Bières[modifier]

    La Géorgie produit un nombre croissant de bières locales. Une tradition brassicole existe en Géorgie depuis l'antiquité dans les régions montagneuses de Khevsoureti et Toucheti. Après l'indépendance de l'Union soviétique, la Géorgie a relancé sa production de bière et présente sur le marché des bières de haute qualité. La bière géorgienne la plus populaire est la Kazbegi. Aujourd'hui, la production de bière en Géorgie est encore en croissance, offrant des bières de haute qualité. On trouve aussi beaucoup de bières étrangères telles que Heineken, Bitburger, Löwenbräu, Guinness, etc

    Eaux minérales[modifier]

    Les eaux minérales géorgiennes ont des goûts exceptionnels et intéressant très différent des eaux françaises et italiennes. Les plus célèbres eaux minérales géorgiennes sont Borjomi (ბორჯომი Bohr-Joh-mei), Likani (ლიკანი lick-ah-ni), et Nabeglavi (ნაბეღლავი nah-beh-ghlah-vé). Mais il existe une pléthore de sources moins connues situées dans les petites villes et le long des routes dans tout le pays qui valent la peine d'être goûtées.

    Eaux Lagidze / Sodas[modifier]

    Mitrofan Lagidze (ლაღიძე lah-ghi-dzeh) est le patronyme d'un très célèbre homme d'affaires géorgien du XIXe siècle qui a produit des boissons gazeuses très populaires en Géorgie. Aujourd'hui, ces boissons sont appelées "eaux Lagidze". Les boissons gazeuses Lagidze sont faites uniquement avec des composants naturels de fruits, sans aucun produit chimique, sucres artificiels ou autres additifs. Les saveurs les plus populaires sont estragon ou crème et chocolat. Vous pouvez les trouverez en bouteille dans les magasins.

    Se loger[modifier]

    En ville et dans les zones touristiques, il existe des hôtels de toutes classes et pour tous les budgets. Le nombre de grands hôtels occidentaux en Géorgie augmente chaque année, et pas seulement à Tbilissi, mais aussi à Batoumi et d'autres villes géorgiennes. Dans les zones rurales, cependant, des pensions privées et le logement chez l'habitant est l'option la moins chère et la plus agréable mais il faut s'attendre à peu d'intimité et des notions de géorgien, de russe ou a défaut un bon dictionnaire seront indispensables. En général, le prix de l'hébergement en Géorgie est surfait, notamment en dehors de Tbilissi et Batoumi. Le tourisme restant une industrie naissante, le service dans les hôtels laisse souvent à désirer (comme le manque de papier toilette).

    Apprendre[modifier]

    • École Française du Caucase Logo indiquant un lien vers le site web 76B Avenue Tchavtchavadze 0162 Tbilissi, Logo indiquant un numéro de téléphone + 995 32 2 29 47 71—  Cursus français.

    Travailler[modifier]

    Sécurité[modifier]

    Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
    Tous services d'urgence : 112
    Police : 122
    Ambulance : 113
    Pompier : 111

    La majorité du pays est très sûr pour les voyageurs. Les taux de criminalité sont parmi les plus bas d'Europe.

    Corruption[modifier]

    La corruption est devenue beaucoup moins visible depuis la Révolution des roses. Il est maintenant sûr et raisonnable de faire confiance à la police géorgienne depuis la police de la circulation corrompue a été dissoute. Des voitures de police patrouillent régulièrement dans les rues des villes et des villages géorgiens et peuvent aider en cas de panne de voiture ou tout autre problème sur la route.

    Routes[modifier]

    L'utilisation des ceintures de sécurité est désormais obligatoire et strictement appliquées. Des radars sont installés sur tous les principaux axes et les sur les autoroutes à travers tout le pays. Toutefois, la Géorgie a le triste record des accidents de la route le Sud Caucase.

    Une personne est blessée toutes les heures dans un accident de la circulation, tandis qu'un décès survient toutes les 18 h, selon une étude publiée par l'ONG géorgienne, Safe Driving Association. L'Organisation mondiale de la santé estime le nombre à 16,8 décès pour 100.000 par an (par rapport à l'Azerbaïdjan et l'Arménie à 13 à 13,9).

    Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

    • Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
    • Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
    • France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
    • Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

    Représentations diplomatiques[modifier]

    Les ambassades, comme celle de France et de Suisse, sont à Tbilissi. La Belgique n'a pas d'ambassade en Géorgie. L'ambassade compétente pour la Géorgie est située à Bakou. Le Canada n'a pas d'ambassade en Géorgie. L'ambassade compétente pour la Géorgie est située à Ankara.

    Communiquer[modifier]

    Gérer le quotidien[modifier]

    Santé[modifier]

    Respecter[modifier]

    Stars310.svg
    L'article de ce pays est utilisable. L'article contient des informations suffisantes en ce qui concerne la monnaie, la langue, la cuisine et la culture. Il liste les principales villes et destinations du pays qui ont au minimum le statut d'article utilisable. Si une personne aventureuse peut utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
    Cet article reprend du contenu de l'article Géorgie (pays) de Wikipédia. Voir l'historique de cette page pour la liste des auteurs.

    (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikivoyage en anglais intitulé « Georgia (country) » (voir la liste des auteurs)

    Liste complète des autres articles de la région : Europe de l'Est
    Destinations situées dans la région