Télécharger le fichier GPX de cet article
-5.6339.48Map mag.png

Zanzibar

De Wikivoyage
Aller à : navigation, rechercher
Pour les autres lieux du même nom, voir Zanzibar (homonymie).
Archipel de Zanzibar
​((sw) Funguvisiwa ya Zanzibar)
Le marché de Stone Town
Le marché de Stone Town
Information
Pays
Capitale régionale
Océan
Altitude minimale
Altitude maximale
Superficie
Population
Densité
Gentilé
Langues officielles
Autre langue
Religions
Fuseau
Localisation
Site officiel
Site touristique

Quoi que Zanzibar soit un archipel constitué principalement de trois îles (Pemba, Unguja et Mafia) dans l'océan Indien et faisant partie de la Tanzanie, cet article ne concerne que les îles de Pemba et d'Unguja tant leur histoire commune depuis le VIIIe siècle et leur culture sont indissociables. Pour l'île de Mafia, référez-vous à l'article sur le littoral sud-est tanzanien.

Comprendre[modifier]

Agriculture de l'archipel.

Si Unguja et Pemba sont connues pour leur plages de sable blanc très fin et leur climat idyllique, ce sont également de hauts lieux de la culture swahilie. Les deux îles sont aussi renommées pour leurs productions d'épices et, plus spécialement, celle du clou de girofle (en swahili karafuu au singulier et makarafuu au pluriel) qui représente environ 10 % de la production mondiale ; c'est à Pemba que se trouve la plupart des zones de production (la forêt qui couvrait autrefois l'île fut presque entièrement rasée entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle pour permettre les cultures). Pemba est aussi renommée parmi les adeptes du vaudou qui y viennent de toute l'Afrique à la rencontre des chamans et autres guérisseurs (en swahili mchawi au singulier et wachawi au pluriel).

Bien que rattachées, depuis 1964, au Tanganyika pour former l'actuelle Tanzanie, les deux îles ont gardé une certaine autonomie et sont dirigées politiquement par un gouvernement distinct de la Tanzanie continentale : le Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar ((en)Revolutionary Government of Zanzibar). Cela sous entend, entre autres, que les formalités d'entrée et certaines lois, dont leur Constitution, leurs sont propres.


Office du tourisme[modifier]

Climat[modifier]


Zanzibar
Diagramme des précipitations en mm
J F M A M J J A S O N D
Diagramme des températures en °C
32
24


32
24


32
25


30
25


28
23


28
23


27
22


28
22


28
22


30
22


31
23


31
24



50 60 140 320 280 50 20 30 40 60 170 130
Temp. max. annuelles moyennes en °C
29.8
Temp. min. annuelles moyennes en °C
23.3
Précipitations annuelles en mm
1350
Légende: Temp. maxi et mini en °CPrécipitation en mm

Unguja et Pemba ont un climat idyllique, s'il en est, pour des vacances au soleil. La crème solaire et le parasol y sont plus utiles que la bouillotte et le parapluie.

Les mois les plus chauds vont de janvier à mars avec des températures maximales de 38 °C en février et mars. Les mois les plus froids vont de juillet à septembre avec des températures minimales de 19 °C.

Question précipitations, une grosse saison des pluies (masika en swahili) en avril et mai avec une moyenne de 500 mm d'eau par m2 et une moyenne de 21 jours de pluie pour les deux mois ; une petite saison des pluies (vuli en swahili) en novembre et décembre avec une moyenne de 300 mm d'eau par m2 et une moyenne de 17 jours de pluie pour les deux mois. Le mois le plus sec est juillet avec une moyenne de 20 mm d'eau par m2 et une moyenne de 2 jours de pluie.

L'archipel étant en dehors de la route des cyclones tropicaux frappant le sud-ouest de l'océan Indien entre octobre et mai, la plupart des dépressions le touchant sont de simples dépressions tropicales avec des vents n'excédant pas 62 km/h et, rarement, des tempêtes tropicales avec des vents n'excédant pas 118 km/h.


Toponymie[modifier]

La plus ancienne appellation de « Zanzibar » vient de l'Antiquité et du vieux-perse زنگبار qui signifie « Terre des noirs » (de zang « noir », et bār « terre », « côte »). À cette époque, cette désignation englobait la côte continentale allant de l'actuelle ville de Mogadiscio au nord du Mozambique ainsi que l'archipel de Zanzibar et celui de Kilwa. Lors de leur installation au XIe siècle, les Omanais, traduisent le terme en arabe par زَنْجِيّ بَرَّا‎. Enfin, ce sont les Portugais qui vont, lors de leur prise possession de l'île d'Unguja en 1503, le traduire en « Zanzibar », le terme ne désignant plus alors que cette île et le nom du comptoir commercial qu'ils installent à l'endroit de l'actuelle Stone Town.

Quant à « Unguja », c'est le nom de « Zanzibar » en zanzibari (kiunguja), le dialecte local du swahili. « Pemba », qui est connue en arabe sous le vocable de الجزيرة الخضراء (« Île verte »), doit son nom au fait que, au Xe siècle, les habitants étaient des Wapemba d'origine bantoue mais largement métissés avec les Perses et les Arabes. Ils étaient également Chirazis, c'est-à-dire des musulmans adeptes du soufisme.

Histoire[modifier]

Les fouilles archéologiques effectuées dans la grotte de Kuumbi ont révélé que l'île d'Unguja est occupée par l'homme dès 22 000 ans av. J.-C. Il s'agissait probablement de pêcheurs côtiers venus d'Afrique continentale au moyen d'embarcations légères.

Grâce aux vents favorables à la navigation, des routes commerciales empruntées par des marchands marins venant d'Égypte, des côtes arabes et indiennes se développent le long de la côte orientale africaine certainement dès le début de notre ère et un récit en grec ancien de la première moitié du Ier siècle : Le Périple de la mer Érythrée nomme soit Unguja soit Pemba sous le nom de Μενουθιάς mais il est plus vraisemblable qu'il s'agissait de l'île de Pemba en fonction de la distance indiquée par rapport au continent : τʹ στάδιον, c'est-à-dire 300 stades. Les arabes s'implantent dans la région avant même l'islamisation et forme l'aire culturelle swahilie avec un substrat de population bantoue.

Entre les VIIIe et IXe siècles, une vague d'immigration perse menée par le sultan de Chiraz s'installe dans l'archipel avec, pour conséquence, la création de cités-états. La coexistence entre les différentes cités ne se fait pas toujours sans heurt et notamment entre les cités des Chirazi et celles des Omanais venus aussi s'installer dans l'archipel au XIe siècle. Cependant, ces heurts n’empêchent pas l'essor de l'archipel notamment grâce au commerce des esclaves, de l'or, de l'ivoire, des épices ainsi que des soieries et porcelaines venues de Chine.

La maison de Tippu Tip, le plus célèbre des esclavagistes swahilis, à Stone Town.

L'arrivée, au début du XVIe siècle, des Portugais, s'accaparant le contrôle du commerce, met un frein à la prospérité économique des Zanzibarites jusqu'au et la prise du fort Jesus à Mombasa par les Omanais qui reprennent ainsi leur domination sur toute la région. À cette époque, Unguja et Pemba vivent essentiellement de la culture de la datte et, dans une moindre mesure, de la canne à sucre et du giroflier. Ces cultures exigeant une nombreuse main-d’œuvre, la traite négrière s'intensifie. Ainsi, grâce aux registres des perceptions douanières, nous savons qu’entre 1830 et 1873, environ 700 000 esclaves furent officiellement vendus sur le seul marché de Zanzibar City qui était situé à l'emplacement de l'actuelle Cathédrale du Christ et que entre 65 et 90 % de la population d'Unguja et de Pemba étaient des esclaves. Malgré le traité anglo-zanzibarite, de , abolissant officiellement la traite des esclaves sur l'archipel celle-ci perdura encore, de façon clandestine, de nombreuses années pendant lesquelles les esclaves étaient cachés dans des endroits comme Slaves Chamber.

Suite à l'accord anglo-allemand du , Unguja et Pemba deviennent le protectorat britannique de Zanzibar tandis que Mafia est attachée à l'Afrique orientale allemande.

Des élections organisées par les Britanniques en 1961 et les émeutes raciales qui s'en suivent aboutissent, au , à l'indépendance du protectorat sous la forme d'un sultanat. Les évènements politiques se précipitent alors l'un l'autre : le , Pemba déclare son indépendance vis-à-vis du sultanat ; moins de 15 jours plus tard, les deux îles sont de nouveau réunies et forment la République populaire de Zanzibar ; le , cette république fusionne avec le Tanganyika pour fonder la République unie de Tanganyika et de Zanzibar rebaptisée quelques mois plus tard en Tanzanie (formé du Tan de Tanganyika et du zan de Zanzibar).

Malgré cette fusion, l'ancienne République populaire de Zanzibar a gardé une certaine autonomie politique avec certaines lois, dont la Constitution, et un gouvernement qui lui sont propres.

La section « Histoire » est en partie issue de l'article de Wikipédia en français intitulé Histoire de Zanzibar (voir la liste des auteurs).
Chronologie de la territorialité sur Unguja et Pemba depuis le XVe siècle
Début Fin Entité Remarque
XVe siècle 1503 Sultanat de Kilwa
1503 1668 Drapeau du sultanat d'Oman Empire colonial portugais
1668 1856 Drapeau du sultanat d'Oman Sultanat d'Oman
1856 Drapeau du sultanat de Mascate et Oman Sultanat de Mascate et Oman
Drapeau du Sultanat de Zanzibar Sultanat de Zanzibar
Drapeau du protectorat de Zanzibar Protectorat britannique de Zanzibar
Zanzibar-dec-1963-jan-1964.svg Sultanat de Zanzibar
République populaire de Zanzibar République populaire de Zanzibar
République populaire de Pemba République populaire de Pemba
L'île de Pemba déclare son indépendance vis-à-vis de la République populaire de Zanzibar et adopte un drapeau.
Flag of Zanzibar (January-April 1964).svg République populaire de Zanzibar
ce jour Flag of Zanzibar.svg Tanzanie Le drapeau est différent de celui de la Tanzanie continentale.

Vieilles photographies de Unguja et de Pemba

Autres anciens documents sur « Historical photographs of Zanzibar » de Wikimedia Commons

Bibliographie[modifier]

Régions[modifier]

Unguja ((sw) Unguja kisiwa) (Zanzibar, Bububu, Chwaka, Nungwi)
1 666 km2 et 896 721 hab. La plus australe des deux îles. Ces principaux attraits touristiques sont la vieille cité de Stone Town classée au patrimoine mondial de l'UNESCO ainsi que ses littoraux du Sud-Est et du Nord-Est propices aux pratiques de la planche à voile, de la plongée sous-marine, de la pêche en mer, de l'observation des dauphins et du farniente sur les plages de sable blanc très fin et ensoleillées.
Pemba ((sw) Pemba kisiwa) (Wete, Chake-Chake, Mkoani)
984 km2 et 406 848 hab. La plus septentrionale des deux îles. Moins courue que sa voisine, l'île est essentiellement vouée à la culture des épices et principalement du clou de girofle que l'on peut voir sécher, entre septembre et novembre, partout (même au bord des routes). Les infrastructures touristiques y sont aussi moins bien développées sauf sur la presqu'île de Kigomasha qui attire les adeptes de la pêche en mer, les plongeurs (notamment pour le détroit de Pipogoma) ainsi que pour les plus belles plages de l'archipel. Les amateurs de zoologies n'y seront pas non plus déçus avec l'observation d'espèces endémiques.

Villes[modifier]

Unguja[modifier]

  • 1 Zanzibar Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO Avec environ 225 000 habitants, c'est la plus grande ville et la capitale officieuse de l'archipel de Zanzibar ainsi que le chef-lieu de la Région Ouest et urbaine de Zanzibar (Mjini Magharibi Region).
  • 2 Kizimkazi Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Village sur la pointe sud de l'île et connu pour être le point de départ des randonnées en mer à la rencontre des dauphins.
  • Littoral du Sud-Est
    • 3 Jambiani Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Village connu pour avoir les plus belles plages de l'île mais aussi par ses nombreux hôtels et villages de vacances.
    • 4 Paje Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Village réputé pour ses excellentes conditions pour la pratique de la planche à voile et de la planche aérotractée.
  • Littoral du Nord-Est
    • 5 Nungwi Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Localité balnéaire d'environ 10 000 habitants, hors saison touristique, à l’extrême pointe nord de l'île connu pour ses plages et par ses nombreux hôtels et villages de vacances.
    • 6 Kiwengwa Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Village sur le littoral du Nord-Est avec de très belles plages.

Pemba[modifier]

  • 7 Wete Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Avec environ 30 000 habitants, c'est la plus grande ville de l'île, le chef-lieu de la Région de Pemba Nord (Pemba North Region) et la capitale officieuse de Pemba.
  • 8 Chake-Chake Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Deuxième plus grande localité, chef-lieu de la Région de Pemba central (Pemba Central Region) où se trouve le seul aérodrome de l'île.
  • 9 Mkoani Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Village au sud de la côte occidentale où arrive les bateaux en provenance d'Unguja.
  • Presqu'île de Kigomasha
    • 10 Makangale—  Plus gros village de la presqu'île et situé au sud de celle-ci.

Autres destinations[modifier]

Unguja[modifier]

L'entrée nord-est de la grotte de Kuumbi.
L'entrée du parc national de la baie de Jozani Chwaka.
  • 1 Grotte de Kuumbi (Kuumbi Cave) (uniquement accessible par un sentier de 3 km au départ de Jambiani)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs gratuit. Située au sommet d'une ancienne falaise marine à 25 mètres au dessus du niveau de la mer, la caverne est accessible depuis deux dolines d'effondrement. L'entrée localisée au nord-est n'offre aucune difficulté et descend en pente douce jusque la première salle de forme allongée dont la voûte est partiellement effondrée. Cet effondrement est entouré de racines qui ont forcé leur chemin jusqu'au plancher de la grotte et chacune des racines est ceinte d'une clôture en bois ou en corde à la quelle sont attachés des bouts de tissus colorés qui sont des ex-voto accrochés par les autochtones et qui sont destinés non pas à un dieu mais aux ancêtres. À gauche de cette première salle s'ouvre une seconde, également de forme allongée, percée, quant à elle, de trois effondrements de la voûte. À moins de vouloir explorer les moindres recoins, une lampe torche n'est pas obligatoire pour la visite. Les premières fouilles archéologiques effectuées en 2005 ont révélé que la caverne fut occupée par l'homme dès 22 000 ans av. J.-C., en attestent les outils en pierre trouvés ainsi que des os brulés ou présentant des entailles, produites par les artéfacts, de grands animaux comme le zèbre ou le buffle qui y vivaient lorsque l'île était reliée au continent. Les stèles de béton marquent les endroits où les archéologues ont effectués des coupes statigraphiques. Attention qu'il s'agit d'un lieu sacré pour les autochtones, ici plus qu’ailleurs, le visiteur devra respecter l'endroit et ne pas couper ou tailler les arbres aux alentours de la grotte car ils sont aussi considérés comme sacrés.
  • 2 Zanzibar Butterly Center Logo indiquant un lien vers le site web (Kwebona-Kitogani Road, Pete - au départ de Zanzibar City, en daladala : au terminal de Dajarani, demandez celui qui passe par le village de Pete et demandez au chauffeur de vous arrêter à shamba la vipepeo (« ferme des papillons » en swahili))—  Centre de préservation des papillons. Deux possibilités de visite : le centre lui-même (Image logo indiquant que la suite indique des tarifs adulte 10 000 TZS , enfant entre 2 et 12 ans 5 000 TZS ), durée de la visite entre 30 et 40 min ; les fermes d'élevage (Image logo indiquant que la suite indique des tarifs adulte 15 000 TZS , enfant entre 2 et 12 ans 10 000 TZS guide compris), durée de la visite environ 30 min. Pour la visite du centre, il n'y a pas besoin de prévenir mais pour les fermes, il vaut mieux téléphoner avant au +55 774 224472 pour être certain d'avoir un guide.
  • 3 Parc national de la baie de Jozani Chwaka (Jozani Chwaka Bay National Park) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Kwebona-Kitogani Road, Jozani)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs entrée : $ , guide : 15 $ . Durée de la visite : environ h. Parc national de 50 km2 géré par le TANAPA et constitué en grande partie d'une mangrove et d'un reliquat de la forêt tropicale primaire où l'attraction principale sont les singes comme les colobes roux de Zanzibar (Piliocolobus kirkii) et les cercopithèques de Sykes (Cercopithecus albogularis) mais aussi des primates comme des galagos (Galagidae), plus de 50 espèces de papillons et 40 espèces d'oiseaux.
  • 4 Prison Island (Changuu) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (prendre un dhol sur la plage de Mizingani Road, durée de la traversée : entre 20 et 30 min selon l'état de la mer (Image logo indiquant que la suite indique des tarifs 40 $ par personne aller-retour, entrée sur l'île comprise))—  Ancienne île prison au large de Zanzibar City où l'on peut voir les ruines des installations carcérales ayant abrités, entre 1860 et 1891, les esclaves rebelles ainsi que le sanctuaire des tortues géantes des Seychelles (Dipsochelys dussumieri) ((en) Tortoise Sanctuary) qui accueille environ 200 individus de toutes tailles (certaines font plus de 200 kg et, pour 1 000 TZS , vous pourrez vous assoir sur leur dos). L'île possède aussi un restaurant (comptez 20 $ pour un plat et une boisson) et un lodge où vous pourrez passer la nuit si vous le désirez.
  • 5 Masingini Forest (Mkangani, Mwera)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs gratuit. Zone forestière, protégée depuis 1950, de grande biodiversité sur une surface de 566 ha. dont les nombreuses sources servent à alimenter l'agglomération de Zanzibar en eau douce. Elle compte aussi un grand nombre de plantes médicinales comme le jamelonier (Syzygium cumini), le giroflier (Syzygium aromaticum), le Forest ordeal tree (Erythrophleum suaveolens) ou encore le mobola plum (Parinari curatellifolia).
  • 6 Kidichi Spice Farm (Zanzibar Spices and Heritage Center) Logo indiquant un lien vers le site web (au départ de Zanzibar City, en daladala : au terminal de Dajarani, prendre le daladala no 120 pour Kizimbani et demander au chauffeur de vous déposer au chemin menant à la ferme (Kidichi spice farm), ensuite marcher 1 km pour arriver ; en voiture : au poste de police de Bububu, prendre à droite la route de Kizimbini et, après environ 2,7 km, prendre le chemin de terre sur la droite (Image logo indiquant que la suite indique des tarifs via un voyagiste local : prix variant entre 50 $ pour une personne seule à 25 $ par personne à partir d'un groupe d'au moins 5 personnes, déjeuner traditionnel swahili en fin de parcours compris Image logo indiquant que la suite indique des horaires départ à h, retour à 13 h 30))—  Ferme de culture d'épices visitable en compagnie du guide de la ferme (parlant aussi le français) qui vous apprendra tout sur les utilisations traditionnelles et médicinales des plantes cultivées. Vous pourrez y voir toutes les plantes à épices et les arbres à fruits tropicaux que vous connaissez ou dont vous ne soupçonnez peut-être même pas l'existence comme le roucou (Bixa orellana), aussi appelé arbre à rouge à lèvres, ou l'arbre à savon (Sapindus). Petit magasin de vente d'épices dans les bâtiments de la ferme mais prévoyez de prendre avec vous des sachets en plastique ou autres récipients. Si vous y aller par vous-même (sans passer par un voyagiste local), il vaut mieux téléphoner avant au +55 777 414461 pour convenir d'un rendez-vous.
  • Coral Cave and Slaves Chamber (off Malawi Road, Mangapwani, direction Serena Ressort - en daladala : au terminal de Dajarani, prendre le daladala no 102 pour la plage de Mangapwani)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs gratuit. Il est préférable de se munir d'une lampe torche pour les visiter.
L'entrée de la Slaves chamber à Mangapwani.
La plage de Vumawimbi sur l'île de Pemba.
  • 7 Coral Cave—  Il s'agit d'une caverne naturelle dans la roche corallienne dont l'entrée est assez étroite avec dans le fond une mare d'eau douce qui servait jadis de réservoir d'eau pour les habitants des environs.
  • 8 Slaves Chamber—  Cette chambre de forme carrée fut creusée dans la roche corallienne afin de recevoir les esclaves venus du continent et débarqués sur la plage de Mangapwani avant leur transfert vers le marché aux esclaves de Zanzibar. Après le traité anglo-zanzibarite de , abolissant officiellement la traite des esclaves sur l'archipel, elle servit encore pendant quelques années pour cacher des esclaves victimes du commerce devenu illicite.
  • 9 Grottes de Kiwengwa (Kiwengwa Caves) (Kiwengwa-Kinyasini Road - en daladala : prendre celui qui relie Zanzibar City à Kiwengwa et demander au chauffeur de vous arrêter à Kiwengwa Caves, prendre le chemin de terre et marcher environ 300 mètres pour l'entrée du site. En voiture : prendre le chemin de terre, à gauche, environ 800 m après la sortie de Kiwengwa ou, à droite, 1 300 m après avoir laissé l'énorme serre de culture sur votre gauche lorsque vous venez de Zanzibar City)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs gratuit mais prévoyez au moins $ de pourboire pour le guide amateur qui vous attendra immanquablement à l'entrée. Ce sont trois cavernes naturelles dans la réserve forestière de Kiwenga-Pongwe (Kiwenga-Pongwe Forest Reserve) qui ont été redécouvertes en 2002 par des gardes forestiers. Bien que le guide possède une lampe torche, il est préférable de se munir aussi d'une par personne et de porter des chaussures de marche pour les visiter.
    • Grotte Nord (Mchekeni Coral Cave)—  Longue de 230 mètres, un chemin à gradins en béton munis d'un garde-corps de chaque côté facilite l'accès au plancher naturel de la caverne. La fin de la descente s'effectue sous un effondrement partiel de la voûte qui permet à la lumière de pénétrer et aux mousses et fougères de croître. Une autre curiosité de cette première partie sont les racines qui ont forcé leur chemin à travers le sol et ressemblent à des fils électriques reliant le plafond et le plancher de la grotte. La deuxième partie descend en pente douce avec des stalagmites et des stalactites de plus en plus nombreux et de plus en plus gros.
    • Grotte Est—  Longue de 50 mètres, il faut y entrer en rampant. Cependant, en principe, elle est interdite de visite car elle constitue le gîte de cinq espèces de chauve-souris et de nombreux insectes.
    • Grotte Sud—  Longue de 205 mètres, elle est moins spectaculaire que la grotte Nord et ne possède aucun aménagement.

Pemba[modifier]

  • 10 Réserve forestière de Ngezi (Ngezi Forest Reserve) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (Konde-Ras Kigomasha Road, Entrée par le village de Kiuyu Kwa Manda)—  Image logo indiquant que la suite indique des tarifs gratuit mais il est préférable de prendre un guide au centre des visiteurs de Kiuyu Kwa Manda (6 000 TZS par personne pour le 11 Josh Trail (durée h), 10 000 TZS par personne pour un parcours de 5 à h de jour ou de nuit à la rencontre des renards volants. Reliquat de la forêt tropicale primaire de 14,4 km2 qui s'étend, à l'est, du canal de Pemba (Pemba Chanel) à la plage de Msuka au nord avec une partie ripisylve caractéristique des tropiques avec une canopée atteignant les 40 mètres et des lianes grimpant à l'assaut de cette canopée. La réserve est aussi un des derniers habitats pour le renard volant de Pemba (Pteropus voeltzkowi), une chauve-souris frugivore qui, à l'âge adulte, atteint une envergure de 1,6 m, ainsi que du petit-duc de Pemba (Otus pembaensis).

Parler[modifier]

La langue la plus utilisée est le swahili, mais la plupart de vos interlocuteurs s'exprimeront aussi très bien en anglais. Dans les environs de la ville de Zanzibar, vous entendrez aussi parler le kiunguja. C'est ce dialecte swahili qui est à la base du swahili normalisé utilisé depuis 1930 comme langue véhiculaire partout en Afrique de l'Est.

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Les formalités douanières sont identiques à toutes celles d'application pour rentrer sur le territoire tanzanien. Le visa d'entrée (50  , 80 $C ou 70 Fr. pour un séjour de maximum trois mois) peut être obtenu soit à l'ambassade de Tanzanie de votre pays soit à l'arrivée à l'aéroport international Abeid Amani Karume d'Unguja. Attention cependant, il faut savoir qu'Unguja et Pemba possèdent une autonomie politique. Ce qui signifie que, même, si vous y arrivez en avion ou en bateau directement depuis la Tanzanie continentale, il vous faudra montrer votre passeport valide 6 mois après votre date de départ et, le cas échéant, votre certificat de vaccination antiamarile à l'arrivée. D'autant que les douaniers zanzibarites sont assez regardant sur ce dernier point.

En avion[modifier]

Unguja[modifier]

Aéroport Correspondance avec d'autres transports
Le terminal vu depuis l'aire de trafic.
  • 1 Aéroport international Abeid Amani Karume (Abeid Amani Karume International Airport IATA: ZNZ) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata Logo indiquant un lien facebook Nyerere Road, Kisauni (Zanzibar City), courriel : —  réseau Wi-Fi accessible (dans le lounge) Accessible, sans aide, aux personnes à mobilité réduite distributeur automatique de billets de banque (uniquement des billets de 5 000 et 10 000 TZS ). Un seul terminal mais un deuxième est en construction. Salon privé (lounge) ouvert 24 h/24 pour les voyageurs de 1re classe des trajets internationaux. Cafétéria, restaurant et magasins de souvenir dans le hall d'attente. Chaises roulantes disponibles.

Les taxis peuvent vous mener à n'importe quel endroit de l'île. Bien qu'ils aient une liste de prix pour les destinations, il est préférable de négocier ce prix.

Beaucoup d’hôtels de Zanzibar City ont un service de navette gratuite depuis et vers l'aéroport.

  • Daladala—  Fait oui (no U pour Zanzibar City).
  • Navette vers hôtel—  Fait oui.
  • Taxi—  Fait oui.
  • Voiture en location—  Fait oui.
L'aéroport international Abeid Amani Karume vu du ciel.
L'aéroport de Pemba.
Compagnie aérienne Destinations
Alitalia vol saisonnier et nolisé : Rome–Fiumicino
Arkia Israel Airlines vol saisonnier : Tel Aviv–Ben Gurion
Coastal Aviation Arusha, Dar es Salaam, Chake-Chake, Kilwa Masoko, Kilindoni, Manyara, Mwanza, Serengeti, Tanga
Condor vols saisonniers : Frankfurt, Munich
Ethiopian Airlines Addis-Abeba, Dar es Salaam
Fastjet Dar es Salaam, Johannesburg–Tambo
Fly540 Mombasa-Moi, Nairobi–Jomo Kenyatta
flydubai Dubaï–International
Flightlink Limited Dar es Salaam, Arusha, Chake-Chake, Serengeti
Israir vol saisonnier : Tel Aviv–Ben Gurion
TUI fly vol saisonnier : Bruxelles
Kenya Airways Nairobi–Jomo Kenyatta
LOT Polish Airlines vol saisonnier et nolisé : Varsovie
Meridiana vols saisonniers : Milan-Malpensa, Rome–Fiumicino, Mombasa-Moi
Neos vols saisonniers : Milan-Malpensa, Rome–Fiumicino
vols nolisés : Bologne, Vérone
Oman Air Mascate
Precision Air Arusha, Dar es Salaam, Nairobi–Jomo Kenyatta
Qatar Airways Doha
Regional Air Services Arusha
Travel Service Airlines vol saisonnier et nolisé : Prague
Tropical Air Dar es Salaam, Chake-Chake, Mbeya
TUI Airlines Netherlands vol nolisé : Amsterdam
ZanAir Arusha, Dar es Salaam, Mombasa-Moi, Chake-Chake, Saadani, Selous

Pemba[modifier]

  • 2 Aéroport de Pemba (Karume Airport IATA: PMA) Chake-Chake—  Uniquement des liaisons avec la Tanzanie continentale et l'aéroport international Abeid Amani Karume
Compagnie aérienne Destinations
Auric Air Dar es Salaam, Mwanza, Tanga, Zanzibar
Coastal Aviation Arusha, Dar es Salaam, Kilwa, Tanga, Zanzibar
Flightlink Limited Zanzibar
Tropical Air Zanzibar
ZanAir Arusha, Dar es Salaam, Zanzibar

En bateau[modifier]

Un transbordeur-catamaran dans le port de Zanzibar City.

Unguja[modifier]

  • 3 Azam Marine & Coastal Ferries Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien facebook Billetteries : Sikoine Drive, Dar es Salaam et Mizingani Road, Zanzibar City, Logo indiquant un numéro de téléphone +255 22 2123324 (Dar es Salaam), +255 24 2231655 (Zanzibar City) Logo indiquant des horaires départ tous les jours à h, h 30, 12 h 30 et 15 h 45 (quel que soit le sens de la traversée). Logo indiquant des tarifs (2016) Non résident (payement uniquement en USD, EUR et GBP) > 9 ans : Economy 35 $ , Business 35 $ , VIP 50 $ , Royal 60 $  ; < 10 ans : Economy 25 $ , Business 35 $ , VIP 50 $ , Royal 60 $ .—  Liaison quatre fois par jour par transbordeur-catamaran entre Zanzibar City et Dar es Salaam. Maximum 25 kg de bagage par personne. Durée de la traversée : entre deux et trois heures selon l'état de la mer.

Pemba[modifier]

  • 4 Azam Marine & Coastal Ferries Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien facebook Billetterie : Mizingani Road, Zanzibar City - Main Road, Mkoani, Logo indiquant un numéro de téléphone +255 24 2231655 Logo indiquant des horaires départ tous les jours à h 30 (quel que soit le sens de la traversée), arrivée vers 15 h 30.—  Liaison une fois par jour par transbordeur entre Mkoani et Zanzibar City.

Circuler[modifier]

En transport en commun[modifier]

Un basi au terminus de Dajarani à Zanzibar City.
Deux madaladala au même terminus.

Les seuls modes de transport en commun sont le daladala (madaladala au pluriel) et le basi (mabasi au pluriel). Ils circulent sur l'entièreté des deux îles et relient les localités de quelque importance à un terminus principal où le temps d'attente entre deux véhicules pour la même destination est de maximum 15 minutes. Chaque véhicule porte, à l'avant, le nom de sa destination finale ainsi que, à l'avant, à l'arrière et sur chaque côté, un code représenté par une lettre (pour les destinations proches de Zanzibar City) ou par un numéro allant de un à trois chiffres. Le prix (non négociable mais écoutez malgré tout celui qui est demandé au Zanzibarites), qui est fonction de la distance parcourue, varie entre 500 et 3 000 TZS . Hormis la destination finale, il n'y a pas d'arrêt fixe le long du trajet ; ceux-ci se font à la demande.

Unguja[modifier]

  • 1 Dajarani daladala terminus Creek Road—  Terminus des madaladala et des mabasi à Zanzibar City.
Quelques destinations
Code Destination Code Destination Code Destination
A Amaani Stadium 6 Chwaka 102 Mangapwani
B Bububu 7 Fumba 109 Jambiani
J Jangombe 8 Unguja Ukuu 116 Nungwi
M Magomeni 9 Paje 118 Matemwe
U Airport 10 Jozani, Makunduchi et Kizimkazi 120 Kizimbani
1 Mkokotoni 11 Fuoni 309 Jambiani
2 Mangapwani et Bumbwini 14 Uroa 324 Paje, Bwejuu et Michamvi
3 Kizimbani 16 Nungwi 326 Kizimkazi
4 Mchangani 17 Kiwengwa 504 Fuoni
5 Ndagaa 18 Matemwe 512 Maungani

Pemba[modifier]

  • 2 Wete daladala terminus—  Terminus des madaladala et des mabasi à Wete.
  • 3 Chake-Chake daladala terminus (entre la mosquée Masjid-al-Maawali et le marché public)—  Terminus des madaladala et des mabasi à Chake-Chake.

Attention que sur Pemba, les transports en commun qui ont Wete pour terminus ne circulent que dans le district Nord (avec certaines relations vers le terminus de Chake-Chake) et les transports en commun qui ont Chake-Chake pour terminus ne circulent que dans le district Sud (avec certaines relations vers le terminus de Wete). Cela signifie que si vous voulez traverser l'île du nord au sud, ou vis-versa, il vous faudra, au minimum, utiliser deux véhicules différents.

Quelques destinations
Code Destination
24 Wete ↔ Konde
107 Mkoani ↔ Makombeni
319 Chake-Chake ↔ Pujini
603 Chake-ChakeMkoani
606 Chake-ChakeWete

En taxi[modifier]

Vous ne trouverez des taxis (teksi en swahili) officiels, c'est-à-dire agréés par le ministère des transports tanzanien, reconnaissables à leur plaque d'immatriculation à lettres et chiffres blancs sur fond rouge que à Zanzibar City. Voyez la section « En taxi » pour ceux-ci.

Ailleurs, ce sont plutôt des particuliers qui ont des arrangements avec les hôtels et avec qui il sera sage de négocier le prix avant le départ.

Exemples de prix en taxi officiel en 2016 (entre 7 et 19 heures*)
Parcours Prix
(en TZS)**
AéroportStone Town 20 000
Aéroport / Stone Town ↔ Matemwe, Uroa, Pongwe, Kiwengwa, Pwani-Mchangani, Bwejuu, Jambiani, Paje 60 000
Aéroport / Stone Town ↔ Nungwi, Kendwa, Michamvi, Kizimkazi 70 000
Stone Town ↔ Kidichi Spice Farm 60 000***
Stone Town ↔ Parc national de la baie de Jozani Chwaka 60 000***
Stone Town ↔ The Rock Restaurant 100 000***
* entre 19 et 7 heures : + 20 000 TZS de surprix.
** Comptez 25 % de réduction si vous savez négocier.
*** Prix aller-retour.

En voiture[modifier]

Trafic sur Mlandege Road à Zanzibar City.
Type de route longue distance sur Unguja.

Si vous conduisez vous-même un véhicule à moteur, vous devez avoir entre 25 et 70 ans et posséder un permis de conduire national depuis au moins deux ans. En outre, vous aurez pris soin d’acquérir, non seulement, un permis de conduire international mais également un permis de conduire provisoire d'une durée de 15 jours, renouvelable, qui est propre à Zanzibar. Celui-ci peut être obtenu au poste de police le plus proche de votre lieu d'arrivée au prix de 10 $ . Si vous avez loué un véhicule avant votre départ, la société de location peut effectuer les démarches pour vous et il vous faudra alors compter 20 $ pour le service.

Unguja et Pemba possèdent un réseau routier total d'environ 1 600 km dont 85 % possède un revêtement d'enrobé bitumeux ou de gravillons. Les routes longues distances ((en) Trunk road) sont en assez bon état mais ne comptez trouver un quelconque marquage routier au sol. Si les panneaux de signalisation routière ne sont pas légion, ceux concernant les directions à prendre sont tout autant peu nombreux. Vous aurez intérêt à soit acheter une bonne carte routière, soit avoir précharger une carte de Zanzibar sur votre GPS.

Voyager en voiture sur l'archipel peut être assez dangereux si vous circulez en dehors des grandes agglomérations et, principalement, la nuit. Il peut arriver que dans les endroits isolés, des brigands se jettent devant votre véhicule pour vous dévaliser. En conséquence voyagez toujours avec les fenêtres fermées (de toute façon tous les véhicules de location sont munis de la climatisation) et les portes bloquées.

Il existe plusieurs sociétés de location de véhicules. Toutes peuvent vous prendre en charge dès l'aéroport international Abeid Amani Karume et une également à l'aéroport de Pemba :

  • 4 Avis Zanzibar Logo indiquant un lien vers le site web Nyerere Road, Kiembe Amaki (Zanzibar City), Logo indiquant un numéro de téléphone +255 777 725287 Logo indiquant des horaires lun.- ven. : h 30 - 17 h 30, sam. : h 30 - 13 h 30.
  • 5 Zanzibar Car Hire Limited Logo indiquant un lien vers le site web Kenyatta Road, Zanzibar City, Logo indiquant un numéro de téléphone +255 24 2235485, +255 777 414044, courriel : —  Location, avec ou sans chauffeur, de véhicules à transmission intégrale, de monospaces et de motos trails.
  • 6 Zanzibar Express Car Hire Logo indiquant un lien vers le site web Nyerere Road, Kiembe Amaki (Zanzibar City), Logo indiquant un numéro de téléphone +255 777 410186 Logo indiquant des tarifs (2016) entre 25 $ et 80 $ par jour (sans chauffeur) selon le véhicule choisi.—  Location, avec ou sans chauffeur (certains parlent le français), de véhicules à transmission intégrale.
  • 7 Zanzibar Rent A Car Limited Logo indiquant un lien vers le site web Nyerere Road, Kilimani (Zanzibar City), Logo indiquant un numéro de téléphone +255 24 2231990, +255 777 469146, courriel : Logo indiquant des tarifs (2016) entre 35 $ et 105 $ par jour (sans chauffeur) selon le véhicule choisi.—  Prise en charge dans les deux aéroports. Location, avec ou sans chauffeur, de véhicules à transmission intégrale et de monospaces.

À vélo[modifier]

Hormis dans l'agglomération de Zanzibar City, où la circulation automobile est assez chaotique, se déplacer à vélo n'offre aucune difficulté et peut même constituer une alternative très agréable. L'altitude maximale atteinte par une route est d'environ 240 m sur Unguja et de 140 m sur Pemba. Attention toutefois, évitez de circuler la nuit et attachez toujours bien votre vélo si vous devez le quitter, ne fusse que pour quelques instants. Beaucoup d'hôtels ont un service de location de bicyclette.

Distances[modifier]

Tableau de distance et de durée sur Unguja à partir de Zanzibar City
(du terminus des madaladala à centre)

Destination Distance Temps
par la route orthodromique en voiture
(environ)
en daladala
(environ)*
Aéroport 7,5 km 6,9 km 10 min 25 min
Chwaka 32 km 27 km
Bububu 8 km 7,3 km 20 min 30 min
Mangwapani 14 km 12,7 km 30 min h
Matemwe 47,5 km 36,4 km
Kiwengwa 39 km 27,8 km
Mkokotoni 50 km 32,8 km
Nungwi 65,5 km 50 km h h 15
Paje 48 km 39,2 km 45 min h 45
Jambiani 54,8 km 42,6 km h h
Kizimkazi 57 km 42,2 km h h 15
* Attention qu'en basi, la durée pour le trajet est plus longue qu'en daladala.

Faire[modifier]

Il ne faut surtout pas quitter l'archipel sans avoir visité une ferme de culture d'épices. Vous pouvez vous rendre à celle de Kidichi soit par vos propres moyens, soit avec un voyagiste local.

Les autres activités ont toutes rapport avec la mer, comme faire un tour en dhow au couché de soleil, aller à la rencontre des dauphins avec possibilité de nager avec eux à Kizimkazi, surfer sur un des plus beaux sites de surf de l'Afrique de l'Est à Paje ou faire de la plongée sous-marine sur les récifs d'Unguja et de Pemba.

Pour ceux qui n'aiment pas l'aventure, les voyagistes locaux, basés à Zanzibar City ou dans ses banlieues, organisent des visites guidées de Stone Town ainsi que des excursions d'une demi-journée ou d'une journée sur l'île d'Unguja.

Pour les adeptes de la pêche en mer et de la plongée sous-marine, les possibilités ne manquent pas et, plus spécialement, sur l'île de Pemba qui offre, entre autres, aux plongeurs le 1 détroit de Pipogoma, deux murs verticaux de 40 mètres de haut où vit la gorgone géante (Annella mollis) et où, avec un peu de chance, on peut croiser un diable de mer (Manta birostris). Vous trouverez aisément de tels organisateurs dans toutes les localités touristiques tant sur Unguja que sur Pemba.

Acheter[modifier]

Avant de se lancer dans des achats, il faut savoir que, à part la plupart des hôtels, aucun commerce ne possède de terminal de paiement électronique. Il est préférable de payer en shilling tanzanien plutôt qu'en dollar américain, même si cette devise est annoncée en premier ; vous aurez en général un meilleur prix (sans frais de change).

Des épices, des épices et encore des épices, vous êtes à la « Mecque » des épices. Celles-ci étant préemballées dans des sachets fermés hermétiquement, vous ne devriez pas avoir de problème avec les chiens douaniers à votre retour de voyage. Attention toutefois, achetez vos épices soit directement dans une ferme productrice soit sur un marché public, comme le marché Darajani, à un étal que vous voyez fréquenté par les Zanzibarites et, si vous comprenez quelque peu les nombres en swahili, tachez d'entendre les prix demandés à ces derniers ce qui vous permettra de mieux marchander ensuite. Évitez comme la peste les marchands ambulants qui vous vendront des épices de moindre qualité voire de fausses épices (surtout le safran).

Des huiles essentielles à partir des tiges du giroflier, des feuilles du cannelier de Ceylan, de celles d'eucalyptus, de la citronnelle et du basilic camphré qui sont produites sur l'île de Pemba. Comme pour les épices, évitez les marchands ambulants.

Des tissus colorés comme des kanga ou khanga (mot invariable) qui sont des pièces de tissus décorées de motifs aux couleurs vives à porter, par les femmes, autour de la taille ou de la poitrine, ou bien à nouer sur la tête. Ceux-ci sont ornés d'une bordure courant le long des quatre côtés et présentant des motifs différents ainsi que d'un proverbe en swahili. Les vitenge (kitenge au singulier), également très colorés, ont les même fonctions vestimentaires que les kanga mais ne possèdent ni la bordure ni le proverbe en swahili.

Des mabargashia (bargashia au singulier) qui sont des couvre-chefs destinés aux hommes assez similaires aux kofia mais, contrairement à ces derniers, il sont couverts de broderies et n'ont pas de trou d'épingle.

Tout objet gravé ou ciselé, une spécialité de la culture swahilie, et principalement des bijoux en argent (attention toutefois au titre au millième annoncé) et, si vous n'avez pas peur d'une surcharge de bagage, des panneaux, des cadres ou des coffres en bois sculpté.

Manger[modifier]

L'archipel de Zanzibar compte quelques spécialités de table. Certaines sont communes à une grande partie de l'Afrique de l'Est et issues de la culture swahilie. D'autres, parfois étranges, sont propres à l'archipel voire à un endroit bien déterminé.

Plats préparés[modifier]

  • Pilao (Pilau) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Riz pilaf ou le riz, la viande (ou le poisson) et les épices sont cuits ensemble.
  • Biriani (Biryani) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Assez semblable au pilao mais beaucoup plus épicé et le riz est cuit séparément de la viande ou du poisson.
  • Boko-boko (Harees) Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Sorte de bouillie à base de blé concassé, de viande et d'épices.
  • Poulpe en sauce (mchuzi wa pweza)—  Tranches de poulpe cuites dans un mélange d'épices riches comme le curcuma, la coriandre, puis mijotées dans une sauce crème à la noix de coco. Typique de l'île d'Unguja, vous trouverez ce plat aussi bien dans les restaurants d’hôtel que dans ceux de rue comme dans le parc Forodhani à Zanzibar City. Les poulpes proviennent, en général, de la côte orientale de l'île où ils sont pêchés artisanalement à marée basse alors qu'ils sont prisonniers de trous d'eau.
  • Poulpe au manioc (muhogo wa pweza)—  Spécifique aux restaurants de rue, il s'agit de petits dés de poulpe et de racine de manioc frits. Le tout est servi, au pire, sur une feuille de journal ou, au mieux, dans une assiette en carton et accompagné d'une giclée de sauce piquante au pili-pili.
  • Mixte de Zanzibar (Urojo) Logo indiquant des tarifs ± 2 000 TZS .—  Méli-mélo de pommes de terre, de pois chiches, de bhajia, de kachori (boulettes de pommes de terre écrasées et épicées avant d'être frites comme un beignet), le tout baignant dans un chutney au curry et surmonté d'une poignée de bâtonnets de racine de manioc frits et agrémenté d'une sauce piquante au pili-pili.
  • Mishkaki—  Grosse brochette de viande (bœuf ou poulet), qui a préalablement été marinée, et cuite sur un feu au charbon de bois.
  • Pizza de Zanzibar (Zanzibar Pizza) Logo indiquant des tarifs ± 2 000 TZS .—  Petite boule de pâte amincie comme une crêpe frite sur une surface chaude sur laquelle sont ajoutés les ingrédients demandés (poulet, boeuf, poisson) plus un mélange de poivrons et d'oignons ainsi qu'un œuf qui est versé au milieu. La touche finale avant de refermer la crêpe et de la cuire consiste à ajouter de la mayonnaise et du fromage fondu. Vous trouverez ce plat plus spécialement sur le marché du parc Forodhani à Zanzibar City
  • Samusa (Sambosa) Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Feuilleté de maïs formant un beignet triangulaire, farcis de viande ou de légumes et frit.
  • Omelette aux frites (Chips mayai)—  Tranches ou bâtonnets de pommes de terre frites dans une poêle avec des œufs pour former une omelette. Cette omelette est le plus souvent accompagnée de kachumbari.
  • Kachumbari—  Mélange de tomates coupées en petits dés et d'oignons finement hachés le tout arrosé de jus de citron, d'une sauce plus ou moins pimentée et parfumé à la coriandre fraiche
  • Pain au sésame (mkate wa ufuta)—  Sorte de crêpe très épaisse composée de farine, de levure, de lait de coco, de sésame et de cardamone qui est cuite à la poêle avec un peu d'huile sur un feu ou un grill. Traditionnellement, les Zanzibarites réservent une poêle uniquement pour la cuisson de ce pain.
  • Pain aux noisettes et dattes—  Préparé avec des noisettes, des dattes, des œufs et de la vanille, ce pain est traditionnellement mangé à la fin du ramadan.
  • Gâteau aux épices—  Muffin parfumé à la cannelle, au clou de girofle, à la noix de muscade et au chocolat.
  • Mandazi Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata—  Beignets de farine de blé frits à manger comme en-cas ou accompagnés d'une tasse de thé ou de café.
  • Vitumba—  Beignets de farine de riz mélangée à du lait de coco frits à manger comme en-cas ou accompagnés d'une tasse de thé ou de café.
  • Kashata—  Petit en-cas entre le bonbon et le biscuit, il est composé d'arachide et de noix de coco rappée et cuit sur une cuisinière ou un feu et non dans un four.

Fruits[modifier]

Présentation d'une eau de coco.

N'hésitez pas à goûter tous les fruits tropicaux et plus spécialement l’ananas, la banane, le durian (uniquement d'avril à août) et le litchi qui sont produits sur l'archipel. Mais, avant de les déguster, n'oubliez pas de soit les laver, soit les peler.

Boissons[modifier]

Il ne faut surtout pas quitter l'archipel sans avoir gouté les boissons à base de fruits frais cueillis du jour, que ce soit un simple jus de fruits, un smoothie ou un cocktail, alcoolisé ou non. N'hésitez pas non plus à gouter du jus de canne frais (maji ya muwa en swahili) pour 1 000 TZS le verre ou à boire, à la paille, de l'eau de coco (maji ya nazi en swahili) directement dans la noix.

Une autre expérience est le café arabica d'Éthiopie noir, sans lait ni sucre, cuit dans de l'eau additionnée de cannelle fraiche, de cardamone et de gingembre. Vous en trouverez partout sur l'archipel mais le meilleur est certainement celui du Jaws Corner à Zanzibar City.

Exigez toujours que toutes les boissons, comme l'eau, les boissons gazeuses du genre soda ou la bière, vous arrivent en récipient fermé d'origine. En dehors des hôtels et lieux de consommation pour touristes, évitez les glaçons.

N'oubliez jamais que l'archipel est peuplé à près de 97 % par des musulmans et qu'il est très mal vu de consommer une boisson alcoolisée en rue ou dans un lieu public (même une plage) non spécialement réservé et dument renseigné pour cet effet. L'ébriété sur la voie publique est aussi sévèrement réprimandée et peut vous valoir un passage par la « case prison ».

Restaurants[modifier]

La plupart des lieux de restauration de Zanzibar City servent de la cuisine locale ou basée sur celle-ci, tandis que les restaurants des hôtels et villages de vacances situés sur les côtes d'Unguja et de Pemba servent plutôt une cuisine internationale avec, toutefois, certains plats locaux.

Faites attention que, principalement à Zanzibar City, beaucoup de lieux de restaurations, même ceux des hôtels, sont fermés pendant la journée (grosso-modo entre h 30 et 18 h 30) pendant la période du ramadan et que, même en dehors de cette période, certains ne servent pas d'alcool.

Ci-dessous, vous trouverez les liens directs vers la liste des lieux de restauration des différentes destinations.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Hormis à Stone Town ou au bar de votre hôtel ou village de vacances, vous n'aurez guère d’occasions de sortie ou de boire un verre. Cependant, si vous avez l’opportunité de déguster un café noir épicé, n'hésitez pas ; surtout si vous soupçonnez d'être atteint de la diarrhée du voyageur. Assister à un concours de chant taarab ou, mieux, à un mariage, est quelque chose qu'il ne faut pas rater.

Évènements[modifier]

  • Combats de taureaux (Bull Fighting) (un peu partout sur l'île de Pemba) Logo indiquant des horaires le lundi 1 janvier 2018 (jour du nouvel-an) ou le vendredi 12 janvier 2018 (Zanzibar Revolution Day).—  Combats traditionnels (sans mise à mort sauf accidentelle) entre taureaux. Ces combats sont une relique de ceux qui étaient organisés par les Portugais aux XVIe et XVIIe siècles.
  • 1 Mwaka Kogwa Logo indiquant un lien vers le site web (à Makunduchi) Logo indiquant des horaires le mardi 3 juillet 2018 (1er jour du calendrier zoroastrien). Logo indiquant des tarifs gratuit.
  • À Zanzibar City—  Liste des évènements à Zanzibar City.

Se loger[modifier]

Ci-dessous, vous trouverez les liens directs vers la liste des lieux où loger dans les différentes destinations

Gérer le quotidien[modifier]

Moyens de payement[modifier]

Il n'est possible de trouver des distributeurs de billets qu'à Zanzibar City (voir la liste des ATM). À part la plupart des hôtels, aucun commerce ne possède de terminal de paiement électronique. Il est préférable de payer en shilling tanzanien plutôt qu'en dollar américain, même si cette devise est annoncée en premier ; vous aurez en général un meilleur prix (sans frais de change). Il faut aussi savoir que pour toute demande de service dans un hôtel (appel d'un taxi, organisation d'une excursion, demande de « cash », etc.), il vous sera demandé une commission.

Santé[modifier]

Pour les précautions générales à prendre, voir la section « Santé » de l'article sur la Tanzanie. Il y cependant lieu de faire particulièrement attention à la malaria (en toute saison) ainsi qu'au choléra et aux salmonelloses (surtout pendant la saison des pluies).

Que ce soit sur Unguja ou sur Pemba, vous serez toujours à moins de dix kilomètres d'une infrastructure concernant les soins de santé. Si les deux îles comptent 66 pharmacies et 206 magasins vendant des médicaments en vente libres, il est bien évident que ceux-ci sont surtout situés dans les endroits à forte densité de population. Du côté des infrastructures hospitalières, bien ou relativement bien équipées, outre trois hôpitaux privés (deux sur Unguja et un sur Pemba), l'archipel compte un hôpital public régional à Zanzibar City d'une capacité de 440 lits et trois hôpitaux publics de district à Wete, à Chake-Chake et à Mkoani ayant une capacité de 80 à 120 lits chacun.

Attention toutefois que, en cas d'urgence insurmontable, la Flying Doctors' Society of Africa n'opère pas sur l'archipel.

Médias de diffusion[modifier]

Hormis la chaine gouvernementale Voice of Tanzania-Zanzibar qui diffuse en anglais, swahili et arabe, une bonne alternative est d'écouter BBC World Service ( 94,1 MHz sur Unguja et 93,5 MHz sur Pemba) qui diffuse en modulation de fréquence des programmes en anglais avec des bulletins d'information de cinq minutes toutes les heures 24 heures sur 24. Pour des programmes en français, il faut se rabattre sur Radio France internationale (RFI) qui émet dans les fréquences FM de 105,9 MHz, uniquement dans la région de Zanzibar City, ainsi qu'en diffusion en flux pour ordinateur, tablette et téléphone mobile.

  • Radio France internationale Logo indiquant un lien vers le site web —  Applications disponibles pour ordinateurs et appareils mobiles.

Du côté de la presse écrite, la plupart des quotidiens sont en swahili. Hormis le quotidien Le Monde, et uniquement à Zanzibar City et dans certains hôtels de luxe, habitués à héberger de nombreux francophones, vous aurez très peu de chance de trouver un journal en langue française.

Cultes[modifier]

Si vous êtes de confession islamique, vous n'aurez aucune peine à trouver une mosquée. Il y en a dans le moindre petit village.

Si vous êtes un croyant en l'église catholique romaine, sur Unguja, vous trouverez un lieu de culte à Zanzibar City, Cheju, Kitope, Machui, Mpendae, Kiboje et Cheju (aussi centre de pèlerinage) tandis que sur Pemba, vous trouverez une église à Chake-Chake et à Wete.

Si vous êtes protestant, vous ne trouverez qu'un lieu de culte anglican à Zanzibar City avec la Christ Church Cathedral. Il en va de même pour les hindouistes avec le mandir Shakti.

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Tous services d'urgence : 112 ou 999
Police : +255 24 2235669
Mnazi Mmoja Hospital : +255 24 2231071

Si vous êtes piéton, prenez garde aux pickpockets et a ne pas montrer trop ostensiblement vos téléphones mobiles ou caméras. La nuit, évitez de vous promener seul, surtout si vous êtes une femme, et plus spécialement dans les ruelles de Stone Town ou sur les plages.

Que ce soit à l'aéroport ou autour du port de Stone Town, vous serez immanquablement assailli par des papaasis. Ce sont des rabatteurs envoyés par les hôtels qui leur donnent une commission pour « draguer » les voyageurs. Soyez vigilant, ils sont rarement recommandables. De même, sur une plage si vous vous faites accoster par un beach-boy qui se présente comme un guide touristique, ne l'écoutez pas, répondez lui simplement par Hapana asante (« Non merci » en swahili) et continuez votre chemin sans vous arrêter. Il s'agit plus que vraisemblablement d'un arnaqueur ou d'un petit voleur.

Si vous êtes dans un véhicule particulier, de jour comme de nuit, bloquez votre portière pendant les trajets.

L'île d'Unguja est une importante plaque tournante pour l'entrée de la drogue et des objets de contrefaçon, entre autres des médicaments, sur le continent Est africain. Évitez de vous balader dans les installations portuaires. Une étude effectuée en 2015 estime qu'environ 16 % de la population d'Unguja vit sous l'influence de la drogue, principalement de l’héroïne, et que presque 14 % est infestée par le VIH. Donc, plus que jamais, si vous êtes « libre », sortez « couvert ».

Respecter[modifier]

Date du ramadan

  • Du 27 mai au 25 juin 2017 (Année 1438 de l'hégire)
  • Du 16 mai au 14 juin 2018 (Année 1439 de l'hégire)
  • Du 6 mai au 4 juin 2019 (Année 1440 de l'hégire)
  • Du 24 avril au 23 mai 2020 (Année 1441 de l'hégire)

La majorité des musulmans insiste sur l'observation locale du croissant de lune pour marquer le début du ramadan, mais d'autres insistent sur le calcul de la nouvelle lune ou sur la déclaration saoudienne pour déterminer le début du mois. Puisque le premier croissant après la nouvelle lune n'est pas visible partout en même temps, les dates de début et de fin du mois dépendent de ce qui est visible dans chaque lieu. Par conséquent, les dates varient d'un pays à l'autre, mais généralement d'un jour seulement.

Les Zanzibarites sont en très grande majorité (environ 97 %) musulmans. La plupart sont sunnites mais un certain nombre sont ibadistes.

Les pratiques et les croyances islamiques ont une grande influence. Habillez-vous et comportez-vous avec bon sens et discrétion partout. Respectez les traditions sociales et religieuses pour ne pas froisser les habitants. Il est conseillé de porter des vêtements qui couvrent bien le corps (les femmes doivent par exemple se couvrir les épaules et éviter de porter des shorts). Pendant le mois lunaire du ramadan, faites preuve de discrétion lorsque vous buvez, mangez ou fumez dans les lieux publics entre le lever et le coucher du soleil.

  • Horaire du jeûne à Zanzibar (Zanzibar Ramadan Timings) Logo indiquant un lien vers le site web —  Horaire du jeûne (Sehr o Iftar) à Unguja et Pemba.

La vente d'alcool étant interdite dans certains secteurs, notamment à Stone Town, évitez d'en consommer dans ces secteurs. Il est interdit de photographier ou filmer sans autorisation, les aéroports, les banques, les casernes militaires ou de la police ainsi que leurs représentants. Si vous le faites malgré tout, soyez plus que discret sinon la réaction policière sera plus qu'immédiate : vous pourriez être arrêté et votre caméra confisquée. Si vous désirez photographier un quidam, faites le toujours avec son autorisation ; cela sera toujours possible, moyennant ou non rétribution.

Enfin, n'oubliez jamais que la détention, la consommation et le trafic de drogue sont passibles de lourdes peines d'emprisonnement (minimum 10 ans). De même, l'homosexualité est un délit punissable et les rapports sexuels avec mineurs sont interdits par la loi et sévèrement punis.

Stars330.svg
L'article de cette région est étoilé. Il s'agit d'un article contenant des informations de haute qualité avec cartes et illustrations de la région. Si vous apprenez que quelque chose n'est plus à jour, actualisez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Tanzanie
Destinations situées dans la région