Télécharger le fichier GPX de cet article
5016Map mag.png

Eurasie > Europe > Europe centrale > République tchèque

République tchèque

De Wikivoyage
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

République tchèque
​((cs) Česká republika)
Prague 07-2016 View from Old Town Hall Tower img5.jpg
Drapeau
Flag of the Czech Republic.svg
Information
Capitale
Superficie
Population
Densité
Forme de l'État
Monnaie
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Fuseau
Localisation
Site officiel
Site touristique

La République tchèque ou Tchéquie est un pays européen d'Europe centrale, frontalier de l'Allemagne à l'ouest, de la Pologne au nord-est, de la Slovaquie au sud-est, de l'Autriche au sud, et faisant partie de l'Union européenne.

Comprendre[modifier]

Géographie[modifier]

Histoire[modifier]

La République tchèque est formée par les anciennes provinces de Bohême et de Moravie (incluant une partie de la Silésie), qui constituaient le Royaume de Bohême (la Couronne de Saint Venceslas) et le Margraviat de Moravie, parties du Saint-Empire romain germanique, puis de l’empire d'Autriche.

Après la dislocation de l’Empire d'Autriche-Hongrie à la fin de la Première Guerre mondiale, les Tchèques deviennent indépendants au sein d’un pays qui inclut également les régions slovaques en Tchécoslovaquie. Thomas Garrigue Masaryk (1850-1937) devient le premier président tchécoslovaque. En 1935, Edvard Beneš (1888-1948) lui succède à la présidence de la République. Le régime politique de l'entre-deux guerres est celui d'une démocratie parlementaire instituée par la Constitution de 1920 et fait figure d'exception en Europe centrale et orientale jusqu'en 1938, année où l'Allemagne nazie annexe la région des Sudètes. Sur le plan économique, le pays connaît une forte prospérité, si bien que la Tchécoslovaquie fait partie des dix premières puissances industrielles de l'époque. Cette première Tchécoslovaquie disparaît lorsque l’Allemagne nazie annexe la Bohême et la Moravie en mars 1939, créant un Protectorat de Bohême-Moravie sous administration militaire, tandis que la Slovaquie (1939-1945) proclame son indépendance.

Néanmoins, la résistance s'organise tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Edvard Beneš organise un gouvernement en exil réfugié à Londres qui combat aux côtés des Alliés. En 1942, des résistants assassinent Reinhard Heydrich gouverneur de la Bohème-Moravie. En représailles, l'occupant nazi extermine le village de Lidice. En 1945, les troupes soviétiques entrent dans Prague tandis que les Américains s'avancent jusqu'à Plzeň.

Reconstituée en 1945, la Tchécoslovaquie doit céder à l'Union soviétique la Ruthénie subcarpatique. En 1946, des élections donnent aux communistes la majorité des voix avec Klement Gottwald à leur tête, qui devient président du conseil. En 1947, la Tchécoslovaquie sous la pression de l'URSS, doit refuser le plan Marshall. En février 1948, Gottwald prend le pouvoir lors du coup de Prague, faisant de la Tchécoslovaquie un satellite de l’URSS pendant la guerre froide. Le début des années 1950 est suivi par les procès de Prague contre de hauts dignitaires du Parti, dont Rudolf Slánský, secrétaire général du Parti communiste tchécoslovaque (PCT) depuis 1945 13. Sur le plan économique, le nouveau régime nationalise tout le secteur privé et met en place une économie de type soviétique avec des plans quinquennaux. La Tchécoslovaquie adhère au Conseil d'assistance économique mutuelle (COMECON) dès 1949. En 1955, elle adhère au Pacte de Varsovie, équivalent de l'OTAN à l'Est. En 1968, Alexander Dubček lance un programme de réformes allant dans le sens d'une libéralisation du régime, appelé « Printemps de Prague ». L'URSS et ses alliés du Pacte de Varsovie envahissent la Tchécoslovaquie en août de la même année et imposent la normalisation. Gustáv Husák arrive au pouvoir. Il remplace Dubček à la tête du Parti communiste en 1969 et accède à la présidence de la République en 1975. En 1977, un groupe de dissidents crée la Charte 77 en appelant le gouvernement à respecter les engagements pris lors de la conférence d'Helsinki sur les droits de l'homme. Les années 1980 voient un raidissement du régime, notamment lors de l'arrivée de Mikhaïl Gorbatchev au pouvoir. Le 17 novembre 1989, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la répression estudiantine, débute la « Révolution de velours », qui le 30 décembre porte l’opposant tchèque Václav Havel à la présidence de la République tchécoslovaque. Les premières élections libres sont organisées en 1990 avec une participation de 96 %. En juillet, Václav Havel est réélu président de la République, renouant avec la tradition républicaine de l'entre-deux guerres.

Après un épisode fédéral (la « Tchéco-Slovaquie » ou République fédérale tchèque et slovaque), la Tchécoslovaquie disparaît le 1er janvier 1993, d’un commun accord entre les autorités tchèques et slovaques, issues des élections de juin 1992 (d’où le nom de « partition de velours »), laissant place à la République tchèque (Tchéquie, pays tchèques) et à la République slovaque (Slovaquie).

En février 1993, Václav Havel devient le premier président de la nouvelle République tchèque, réélu pour un deuxième mandat de cinq ans. En 2004, la république tchèque fait sont entré dans l'Union européenne et dans l'OTAN.

Population[modifier]

Climat[modifier]

Jours fériés[modifier]

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
mercredi 1 janvier 2020 Nouvel an Nový rok
lundi 13 avril 2020 Lundi de Pâques Velikonoční pondělí
vendredi 1 mai 2020 Fête du travail Svátek práce
vendredi 8 mai 2020 Libération 1945 Den osvobození Commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe
dimanche 5 juillet 2020 Arrivée de Cyrille et Méthode en Moravie Příchod Cyrila a Metoděje na Moravu L’évangélisation des peuples slaves en Grande Moravie en 863
lundi 6 juillet 2020 Jan Hus Upálení Jana Husa Le Martyre de Maître Jan Hus en 1415 à Constance
lundi 28 septembre 2020 Fête nationale Den české státnosti La mort de saint Venceslas, en 929 ou 935
mercredi 28 octobre 2020 Fête nationale Vznik Československa La naissance de la Tchécoslovaquie (octobre 1918) à la fin de la Première Guerre mondiale
mardi 17 novembre 2020 Journée de lutte pour la liberté et démocratie Den boje za svobodu a demokracii Le début de la Révolution de velours en 1989
mardi 24 décembre 2019 Veille de Noël Štědrý den
mercredi 25 décembre 2019 Premier jour de Noël První svátek vánoční
jeudi 26 décembre 2019 Second jour de Noël Druhý svátek vánoční

Régions[modifier]

La République tchèque se compose de 14 régions administratives qui peuvent être regroupées en huit régions touristiques

Régions de la république tchèque
Bohême centrale
Le centre de la République tchèque avec sa capitale Prague.
Bohême occidentale
Célèbre pour la bière de Pilsen (Plzeň) et les villes thermales.
Bohême septentrionale
Des paysages fascinants et des châteaux pittoresques.
Bohême orientale
Région avec la plus haute chaîne de montagnes tchèque Krkonoše et quelques sites historiques.
Bohême méridionale
Villes historiques pittoresques (y compris deux sites UNESCO) dans un paysage paisible avec de nombreux étangs. Le plus grand parc national de la République tchèque se trouve à la frontière allemande.
Monts de Bohême-Moravie
Entre la Bohême et la Moravie, cette petite région est étonnamment riche en culture et en histoire, avec trois sites UNESCO.
Moravie septentrionale et Silésie
Grande ville industrielle d’Ostrava, ville historique UNESCO d'Olomouc avec de jolies zones de montagne.
Moravie méridionale
Région agricole avec vignobles et Brno la "capitale" de la Moravie.

Villes[modifier]

  • 1 Prague (Praha) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – La capitale et une des villes d'arts les plus visitées d'Europe
  • 2 Brno Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Seconde ville et capitale de la Moravie.
  • 3 České Budějovice Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata
  • 4 Karlovy Vary Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Ville thermale où a lieu le principal festival du film d'Europe centrale.
  • 5 Plzeň (Pilsen) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata – Célèbre pour sa bière qui a donné son nom à la pils, également appelée pilsener, pilsen ou pilsner.
  • 6 Olomouc Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata

Autres destinations[modifier]

Aller[modifier]

Formalités[modifier]

Voir aussi: Voyager dans l'espace Schengen

La République tchèque fait partie de l'espace Schengen. Les citoyens de la Suisse et de l'Espace économique européen qui comprend l'Union européenne, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein ont seulement besoin d'une carte d'identité nationale ou d'un passeport valide. Ils n'ont besoin d'aucun visa pour rentrer ou circuler dans l'espace Schengen et sont généralement autorisés à rester aussi longtemps qu'ils le souhaitent.

Remarques

(1) Les ressortissants de ces pays ont besoin d'un passeport biométrique pour profiter de voyages sans visa.

(2) Les ressortissants serbes ayant un passeport délivré par la Direction de coordination serbe (résidents du Kosovo avec passeport serbe) ont besoin d'un visa.

(3) les ressortissants de Taïwan ont besoin que le numéro de leur carte d'identité (une lettre suivie de neuf chiffes) soit stipulé dans leur passeport pour profiter de voyages sans visa.

Les ressortissants des pays suivants n'ont pas besoin de visa d'entrée dans l'espace Schengen: Albanie(1), Andorre, Antigua-et-Barbuda, Argentine, Australie, Bahamas, Barbade, Bosnie-Herzégovine(1), Brésil, Brunei, Canada, Chili, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica, Dominique, El Salvador, Émirats arabes unis, États-Unis, Grenade, Guatemala, Honduras, Israël, Japon, Macédoine du Nord(1), Malaisie, Maurice, Mexique, Moldavie(1), Monaco, Monténégro(1), Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Panamá, Paraguay, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Saint-Marin, Serbie(1,2), Seychelles, Singapour, Taïwan(3) (République de Chine), Timor oriental, Tonga, Trinité-et-Tobago, Uruguay, Vanuatu, Cité du Vatican, Venezuela ainsi que les titulaires d'un passeport de Hong Kong SAR, de Macao SAR et tous les ressortissants britanniques (y compris ceux qui ne sont pas citoyens de l'Union européenne).

  • Les voyageurs sans visa mentionnés ci-dessus et non membres de l'EEE ou de Suisse ne peuvent pas rester plus de 90 jours sur une période de 180 jours dans l'espace Schengen dans son ensemble et, en général, ne peuvent pas travailler au cours de leur séjour (bien que certains pays de l'espace Schengen permettent à certaines nationalités de travailler). Le comptage des jours commence une fois que l'on entre dans un des pays de l'espace Schengen et ne revient pas à zéro en quittant un pays Schengen pour un autre.
  • Les citoyens de Nouvelle-Zélande peuvent rester plus de 90 jours, mais sans travailler s'ils n'ont pas de permis de travail, dans certains pays de l'espace Schengen, à savoir l'Allemagne, l'Autriche, le Benelux, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Italie, l'Islande, la Norvège, le Portugal, la Suède et la Suisse

Si vous n'êtes pas un ressortissant de l'EEE ou de Suisse, même si vous êtes dispensés de visa, sauf si vous êtes Andorran, Monégasque, Saint-Marinais ou Vatican, assurez-vous que votre passeport est estampillé à la fois lorsque vous entrez et vous quittez l'espace Schengen. Sans un cachet d'entrée, vous pouvez être traité comme ayant dépassé la durée de votre séjour lorsque vous essayez de quitter l'espace Schengen. Sans un cachet de sortie, on peut vous refuser l'entrée, la prochaine fois que vous cherchez à entrer dans la zone Schengen car vous pouvez être supposé avoir dépassé la durée autorisée lors de votre visite précédente. Si vous ne pouvez pas obtenir un cachet dans le passeport, conservez des documents tels que cartes d'embarquement, billets de transport, etc. qui peuvent aider à convaincre le personnel de contrôle frontalier que vous avez séjourné dans l'espace Schengen légalement.

En avion[modifier]

L'aéroport de Prague se trouve à Ruzyné, banlieue à 20 km au nord-ouest de Prague. Pour se rendre dans le centre, on peut emprunter un taxi ou le bus qui offre une correspondance avec le métro.

En bateau[modifier]

En train[modifier]

Prague est directement relié par des trains internationaux (EC et train de nuits) aux villes suivantes:

En voiture[modifier]

Circuler[modifier]

En avion[modifier]

En plus de l'aéroport de Václav Havel, il existe d'autres aéroports civils : Ostrava, Brno, Karlovy Vary et Pardubice.

  • 1 Aéroport Leoš Janáček (IATA: OSR, OACI: LKMT, Letiště Leoše Janáčka Ostrava) Logo indiquant un lien vers le site web Logo indiquant un lien wikipédia Logo indiquant un lien vers l'élément wikidata (20 km au sud-ouest d'Ostrava, dans la région de la Moravie septentrionale)

Des compagnies spécialisées louent de petits avions qui permettent de rejoindre différents lieux à travers le pays ou d'effectuer des vols touristiques.

En train[modifier]

Les trains tchèques sont d'assez bonne qualité, propres et confortables. Le train en lui-même est de bonne qualité. Ils ne sont cependant pas aussi rapides qu'en France. Par exemple, comptez entre 4 et h pour aller de Brno (à l'est) à Budejovice (au sud-ouest) et un peu plus de h pour aller de Prague à Brno.

Il se peut également que le train soit substitué à un bus sur certains tronçons de lignes en cours de rénovation (certains tronçons de la ligne Brno-Plzen par Budejovice étaient en cours de rénovation en mai-juin 2009) Les principales lignes du pays sont: Prague-Plzeň-Cheb Prague-Brno-Ostrava Breclav-Brno-Ostrava Brno-České Budějovice-Plzeň Prague-Dresde (Allemagne) Prague-C.Budejovice-Linz (Autriche)-Salzbourg (Autriche) Prague est relié directement à Vienne, Berlin et Salzbourg par trains EC et à Budapest par trains de nuits

Les trains tchèques sont divisés en catégories (hors trains de nuits et EC (Euro City): --Les IC (Inter City; trains rapides composés de wagons rénovés desservant les grandes villes) --Les SC (Super City; train rapide automotrice à grande desserte [un peu comme le TGV français mais beaucoup moins rapide] présents notamment sur la ligne Prague-Brno) --Les R (Rapide; 1-2cl et fourgon; trains composés de wagons assurant la desserte de villes plus ou moins importante sur la quasi-totalité du réseau) --Les Os (Train régionaux; 2cl et fourgon; desservants les petits villages plus ou moins perdus composés soient d'autorails et si nécessaire de remorques, soit de 2 ou 3 wagons de même types que ceux composants les trains R)

Il est à noter qu'en plus, étant équipés des anciennes banquettes en cuir (avec donc la possibilité de s'allonger dans un compartiment si vous y êtes seul) les trains R sont finalement plus confortables que les IC composés de voitures rénovées avec sièges individuels en velours.

Le paysage vu du train est très beau à voir dans certaines régions, notamment en Bohême et dans la région de Plzen. Les lignes Brno-Plzen, Veseli-Prague et Budejovice-Linz (Autriche) sont à voir, le train passe à travers d'innombrables forêts et collines à une allure appréciable pour bien profiter du paysage.

Si vous êtes un amoureux des chemins de fer vous adorerez les autorails tchèques, très petits, ainsi que leurs remorques où si vous êtes en queue de train, une large baie vitré vous permettra d'admirer les rails allant se perdre dans les forêts et les collines. Vous adorerez également les trains R, qui malgré leur grande portée de desserte, reliant une grande ville à une autre, s'arrêtent dans de petites villes et sillonnent forêts et collines. Les trains Os et R savent encore jouer la musique du rail, ce fameux CLANG-CLANG qui vous certifie que vous êtes bien dans un train roulant sur des rails, musique qui tend à disparaître un peu partout en Europe avec la modernisation des trains. De plus, il est encore possible d'ouvrir en grand les fenêtres des trains Os et R, ce qui vous permet de sortir un peu la tête pour respirer les parfums forestier, admirer le train prenant son virage ou juste prendre un p'tit bol d'air. Les trains n'étant pas très pressés, le vent reçu en pleine figure n'est pas excessivement fort. Cela dit, n'oubliez pas de rentrer la tête si les branches des arbres frôlent le train d'un peu trop près...

Si vous disposez d'un pass interrail qui vous permet de voyager dans ce pays, le train y est super pratique (à moins que vous soyez très pressé bien sûr), surtout quand vous voyagez au jour le jour. Certes, les trains IC et les SuperCity (circulant sur la ligne Prague-Brno-Ostrava) nécessitent le payement de suppléments, mais les trains R sont en revanche accessibles sans supplément, ils sont assez nombreux et desservent bien le pays. Les trains régionaux (dénommés Os sur les panneaux d'affichages) sont bien sûr accessibles sans suppléments avec Interrail.

En voiture[modifier]

Limitations de vitesse générales.

Pour circuler sur les autoroutes, l'achat d'une vignette est obligatoire. Il existe des vignettes valables dix jours, un mois ou un an. Elles sont disponibles aux postes frontière de tout le pays, les bureaux de poste ou les stations-service. En cas de non-payement de cette vignette, les amendes sont conséquentes et exigibles de suite.

Parler[modifier]

En République tchèque, on parle le tchèque, une langue slave. Un assez bon nombre de Tchèques parlent l'allemand ou l'anglais. Les francophones ne sont pas nombreux.

Il est donc conseillé d'apprendre quelques phrases au moins de tchèque, surtout si l'on veut visiter des sites moins fréquentés par les touristes étrangers. Pour un séjour prolongé, un guide linguistique est indispensable.

La langue principale parlée est, sans surprise, tchèque. La langue Slovaque peut souvent être entendue, car il existe une minorité slovaque importante et les deux langues sont mutuellement intelligibles jusqu'à un certain point et le slovaque peut être utilisé pour la communication avec les autorités. Les Tchèques sont très fiers de leur langue. Ainsi, même à Prague, vous ne trouverez pas beaucoup de panneaux écrits en anglais (en dehors des principales zones touristiques). Beaucoup de personnes âgées, surtout en dehors des grandes villes, sont incapable de tenir une conversation en anglais. Il est donc bon d’apprendre un peu de tchèque ou de slovaque avant votre arrivée. Cependant, la plupart des jeunes parlent au moins un peu l'anglais.

La plupart des Tchèques parlent une deuxième et souvent une troisième langue. L'anglais est la plus largement connue, l'allemand étant la deuxième langue la plus parlée surtout par les personnes plus âgées. Le russe était obligatoire dans toutes les écoles pendant la période communiste, la plupart des personnes nées avant 1975 environ parle au moins un peu de russe. Cependant, le lien avec la période communiste et l'invasion soviétique de 1968 ont donné à cette langue des connotations négatives. Le français et l'espagnol, sont également enseignées dans certaines écoles.

Les langues tchèque et slovaque sont très difficiles à comprendre pour les francophones, surtout si vous ne connaissez pas d'autres langues slaves, comme le russe ou le polonais. Cependant, si vous pouvez apprendre l'alphabet (et les lettres accentuées correspondantes), la prononciation est aisée, car elle est toujours la même - les Tchèques et les Slovaques prononcent chaque lettre d'un mot, l'accent étant mis sur la première syllabe. La combinaison de consonnes dans certains mots peut sembler ahurissante, mais c'est un bon exercice!

La langue tchèque a de nombreux dialectes locaux, notamment en Moravie. Certains dialectes sont si différents qu'ils peuvent parfois être mal compris même par un locuteur tchèque d'une autre région. Cependant, tous les Tchèques comprennent le tchèque standard (tel que parlé à la télévision, écrit dans des journaux et enseigné à l'école) et devraient pouvoir le parler. Certaines personnes cependant parlent le tchèque standard avec difficulté mais l'écrivent correctement.

Les vocabulaires tchèque et slovaque sont similaires, avec occasionnellement des mots non compris. La jeune génération née après la dissolution de la Tchécoslovaquie à parfois plus de mal à comprendre le slovaque.

Acheter[modifier]

Billets de 5000, 2000, 1000, 500, 200 et 100 couronnes tchèques

La monnaie nationale de la République tchèque est la couronne tchèque (Koruna česká, Kč, CZK).

Taux de change CZK actuel
XE.com: CAD CHF EUR GBP USD
OANDA.com: CAD CHF EUR GBP USD
fxtop.com: CAD CHF EUR GBP USD

Manger[modifier]

La cuisine traditionnelle tchèque est particulièrement copieuse et variée. Les viandes sont à l’honneur et les saveurs épicées de l’Europe centrale invitent les papilles à découvrir de nouveaux horizons culinaires. Difficile de trancher parmi toutes les spécialités que l’on trouve sur les cartes des restaurants et brasseries ou à la maison. Attention les portions sont généreuses ; on se contente souvent d’un seul plat ! Pour mettre l’eau à la bouche, voici un panorama authentique de ce que l’on peut trouver dans nos assiettes.

Hors d’œuvre (předkrmy)

La plus fameuse spécialité est sans aucun doute le jambon de Prague (pražská šunka), une variété de jambon blanc souvent servie avec de la crème fouettée. On peut également tester les différentes salades dont la Šopský salát, composée de tomates et de concombres recouverts de fromage râpé (fêta) ; ou l’incontournable bramborový salát (salade de pommes de terre), à base de pommes de terre, de cornichons et de mayonnaise, chaque cuisinière y apportant ensuite sa propre touche. Ne pas passer non plus à côté du foie d’oie frais aux oignons (husí játra na cibulce) ou de la langue fumée (uzený jazyk).

Potages (polévky)

Les soupes sont omniprésentes et servies tout au long de l’année. Parmi les plus consommées, on trouve la česká bramborová, à base de pommes de terre, la soupe aux choux et au lard (zelňačka), la soupe à l’ail ou aux oignons, les bouillons de poulet ou de bœuf (vývar), la soupe aux lentilles (čočková - servie notamment pour le déjeuner du 1er janvier) ou la soupe aux tripes (dršťková), tout à fait surprenante. Typique de la Bohême du Nord, la Kulajda est à base de pommes de terre, œufs, champignons, crème et aneth.

Plats typiques

Svíčková na smetaně

Ils sont à base de viandes (bœuf, poulet, porc, canard…) souvent servies en abondance.

Tout d’abord, il y a le traditionnel gulaš. Bien que d’origine hongroise, la variante tchèque fait partie intégrante de la gastronomie locale. Le gulaš est composé de viande de bœuf, de bouillon de bœuf relevé avec du paprika, des oignons et des poivrons. Il est servi avec des knedliky, tranches de pain bouilli.

Parmi les autres plats à base de bœuf,

  • le Svíčková na smetaně (rôti de bœuf à la crème accompagné d’airelles),
  • les Španělské ptáčky (« petits oiseaux espagnols », sortes de paupiettes de bœuf fourrées avec du lard, des œufs, des oignons et des cornichons).

Attention selon les restaurants, ces plats peuvent aussi être de véritables « horreurs » immangeables !

L’oie (husa) rôtie et le canard (kachna) farci accompagnés de chou rouge et blanc sont servis dans une version sucrée salée très surprenante.

Les plats panés sont une autre composante importante de la cuisine tchèque. Presque tous les aliments ont droit à leur version panée. Les viandes panées (řízek) de porc et de poulet sont présentes dans tous les menus, on trouve également du poisson pané, du fromage chaud pané (l’édam et l’hermelin – camembert tchèque – sont les plus courants), et même des légumes panés (champignons, choux-fleurs…).

Le poisson fait aussi partie de la gastronomie tchèque, dont la carpe, très appréciée, et généralement servie aux fêtes de Noël, panée ou avec des pruneaux, du raisin et des noix (Kapr na černo).

Accompagnements

Les accompagnements traditionnels de la cuisine tchèque sont :

• les knedlíky, à base de levure de pain ou de pommes de terre, préparés avec de la farine, des œufs et de la levure. Servis en tranches, ils remplacent le pain, et se marient avec tous les types de plats, notamment en sauce. Bonjour les calories !

• les bramboráky, galettes de pommes de terre assaisonnées à la marjolaine.

• les pommes de terre sous toutes les formes (vapeur, rissolées, frites…)

Desserts (moučníky)

Les desserts tchèques sont souvent issus des spécialités culinaires des pays voisins, dont l’incontournable strudel aux pommes, en tchèque jablečný závin.

  • le makovec, gâteau au pavot moulu (mletý mák), de diverses manières,
  • les knedliky dans leur version sucrée, fourrés aux fruits ou à la confiture et saupoudrés de fromage blanc rapé, de sucre et de pavot,
  • les brioches (buchty),
  • les petits gâteaux variés (kolače), fourrés au pavot, au fromage blanc ou à la prune,
  • les crêpes sucrées (palačinky) généreusement garnies de chantilly, incontournables.

Plats de brasserie

Les petits plats servis en brasserie (hospoda ou pivnice), pour accompagner la chope de bière, ne sont pas réservés aux seuls curieux ou aux estomacs bien accrochés. Mais attention (Pozor !), il faut oublier son ou ses régimes !

Petit lexique utile :

Topinka : tranche de pain frite dans la graisse et frottée à l’ail.

Utopenec : saucisse macérée au piment et garnie d’oignons crus.

Tlačenka : fromage de tête (salami de porc) avec des oignons émincés et une tranche de pain.

Nákladaný hermelín : camembert tchèque mariné.

Pivný sýr : fromage à la bière, à imprégner petit à petit avec votre bière jusqu’à en faire une pâte molle à tartiner sur une tranche de pain.

Olejovky s cibulkou : sardines à l’huile aux oignons.

Zavináč : rollmops de hareng.

Chlebičky

Les chlebičky sont des petits canapés que les Tchèques adorent préparer quand ils reçoivent.

En apéritif, en amuse-gueule, ou tout simplement pour les petits creux à toute heure de la journée, ce sont des petits plaisirs simples et bon marché ! Les garnitures varient à l’infini : crèmes variées, charcuterie, fromage, œufs durs, légumes frais, poissons …

Boire[modifier]

Le plus typique est la bière bien sûr !

Les deux marques de bière typiques, dont on peut visiter les brasseries :

  • la Pilsen ou Plzeň (en tchèque), fabriquée dans la ville du même nom,
  • la Budvar, fabriquée à Česke Budejovice.

Ces deux bières réputées, dans diverses variations, sont à oublier au profit d'une centaine de marques locales d'assez faible diffusion (à l'international), et d'excellente qualité : Unetice, Svijany, Bernard, et tant d'autres.

La bière est parfois aussi légère qu'en France. Les clients tchèques indiquent facilement les bonnes bières, généralement moins chères que les deux signalées : Une pinte environ 30 couronnes (c'est-à-dire ).

La région de Moravie est réputée pour son vin. Le vin blanc y est meilleur que le vin rouge.

En hiver, il faut goûter le vin chaud à la cannelle pour se réchauffer ("svarené vino" ou "svarak").

Ceux qui aiment l'alcool un peu plus fort peuvent goûter à la "Becherovka" l'alcool de plantes (un peu comme la chartreuse). Plus fort encore, il existe le "rum" ou la vodka et enfin l'absinthe. Mais ne pas dépasser plus de deux verres, car c'est très fort et vous risquez de finir sous la table assez vite.

Enfin pour trinquer, on dit "Na zdravi".

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Communiquer[modifier]

Roaming européen[modifier]

Depuis le 15 juin 2017, le "roaming européen" a été introduit. Il permet à tous les détenteurs de cartes SIM appartenant à l'un des pays européens membres de maintenir les mêmes conditions tarifaires que dans le pays d'origine.

Les appels téléphoniques et la navigation sur Internet sont valables sans surcoût dans tous les pays européens, sauf autorisation des autorités nationales (généralement des opérateurs mineurs) ou un dépassement d'un seuil de Gbit données qui augmente d'année en année. Pour utiliser ce service, activez simplement l'option d'itinérance sur votre téléphone mobile.

Les pays participants sont ceux de l'Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie , Irlande , Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède), ceux de l'Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et Norvège) et de certains territoires d'outre-mer (Açores, Canaries, Gibraltar, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Mayotte, La Réunion, Saint-Martin).

Gérer le quotidien[modifier]

Santé[modifier]

Citoyens européens[modifier]

Exemple de carte européenne d'assurance maladie

Les citoyens de l'Union européenne (UE), qui tombent malade inopinément pendant un séjour temporaire, les études ou un séjour professionnel, ont droit aux mêmes soins médicaux que dans leur pays de résidence. Il est toujours utile de prendre avec soi la Carte européenne d'assurance maladie (CEAM) qui constitue la preuve matérielle de votre assurance dans un pays de l'UE. Cependant, si vous n'avez pas la carte avec vous ou si vous ne pouvez pas l'utiliser (comme dans les cas d'assistance privée), vous avez toujours droit à être soigné, mais vous êtes obligé de payer les frais sur place, par la suite vous demanderez le remboursement à votre retour.

Les pays dans lesquels la couverture santé est fournie sont tous ceux qui sont membres de l'Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie , Irlande , Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède), ceux de l'Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et Norvège), la Suisse et les territoires d'outre-mer membre de l'Union européenne (Açores, Canaries, Gibraltar, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Mayotte, La Réunion, Saint-Martin).

Sécurité[modifier]

Avertissement de voyage Numéro d'appel d'urgence :
Police : 158
Ambulance : 155
Pompier : 150

Conseils gouvernementaux aux voyageurs[modifier]

  • Logo représentant le drapeaux du pays Belgique Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays Canada Canada (Gouvernement du Canada) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays France France (Ministère des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web
  • Logo représentant le drapeaux du pays Suisse Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères) Logo indiquant un lien vers le site web

Respecter[modifier]

Logo représentant 1 étoile moitié or et grise et 2 étoiles grises
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Europe centrale
Destinations situées dans la région